Princes et rois Francs-Maçons

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Magazine orienté « royals », Point de Vue est décliné dans une version à orientation historique. Le n°11 de Point de Vue Histoire (mars 2012) affiche en couverture la reproduction d’une peinture du futur roi Edouard VII en tenue de Grand Maître de la Grande Loge Unie d’Angleterre et titre Princes & rois francs-maçons.

Faut-il prendre la peine d’acheter ce magazine ou va-t-on le redéposer dans le rayon en reniflant bruyamment? Et bien on peut dépenser ses sous sans remords. N’en déplaise à ceux qui associent Franc-Maçonnerie et république, l’Art royal s’est bien développé dans des monarchies (à commencer par la britannique évidemment!) et a compté rois et princes parmi les siens (et même à sa tête!).

Après avoir rappelé les légendes maçonniques, le magazine consacre plusieurs pages à l’équerre et la couronne d’Angleterre (De Jacques Ier à Edouard de Kent) avec, notamment, une photo du prince Edouard, duc de Kent et cousin germain de la reine Elisabeth II, en Tenue de Grand Maître. L’article ne dédaigne pas les anecdotes comme lorsqu’il est question de la volonté d’un groupe de Francs-Maçons du palais de Buckingham de constituer une « loge de la Maison royale » (sans suite car ce projet n’avait pas amusé l’occupante des lieux).

La France sous l’ancien régime est aussi traitée à travers des articles autour de Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont (Grand Maître en 1743) et Louis Philippe Joseph, duc de Chartres (initié et élu Grand Maître le même jour, le 24 juin 1771), futur duc d’Orléans et citoyen Philippe Egalité (celui qui reniera publiquement la Franc-Maçonnerie en 1793). Un articulet rappelle que (n’en déplaise aux royalistes antimaçons!) le comte de Paris, Henri d’Orléans, chef de la Maison de France, avait rejoint la Grande Loge Nationale Française dans les années 80, avait même assumé la charge de Vénérable Maître de la Loge Lys de France avant de se « retirer » en 2001. Plus loin dans la revue, il sera question d’une Franc-Maçonnerie française Au service de Napoléon et du mystère des trois rois (Les derniers Bourbons ont-ils été francs-maçons? Un épisode sans doute moins connu de la vie du Grand Orient est décrit de manière quelque peu amusée sous le titre Duel au Grand Orient; la rivalité entre 2 cousins de Napoléon III, le prince Murat et le prince Napoléon (Napoléon Jérôme dit Plon-Plon) pour la Grande Maîtrise du Grand Orient de France.

D’autres monarchies sont examinées : la Prusse (Frédéric II. Chevalier et philosophe par l’auteur de [Frédéric le Grand]url: , Jean-Paul Bled), la Suède (avec la mystérieuse initiation de Bernadotte), les Pays-Bas et la Belgique (Point de Vue a osé le titre Orange maçonnique). Les cas de l’émir Abdelkader, du khédive Ismaïl, du sultan Moulay-Abdelhafi, tous Francs-Maçons, ne sont pas oubliés.

L’hostilité des pontifes romains (De Clément XII à Benoit XVI) est traitée par Bernard Lecomte, l’auteur des Derniers secrets du Vatican.

dimanche 25 mars 2012 1 commentaire

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
sed massa eleifend dapibus consectetur Donec