La GLNF et ses Juridictions Maçonniques Amies rectifiées

Par Jiri Pragman dans Divers

Par décret daté du 5 novembre 2013, le Grand Maître de la Grande Loge Nationale Française, Jean-Pierre Servel considère licites les liens unissant les membres de la GLNF au Grand Prieuré Rectifié de France et au Directoire National des Loges Ecossaises Rectifiées de France. Le GPRF et le DNLERF sont désormais considérés comme des Juridictions Maçonniques Amies. Les membres de la GLNF sont donc autorisés à les fréquenter. Parallèlement, il est fait interdiction aux membres de la GLNF de fréquenter, sur le territoire français, toute autre structure se réclamant du même Ordre, Rite, Régime ou susceptible de revendiquer la pratique exclusive et/ou régulière de ces Degrés ou Grades.

Une information à lire sur fond de recomposition du paysage maçonnique français.

mardi 05 novembre 2013 14 commentaires

Étiquettes : , ,

  • 14
    drXu 9 novembre 2013 à 09:15 / Répondre

    Le point de vue de Denis Cliche décrit bien la FM anglaise et également celle de la GLNF qui en était une copie conforme.
    Mais que fait-on lorsque le GM outrepasse manifestement ses prérogatives et si, par le biais de nomination de gens douteux, la tête est corrompue?
    A la GLUA, on reconnaît bien volontiers que le cas n’est pas prévu, le GM faisant partie de la famille royale, donc est, au moins dans l’exercice de ses fonctions, un personnage quasi-sacré.
    N’est-ce pas une forme de dérive (voulue par le Duc de Sussex), comme la FM politique que nous avons connue en France en est une autre?
    Il faudrait également interroger les règlements de la FM américaine.
    La FM doit-elle être une organisation au service de certains (le Roi, la République…) ou a-t-elle un autre objectif?
    Pour moi, la réponse est sans équivoque, mais d’autres peuvent ne pas partager ce point de vue…

  • 13
    Denis Cliche 7 novembre 2013 à 21:53 / Répondre

     » Angleterre, chaque Loge est totalement et complètement « LIBRE » n’en déplaise à votre idée de l’engagement. « 

    Je ne connais pas assez la GLNF pour en parler, mais la GLUA oui je connais.

    Et ce que vous affirmer est faux. Toutes les Loges de la GLUA, comme toutes celles de 95% du monde entier… (ne vous en déplaise) doivent allégeance à leur Grande Loge. Les VM lors de leurs installations et les nouveaux initiés a leur première tenue, font tous serment d’allégeance envers leurs obédiences.

    Ils sont Libres dans la cadre du respect des contraintes de la Constitution. Devoirs consensuels que les membres font en adhérant a la Franc-Maçonnerie… Les membres sont aussi libres de quitter et de donner leur exéats..

    Vous pourrez lire la Constitution que vous trouverez surement quelque part sur l’Internet…
    Je vous suggère de lire l’article 101.. mais aussi celui ci.

    art 194 Consititution de la GLQ (presque identique à celle de la GLUA).

    La charte d’une loge peut être retirée:
    194(a) pour manquement à la présente constitution;
    194(b) pour mépris envers l’autorité du Grand Maitre;
    194(c) pour violation ou omission de respecter les anciens usages reconnuus de l’ordre;
    194(d) pour acceptation de candidats qu’on savait indignes…
    ,,,

    Enfin, oui, je suis d’accord que vous ne verrez jamais le Grand Maitre de la GLUA ou de la GLQ ou de la Grande Lodge de New-York, venir dire dans vos loges ce qui doit se faire ou ne pas faire… Non, absolument pas… ils préfèreront ne pas vous reconnaitre comme Franc-Maçons.. 😉

  • 12
    Thot 7 novembre 2013 à 11:40 / Répondre

    Les contraintes dont vous parlez seraient donc le contrepoint, le « petit effort » demandé aux membres et érigé en devoir moral. Mais cet effort n’a aucun contenu vertueux, ni sacré, ni moral, il n’a aucun sens d’un point de vue initiatique. C’est de la sémantique creuse. On parle de marchandage là. C’est simplement un petit arrangement entre amis. Telle juridiction est amie parce qu’elle a trouvée un accord métallique avec notre structure, telle autre ne l’est pas à cause de certaines inimitiés. Mais qu’est ce que ça veut dire ?

    Comment transformer quelque chose en ce qu’il n’est pas. Ou faire prendre des vessies pour des lanternes. Cette obédience a tenu ses membres comme ça pendant des années. Vous continuez à avaler vos couleuvres. Cette juridiction est une juridiction « amie »… SIC. Pourquoi il y a des juridictions ennemies ? Vous entendez vos propres mots ? Elle n’est pas mise en avant comme transmettant une tradition initiatique valable ou quoi que ce soit. Elle est juste amie.

    C’est du commerce. Ne brandissez pas cela en devoir, en donnant des leçons de morale sur l’engagement. Tous les frères et sœurs de l’Ordres savent ce qu’est le Devoir et l’engagement.

    Quand à l’argument des 95%, c’est la même rengaine depuis des années. Nos frères de la GLNF ont été tenus en laisse à cause de ça. Mais la France n’a jamais rien compris à la maçonnerie d’outre manche. J’aimerais bien voir le GM de l’UGLE venir dire dans une Loge qu’il est fait interdiction de quelque chose. Il va se faire recevoir. Il n’a pas son mot à dire sur quoi que ce soit. Ca démontre votre grande méconnaissance de la maçonnerie anglo-saxonne. Et effectivement en Angleterre, chaque Loge est totalement et complètement « LIBRE » n’en déplaise à votre idée de l’engagement.

  • 11
    Quén affère à Lidje 7 novembre 2013 à 10:02 / Répondre

    Je ne puis qu’abonder dans le sens de Denis Cliche.
    « Un maçon libre dans une libre », ne signifie absolement rien du tout.
    Et le GLNF (dont je ne fais pas partie, Dien m’en garde 😉 ) n’a rien à voir ici.
    Quant à la liberté, je lui préfère le libre-arbitre, mais c’est un avis personnel.

  • 10
    mrk 7 novembre 2013 à 09:02 / Répondre

    @ denis

    Je prends la parole pour la 3ème fois et donc, rassurez-vous, je m’arrêterai là…
    Ce que tu dis est vrai concernant l’engagement du mari, du père, ou du fonctionnaire… On choisit librement, puis on accepte les joies et les contraintes…
    Mais l’engagement maçonnique, quel est-il ? Notre devoir est de nous améliorer et d’aimer. Comment peut-on s’améliorer et aimer sans liberté ?
    Et contrairement aux engagements profanes, nous avons toujours la liberté de partir, de la loge, de l’obédience ou de la maçonnerie si la liberté de nous améliorer et d’aimer nous y paraît bafouée.
    Quant à l’argument du nombre, de la majorité, vaut-il plus que l’argument d’autorité ?

  • 9
    drXu 6 novembre 2013 à 19:26 / Répondre

    Bien sûr que nous avons pris un engagement par serment, et nous tenons à le respecter.
    Mais cela ne nous empêche pas de réfléchir. Nous avons vu fonctionner la GLNF et les nombreux abus qu’elle fait accepter à ses membres, en jouant sur la confusion entre Ordre et obédience. Nous ne voulons plus de cela.

  • 8
    Denis Cliche 6 novembre 2013 à 18:16 / Répondre

    @mrk

    La seule liberté que vous avez c’est de refuser de vous engager. Les engagements, peut-importe leurs natures ont des devoirs associés. C’est ainsi. Que vous soyez père, mari, fonctionnaire ou franc-maçon.

    Il existe évidemment des gens pour qui la liberté prime sur les devoirs qui y sont associés… Mais ils ne font pas de bons pères, maris,… et ne sont pas des francs-maçons.

    Oublions la GLNF un moment.. Sachez que ce sont des principes partagés par 95% des obédiences du monde entier.

  • 7
    drXu 6 novembre 2013 à 16:57 / Répondre

    Il faudrait que le « GM » qui donne des directives ait des compétences maçonniques.
    Or, d’après ceux qui le connaissent bien, lorsqu’il était VM de la loge « la Marine », à Toulon, JP Servel frappait par son ignorance en ce qui concerne le rituel.
    Peut-être a-t-il fait des progrès depuis?

    Le seul intérêt du GPRF et du DNLREF est qu’ils sont totalement sous contrôle de la GLNF!

    Plus la GLNF évolue, moins elle change…

  • 6
    mrk 6 novembre 2013 à 16:47 / Répondre

    @ Denis
    Hm. « prétexte à bien des dérives »…
    En terme de dérives, je crois que l’histoire récente de la GLNF montre que l’oligarchie, le suivisme et la soumission sont bien plus dangereuses que la liberté…
    Et je pense que le devoir n’impose pas de contraintes, mais que son exercice nécessite la liberté. Et, entre autre, la connaissance qui nous est donnée par l’initiation la permet.
    Mais la liberté est un chemin difficile, et je comprends qu’elle puisse effrayer.

  • 5
    Denis Cliche 6 novembre 2013 à 15:34 / Répondre

    Parce que le devoir impose des contraintes.

    « Maçon libre dans une loge libre »… prétexte a bien des dérives, est une expression qui ne fait aucun sens, dans 95% des obédiences du monde entier.

  • 4
    Andre 6 novembre 2013 à 09:11 / Répondre

    (…)

    Il semblerait que La notion « maçon libre dans une loge libre » a la GLNF n’existe pas.
    Alors que nous prônons la liberté d’autres pratiquent la monarchie.

  • 3
    Thot 5 novembre 2013 à 23:40 / Répondre

    « Il est fait interdiction… » Hmmm, que voilà une belle pensée maçonnique.

  • 2
    mrk 5 novembre 2013 à 23:08 / Répondre

    « Décret… », « il est fait interdiction aux membres de la GLNF de fréquenter… »
    Est-ce ainsi que se laissent parler des maçons libres dans leurs loges libres ?
    Accepteraient-ils une telle maltraitance dans le monde profane ?

  • 1
    Quén affére à Lidje 5 novembre 2013 à 22:54 / Répondre

    Il me semble que tout maçon du Régime se passera bien volontiers des « directives » de JP Servel. Ce genre de propos dénote d »une méconnaissance de la maçonnerie rectifiée.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
eleifend Aenean dolor. ut Aliquam nec commodo