Séminaire. Franc-Maçonnerie et psychanalyse

Par Jiri Pragman dans Manifestations

Paris. La 12e séance du séminaire Nouvelles communautés d’IRENE (Identités et Religions) aura pour titre Franc-Maçonnerie et psychanalyse. Interviendront ainsi le lundi 16 décembre 2013 de 13h30 à 16h30 Luc Nefontaine et Jean-Pierre Winter. La séance sera animée par Jean-Luc Sauron. 
 
Ce séminaire est ainsi introduit: Ces deux « créations » de la civilisation occidentale que sont la franc-maçonnerie et la psychanalyse peuvent-elles trouver à se rapprocher  Parties d’Europe, elles ont connu, l’une et l’autre, une progression planétaire. Elles sont, l’une et l’autre, systématiquement combattues dans et par les États dictatoriaux. Elles visent toutes les deux à la progression de l’analysé ou du maçon. Les deux « processus » ne sont pas identiques. Les relations entre l’analysé et le psychanalyste diffèrent de celles du maçon et de sa loge. 
 
Pourtant des rapprochements sont possibles et ne peuvent-ils pas être effectués entre la Loge et le cabinet de l’analyste? Les outils de la maçonnerie (symboles, rituel, scénographies) ne visent-ils à conduire le maçon au travers « d’une thérapeutique de l’individuation » à dépasser la dualité qui l’entoure et le conditionne? Parmi cette dualité, ne figure-t-il pas l’opposé conscient/inconscient? Cette démarche est-elle si éloignée d’un processus psychanalytique?
 
Adresse: 104 rue de Vaugirard à Paris (Métro St-Placide). Inscription obligatoire: identites.et.religions@gmail.com

Luc Nefontaine. Docteur en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles, licencié agrégé 
en sciences religieuses, auteur d’une quinzaine de livres et d’une cinquantaine d’articles traitant de franc-maçonnerie, sectes, religions, et d’un livre sur Jung.
 
Jean-Pierre Winter. Psychanalyste, a publié notamment Il n’est jamais trop tard pour choisir la psychanalyse (La Martinière), Les errants de la chair (Calmann-Lévy), Les images, les mots, le corps, entretien avec Françoise Dolto (Gallimard), et récemment: Pourquoi ces chefs-d’œuvre sont des chefs-d’œuvre (avec Alexandra Fabre, La Martinière, 2009), Homoparenté chez Albin Michel en avril 2010, Dieu, l’amour et la psychanalyse chez Bayard (2011) et Transmettre ou pas (2012).
 
Jean-Luc Sauron. Docteur en droit public. Après avoir intégré l’Ecole Nationale de la Magistrature, il est nommé juge d’instruction au tribunal de grande instance de Pontoise, puis juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris. Détaché comme conseiller juridique au Secrétariat Général du Comité Interministériel pour les Questions de Coopération Européenne (SGCI), il est en charge du suivi des affaires contentieuses de la France devant la Cour de Justice de Luxembourg et d’un certain nombre de négociations de textes communautaires principalement dans le domaine du marché intérieur. Depuis 1998, il a été professeur associé d’abord à l’Université Robert Schuman de Strasbourg, puis à compter de 2007 à l’Université Paris Dauphine où il enseigne le droit de l’Union européenne. Il est l’auteur d’articles et d’ouvrages en matière du droit de l’Union européenne et en matière européenne (CEDH), dont un essai (L’Europe est-elle toujours une bonne idée?2011).

lundi 02 décembre 2013 2 commentaires
  • 2
    Yasfaloth 5 décembre 2013 à 23:26 / Répondre

    « Les relations entre l’analysé et le psychanalyste diffèrent de celles du maçon et de sa loge. »

    Non ? Sans blague ?

    Déjà, ce n’est pas 100€ la tenue…

    Étonnant quand même qu’après des années de dénonciations et de démythifications des escroqueries freudiennes, lacaniennes, etc… on en soit encore à organiser ce genre de séminaires…

    Par contre j’éprouve un certain respect envers l’œuvre de Jung, même si elle porte le même nom (honni), elle est quand même autrement plus intéressante, au moins sur le plan spirituel !

    Cordialement

  • 1
    PB 3 décembre 2013 à 23:20 / Répondre

    Vu la schizophrénie de la franc-maçonnerie « universelle » qui s’épuise en chamailleries entre les obédiences, une rencontre avec des psychanalystes pourrait lui être utile.

    Mais le sujet de ce colloque est tout de même assez curieux.

    Penser qu’une loge jouerait pour ses membres le rôle comparable à celui de psychanalyste…?

    Si le fait d’être une « création européenne », persécutée par des régimes dictatoriaux et qui « ont connu, l’une et l’autre, une progression planétaire » suffisait pour réunir deux inventions, on pourrait faire un séminaire sur la psychanalyse et la confession catholique, la franc-maçonnerie et les football, le communisme et l’industrie de luxe made in France…

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
Curabitur non diam id ipsum sem, commodo venenatis