HFAF

Un rapprochement entre UGLE et l’HFAF ?

Par Géplu dans Divers

On apprend que ce soir 1er avril la Grande Loge Unie d’Angleterre (GLUA ou UGLE en anglais, United Grand Lodge of England) tiendra pour la première fois dans ses locaux de la Great Queen Street de Londres une tenue commune avec les sœurs de la HFAF, The Honourable Fraternity of Ancient Freemasons, l’obédience féminine anglaise fondée en 1913.

Cet évènement, tenu discret, est pourtant assez exceptionnel pour qu’on le signale. Est-ce le premier pas de l’austère maçonnerie britannique vers la reconnaissance et les intervisites avec les sœurs ? En tout cas un grand coup de canif aux Basic Principes for Recognition de 1929, qui précisent clairement que non seulement les loges de la GLUA doivent être composées exclusivement d’hommes, mais aussi qu’elles n’aient aucun rapport avec des loges mixtes ou féminines, ou « des corps qui admettent des femmes à l’adhésion. » !

samedi 01 avril 2017 35 commentaires
  • 33
    astronome64 4 avril 2017 à 11:45 / Répondre

    Juste pour info..à la base c’était juste un poisson d’avril !!! Ca devient difficile de rigoler !!

    • 34
      joab'n 4 avril 2017 à 12:39 / Répondre

      oui … il faut rigoler ! mais sujet important pour autant ! et la vérité-réalité en embarasse plus d’un qui perd pretexte …

  • 23
    joab'n 1 avril 2017 à 20:53 / Répondre

    sauf qu’effectivement UGLE a réellement abandonné l’interdit de visite de loges feminines !

    • 24
      Oscar 2 avril 2017 à 12:08 / Répondre

      Mensonge !

      • 25
        joab'n 3 avril 2017 à 12:20 / Répondre

        que celà contrarie le sexisme effréné mené à la GLNF et conduit ses militants à démentir faussement, OK !
        La réalité est là :
        «  »The Future of Freemasonry » report is the first ever independent study conducted by a non-Masonic body, and was commissioned as part of the build-up to the United Grand Lodge of England’s tercentenary in 2017. »

        « Additionally, while membership
        of lodges is restricted to men, women are
        far from excluded from visiting them »

        Signé par le Grand Secrétaire de UGLE.

        • 26
          Géplu 3 avril 2017 à 13:20 / Répondre

          J’ai interrogé Roger Dachez sur cette citation, et voici sa réponse :
          .
          La citation est exacte mais partielle. Voici le texte complet :

           » Male fraternities are mirrored by female sororities of all kinds – from the Women’s Institute to less formal female social networks. It is also the case that while UGLE does not admit women, there are two orders of women Freemasons that follow largely unadapted male ceremonies and traditions – even referring to each other as ‘brother’. Additionally, while membership of lodges is restricted to men, women are far from excluded from visiting them, as we see in Section 2.3. » (p. 9)

          Mais que dit la Section 2.3 ?

          « Most masons felt there was a strong need for men to be able, for a small minority of their time, to be exclusively in the company of other men. This, combined with the shared ritual behaviours that characterise Freemasonry, is what deepens the bonds. Such occasional bonding, however, did not appear to detract from masons’ motivations and abilities to interact with women – in their families, their workplace or the wider community. In all of the lodges that we visited there were regular occasions on which members were accompanied by their partners and female family members to social functions and ‘white table’. The regular open days organised by many lodges were similarly open to both genders. » p. 13)
          .

          Les « visites » sont donc limitées aux « White Tables » (agapes familiales) et aux « Open Days » (Journées portes ouvertes) et concernent aussi bien les femmes profanes que les femmes francs-maçons…

          Il reste que plusieurs loges de la GLUA ont déjà organisé des tenues officielles où des membres de OWF ou HFOAF ont été reçus…mais en suspension de travaux. Les Sœurs en question – qui s’appellent entre elles « Brethren » (Frères !) en Angleterre – ont trouvé cela absolument parfait..

          Frat.

        • 27
          Oscar 3 avril 2017 à 16:07 / Répondre

          Voir ci-dessus!
          Donc mensonge habituel de Joaben qui, une fois de plus, travestit volontairement la vérité en ne publiant qu’une petite partie du texte d’UGLE.
          Mais à quoi cela peut-il donc bien lui servir ?

        • 28
          Chicon 3 avril 2017 à 17:58 / Répondre

          Exact mais les visites se font dans les limites mentionnées par Roger Dachez, et absolument jamais en tenues

        • 29
          joab'n 4 avril 2017 à 09:36 / Répondre

          Nos agents de la GLNF se déchaînent. En médisant sur la personne, fidèles à leurs méthodes.
          Après avoir insulté de « mensonge ». Lesvoilà face à un texte UGLE qui va à l’encontre du sexisme institutionnel appliqué à la GLNF … sous prétexte de suivisme GLUA… (baratin de « régularité »).
          Geplu s’etonnera bien sûr de la vivacité de ma réponse et ne s’étonnera pas des attaques ad-persona, mais là est un autre sujet.
          Concernat le fond, en effet je n’ai publié que l’extrait qui concerne le sujet en cours. Quelque soit l’estime que j’ai pour Roger, nous sommes là dans une analyse frenchouillarde du texte UGLE. Roger est bien entendu lui ausiis contraint de défendre la position LNF quoi qu’il en pense individuellement.
          Pourquoi analyse « frenchouillarde » ? L’exégèse qu’en fait Geplu est totalement déplacée vis à vis d’un texte anglais … qui ne sont jamais des textes à vocation d’interdire mais d’instituer des principes.
          En l’occurence, la section 2.3 s(tatue-t-elle sur un interdit ? Aucunement ! Dit-elle que les « visites » ne se font que dans ce cadre ? NON ! Pure élucubration donc des agents de la GLNF actuelle.
          Nous serions là dans le débat academique habituelle entre les tenants du sexisme en maconnerie et ceux qui s’y opposent.
          Pour être clair et précis, comme savent l’être les anglais, nos défenseurs du sexisme en maconnerie sous pretexte de « régularité » peuvent-ils donner des exemples de FM exclus de la GLUA pour visite de loges féminines ou mixtes ?
          Faute de quoi on pourra en conclure définitivement qu’il ne s’agit que de baratin visant à faire croire à leurs troupes du bien-fondé de leur position sexiste.
          J’ose espérer que geplu ne censurera pas, quelque soit la dureté de mon rappel des faits. Faute d’être complaisant, mon discours nefait pas ttaque ad-persona, à la difference des agents de xxx.

          • 30
            joab'n 4 avril 2017 à 10:04 / Répondre

            Je précise que Roger ne m’en voudra certainement pas d’être aussi critique. Nous avons entre nous habitude de franc-… parler. Et partageons une connaissance de la FM anglaise

          • 31
            Géplu 4 avril 2017 à 10:14 / Répondre

            « l’exégèse » n’est pas de moi, mais de Roger Dachez, qui explique là ce que veut dire le texte complet, non tronqué, et donc la réalité de la position de la GLUA et de ce qui se passe dans les loges anglaises. Et je ne pense pas que Roger Dachez soit « boutiquier » au point d’être « contraint de défendre la position de la LNF ». C’est grave et lui faire injure que de penser cela.
            Quant à la censure que j’appliquerai… beaucoup me reprochent plutôt l’inverse !

            • 32
              Désap. 4 avril 2017 à 11:18 /

              Comme à son habitude, notre cher Joaben tord la réalité et use de la rhétorique pour faire admettre sa conception de la maçonnerie.
              Il se trouve, pour mettre fin à cette discussion irrémédiablement stérile, que la GLUA respecte les Basic Principles 1929 écrits par elle-même, dont elle précise « ces Principes de Base de la Franc-maçonnerie auxquels la Grande Loge d’Angleterre s’est tenue tout au long de son histoire », Principes de base qui précisément précisent (pensez-vous que la répétition fera se rendre à l’évidence Joaben ? je ne pense pas !)en leur point n°4 : « Que les membres de la grande loge et des loges individuelles soient exclusivement des hommes, et qu’aucune grande loge ne doit avoir quelque relation maçonnique que ce soit avec des loges mixtes ou des obédiences qui acceptent des femmes parmi leurs membres. »
              Et pour tenter (en vain) de désamorcer toute spéculation sur des hypothèses ultra hypothétiques et pour tout dire sans fondement, je pose une question : comment imaginer un maçon anglais se vanter de visiter des loges féminines ou mixtes ?? En n’hésitant pas à faire feu de tout bois pour faire admettre l’absurde.
              Mon cher Joaben, GLEFU est irrégulière et mixte, et alors ? Où est le problème puisque la régularité est une absurdité comme tu ne cesses de le répéter depuis que tu as quitté la GLNF ?
              :-))) avec les raisonnements de Joaben j’ai l’impression de lire les dirigeants d’une GL qui mettaient au-dessus de tout la régularité et sa reconnaissance et qui maintenant nous explique que se sont des conceptions obsolètes … cher GM, si tu me lis, je te salue par les signes, mots et attouchements qui te sont connus, en espérant qu’un jour ils ne deviennent pas obsolètes à leur tour :-)))

          • 35
            Oscar 4 avril 2017 à 18:06 / Répondre

            D’abord je ne vois que toi… qui te déchaines!
            Ensuite tu auras beau martyriser les mots et tordre les phrases, tu n’arriveras jamais à leur faire dire autre choses que ce qu’ils veulent bien dire.
            Et ce qu’ils disent, c’est que la GLUA n’accepte pas les femmes à ses Tenues et n’autorise pas ses Frères à visiter les Loges féminines ou mixtes lors de leurs Tenues… comme toutes les GL R&R qui représentent entre 90 et 95% de la FM mondiale.
            Et c’est tout!

  • 22
    Géplu 1 avril 2017 à 15:26 / Répondre

    Et oui, c’était bien évidemment un poisson d’avril. Les règles et traditions des frères de la GLUA, pourtant pragmatiques dans beaucoup d’autres domaines sont strictes sur ce point depuis au moins 1929 (en fait depuis les origines, en 1717 comme en 1813). Et à ce que je sache aucune modification de ce landmark n’est à l’ordre du jour à court ou moyen terme. Mais qui sait de quoi demain est fait…
    Sur le continent beaucoup d’obédiences fonctionnent aussi selon cette règle du monogenre : La GLDF, la GLNF, la GLFF, la GL-AMF pour ne citer que les plus importantes. C’est leur choix, leur liberté. Le GODF, qui initie aujourd’hui des femmes, était aussi uniquement masculin jusqu’en 2011.
    .
    Quant au poisson d’avril, si certains ont déjà des idées pour un joli poisson 2018, je suis preneur. 🙂

  • 19
    Axel Krystal 1 avril 2017 à 13:36 / Répondre

    Joyeux Poisson d’avril !

  • 18
    Libre-penseur 1 avril 2017 à 12:49 / Répondre

    Excellent poisson d’avril… malheureusement!!!

  • 17
    Julien 1 avril 2017 à 12:40 / Répondre

    C’est un poisson d’avril!

  • 16
    ALTEC 1 avril 2017 à 12:03 / Répondre

    Bonjour,
    J’ignore si les poisson vole le 1er avril à la GLUA ?

  • 15
    luciole 1 avril 2017 à 11:56 / Répondre

    Le personnage avec baudrier qui rigole au deuxième rang doit apprécier le poisson…

  • 14
    Oscar 1 avril 2017 à 11:52 / Répondre

    Quel bonheur !

  • 13
    Chicon 1 avril 2017 à 11:52 / Répondre

    Nous sommes le 1er Avril, aussi on peut s’interroger……

  • 12
    rené larbuisson 1 avril 2017 à 11:48 / Répondre

    premier avril ??????

  • 11
    MG RENAULT 1 avril 2017 à 11:07 / Répondre

    Quand la mixité avance à grands pas ou à petits pas mais elle avance.
    FRATERNITE

  • 10
    Désap. 1 avril 2017 à 10:56 / Répondre

    C’est pourtant clairement précisé : « On apprend que ce soir 1er avril »
    … … …

  • 9
    astronome64 1 avril 2017 à 10:02 / Répondre

    Fool’s day !!!

  • 8
    Chicon 1 avril 2017 à 09:40 / Répondre

    La politique des petits pas…

  • 7
    templum 1 avril 2017 à 09:36 / Répondre

    vivement demain!
    j’en ai des sueurs froides!

  • 6
    Papygrincheux 1 avril 2017 à 09:24 / Répondre

    Ne dit on pas aujourd’hui que la GLNF envisagerait de devenir mixte ainsi que la GLFF?

  • 5
    astronome64 1 avril 2017 à 08:08 / Répondre

    Selon le Cheshire Daily News, généralement bien informé, cette tenue sera suivie d’un grand bal (enfin mixte!) avec en ouverture la « Senior Deacon Line Dance » au rythme de « One step Beyond! »

    • 20
      michel 1 avril 2017 à 14:29 / Répondre

      D’ailleurs ce grand bal se déroulera en robe longue et costume en queue de pie (ou queue de poisson pour les continentaux)

  • 4
    Antomile 1 avril 2017 à 07:08 / Répondre

    1er avril maçonnique…

  • 3
    yonnel ghernaouti 1 avril 2017 à 05:33 / Répondre

    Poisson d’avril !

  • 2
    tablierblanc 1 avril 2017 à 00:44 / Répondre

    Je savais que le poisson était un symbole des premiers chrétiens, il semblerait que ce soit également un symbole maçonnique ???

  • 1
    Tao 1 avril 2017 à 00:13 / Répondre

    Au même titre que la GLDF aujourd’hui par exemple, mais également d’autres familles maçonniques françaises exclusivement masculines, il me semblait, moi, que l’UGLE reconnaissait la qualité de ces Soeurs depuis un bail… Que la question n’était que celle de l’intervisite. La nouveauté serait en revanche non pas cette « reconnaissance », mais cette initiative GLTSOienne d’une tenue annuelle commune…
    .
    Amitiés,

    • 21
      Tao 1 avril 2017 à 15:13 / Répondre

      Héhé ! :o)

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
eget commodo id, sed Praesent accumsan vulputate, libero