longue marche FM

La longue marche des franc-maçonnes

Par Géplu dans Edition

Après Noirs et franc-maçons, et Les Ordres de Sagesse au Rite Français, derniers livres de Cécile Révauger, voici La longue marche des franc-maçonnes.

Y a-t-il un lien entre l’acceptation ou le refus des femmes et la question de la liberté absolue de conscience ? Autrement dit le concept de « régularité », prônée par la Grande Loge Unie d’Angleterre et les obédiences par elle reconnues dans le monde, s’appuie-t-il essentiellement sur l’exclusion des femmes, celle des athées ou les deux ? La question ne se posait pas tout à fait en ces termes au XVIIIe siècle où les Grandes Loges européennes entretenaient de bonnes relations. Cependant il existe un lien certain entre une prise de distance vis-à-vis de la religion et l’acceptation des femmes. Ce n’est pas un hasard si c’est justement en France et non en Grande-Bretagne, ou dans les colonies américaines, que sont apparues les loges d’adoption. Les Lumières françaises rejetaient le dogmatisme de l’Eglise catholique, et comme Voltaire, voulaient « écraser l’infame », c’est-à-dire le papisme et donc l’intolérance religieuse.

Cette phrase, extraite de la préface du livre de Cécile Révauger nous en donne l’esprit : quelle réponse la franc-maçonnerie française et la franc-maçonnerie anglo-saxonne ont-elles apportées aux femmes ? N’y aurait-il pas un lien entre la liberté de conscience, chère à la franc-maçonnerie libérale, la laïcité et l’émancipation des femmes ? On constate que lorsque les loges imposent la croyance en Dieu, elles rejettent souvent aussi toute présence féminine aux côtés des frères.

Le livre est divisé en trois chapitres. Le premier, « L’adoption dans tous ses états. Des Lumières à l’aube du XXe siècle ». Le second, « Les premiers pas des obédiences mixtes et féminines », et le troisième, « Les enjeux de la mixité au XXIe siècle ». Soit des exclusives lancées par Anderson dans ses constitutions de 1723 : Les personnes admises membre d’une loge doit être hommes de bien et loyaux, nés libres et d’âge mûr et discret, ni esclave, ni femme, ni hommes immoraux et scandaleux, mais de bonne réputation, à la dernière question posée par Cécile Révauger dans son livre : Pourquoi faut-il féminiser les titres maçonniques ? Réponse de Cécile Révauger : par ce que la féminisation des termes traduit un profond changement de mentalité, en franc-maçonnerie comme dans toute société. Il s’agit bien de reconnaître à la femme toute sa place en acceptant qu’elle ait son identité propre. (…) L’usage du féminin est un enjeu fondamental au même titre que l’égalité des salaires. Le langage est le reflet de notre société. La prééminence du masculin est un choix qui date du XVIIIe siècle.

La longue marche des franc-maçonnes, par Cécile Révauger. Editions Dervy, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de chez vous. ISBN : 979-1024202488

dimanche 25 mars 2018 2 commentaires
  • 2
    barbier 1 avril 2018 à 11:53 / Répondre

    Comparer les femmes à des plats aussi fins soient-ils, relève-t-il de la fraternité universelle? C’est du pur sexisme qui ramène la femme à un objet bon à croquer sans lui reconnaître leur personnalité humaine. Pouah!

  • 1
    Chouilla 26 mars 2018 à 08:23 / Répondre

    Le parallèle entre la liberté de conscience et la mixité me paraît quelque peu abusif. Il y a des loges mixtes, féminines et masculines, comme-ça, tout le monde y retrouve son compte.
    J’ai choisi une loge masculine. A un FF qui me disait que nous nous coupions de la moitié de l’humanité, j’ai répondu ceci:
    Il y a deux plats dont je raffole: les riz de veau aux morilles et la dame blanche noyée dans le chocolat fondu. J’adore. Mais jamais, au grand jamais, il ne me viendrait à l’idée de verser du chocolat fondu sur mon ris de veau aux morilles. Moralité, ce n’est pas parce que deux choses sont excellentes séparément qu’il est toujours bon de les mélanger.

    C’est mon avis et je le partage. 🙂

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
venenatis, sem, elit. non mattis libero.