Rugby à XIII

Le Rugby à XIII et la franc-maçonnerie

Par Géplu dans Edition

Comme la plupart d’entre vous j’ignorais qu’il y avait des liens entre la franc-maçonnerie et le rugby à XIII. Jusqu’à ce que Frank Perrin, « Biarrot quinziste de naissance » et passionné pour le Treize depuis environ 16 ans ait eu l’idée d’écrire un livre, bientôt disponible sur le site de la FFR13, et dans lequel un chapitre entier est consacré aux relations entre le rugby à XIII et la franc-maçonnerie. Extraits :

Il existe vraisemblablement des liens entre le rugby à XIII et la franc-maçonnerie, notamment pendant la période 1934-1939, lors des premiers pas du mouvement treiziste. L’homme qui accorda l’agrément à la Ligue Française de Rugby à XIII, le 12 janvier 1938 s’appelait Camille Chautemps. Il était Premier ministre sous l’autorité du résident Lebrun. Deux jours plus tard, le 14 janvier, il donnait la démission de son gouvernement. C’était avant tout une personnalité publique, un homme d’Etat, mais Camille Chautemps était également franc-maçon, initié le 8 décembre 1906 aux Démophiles (Grand Orient de France), à Tours. D’après l’abbé Tourmentin, il aurait été désigné comme haut gradé et appelé « Souverain prince du royal secret 32e degré du rite écossais ancien accepté » par ses adversaires de l’extrême droite (…)

Alors pourquoi les dirigeants treizistes ont-ils baptisé leur « Temple » de Perpignan Gilbert Brutus ? Certes, Gilbert Brutus était un héros de la Seconde Guerre mondiale, ancien joueur et dirigeant de rugby, mais avant tout quinziste. Entre la date de décès de Gilbert Brutus, le 7 mars 1944, et 1962, date de l’inauguration du stade, il s’est écoulé près de vingt ans durant lesquels beaucoup d’événements se sont produits. Notamment, le décès tragique, le 17 janvier 1949, du pionner du XIII en France, le fameux Jean Galia. Pourquoi ne pas avoir baptisé le stade Jean Galia qui, de plus, est né à Ille-sur-Têt, dans le Roussillon ? Comment oublier l’épopée fabuleuse du XIII de France et de ses héros en Australie, avec une grande vedette telle que Puig-Aubert… Mystère. Un autre grand personnage de la politique française a joué un rôle important dans l’agrément obtenu par la Ligue Française de Rugby à XIII, en 1938, il s’agit de Jean Zay, dont les cendres ont été récemment transférées au Panthéon, en 2015. En tant que ministre de l’Éducation nationale, de 1936 à 1939, Jean Zay avait lui aussi défendu la cause du rugby à XIII pour qu’il soit reconnu à sa juste valeur. De plus, Jean Zay était franc-maçon, Loge Étienne Dolet (Grand Orient de France), ce qui lui valut d’être pourchassé par la milice de Vichy et les Allemands. Comme Gilbert Brutus, sa fin de vie s’avéra tragique, il fut assassiné en pleine forêt, le 20 juin 1944, par 3 miliciens après avoir quitté la prison de Melun. En réalité, il y a peu de francs-maçons treizistes connus et répertoriés dans le monde. On peut toutefois citer le fameux Herbert Henry « Dally » Messenger, natif de Balmain, en Australie, né le 22 avril 1883 et décédé le 24 novembre 1959. Il fut international de rugby à XV à 2 reprises, puis international à XIII pour le compte de la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Il évolua notamment dans le New South Wales. Il fut initié à l’âge de trente-deux ans, en 1915, dans la Loge Thespian n° 265. Plusieurs livres lui ont été consacrés, dont un intitulé « Le Maître ». (…) 

Le livre de Frank Perrin « Rugby à XIII, le rugby du futur » sera bientôt disponible sur le site de la FFR13. Également le 29 septembre à Brutus pour le match Dragons vs Giants Huddersfield lors de sa présentation et dédicaces.
.

Amusants les « A » de la ligne « Organe officiel… »

jeudi 13 septembre 2018 40 commentaires

Étiquettes : ,

  • 40
    PERRIN 22 octobre 2018 à 21:24 / Répondre

    VOICI LE LIEN POUR COMMANDER LE LIVRE SUR LE SITE DE LA FFR 13

    https://www.rugby-achat-centrale.com/63-presse

  • 38
    Fripounet 24 septembre 2018 à 12:13 / Répondre

    Désolé LAZARE-LAG
    Je n’ai jamais insinué un quelconque lien entre F M et RUGBY à XIII ayant concouru à l’interdiction de la Ligue Française de Rugby à XIII sous l’occupation.
    Si cela a pu être compris ainsi j’en suis désolé.
    Cette idée ou insinuation, n’a jamais traversé mon esprit.
    A lire un excellent dossier de l’EQUIPE Magazine du 11 mai 2013. Dossier intitulé  » LA SALE HISTOIRE » qui m’a surpris, ce journal ayant plus tendance à ignorer le XIII.
    Mais là chapeau!
    Excellemment fait, bien documenté, et qui n’a pas dû faire que des heureux chez les cousins d’en face.

  • 32
    Désap. 20 septembre 2018 à 09:27 / Répondre

    Le jeu de quille est le seul jeux de lancé de boule (au singulier) à la main ayant des points communs avec les nationalisme, fascisme et nazisme.
    Boulanger le pratiquait chaque mercredi soir en compagnie de Déroulède
    Mussolini rend sa pratique obligatoire tous les jours à 13h42 par décret du 17/03/1923 (c’est ma fête … le 17/03)
    Drumont dormait avec une quille près de lui, des mauvaises langues disent …
    Hitler y jouait jeune, puis en loucedé à partir de 1931 parce qu’il avait une guerre à préparer
    Pétain, lui, avait un mal de dos carabiné qui l’empêchait, il le regretta toute sa vie, ce fut le thème de son ouvrage : « le jeu de quille : la solution ».
    On comprendra, au contraire du Rugby à XIII, que le jeu de quille n’est pas régulier, ni spiritualiste, moins encore sociétal.

  • 30
    Fripounet 19 septembre 2018 à 22:19 / Répondre

    Le rugby à XIII est le seul sport ayant des points communs avec la Franc Maçonnerie.
    En plus des valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité il y a/pratique les tenues et tout comme la F M il a été interdit par le régime des nazillons de Vichy

    • 31
      lazare-lag 20 septembre 2018 à 06:51 / Répondre

      Le seul sport ayant des points communs?
      J’ai pourtant par deux fois écouté des planches qui faisaient le lien entre F.M. et rugby à XV…
      Dont une dans une loge implantée dans une région où prédominent les footeux.
      Et quelle ne fût pas ma surprise quand, au moment du débat, nous avons été jusqu’à 7 ou 8 frères à nous « dévoiler » comme ayant pratiqué à des degrés divers l’ovale, le frère conférencier ayant même joué une bonne dizaine d’années dans un club de ce qui était baptisée à l’époque 2ème division.
      Les agapes n’en furent que plus fraternelles.
      Quant à dire que tout comme la F.M. le XIII a été interdit par Vichy, c’est un argument à manier avec précaution. Ainsi rédigé cela pourrait laisser supposer que c’est cette accointance maçonnique qui est à l’origine de son interdiction, et uniquement cela.
      Dans l’ignorance des motivations réelles qui ont prévalu à cette décision vichyste, pour ma part je me garderai de me prononcer davantage.
      On devrait pouvoir retrouver ces motivations archivés quelque part, j’imagine.
      A part ça, Fripounet donnera bien évidemment le bonjour à Marisette.

      • 34
        Templier64 20 septembre 2018 à 12:10 / Répondre

        La ligue française de rugby à XIII a été supprimée à l’inituat d’un president d’un club de rugby très connu par courrier en date du 3 septembre 1940.La suite et la décision prise par le commissariat aux sports de Jean Borotra tout cela est détaillé dans mon ouvrage. Le reste n’est que littérature. J’ajoute qu’il m’a fallu plus de 15 ans de recherches sur 17kms d’archives pour retrouver ces fameux documents dont une lettre unique et donc essentielle du Président de la Ligue française de football rugby à XIII Marcel Laborde datée du 4 septembre 1940. Tout est très clair j’ajoute également que les allemands n’y sont pour rien et ces documents étaient quasi introuvables pour les historiens chercheurs. C’est Napoléon qui m’ a trace le chemin …

      • 35
        Templier64 20 septembre 2018 à 12:17 / Répondre

        La maçonnerie n’est pas le prétexte premier de l’’interdiction du 13 par Vichy en septembre 1940 mais l’argent et la jalousie qui est un vilain défaut…Tout cela est mis en évidence au travers des documents publiés. La tragédie se déroule en trois actes du 4 au 6 septembre et il y a en tout et pour tout trois acteurs d’un côté contre un seul de l’autre. La “lutte” était d’evidence parvtrop inégale et les liens fraternels ont sans doute compte pour beaucoup entre certains personnages.

        • 36
          aymeri 21 septembre 2018 à 15:15 / Répondre

          Tout à fait d’accord avec Templier64 !
          Se procurer l’ouvrage historique de Mr Louis Bonnery : Le rugby à XIII …qui contient tous les documents inhérents à cette troublante époque. Il faut bien reconnaître qu’à cette période le rugby à XV trainait les godasses avec des packs à l’image du lourd Alfred Roques de Cahors…et les dirigeants jaloux du succès du rugby à XIII si l’on se réfère aux articles du « Miroir des Sports »…Et Vichy aux décideurs du rugby à XV. Pas Fair Play du tout !

          • 37
            Templier64 21 septembre 2018 à 18:05 / Répondre

            Dans mon ouvrage le chapitre 2 mets en avant les échanges officiels de courrier entre un club de rugby et les responsables du commissariat aux sports. On y retrouve le nom du club, la date , le contenu in extenso le cachet du commissariat reçu le et la signature du président qui rédige ce courrier. Pièce unique jamais publiée nom du club et président jamais cités dans l’interdIction du 13 par Vichy. Bien entendu sont publiées les courriers brouillons etc.. des responsables avec leurs noms et signatures. Aucune équivoque on sait qui a ouvert les hostilités et qui a pris la décision finale dans mon ouvrage.

            • 39
              aymeri 30 septembre 2018 à 20:25 /

              Merci de toute cette émergence de documents officiels et réalités sombres pour le rugby à XIII. J’ai reçu le bouquin très bien documenté et révélateur de l’attaque en règle des représentants d’un autre rugby devenu rugby bulldozer ….

    • 33
      Templier64 20 septembre 2018 à 09:27 / Répondre

      Merci Fripounet pour ces précisions historiques et ces confirmations.

  • 14
    Adrien C 16 septembre 2018 à 17:56 / Répondre

    Qui peut dire la différence entre le rugby à XV et celui à XIII ?

    • 15
      Désap. 16 septembre 2018 à 18:29 / Répondre

      2

      • 19
        lazare-lag 16 septembre 2018 à 21:40 / Répondre

        Ou plutôt: II ?
        – – –
        Mais je crois que les explications de Templier64 ci-dessous (message 17) sont plus pédagogiques pour Adrien.
        Mais cela n’empêche pas l’humour du 2.

        • 21
          Désap. 16 septembre 2018 à 22:46 / Répondre

          Mon BAF Lazare, une chose me plait particuliérement, nous sommes passés tous deux d’une certaine incompréhension à une compréhension certaine !
          Et pour tout te dire, j’ai hésité à user de « II » mais je me suis dit, à tord, que « 2 » serait mieux compris.
          Très Frat.

          • 23
            lazare-lag 17 septembre 2018 à 02:39 / Répondre

            Incompréhension?
            Personnellement j’ai toujours compris ce que j’ai écrit.
            Je suppose qu’il en est de même pour toi avec ta propre prose! (lol, bien sûr)

      • 28
        Templier64 17 septembre 2018 à 13:07 / Répondre

        Que pensez-vous du A de la ligne « Organe officiel… du journal Rugby Treize joint dans l’article de Geplu ?

      • 29
        Templier64 18 septembre 2018 à 14:30 / Répondre

        Le lien pour commander :

        https://www.rugby-achat-centrale.com

    • 17
      Templier64 16 septembre 2018 à 19:24 / Répondre

      Déjà le nombre de joueurs 26 au lieu de 30. Les règles avec le tenu chez les treizistes qui consiste à porter le ballon cinq fois de suite pour aller marquer l’equipe Attaquante gardant le ballon si pas de point il y a un tenu de transition et le ballon revient en jeu chez l’ad. Les touches sont jouées de suite à la main à Treize pas à quinze ou l’on arrive en marchant et puis on saute . Les mêlées ne font pas poussées ni effondrées à 13 car jouées très vite au niveau du troisième ligne pour accélérer le jeu. Lors des remplaçements de joueurs à 13 on n’arrete pas le jeu comme sur le modèle du hockey sur glace à 15 on arrête le jeu.

      Les points

      à 15 un essai : 5 points à 13 : 4 points
      Drop a 15 : 3 points à 13 : 1 point.
      Pénalité à 15 : 3 points à 13 : 2 points

      Temps de jeu effectif :

      A 15 moyenne Top 14 : 32 minutes International : 40
      A 13 moyenne Super League Dragons Catalans : 65 minutes International : 68 minutes ( proche football)

      • 20
        lazare-lag 16 septembre 2018 à 22:13 / Répondre

        Et la transformation? Elle est à combien à XIII? A 2 comme à XV?

        • 24
          Templier64 17 septembre 2018 à 08:33 / Répondre

          oui « 2 » c’était bien vu car la transformation chez les treizistes c’est 2 points comme à 15.

          Dans les deux jeux de rugby les règles ont beaucoup évolué au fil du temps et notamment à 15 le professionnalisme de 1995 y est pour quelque chose.

          Autre différence notoire ceux sont les dimensions des zones d’en but autrement dit celles situées derrière les poteaux. A 15 entre 10m et 22 m maximum de large à 13 de mémoire 6 m maximum.

          Je vous renvoi au liens suivants pour de plus amp’ Informations :

          https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Comparaison_des_règles_du_jeu_du_rugby_à_XV_et_du_rugby_à_XIII

        • 26
          aymeri 17 septembre 2018 à 09:36 / Répondre

          Oui elle compte pour deux points après avoir marqué l’essai…de même que la pénalité réalisée.
          La moyenne de jeu au rugby à XIII que je relève dans les transmissions de Bein Sports est supérieure à 75 minutes car le chrono s’arrête pour les arrêts de jeu. Du reste on place désormais deux arbitres sur le terrain pour les rencontres des professionnels anglais et australiens. La France s’y colle aussi pour les phases finales.
          Ceci dit, en 1951 et 1955 l’Equipe de France a été par deux fois sacrée championne du monde ( voir l’accueil à Marseille ) en allant battre les Australiens et les Anglais chez eux ! A tous Seigneurs tout honneur !
          Quant à la polémique XIII/XV aujourd’hui tempérée que les treizistes ont su canaliser malgré des « vacheries » comme celle des municipalités quinzistes de Béziers et d’Agen qui ont refusé d’accueillir sur leur stade l’équipe de France de rugby à XIII !Espérons que ces supporters là se sont calmés depuis ? Et la cohabitation des deux rugby est bien consentie à Perpignan, à Carcassonne et à Toulouse.
          Et pour rappeler que la FM et le Rugby à XIII font bon ménage, les dirigeants treizistes ont su avaler des couleuvres – se rappeler la règle des 18 ans d’un Pdt fédéral pour franchir le rubicon ( Maso ) – pour maintenir une Paix sportive bien recherchée. Et l’idée de faire pratiquer le rugby aux handicapés est bien venue du Rugby à XIII ( XIII Fauteuil dont l’équipe de France est championne du monde ). A vous lire ?

    • 22
      lazare-lag 17 septembre 2018 à 02:31 / Répondre

      Petit complément apporté à l’excellente présentation de Templier64,la numérotation des maillots et la mêlée:
      En XV, la numérotation part de la mêlée jusqu’à l’arrière comme ceci:
      /1/ Pilier gauche /2/ Talonneur /3/ Pilier droit,
      /4/ et /5/ les deux Deuxièmes Lignes
      /6/ et /7/ les deux Troisièmes Lignes Ailes placés de part et d’autre du /8/ Troisième Ligne Centre
      (soit une mêlée à 8 joueurs).
      /9/ et /10/ Demi de Mêlée et Demi d’Ouverture,
      /11/,/12/,/13/ et /14/, ligne des Trois Quarts,(Aile, Centre, Centre, Aile)
      /15/ Arrière.
      Au XIII, c’est totalement l’inverse, on numérote de l’arrière, pour finir à la mêlée, comme suit:
      /10/ Pilier gauche /9/ Talonneur /8/ Pilier droit
      /12/ et /11/ les deux Deuxièmes Lignes
      /13/ Troisième Ligne.
      En XIII, il est seul, pas de flanqueurs, c’est l’équivalent du 3ème ligne centre du XV, (autrement dit du /8/).
      C’est donc un pack de 6 joueurs seulement.
      Différence énorme, notamment pour la stabilité, l’équilibre de la mêlée.
      Une mêlée à 8, avec flanqueurs,(au XV donc) pouvant se permettre d’être plus basse lors des introductions de ballons, qu’une mêlée à 6 (au XIII).
      Sans parler du poids.
      En niveau international, un pack de 8 joueurs ça fait souvent maintenant un minimum de 880 kg.
      Donc la mêlée en action c’est 2 packs l’un contre l’autre soit pas loin de 1.800 kg de muscles au total en action en un seul effort.
      Poursuivons avec la numérotation des lignes arrières du XIII:
      /7/ et /6/ Demi de Mêlée et Demi d’Ouverture,
      /5/,/4/,/3/ et /2/, ligne des Trois Quarts,
      /1/ Arrière.
      Celà dit, les pages Wikipedia sur les deux rugby sont assez bien faites aussi; les consulter sans modération.
      Mais je vois qu’à être de plus en plus précis sur le plan Rugby, on n’en est que plus éloigné à évoquer la Franc-Maçonnerie.
      Recentrons-nous, comme pourrait dire par exemple un Trois Quart Centre, ou un Troisième Ligne Centre.
      Et pour finir, une autre citation rugbystique, connue aussi bien du XIII que du XV:
      « Le Rugby c’est comme le piano, il y a ceux qui en jouent, et il y a ceux qui les portent ».
      Pour Adrien peut-être,(s’il est vraiment profane en Rugby), la première partie de phrase concerne plutôt les lignes arrières, la seconde vise davantage les avants.

      • 27
        Templier64 17 septembre 2018 à 13:04 / Répondre

        À 15 comme à 13 nous retrouvons des liens et des mots communs comme :

        La Loge
        Les Piliers
        La Chandelle …etc…

        Mais si vous observez des maillots de treiziste de plus près vous verrez que sur la face avant il y a le fameux V le V de la victoire obtenue par les ouvriers du nord de l’Angleterre lorsqu’en 1895 ils obtinrent le fameux « defraiement «  repris en France en 1934 par la ligue française de rugby football à 13. Ce V c’est le scapulaire repris par le football dans les années 30 et notamment les Girondins de Bordeaux. Au-delà de cela c’est aussi le V de Winston Churchill pendant la seconde guerre mondiale le V du maçon…

    • 25
      Templier64 17 septembre 2018 à 08:34 / Répondre
  • 13
    lazare-lag 16 septembre 2018 à 17:14 / Répondre

    Je reviens un instant sur l’assassinat de Jean Zay.
    Incarcéré à la maison d’arrêt de Riom, il en a été extrait effectivement le 20 juin 1944 sur ordre écrit de André Baillet, directeur général de l’administration pénitentiaire, agissant sur ordre reçu le 16 juin de Raymond Clémoz, directeur de cabinet de Joseph Darnand, qu’on ne présente pas.
    A priori il s’agissait de mener Jean Zay à la maison centrale de Melun. Pour ce faire, l’opération de transfèrement est menée par une équipe composée de Henri Milou, chef du Service de la Sécurité à Vichy et deux miliciens , Cordier et Develle. Le tout sous l’autorité de Jocelyn Maret, adjoint du directeur général Baillet qui rejoint Vichy à l’Hôtel Thermal et qui, prudemment, ne se présente pas à la maison d’arrêt de Riom.
    Jean Zay sera abattu non loin de Vichy sur la commune de Cusset au lieu-dit le « Puits-du-Diable ». et dépouillé de ses vêtements, de son alliance, jeté nu dans une crevasse. Par précaution les miliciens font sauter un pan de roche à l’explosif produisant un éboulis enfouissant durablement le corps de Jean Zay.
    Des ossements humains découverts deux ans plus tard en cet endroit par des chasseurs ne peuvent être identifiés.
    Il faudra l’arrestation du milicien Develle en 1958, sur le point de prendre un bateau en partance pour le Pérou, ( et après avoir trouvé refuge dans un couvent italien) pour que l’enquête reprenne, progresse et que l’identification du corps retrouvé et enterré sous l’appellation « inconnu » dans le cimetière de Molles, soit formellement identifié comme étant celui de Jean Zay.
    On notera pour information que:
    – Baillet sera condamné et exécuté à la Libération,
    – Cordier sera tué dans une opération contre le maquis, peu après l’assassinat de Jean Zay,
    – Jocelyn Maret et Henri Milou se sont réfugiés en Amérique du Sud
    – Develle sera condamné aux travaux forcés à perpétuité.
    (source: Pierre Gilolitto « Histoire de la Milice », Ed. Perrin, collection de poche « Tempus », février 2002).
    – – –
    Pour finir sur une note rugbystique, donc plus légère j’espère, et sans vouloir participer aux oppositions (dépassées? stériles? un peu puériles?) entre treizistes et quinzistes ( je suis natif de Saint Gaudens, ai fait ma fac à Toulouse, ai du sang catholique et protestant, croisement au moins aussi difficile à gérer qu’un croisement XIII et XV…), je vous propose une petite histoire placée en exergue du livre que Jean Lacouture avait consacré au rugby, « Le rugby, c’est un monde », (Ed. Seuil 1979, coll. Points/Actuel):
    « Le Bordeaux Etudiants Club (BEC) doit jouer à Toulouse. Au moment du départ – examens, samedi trop bien fêtés, – trois joueurs manquent. On prend quand même le train. les dirigeants adverses s’étonnent: « Mais vous n’êtes que douze! ». Et le capitaine bordelais très digne: « Aquinzeu, nous nous gênons. ».(sic)..
    – – –
    Treizistes, comme quinzistes, tout le monde devrait apprécier.

    • 16
      Templier64 16 septembre 2018 à 19:08 / Répondre

      Merci beaucoup Lazare-Lag pour toutes ces précisions historiques dont certaines m’ont beaucoup touchées et émues. Je relaierai sur ma page Face book dédiée au Rugby à XIII. J’étais au Musée d’Aquitaine le 5 septembre 2007 lors de l’exposition le Rugby est un monde et j’avais pu me procurer le livre imprimé à cette occasion. Un grand souvenir avec quelques objets treizistes de légende dont une paire de crampons exposés dans un coffret en verre appartenant à l’illustre Puig Aubert utilisés lors de sa tournée victorieuse de 1951 en Australie.

    • 18
      lazare-lag 16 septembre 2018 à 21:33 / Répondre

      Je me relis.
      Erratum, suite à une petite erreur de frappe de ma part:
      Pour l’auteur du livre « Histoire de la Milice », il faut lire Pierre Giolitto.
      Toutes mes excuses, Templier64, surtout si tu veux relayer ensuite sur une page Facebook.

  • 12
    Templier64 15 septembre 2018 à 21:44 / Répondre

    Aimery merci pour vos commentaires sur l’histoire de la Ligue Française de Football Ruby à 13 l’appellation exacte de l’epoque. En parcourant le chapitre concernant la suppression du Rugby à 13 vous découvrirez avec stupeur je pense les documents d’epoque que j’ai retrouvé. Une nouvelle entité apparaît dès le 3 septembre 1940 inconnue des historiens chercheurs jusqu’en janvier 2018 date à laquelle j’ai pu retrouver les manuscrits les brouillons les dactylographies avec comme vous l’imaginez tous les acteurs de la tragédie. Cette entité est en réalité un club…

    Jérôme Carcopino n’est qu’un second rôle de même que le fameux Paul Voivenel docteur psychiatre auteur de « Mon beau Rugby » écrit en 1942 dans lequel il présente habilement un réquisitoire contre le Rugby à XIII «  semi -professionel » ( je le prouve dans l’ouvrage à l’aide de documents datant de 1936) mais aussi amateur à la demande du commissaire aux sports Jean Borotra ( lettre du 18 septembre demandant d’établir un compte rendu sur la situation du rugby en France). Il faut bien retenir cette date du 18 septembre ainsi que celle du 17 octobre 1940 . La suite dans le livre….à paraître très bientôt.

  • 9
    Templier64 15 septembre 2018 à 16:47 / Répondre

    Le Bon Maçon puisque vous m’y obligez je vais vous apprendre quelque chose d’inconnu pour vous. En mars 2014 lors d’un débat aux municipales de Biarritz au Casino Bellevue devant 700 personnes j’ai confirmé qu’au moment de signer à la sous préfecture de Bayonne le document dit « nomenclature des partis paraphé en haut à gauche par le ministre de l’intérieur ex maçon (VE) le FN était bel et bien classe hors extrême droite ! Aucun candidat n’a soufflé mot ou contesté y compris le philosophe d’extrême-gauche. Seul le journaliste de France Bleu Pays Basque m’a répondu au micro «  Intéressant cela pourrait faire l’objet d’un debat ». Voyez qu’il y a toujours eu désinformation auprès du public et je confirme ici ce fait avéré . Par contre ma demande de copie a été refusée à la sous préfecture vous pouvez imaginer pourquoi. Autre chose étonnante vous employez le mot péjoratif « Jeu » pour qualifier le 13. Vous avez un train de retard car depuis un arrêt de la Cour de Cassation de 1994 suite à 8 ans de procédures le mot d’origine «  Rugby » a été redonné au 13 grâce à deux avocats dont l’un maçon ( GC) . Vive le Rugby à 13 Vive la Maçonnerie.

  • 6
    Le bon Maçon 15 septembre 2018 à 14:18 / Répondre

    Bizarre, vous avez dit bizarre !

    Oui, j’ai dit bizarre. Bizarre que Franck Perrin (Franc-Maçon ? – nous en doutons fort) qui « incarne à merveille ce nouveau Front national » (cf. extrait ci-dessous) et clairement identifié plus qu’à droite se réfère à Jean Zay.

    Je reprends à mon compte la réplique de l’épilogue de la Résistible Ascension d’Arturo Ui (satire de l’ascension d’Adolf Hitler) écrite par Bertolt Brecht en 1941 : « Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde. » La locution « bête immonde » est, vous le savez tous, une métaphore souvent utilisée pour désigner le nazisme, le fascisme, le racisme, l’antisémitisme ou d’autres idéologies associées à l’extrême droite.

    Franck Perrin traîne donc derrière lui une drôle d’impression. Amusant donc de faire un papier sur FM et Jeu à XIII.

    J’en veux pour preuve cet article :

    « Ne pas sous-estimer Jean Zay

    Sympathique et discret, Franck Perrin, à l’image de Florian Philippot, incarne à merveille ce nouveau Front national, tellement plus redoutable que celui de Jean-Marie Le Pen qui se disqualifiait par ces excès verbaux. Lors du débat politique organisé par TVPI, pendant les élections municipales, l’ancien salarié de l’office du Tourisme avait sidéré tout le monde en évoquant son homme politique favori, Jean Zay, ce ministre radical-socialiste assassiné par les miliciens en 1944. En binôme avec Peggy Lepretre, peu connue sur Biarritz, Frank Perrin doit se frotter les mains en voyant le spectacle pitoyable offert par la majorité comme par l’opposition, à l’occasion de ces élections départementales. Et si, porté par la vague de mécontentement qui agite le pays, par ce ras-le-bol de l’UMPS, dénoncé par Marine Le Pen, il était la surprise du deuxième tour ? » Source : https://jeanyvesviollier.com/2015/02/18/michel-blanc-a-lassaut-de-biarritz/

    Mais aussi tête de liste du Rassemblement bleu Marine : https://jeanyvesviollier.com/2014/03/21/biarritz-les-faux-nez-de-la-liste-fn/

    Bonjour l’auteur !

    • 7
      Templier64 15 septembre 2018 à 16:15 / Répondre

      Cher ami dans la vie il ne faut pas mourir idiot vous le savez bien. Mon éphémère parcours politique c’est du passé qui a été une expérience humaine très enrichissante à tous points de vue. Si vous vérifiez vous rendrez compte que je ne suis enrôlé dans aucun parti politique français depuis les départementales 2015. Vous ne connaissez pas ma vie privée et ne pouvez me juger. À Biarritz tous les élus sans exception me saluent et certains m’apprécient beaucoup. Je pourrais les citer et ils font centriste socialistes voire communistes. Oui posez-vous les bonnes questions du reste si je défends le 13 depuis 16 ans c’est justement pour que sa mémoire volée par des personnes d’extrême droite soit enfin restituée. Les 15 années de recherches ont été couronnées de succès . Mon petit doigt me dit que vous êtes plus près du 15 que du 13…Qu’importe la suite le 29 septembre vous saurez tout sur ceux qui ont supprimé et spolié le 13 et de nouveaux éléments sur les liens entre la FM et le 13. Merci pour votre réponse. Fraternellement. FP

    • 8
      Templier64 15 septembre 2018 à 16:19 / Répondre

      Monsieur le Bon Maçon merci de ne pas égratigner mon prénom quand vous me citez. C’est Frank et non Franck je vous remercie infiniment.

    • 10
      aymeri 15 septembre 2018 à 17:40 / Répondre

      Bonjour Le Bon Maçon !
      Dans vos propos on y trouve un mélange incongru d’appartenances qui n’ont rien à voir avec l’esprit de l’article de Frank Perrin…et votre commentaire appelle un meilleur zoom sur les 3 articles du décret de dissolution de la Ligue de Rugby à XIII établi par le ténébreux secrétaire d’Etat du gouvernement de Vichy Mr Jérôme CARCOPINO le 19 décembre 1941 et paru au J.O. du 27 décembre 1941 sous la signature de PH. PETAIN. Ce monsieur observant la montée en puissance du Rugby à XIII en faisant beaucoup d’ombre au rugby à XV (?) a décidé d’y mettre un terme pas très glorieux…lire l’ouvrage de Mr. Louis BONNERY intitulé : Le Rugby à XIII le plus français du monde…fort heureusement Mr Gaston ROUX Directeur de l’Education Physique et des Sports a publié en 1947 un texte officiel qui précise les relations entre la FFR XV et la FFR XIII. Et en 1948 est créée la Fédération Internationale de Rugby à XIII à Bordeaux. Enfin l’arrêté du 11 avril 1949 publié au JO du 22 avril 1949 rétabli la Fédération Française de Jeu à XIII établi par Mr André MORICE.
      Quant à votre jugement mieux y regarder de plus près svp notamment sur ce que vous citez.

    • 11
      Templier64 15 septembre 2018 à 18:10 / Répondre

      J’avais très exactement cité Georges Pompidou en premier lieu et ensuite Camille Chautemps l’homme qui donna l’agrement à la Ligue Française de Rugby à 13 le 12 janvier 1938 numéro 16739. C’est vrai que cela pouvait surprendre mais c’était réfléchi et sincère .

  • 3
    aymeri 14 septembre 2018 à 12:00 / Répondre

    Gilbert Brutus était aussi Franc Maçon…il est cité dans le Temple de Rivesaltes…et la chaîne Bein Sport en fait parler aussi…il y a aussi des ex joueurs qui le sont.

    • 4
      Templier64 14 septembre 2018 à 16:03 / Répondre

      Très intéressant et quand vous écrivez « d’anciens joueurs le sont »  on comprend « treizistes » n’est ce pas ?

      • 5
        aymeri 15 septembre 2018 à 11:08 / Répondre

        Oui « treizistes » et dans les départements de l’Aude et des P.O.

  • 2
    Templier64 13 septembre 2018 à 10:51 / Répondre

    Merci beaucoup pour cette précision historique.

  • 1
    Union et Solidarité 13 septembre 2018 à 08:57 / Répondre

    Bonjour,
    Jean Zay « fut assassiné en pleine forêt, le 20 juin 1944, par 3 miliciens après avoir quitté la prison de Melun ».
    En réalité, il s’agissait de la maison d’arrêt de Riom (pas la Centrale située alors non loin de là).
    Un débat fait actuellement rage à Riom, il est question de raser les bâtiments pour y établir un parking. Faut-il tout raser, préserver la façade, ou tout conserver au nom du devoir de mémoire ?
    En février 2015, en présence du Grand Maître, les francs-maçons du GODF ont dévoilé sur la façade une plaque commémorative à la mémoire de notre frère assassiné.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
commodo vel, velit, ut leo. massa mi, sit consectetur ipsum id