JL Melenchon

Alors, Mélenchon, pour ou contre ?…

Par Géplu dans Divers

Il est clair que Jean-Luc Mélenchon est un homme politique et, pour ce qui nous concerne, un Frère qui « clive » comme l’on dit aujourd’hui. Mercredi, après l’annonce de sa demande de suspension par le Conseil de l’Ordre du GODF, j’ai mis en ligne un article avec un sondage vous demandant si vous étiez pour, ou contre cette demande du Conseil de l’Ordre.

Certes ce sondage, ouvert à tous sans sélection ni contrôle, n’a pas la rigueur et la fiabilité de ceux fait pas des instituts professionnels, d’autant que dès le premier jour j’ai été informé qu’un mot d’ordre circulait dans les rangs de la France Insoumise demandant « d’aller voter « contre » au sondage du site Hiram.be ». Dans quelle mesure ce bourrage d’urne a influencé le résultat, impossible de le savoir, mais à vendredi soir les « pour » le soutien à la demande de suspension étaient légèrement en tête. Une majorité faible donc qui, même si elle aurait sans doute pu être un peu plus forte sans les apports litigieux, montre que le sujet divise fortement au sein du GODF.

La virulence de certains des près de 130 commentaires est aussi édifiante. Souvent passionnés, donc perdant de l’objectivité, partant dans tous les sens, certains même (que je n’ai bien sûr pas passé) dépassant la mesure et en venant aux insultes et aux attaques personnelles. Un peu de recul était nécessaire. J’ai donc demandé à deux Frères que je connais pour leur sérieux et leur capacité d’analyse et d’expression, l’un « contre » la mesure demandée par le Conseil de l’Ordre et l’autre « pour », de nous donner leurs arguments. Les voici : 
Géplu

________________________

Conseil de l’Ordre du GODF :
le coup de pied de l’âne à Mélenchon

Le Conseil de l’Ordre du GODF vient de décider de saisir la justice maçonnique pour suspension du Frère Jean-Luc Mélenchon. Le motif en serait l’enquête préliminaire dont il fait l’objet pour « actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Or les « violences » restent à démontrer – il y en eut de la part de la police – et « l’intimidation » relève du délit d’opinion. De surcroît, une « enquête préliminaire » n’est ni une plainte, ni une mise en examen, ni a fortiori une condamnation par la justice « profane ». Il faut donc en conclure que la décision du Conseil de l’Ordre, nonobstant les vertueuses dénégations de ses membres, n’a été prise que sous l’effet de la pression médiatique, faisant appel à l’émotion et non à la raison dans un but purement politique.

Sans même qu’il soit besoin d’invoquer un quelconque « complot », l’exécutif du GODF prouve au minimum son absence de tout sens politique.

Qui ne voit en effet que, dans le cadre de la préparation des élections européennes, le Président Macron a intérêt à répéter l’opération du second tour de la présidentielle : moi ou Marine Le Pen (1) ? Pour cela, il faut, soit casser le principal opposant de gauche, soit l’assimiler à l’extrême-droite (comme y contribue le très idéologique vocable de « populisme »). La réaction publique du Conseil de l’Ordre, qu’il le veuille ou non, ne peut s’exempter du cadre politique tracé par cette manœuvre. Sans même qu’il soit besoin d’invoquer un quelconque « complot », l’exécutif du GODF prouve au minimum son absence de tout sens politique. Il a perdu une belle occasion de se taire. C’est le coup de pied de l’âne, dont M. Macron n’avait même pas besoin.

Deux minutes de vidéo passant en boucle sur les réseaux sociaux auraient-ils plus d’importance que l’examen du fond de l’affaire ? Les réactions vigoureuses d’un citoyen face à une injustice dont il s’estime victime sont-elles plus répréhensibles qu’une opération du parquet et de la police menée spectaculairement, de façon spécialement intrusive, et à la marge des principes de la République ? Le recours à l’art. 93-3 du règlement général du GODF (« intempérance habituelle, propos grossiers ou inconvenants, inconduite ou immoralité, actes contraires à l’honneur, à la probité, exercice d’une profession notoirement déconsidérée [probablement prostitution ou proxénétisme]« ) ne peut pourtant viser que des faits d’une particulière gravité, sous peine de relever du délit d’opinion. Le Conseil de l’Ordre a le droit de ne pas aimer majoritairement le leader de la France Insoumise, ou simplement de croire que le combat politique se mène en gants blancs : il n’a pas celui de s’en prendre nommément et exclusivement au représentant d’une seule tendance politique.

Car il faut rappeler la pratique dominante au GODF, où l’on condamne en interne les seuls membres ou sympathisants de l’extrême-droite (ce qui est justifié). Ainsi, le défunt Frère Serge Dassault n’a jamais fait l’objet de la moindre sanction en justice maçonnique, depuis l’affaire des pots de vin en Belgique (1998) jusqu’aux enquêtes pour corruption, achat de voix, fraude fiscale. Beaucoup plus récemment, les déclarations et la loi sur les migrants dues au Frère Gérard Collomb, pas plus que ses multiples infractions au principe de laïcité (voyage au Vatican, vœux des Echevins, subventions aux cultes, etc.) ne lui ont valu la moindre suspension par la CSJM. Et pourtant, les protestations des Frères et Sœurs du GODF contre ces violations flagrantes des « valeurs » de l’Obédience n’ont pas été moins nombreuses que dans le cas de Mélenchon. Deux poids, deux mesures ?

S’il n’apporte qu’un dérisoire filet d’eau au moulin macronien, le Conseil de l’Ordre aura mécontenté bon nombre des Frères et Sœurs du GODF qui soutiennent Mélenchon, ou ne lui sont pas hostiles. Il n’aura même pas redoré l’image de la Franc-Maçonnerie dans le public profane prompt à véhiculer le mythe du « complot maçonnique », prenant le risque de faire passer « JLM » comme une de ses victimes. On veut croire que ce n’est qu’une maladresse…

(1) – Opération à laquelle un communiqué du GODF a d’ailleurs à l’époque prêté la main. Les Maçons qui refusaient d’appeler à voter Macron étaient souvent accusés de « faire le jeu de l’extrême-droite », dont le scrutin a bien confirmé qu’elle ne présentait aucun risque de l’emporter.

Anaia

________________________

Mélenchon et la loge « Bruit et fureur »

« Les gens » (? !) de la France entière ont pu voir le comportement d’un élu de la République face à une perquisition, comme il s’en est produit malheureusement des dizaines ces dernières années chez des hommes politiques de droite comme de gauche. Chaque citoyen aura apprécié la retenue, la dignité, la maîtrise de soi, le respect des institutions républicaines de cet élu de la République qui, dans ses discours se présente en parangon des vertus républicaines ; institutions républicaines que sont la justice et la police incarnées, ce jour-là, par des policiers et un procureur dans le cadre d’une procédure des plus classiques et non pas par cet élu, vociférant de manière outrancière et inappropriée : « La République, c’est moi » ou « ma personne est sacrée » (? !). En une période où des bandes de jeunes « racailles » n’hésitent plus à attaquer, de manière très violente, en incendiant, pillant, caillassant tout représentant de l’autorité républicaine dans ce qu’il convient d’appeler les « territoires perdus de la République », tout citoyen « lambda » serait en droit d’attendre une certaine exemplarité dans le comportement de la part d’un représentant élu du peuple.

Mais cela relève de la politique et chacun est, en France, encore libre de ses opinions, et même de leur expression. La franc-maçonnerie d’ailleurs, dans son ensemble et le GODF en particulier, se veulent les défenseurs intransigeants de ces valeurs républicaines. Là n’est donc pas le problème. Si problème il y a, c’est que Jean-Luc Mélenchon est membre d’une obédience maçonnique, le GODF. Il n’a jamais caché son appartenance et, dans ses discours publics, met souvent en avant son « humanisme ». Tout Frère ou Sœur est, à son niveau, (j’allais écrire en ses grades et qualités) responsable de l’image de la franc-maçonnerie tout entière. C’est encore plus vrai lorsque le Frère en question est un personnage public de premier plan. C’est ainsi que dans ce contexte tonitruant, le Conseil de l’Ordre légitimement élu a, dans le cadre du Règlement Général, saisi la Chambre Suprême de Justice Maçonnique, lui demandant de suspendre le Frère Mélenchon. Il l’a fait pour deux raisons : d’une part parce que le Frère Mélenchon fait l’objet d’une procédure judiciaire pour « actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique », et il n’est pas le seul à avoir fait l’objet d’une telle mesure, d’autre part parce que ce frère, en un temps où l’antimaçonnisme redevient virulent donne au grand public une image très négative de la franc-maçonnerie, pour ne pas dire déplorable.

Mais le fond du problème n’est, maçonniquement, pas là. Ce scandale, car c’en est un, en cache un autre. Ils ont été trente membres du Conseil de l’Ordre à voter pour cette mesure. Trois ont voté contre. Sont-ce les trois mauvais compagnons ? Car il est proprement scandaleux que l’un des Conseillers de l’Ordre se soit fait un plaisir de « balancer » cette information à un site d’information dont on ne dira jamais assez qu’il n’a pas de sympathie particulière pour la franc-maçonnerie. Celui ou ceux qui ont donné cette information à François Koch sont effectivement des « mauvais compagnons ». Etre parjure, renier son serment de ne rien révéler des délibérations mérite, dans tous les cas, une radiation de l’obédience. Encore faudrait-il trouver le coupable. Toujours est-il que l’ordre ne règne plus sur les colonnes, que ce soit celles des loges ou celles des réseaux sociaux. Depuis que cette affaire a été divulguée, non seulement les médias toujours à l’affut d’informations susceptibles de faire le « buzz » s’en sont emparés, mais un déchaînement de « passions » a envahi les réseaux sociaux. Ce ne sont qu’insultes et anathèmes proférés de façon virulente voire violente par des militants politiques qui sont censés être aussi des « frères » que la « passion politique » aveugle et qui a occulté ce qui leur reste de rationalité et de raison.

Pire encore, suivant en cela le leader de France Insoumise, certains crient au complot ; un complot ordonné par le Président de la République, relayé par le Procureur de la République, les forces de police, complot dont le Conseil de l’Ordre serait le complice … Il faut dire que ceux-là ne font que reprendre les cris d’orfraie de Jean-Luc Mélenchon.

Les métaux de la passion politique sont entrés dans le Temple

Voir des « victimes, en tant que francs-maçons » des nauséabondes théories du complot reprendre la même antienne de la « théorie du complot » que les membres de l’extrême-droite la plus virulente ne manque pas de piquant. Cela serait risible si ce n’était aussi grave. Ce sont non seulement les institutions démocratiques républicaines, dont les francs-maçons sont censés être les défenseurs qui sont ainsi mises à mal mais aussi les mœurs démocratiques. L’on assiste depuis des années à une montée des haines et des radicalités dans la société profane, qui interdisent que l’on puisse désormais débattre, relativement sereinement, entre citoyens de différents bords politiques. Mais à lire certaines réactions émanant de frères et de sœurs sur les blogs et réseaux sociaux, on ne peut que constater que ce cancer qui ronge les fondements de nos démocraties a métastasé chez les francs-maçons eux-mêmes, et cela est plus qu’inquiétant à la fois pour la République, pour la démocratie et pour la franc-maçonnerie, en tout cas celle du GODF. Les métaux de la passion politique sont entrés dans le Temple. Voir certains pétitionner publiquement contre la mesure de demande de suspension du Frère Mélenchon, c’est-à-dire, en dehors de tout usage, procédure et règlement du GODF en dit long sur le mépris qu’ils ont de l’institution à laquelle ils appartiennent.

La franc-maçonnerie, particulièrement celle du GODF, est victime depuis des décennies d’un entrisme pratiqué par des militants politiques qui sont les ennemis de la démocratie représentative et qui n’ont de maçon que le tablier. Si la parole est libre dans les ateliers et si elle peut circuler librement, c’est parce que chacun des membres accepte les règles. A partir du moment où l’on ne respecte plus ces règles et règlements que l’on a accepté librement, on ne peut plus, de fait, être considéré comme un homme (ou une femme) « libre et de bonnes mœurs ». Faire taire l’autre, l’insulter, vouloir le réduire au silence, ce n’est pas un comportement de frère ou de sœur, c’est un comportement de « factieux » et de « totalitaire ». Malheureusement, là encore, le mauvais exemple vient d’un frère, Jean-Luc Mélenchon, dont l’hystérisation des propos et du comportement est plus qu’outrancière.

Cette outrance langagière fait disparaître toute nuance, et le sens même de certains mots. La fraternité ne se décrète pas ni ne se proclame, elle se prouve dans les paroles et dans le comportement. La tolérance aussi, et elle doit être réciproque. Ce n’est que par un retour aux fondamentaux que cette affaire lamentable se réglera, maçonniquement, dans le respect de nos règlements. Que la justice maçonnique fasse son œuvre, que la justice profane fasse le sien, sereinement.

C’est ainsi qu’Hiram est grand.

Emerek le Fol

samedi 03 novembre 2018 25 commentaires

Étiquettes :

  • 22
    ERGIEF 5 novembre 2018 à 22:58 / Répondre

    Bien cher Géplu
    Ce sondage n’était vraiment pas une bonne idée. Ce déballage sur le blog, auquel j’ai participé (et avec le recul à ma plus grande confusion) non plus. Les deux intervenants que tu as jugé utile de convier au débat n’y ont rien apporté d’enrichissant, bien au contraire. Leurs propos alambiqués n’ont fait que l’obscurcir un peu plus. Au final cette affaire, qui n’en est pas une, aurait du rester dans le monde profane, au lieu de nous dresser les uns contre les autres. Nous y aurions tous gagné en sérénité.
    Il me revient une phrase de mon ancien rite: Que la paix règne parmi les hommes et que la joie soit dans les coeurs.
    C’est ce que je te souhaite de meilleur ce soir ainsi qu’a tous ceux et celles qui frequentent Hiam.be

    • 23
      Géplu 5 novembre 2018 à 23:55 / Répondre

      Merci de cet avis Ergief, mais pourquoi les Frères et les Sœurs ne pourraient pas s’exprimer sur cette affaire comme sur toute autre ?
      .
      A partir du moment où elle a été lancée, effectivement déplorablement, dans le monde profane par un journaliste profane qui n’a aucun respect pour notre institution et nos valeurs et qui ne cherche avec ses « révélations » qu’à se faire mousser et à faire du « buzz », voire à nous déconsidérer (comment trouve-t-il encore des Frères assez indignes pour l’alimenter ?), le débat est devenu public et le silence n’était plus de rigueur. Même si bien évidemment ceux qui s’expriment, sur Hiram.be comme ailleurs, ne le font qu’à titre personnel et n’ont pas vocation à se substituer – ni même, espérons-le, à influencer – les membres de la CSJM qui apprécieront et décideront en leur âme et conscience si la demande de suspension faite par les membres du Conseil de l’Ordre, là aussi en leur âme et conscience, est recevable.
      .
      Pour ma part je trouve un certain courage au Grand Maître et aux membres du Conseil d’avoir osé se saisir de cette affaire du comportement de Jean-Luc Mélenchon, qui n’honore pas la franc-maçonnerie en général et le GODF en particulier. Car même s’ils n’imaginaient certainement pas un tel tohu-bohu, ils se doutaient bien que dès que connue (car il n’a jamais été question de tenir cette saisine secrète, comment le faire d’ailleurs), l’affaire serait médiatisée.
      .
      Je suis de ceux, et je l’ai dit, qui pensent que Mélenchon a dépassé les bornes et que ses outrances sont indignes d’un franc-maçon et des engagements de respect – de soi, de l’autre et des institutions – que prend tout frère à sa réception, au moins au GODF. Je suis donc personnellement favorable à cette saisine, que je trouve justifiée. (une fois encore ce n’est que mon avis de Frère), mais je t’accorde que le débat a montré la grande division que provoque cette saisine, même s’il me semble que beaucoup des interventions et des commentaires pro-mélenchonistes « excessifs » reçus sur Hiram.be n’émanaient pas de francs-maçons. Comme l’a écrit Emerek le Fol, JLM et ses supporters ont réussi à faire entrer les métaux de la passion politique dans le temple. Et cela est regrettable. Y ai-je contribué ? Peut-être, et même il semble bien, mais mon intention n’était pourtant, comme toujours, que de chercher à éclairer les Frères et les Sœurs.
      Que la paix règne parmi les hommes et que la joie soit dans les coeurs… 🙂

  • 19
    Jean Bart 5 novembre 2018 à 18:20 / Répondre

    Toute organisation a des règles. Le GODF aussi.
    Seul un trotskiste comme Christian Eischen pouvait envisager un recours contre la décision du Conseil de l’Ordre du GODF. C’est-à-dire en dehors du Règlement Général, en lançant une pétition.
    Comme tout trotskiste, ce « frère » est un factieux, ennemi de la république.
    Désolé pour lui, mais le GODF ce n’est pas le soviet.
    Que font des trotskistes, ennemis de la démocratie représentative sur les colonnes ?

  • 18
    deriemont 5 novembre 2018 à 16:35 / Répondre

    La suspension administrative et la saisine de la CSJM pour de tels fait est une mesure à caractère exceptionnel que l’on aime ou pas Jean Luc Mélenchon. D’ordinaire cette procédure d’urgence est utilisée pour des faits d’appartenance à un parti qui prône la haine raciale etc…. et c’est la radiation qui est prononcée. Pour tous les autres cas et notamment pour des affaires de comportement, le Conseil de l’Ordre s’associe à la plainte d’un Frère, de plusieurs Frères ou d’une Loge. Et lorsque que la saisine est faite directement par le Conseil de l’Ordre c’est qu’il y a au moins mise en examen, ce qui n’est pas le cas.

  • 14
    Jean 4 novembre 2018 à 18:04 / Répondre

    Boudiou; voila bien du rififi chez les frangins, à croire que d’aucuns auraient besoin d’en découdre, une sorte de lynche … euh de lunch entre amis, le petit doigt levé en triangle sur l’anse de la tasse de thé. Le genre plus vertueux que moi tu meurs. Y a t’il un grade maçonnique, où l’on travaillerait sur le symbole de … « l’idiot utile », où à l’insu de notre plain gré on se ferait tirer les ficelles à l’instar d’une bien naïve marionnette ? A qui profite donc ce buzz médiatico maçonnique ??? Attention on avait eu la Franc-maçonnerie d’Empire, où les grands mamamouchis étaient choisis par le petit caporal lui-même, aurons nous une Franc- macronnerie … en pire, voire jupitérienne ? Le GM.°. du GODF raconte lui-même, qu’à peine élu GM.°. au Convent de Rouen, il avait reçu un appel téléphonique de … l’Élysée, où un chef de Cabinet, le conviait à une réunion qui a abouti à ce que l’on sait : la mise en cène, euh en scène jupitérienne des divers GM parlotant de laïcité, sous les auspices macroniennes, qui se pourraient être … l’hospice des voeux pieux … Allons donc après une bonne baston fraternelle, reprenons nos affaires et tâchons de ne pas nous blesser d’un coup de compas mal placé. Sachons raison garder et … buvons frais.

    • 20
      lazare-lag 5 novembre 2018 à 21:01 / Répondre

      Raison garder et boire frais…
      On fait comment pour boire frais avec la tasse de thé fumante et le petit doigt levé en triangle?
      Il est vrai qu’il existe du thé glacé, mais est-ce vraiment encore la saison?
      Et pourquoi du thé et des tasses, d’ailleurs?
      Au G.O.D.F., que je sache, on est plus dans le canon et dans la poudre, non?
      Mais on n’est pas là pour parler propos de salle humide.
      Et, parlant encore de JLM, peut-on se permettre de dire qu’on ne parle pas sèchement à un humide?
      (Bon, ok, je suis désolé, et c’est pas avec celle-là que je vais me faire des amis chez la plupart de nos tous nouveaux commentateurs opportunément débarqués de nulle part, enfin pas tout à fait de nulle part, quand même).

  • 13
    Jo 4 novembre 2018 à 14:47 / Répondre

    Toute intrusion dans notre domicile à une heure très matinale par des individus (cambrioleurs ou police) provoque une montée d’adrénaline sur nous et peut engendrer des réactions très diverses. Pour Jean-Luc, je pense qu’il s’est fait piéger, car les organisateurs de ces perquisitions connaissait bien à qui ils avaient à faire. Les médias sont un pouvoir redoutable et font parler les images sans commentaires. Dans l’actualité, d’autres sont mis à l’index comme Michel Onfray ou Tarik Ramadan qui osent ou ont osé défier le pouvoir.
    Soyons donc clement avec Jean-Luc qui, lui aussi, ose encore dénoncer les abus de ce pouvoir alors que nous restons pour une grande majorité les bras croisés.

    • 15
      Binah 4 novembre 2018 à 18:45 / Répondre

      Mettre sur le même plan : Michel Onfray, Jean-Luc Mélenchon et Tariq Ramadan…voilà une bien étrange similitude pour avoir (dixit) « osé défier » le, un ou des pouvoirs.
      Je n’aurai pas osé cette comparaison tant ils me semblent être aux antipodes. Mais JO est libre de son propos. Je n’ai pas l’âme d’un censeur.

      Je n’oublie pas que le Frère Antoine Sfeir, passé à l’orient éternel depuis peu, avait été assigné en justice pour diffamation à l’encontre de Monsieur Ramadan. Qu’avait-il dit de si diffamant ? Parfois je suis dans un tel étonnement socratique que cela en devient un émerveillement.
      La Justice avait alors relaxé le F. Antoine Sfeir. La Justice, ce n’est pas qu’une institution, c’est également une vertu.
      Les « grands Hommes » (hommes et femmes) sont souvent attaqués en diffamation …Monsieur Badinter en fait partie puisqu’il avait été assigné en diffamation par le sieur Faurisson…décidément la Justice, si décriée, avait là encore relaxé le Grand Monsieur Badinter.
      Laissons donc la Justice de notre beau pays accomplir sa mission dans la sérénité.
      La sérénité…parfois manque en guise de 4eme pilier.
      Les apprentis ont quelquefois plus de sagesse que les maîtres, voire plus de maîtrise.
      Enfin bref, beaucoup de bruits pour rien selon La formule shakespearienne ….cela permet le divertissement …
      Le jour où la Justice sera définitivement aux ordres…alors il conviendra en effet de s’inquiéter de l’état de notre régime politique.
      Et je pourrai alors décider de m’exiler vers une terre plus libre…une île par exemple pour imiter d’autres. Guernesey a déjà été prise par un certain Victor Hugo, l’Angleterre par De Gaulle…
      Tant qu’il existera des Hommes et des Femmes « raisonnables, bons et justes » …tout n’est pas perdu.
      Et oui j’emploie le mot « raisonnable » …parce qu’aujourd’hui nous sommes dans l’hybris.

      • 25
        réboussié 6 novembre 2018 à 10:39 / Répondre

        le frère A Sfeir ? je comprend mieux ..Que la paix règne ? mais ou voyez vous la guerre ? que la volaille se chicorne pour un bout de pomme …vous ne regardez donc pas BFM TV ? JL Mélenchon ? qui a évoqué sa fréquentation du temple ? ou de la mosquée ? c’est simplement un homme politique , qui cherche un moyen , un biais pour faire parler de lui ….manipulateur ? la séquence filmée ? répétée combien de fois ? modifie un peu l’angle , descend d’une marche ….une seconde , j’ai Macron au bout du fil , silence ….
        tant que c’est sur JLM , c’est pas sur le Président ? n’est ce pas ? donc , nous autres ? politisés ? à la base aussi ? je ne suis pas moi non plus transporté par chauffeur de la république , chauffé , nourri ….et ma retraite ? j’ai payé des cotisations pour cela ? non , mais tes cotisations servaient …..arrêtez les comptables , ou ne commencez pas , comptable aussi je suis , et je me souviens très bien du comptable d’une entreprise voisine à qui je faisais lire le JO que je recevais en tant que cadre : admission en non valeur ……et clic , plus de dettes ….pour une famille sur endettée , je conçois aisément , mais au JO , on parle d’autres choses que les familles endettées …
        Hubris ou Hybris ? celui qui veut plus que sa part ? JLM n’est pas le seul dans ce cas .. Nomos ? la demeure , mais aussi le triangle propriété production partage
        La justice ? ne peut en parler véritablement que celui qui l’a approchée de près ….sans être arrêté par un mur ….
        Oserais je ? le débat ici , ? vous êtes sur qu’il a lieu en loge ? et avec culpabilisation ? dramatisation ? Merci Géplu , car Internet , ça montre surtout qu’on a des choses à dire ….un peu en vitesse et en vrac …manque d’habitude de liberté de parole ? JLM ? un conseil si je peux ? retourne un peu en loge ….tu veux libérer ?? c’est pas parfait chez nous , mais ça pourrait ou devrait te servir de modèle , savoir écouter , donc se taire pendant que l’autre parle …la seule solution d’ailleurs si tu veux qu’ à son tour il t’écoute ..

    • 21
      lazare-lag 5 novembre 2018 à 21:11 / Répondre

      Tarik Ramadan qui vient s’inviter ici, dans cette chronique; aux côtés d’Onfray et de Mélenchon?
      Diable, je ne savais pas qu’Onfray et Mélenchon étaient concernés par des histoires de violence sexuelle, de harcèlement du même acabit, de manque de respect envers les femmes, et de viol.
      J’ai du manqué un épisode…
      Et merci @ Binah (message 15)de nous évoquer le Frère Antoine Sfeir, dont j’apprends hélas la disparition sous sa plume.
      Un frère comme on aimerait en voir davantage.

    • 24
      aymeri 6 novembre 2018 à 09:55 / Répondre

      Ce qui l’a le plus vexé à cet encore Frère grand aboyeur dans les médias c’est qu’il n’était pas seul chez lui… en plus il est sur le coup de quelques désordres financiers imputables au couple ? Il n’est plus excusable sur tous les plans …

  • 11
    aymeri 4 novembre 2018 à 14:23 / Répondre

    On est maçon en permanence et pas seulement quand cela arrange les choses…le comporte de cet insoumis est insupportable….il mérite d’être reconsidéré dans sa qualité de maçon…Il n’est pas au dessus des Lois ni en dessous mais comme un citoyen qui doit donner l’exemple …il en est très loin !

  • 9
    BRAGL 4 novembre 2018 à 10:43 / Répondre

    Cette « affaire » éclaire au moins une chose : le clivage politique du pays en camps irréconciliables (4 candidats à environ 20% à la présidentielle + l’abstention), qui traverse aussi la Franc-Maçonnerie – à l’exception de l’extrême droite, j’espère. Saurons nous rassembler ce qui est épars ?
    Cela sera difficile, si l’on s’en tient au constat de la peur viscérale que certains révèlent face au programme « l’avenir en commun », peut-être sans en avoir pris connaissance. Peur qui se traduit par l’emploi de mots-guillotines (factieux, totalitaire, hystérisation, etc.). Pourront-ils cohabiter avec des personnes qu’ils jugent ainsi ? Feront-ils le pas vers l’autre pour comprendre sa pensée ? La question réciproque se pose aussi.
    Enfin, il est intéressant de noter comment les détracteurs de JLM se positionnent en gardiens de la raison (ou du raisonnable), face à des hordes hirsutes. Comme si leur position, y compris dans l’affaire JLM-GODF, n’était que la seule possible au regard de la loi, de la logique et du bon sens. Elle est pourtant politique, elle aussi. Il faut relire la controverse Trotsky-Dewey pour voir comment, se sentant en danger dans ses privilèges, l’élite bourgeoise sécrète de la morale comme le sportif de la sueur.

  • 8
    Hérent Marie Claire 4 novembre 2018 à 10:27 / Répondre

    Qui suis-je pour juger? Nous avons connu dans notre Histoire maçonnique bien d’autres FF et SS engagés en politique de façon encore bien plus violente et plus virulente et qui étaient sincères en leur conscience. Je ne me permettrais pas de voter une suspension.

  • 7
    xm 3 novembre 2018 à 20:40 / Répondre

    C’est très bien d’avoir mis en parallèle deux positions contradictoires et équilibrés sur cette affaire.

    C’est une affaire particulière du GODF.

    Etant d’une autre Obédience, je n’ai pas à juger la position qu’il prendra.

    Néanmoins, il y largement à boire et à manger dans l’affaire Mélenchon.

    Il est également certain que son comportement le dessert fortement.

  • 6
    Ardennais 3 novembre 2018 à 19:50 / Répondre

    Deux remarques :
    1) « Il (JLM) n’a jamais caché son appartenance ». Voilà qui est totalement inexact, puisque c’est exactement le contraire : le F:. Mélenchon a toujours pris soin de n’en rien dire, voire d’éluder la question lorsqu’elle lui était posée sans détour, et même lorsqu’elle l’était avec insistance. À ma connaissance il ne l’a confirmée que très récemment, et de manière la moins tapageuse qui soit, dans un livre d’entretiens dont il est vraisemblable qu’il aura touché un public assez restreint, et peut-être également dans un documentaire qui lui était consacré (mais j’en suis moins sûr), et dont on peut parier que l’audience était également relativement limitée. Alors je m’étonne que le F:. Emerek le Fol, qui ne peut pas ignorer ce que je viens de rappeler, puisse affirmer de manière aussi péremptoire, ce que par fraternité je ne qualifierai que de « regrettable erreur ».
    2) Il est assez fantastique que le combat contre le conspirationnisme – donc je suis convaincu de l’urgente nécessité et auquel je participe puisque je « débunke » aussi souvent que possible les écrits et vidéos antimaçonniques ou apparentés – ait abouti chez certains à refuser par principe qu’une machination puisse exister, que des personnes ayant des intérêts communs puissent se liguer contre d’autres.
    J’ajouterai qu’il est assez caustique qu’un F:. refusant catégoriquement l’éventualité d’une machination écrive à la demande d’un autre F:. qui nous informe (sans preuve toutefois) que les Insoumis se seraient conjurés pour infléchir en leur faveur le vote qu’il proposait. Que faut-il comprendre ? Qu’il est irrationnel d’imaginer les Insoumis victimes d’un complot (ou machination, ou manigance, selon le vocable qui vous sied), mais qu’en revanche, il est tout à fait raisonnable de soupçonner qu’ils puissent en fomenter un ? N’y aurait-il pas là comme une incohérence ?

    • 10
      357 4 novembre 2018 à 11:50 / Répondre

      Pendant que nous nous agitons au sujet de Jean-Luc Mélenchon, qui est parti en vrille depuis une bonne dizaine d’années, oscillant entre des phases d’exaltation et de profond abattement, sortent chaque jour sur Youtube des centaines de vidéos toutes plus délirantes les unes que les autres sur la franc-maçonneire.

      Ces vidéos sont vues des dizaines de milliers de fois et charrient tous les clichés et tous les préjugés de l’antimaçonnisme le plus outrancier. L’extrême droite – religieuse ou non – et l’a bien compris et inonde, elle aussi, Youtube de témoignages de prétendus anciens maçons et de spécialistes autoproclamés. Ces vidéos ont un impact certain et impressionnent les plus crédules, notamment ceux qui, jeunes ou moins jeunes, ont tendance à ne plus faire la distinction entre la réalité et la fiction. Ils se confortent les uns les autres dans une sorte de paranoïa collective qui risque de faire d’effroyables dégâts si elle quitte un jour les sphères virtuelles pour l’action politique réelle. La force des images est telle, qu’elle annihile l’esprit critique. Je suis par exemple sidéré de devoir expliquer en 2018 à des internautes déboussolés (ou qui font mine de l’être) que le diable n’apparaît pas en loge.

      Ceci étant dit, je crois aussi que de nombreux frères et sœurs ont abandonné tout esprit critique lorsqu’ils se retrouvent sur le web. Je suis par exemple effaré de voir le nombre de maçons relayer de bonnes foi de fausses informations sur Facebook sans avoir pris la précaution de les vérifier ou d’en chercher les sources. J’ai également le souvenir cuisant de nombreux dérapages de frères (et beaucoup moins de sœurs, je le souligne au passage) pendant la dernière élection présidentielle et qui ont tenu des propos excessifs, voire franchement odieux sur des candidats qui n’avaient pas leur faveur.

      Je déplore, comme beaucoup, l’hystérisation et la violence du débat public dans notre pays. Mais je pense que nous devrions aussi collectivement balayer devant la porte de nos temples.

      • 12
        Désap. 4 novembre 2018 à 14:24 / Répondre

        Et virer tous ceux qui, bien qu’ayant reçu l’inititation, n’ont d’évidence strictement rien à faire en maçonnerie.
        La première auberge était anglaise et non espagnole, il s’agirait de s’en souvenir.

        • 16
          BINAH 4 novembre 2018 à 22:17 / Répondre

          Cela fera une belle « éradication »…il y a de nombreux frères (ou soeurs) qui ont été reçus francs-maçons au rite écossais rectifié…ils (ou elles) ne sont pas initiés au sens « entendu » dans d’autres rites.
          Il me semble qu’il serait « raisonnable, bon et juste » que les francs-maçons du genre masculin ou féminin se remettent à travailler sur l’histoire, les rites, les mots, le sens. Quant à l’auberge, je ne la souhaite ni espagnole, ni anglaise mais au moins qu’elle serve « à former des hommes et des femmes éclairés »….ce dont je doute avec le temps.

        • 17
          lazare-lag 4 novembre 2018 à 22:20 / Répondre

          Pas mal la formule entre auberges anglaise et espagnole.
          Et si un frère prône la neutralité lui dira-t-on que la première auberge n’était pas non plus helvétique?
          Blague à part, avec l’allusion espagnole, on ne peut s’empêcher de penser, et ce n’est pas forcément ici hors sujet, et qu’une figure de style, que: « Vérite en deça des pyrénées, mensonge au delà »…

  • 5
    Renato41 3 novembre 2018 à 14:09 / Répondre

    Sur la forme il a absolument tort !mais sur le fond ? 17 perquisitions ??? se sont elles passées de la même façon pour tout le monde ? Le Pen,Bayrou,Benala ,aurait il pu oublier les clés du local ?

  • 4
    Foxy 3 novembre 2018 à 13:40 / Répondre

    Et si on laissait la justice maçonnique faire son travail au lieu de prétendre rendre une justice médiatique ?

  • 3
    FAUVERNIER 3 novembre 2018 à 12:56 / Répondre

    Merci pour ce texte plein de mesure et de sagesse FM mon frère Emerek. « Que la justice maçonnique fasse son oeuvre, que la justice profane fasse le siennes , sereinement ».
    Si j’étais membre de la CSJM du GODF, en l’état actuel de ma connaissance du dossier, je m’opposerai à la suspension du F JLM. Mais il me semble légitime que la CSJM instruise le dossier.
    Une mise en examen n’est pas une condamnation. Peut être un rappel à l’ordre et à la mesure d’un F ?
    Un F militant de l’ex Front de Gauche.

  • 2
    Brumaire 3 novembre 2018 à 12:13 / Répondre

    « La République, c’est moi »: Oui, la République, c’est moi, c’est toi, ce sont les citoyens de la République française.
    « Ma personne est sacrée »: mais oui, comme tout être humain est sacré
    Je ne vais pas parler à la place de JLM, mais je vois dans ces propos dont le ton est certes exagéré, l’affirmation que la police ou les magistrats de la V° République auraient dû considérer qu’un citoyen, député de cette même République ou non, a des droits imprescriptibles et que le droit tout court doit être appliqué à tous de la même façon.

    Qu’on soit clair: je n’ai pas approuvé le ton violent de JLM, à la fois comme élu et comme frère. Il pouvait s’y prendre autrement. Mais il était dans son droit de protester contre un dépassement des prérogatives de l’appareil juridico-policier, coutumier dans la V° République.

    Lorsqu’on dit qu’il faut « revenir au fondamentaux », c’est tout à fait vrai.

    JLM a « oublié » des fondamentaux qui sont depuis fort longtemps, considérés au GODF comme pas trop fondamentaux.
    Justement les FF et SS du GODF qui ont protesté en parallèle à un « sondage » qui renvoie à des procédés profanes contestables, sont aussi en partie ceux et celles qui aimeraient que les fondamentaux reviennent au premier plan au GODF. Ceux qui se sont manifesté dans les colonnes du blog n’ont pas tous été, bien heureusement, mettre la souris de leur ordinateur sur le sondage en question.
    Le sondage serait-il devenu un outil maçonnique?
    Le GODF prend un retour de manivelle: à lui de savoir quoi en conclure

  • 1
    Blain 3 novembre 2018 à 11:36 / Répondre

    Il a juste oublié qu’il est avant tout un citoyen et un justiciable . Nous ne sommes pas dans un état où tout est interdit. Et quand sa personne il fera comme tout le monde …

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
tristique ipsum porta. ut venenatis quis, vulputate, Phasellus eget