G Jaunes La Reunion

Des gilets jaunes demandent l’abolition de la Franc-Maçonnerie

Par Géplu dans Anti-maçonnerie

C’est le site clicanoo.re, de la Réunion, qui nous l’apprend : le « cahier de doléances » des gilets jaunes locaux ressemble à un inventaire à la Prévert. On y trouve de tout, pêle-mêle, dont “l’abolition la franc-maçonnerie et de ses réseaux d’influence”

(…) Chez les « gilets », il est temps d’en finir avec “le clientélisme et la titularisation de complaisance dans la fonction publique”. Pour certains, l’épuration politique doit passer par la suppression du Sénat et Conseil Constitutionnel, par la prise en compte du vote blanc. Et tant qu’à faire par “l’abolition la franc-maçonnerie et de ses réseaux d’influence”. (…)

mercredi 05 décembre 2018 77 commentaires
  • 76
    Désap. 7 janvier 2019 à 17:22 / Répondre

    Mais enfin ma Chère Brumaire, la FM est une proposition.
    L’article 1 des Constitutions 1723 était une proposition majeure à son époque, totalement révolutionnaire.
    Les FF du GO députés à l’Assemblée qui installent la IIIè République non pas comme une option mais comme un principe, c’est une proposition, la loi 1905 c’est une proposition, les instituteurs qui prennent à bras le corps l’éducation des enfants, qui sont obligés de se « battre » contre les Conseils Municipaux pour maintenir l’école communale c’est le prolongement direct de l’esprit maçonnique, comme une mise en application ostentatoire, et quelle belle et juste ostentation !
    La FM n’est pas une proposition politique, c’est une proposition d’égalité basée sur la liberté avant tout envisagée comme une responsabilité. On reconnaitra que la fraternité, elle se la réserve un peu, n’est-ce-pas ?
    Ses principes se fondent sur des bases fondamentales, le rituel ne parle que de cela, les Constitutions donnent l’esprit, la rigueur d’exercice.
    Que font les FM aujourd’hui ? Ils se lamentent sur des types qui écrivent des trucs sur leur gilet ??
    C’est pathétique.
    Pourtant la question est simple, et pour un maçon pour qui la valeur travail est fondamentale encore plus :
    Est-il normal de ne pas pouvoir vivre de son travail ?
    De là doit démarrer la réflexion, et non à partir des casseurs qui font des dégradations.
    Je pense que tu as lu tous les commentaires MTCS, il y en a certains d’auteurs connus qui sont surréalistes tout de même, et puis alors, qualifier à force d’une vingtaine de lignes de démonstration les Gilets Jaunes de « petits bourgeois », celle-là c’est la meilleures de toutes les interventions sur le sujet, cherche, elle est récente tu vas la retrouver 🙂 🙂

  • 56
    didier 5 janvier 2019 à 15:01 / Répondre

    les gilets jaunes ne seraient ils pas les enfants issus de deux monstres; la société de consommation frénétique qui met dans un état de frustration tous ceux qui n’ont pas accès au dernier smartphone, au suv à la mode etc etc et le monde délirant de désinformation (fake niouses ) qui par un jeu de propagande digne de Goebels, crée des gens en colère, persuadés que tout leur est dû naturellement et que le monde idéal est un feuilleton américain où les bons sont des prédateurs à l’image de l »esprit pionnier » qui est le mépris de l’autre.
    Quelles sont les valeurs défendues par les gilets jaunes ?
    le fric donné, le service public donné et la haine des riches .
    J’ai reçu cette semaine sur fesse de bouc un message effrayant qui disait , sous couvert de gilets jaunes:
    « trop de respect, trop d’éducation, empêchent d’envoyer chier ceux qui nous emmerdent »
    j’ai peur !… c’est d’ailleurs sans doute ce qu’ils veulent, cela fait le lit des futurs dictateurs.

    • 57
      yasfaloth 5 janvier 2019 à 16:43 / Répondre

      Tout à fait d’accord, s’y rajoute cette idée géniale mais terrifiante de se singulariser par un le port ostensible d’un objet accessible à tous.
      .
      Ce qu’il y a de radicalement nouveau dans ce mouvement je crois que c’est justement cet accessoire qui permet d’identifier d’un seul coup d’œil ceux qui ne pensent pas comme nous… nos adversaires, et peut être demain nos ennemis, et de les traiter en conséquence.
      .
      Ce que font sans vergogne les bloqueurs des rond points qui ne laissent passer que ceux qui mettent un gilet sur leur tableau de bord… on est en plein processus de division et d’ostracisation d’une pensée, d’une population contre une autre, c’est pour moi la souillure voire le crime majeur de ce mouvement, car il pose tous les ferments d’une véritable « guerre civile » avec de vrais morts et du vrai sang qui va couler.
      .
      Ne pas comprendre cela, le prendre à la légère comme certains « humoristes », ou pire leur donner raison est pour moi complètement incompréhensible quand on se proclame FM et qu’on prétend en avoir la culture…

      • 67
        marty 6 janvier 2019 à 15:43 / Répondre

        « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitable les révolutions violentes » Signé non pas du NPA mais de J.F. Kennedy

        • 68
          yasfaloth 6 janvier 2019 à 16:14 / Répondre

          Toute « révolution » est donc par nature légitime ?

          • 77
            arakyd 8 janvier 2019 à 01:30 / Répondre

            Pas forcement, mais celle là oui.

  • 46
    Brumaire 9 décembre 2018 à 23:50 / Répondre

    Pour ouvrir les yeux de pas mal de Frères et Sœurs, allez faire un tour sur le blog du Monde diplo, et lire l’article « fin de monde ».
    Je persiste à dire qu’il serait urgent de chercher de notre côté, des solutions pour que nos sociétés soient plus libres, équitables et fraternelles, enfin.

    • 47
      yasfaloth 10 décembre 2018 à 12:53 / Répondre

      Frédéric Lordon : l’un des chantres, maitres à penser de la France Insoumise, aujourd’hui idiots utiles de l’extrême droite !

      • 48
        Brumaire 10 décembre 2018 à 14:50 / Répondre

        L’extrême droite ne dira jamais rien sur les exactions commises par les « forces de l’ordre », ne demandera jamais de changer le modèle de société dont elle profite largement. Le terme « idiot utile » pour qualifier quelqu’un du Diplo, outre qu’il est méprisant, n’est même pas juste.
        Je ne suis pas dans les extrêmes, et pas davantage encartée quelque part, mais lucide sur ce qui se passe depuis une bonne trentaine d’années, me semble-t-il;regardant le monde avec des yeux de FM, on voit bien que les modèles qu’on nous sert sont usés jusqu’à la corde.
        J’ai toujours à l’esprit, et depuis longtemps, ces phrases de Soljenitsyne dans le Pavillon des cancéreux: Le capitalisme sera rejeté de l’Histoire à tout jamais…..Il faut offrir au monde une société dans laquelle toutes les relations,tous les fondements et toutes les lois découlent de considérations morales, et d’elles seules ».
        C’est un autre programme que la réalité dans laquelle tout le monde se noie, non?

        • 49
          jof 10 décembre 2018 à 16:59 / Répondre

          J’ai employé le terme « idiot » terme facile à comprendre par tous. Il est indispensable d’employer ces mots simples, mots de tous les jours, pour être compris. Surtout par ceux qui serait tenté de rejoindre l’extrême droite qui est déjà en négociation avec des éléments des LR. Ce n’est pas faire injure que se faire comprendre par tous. Il faut toujours se mettre à cette porté, car il n’est pas très difficile de s’applaudir entre nous « peuple libre … » Nous avons le devoir de porter au dehors cet éclairage. L’aventure de l’extrême droite n’a jamais profité aux pauvres, au contraire, nombres de massacres et tortures s’en suivent. Ceux qui ont plus de 70 ans s’en souviennent bien.

        • 65
          Brumaire 5 janvier 2019 à 23:14 / Répondre

          J’attends toujours, que ce soit dans les cahiers de doléances, les revendications d’ici ou de là, les lois ou l’ordre dont on se réclame, « les considérations morales » qui devraient présider aux débats, aux lois, etc…en ce moment et dans les semaines qui viennent.
          En tous cas, les débordements en tous genres et de toutes parts donnent plutôt envie de prendre le maquis.

      • 50
        Jacques Dobruszkes 10 décembre 2018 à 18:20 / Répondre

        Pourquoi parle-t-on toujours des idiots utiles? Dans ma candeur naïve, j’ai cru que, par définition, l’idiot était inutile. Ce qui qualifie des gens sans imagination, sans culture, sans passé, donc sans avenir. Bref, des incultes même pas distingués comme j’en vois beaucoup depuis quatre semaines.

        • 59
          didier 5 janvier 2019 à 17:34 / Répondre

          mais oui , l’idiot est utile; il vote pour le Brexit,il élit des gens délirant en Italie, aux USA…. vous ne le saviez pas ?

      • 51
        yasfaloth 10 décembre 2018 à 18:56 / Répondre

        « L’expression « idiot utile » s’applique à des personnes qui servent des desseins qui contredisent leurs aspirations profondes. Elles sont de bonne foi mais manipulées. »
        .
        (Wikipédia)

      • 53
        Martial 5 janvier 2019 à 09:00 / Répondre

        Mais d’où vient cette haine à l’encontre de Lordon ? Quelque chose vous perturbe dans ses propos ? Une jalousie peut être face à l’excellence d’un de nos plus grand intellectuels ? Ou plus simplement la peur ? Oui sans doute, la peur…. Les nantis et les conservateurs ont toujours peur des révolutionnaires, surtout lorsqu’ils portent un message de vérité.

  • 44
    Jof 9 décembre 2018 à 16:14 / Répondre

    C’est du n’importe quoi ! Il n’y a qu’à relire, (ou lire) l’histoire, et l’on verra que c’est surtout la Franc-Maçonnerie qui a permis les grandes avancées sociales (ex 1789, et bien d’autres..) et contribué à ce que le Monde soit moins idiot. On voit bien qui est derrière ce genre d’allégations, ceux qui veulent revenir aux temps des seigneurs et des cerfs.
    Mais j’ai confiance au Peuple, il est moins idiot que certains le pensent. Mais les manipulations des forces extrémistes sont toujours à l’œuvre.

  • 43
    Christian C 9 décembre 2018 à 11:18 / Répondre

    Ce que l’on devrait surtout demander, c’est l’abolition de la connerie. Mais il y a du boulot.
    Comme disait Michel Audiard, Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait…

    • 45
      Jacques Dobruszkes 9 décembre 2018 à 17:18 / Répondre

      Très bonne réflexion, Christian. Je te suis pleinement, car l’abolition de la connerie est une oeuvre de longue haleine. Et, de plus, ils se reproduisent à vive allure et en empirant à chaque génération. Sans tirer le moindre enseignement des générations antérieures. Bien cordialement.

    • 52
      lazare-lag 10 décembre 2018 à 19:11 / Répondre

      Avec une grosse difficulté cependant, c’est qu’on est toujours le con de quelqu’un.
      On peut toujours dire: « Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait » ou, du même Michel Audiard: « Quand les cons voleront, tu seras chef d’escadrille », chacun de nous lorsqu’il prononce l’une de ces maximes ne s’inclut pas dans la sus-dite catégorie.
      Au contraire, il tient à s’en démarquer.
      Si j’osais une sacrilège, et je l’ose (mais attention au fait d’oser, vu ce qu’on vient de dire, ça peut être risqué…) peut-on paraphraser ainsi un air connu:
      « Es-tu con? Non ce sont les autres qui me reconnaissent comme tel ».
      Ceci livré au libre-arbitre de chacun.
      Et pour ma part, à rester avec Michel Audiard, j’ai une petite affection pour celle-ci: « Une brute qui marche va plus loin que deux intellectuels assis ».
      Dit par Maurice Biraud à l’adresse de Lino Ventura en prenant Charles Aznavour à témoin, dans « Un Taxi pour Tobrouk ».

  • 41
    Jacques Dobruszkes 8 décembre 2018 à 17:30 / Répondre

    Tout système politique basé sur les lumières de la Franc-Maçonnerie a des difficultés pour se défendre. Car, derrière lui prospèrent des escadrons d’imbéciles divers pressés d’en découdre avec un régime et un système fondés sur le progrès de l’humanité et sur les libertés fondamentales. Attaquer la Franc-Maçonnerie, c’est accepter ipso facto un recul absolu des valeurs sur lesquelles notre société de progrès s’est construite. C’est accepter que se détruise la liberté de tous à cause de l’ignorance de quelques uns. Présent sur les colonnes du Temple depuis 48 ans, j’y ai appris la tolérance et les valeurs sociétales. Et je m’élèverai de toutes mes forces contre ceux qui n’ont pas compris la citation célèbre de Bertold Brecht « Le ventre est encore fécond d’où a surgi la chose immonde » (Arturo Ui).

    • 42
      bernard damien 8 décembre 2018 à 18:52 / Répondre

      Il ne m’a pas encore été permis de passer sous les colonnes du Temple. Un jour viendra où les gens de mon genre seront bien venus. Jusqu’à ce jour, tout comme vous le faites, tout comme vous dites vous engager, je pratique ces préceptes de vie. Oh, probablement souvent maladroitement, il n’empêche, ce sont mes valeurs. Votre intervention est une véritable déclaration de foi. Mes respects.

  • 39
    Didi 8 décembre 2018 à 15:04 / Répondre

    En 2015, j’ai eu de gros ennuis de santé avec SAMU, longs séjours hospitaliers. Mon fils handicapé a pu faire, malgré la souffrance de bonnes études supérieures sans que cela me coûte. Alors, je suis content de payer mes impôts. Je ne suis pourtant bénéficiaire que d’une modeste pension mais suis conscient de mon appartenance à une société qui donne beaucoup, qui a longtemps donné beaucoup plus que ce qu’elle avait.
    Voilà comment à arrive à des dettes abyssales.
    Au début, j’adhérais à cette grogne sur la hausse du carburant…Mais aussi je suis très préoccupé de la qualité de vie que nous laisserons derrière nous…
    Et si les deux avaient raison ? zut, voilà qui complique ma grosse envie de râler, de geindre sur mon sort, qui est naturellement le pire qui soit !
    A mort les taxes ! oui, mais quel fonctionnaire faut il alors supprimer, un policier, un juge, un aide soignant ou un de ces fainéants d’enseignants ? On ne peut enlever l’une et garder l’autre, que la vie est compliquée.
    En tout cas, la démocratie et le droit de manifester n’est pas la possibilité pour trois personnes de bloquer une ville ou encore moins de saccager des biens publics.
    Que d’arguments contradictoires, Frères et Sœur, cherchons une voie raisonnable et surtout travaillons sur le long terme pour lier sans conflit l’écologie, le social et l’économie. Nous n’arriverons à rien en dehors de cela.
    Une première piste me paraît socialement et psychologiquement prioritaire, si je me souviens bien, les accords de Grenelle avaient évoqué un différentiel de salaires maximum de 1/8 dans une entreprise. Taylor, qui n’était pas un dangereux communiste, estimait que l’idéal était de 1/25 et précisait que , à partir de 1/40 l’écart devenait socialement insupportable. Nous en sommes parfois à plus de 1/1000 !

    • 69
      DOMILITE 6 janvier 2019 à 17:57 / Répondre

      J’adhère grandement à ton propos, lucide et modéré. Puis je me demande : combien de Francs-Maçons ont un revenu qui relève de ce « différentiel » « socialement insupportable »… ou au-delà ? Et parmi eux, combien jettent la pierre aux « trop matérialistes » Gilets Jaunes intéressés à consommer ?

      • 71
        Désap. 6 janvier 2019 à 21:50 / Répondre

        Depuis 50 ans que la FM française s’est mise à la remorque de la politique ou des églises,
        elle qui était peuplée d’intellectuels, scientifiques, universitaires, la très grande majoritè d’entr’eux l’a aujourd’hui désertée.
        A quelques rares exceptions, restent des petits bourgeois et des embourgeoisés, des guignols qui usurpent, entre autre, la qualité d’historien, bref une petite population intelligente et indispensable qui défend ses petits intérêts et qui surtout a très peur.
        De telle sorte, la FM n’est plus aucunement ce qu’elle fût, une force de proposition, elle est devenue le conservatoire pétrifié du conservatisme.
        Comment veux-tu que les franc-maçons estiment quoique ce soit de juste au sujet des GJ ?
        Ils préfèrent, par trouille de perdre ce qu’ils pensent détenir, l’opportunisme crasse de l’amalgame entre les casseurs, archi minoritaires, et ceux qui ne vivent plus de leur travail, archi majoritaires.
        Tout ceci s’exprime ici, de manière particulièrement nette.

        • 72
          Nonsolum 6 janvier 2019 à 23:47 / Répondre

          Ils n’y a pas que chez les frangins que l’on entend cela: chez les autres siens qui descendent de l’arbre généalogique loin de l’arbre de vie, ce sont plus de la moitié qui vilipendent les Gilets Jaunes et autres sans-dents, à la manière de petits arrivistes que l’on croyait avoir éduqués: jusqu’à ce qu’ils s’achètent une télé semble-t-il.
          Et l’on sent qu’ils ont plus peur de perdre le confort de leur prison mondialisée que de vivre une vraie démocratie. Une anarchie au sens noble et mélioratif du terme, n’en parlons même pas.

        • 73
          marty 7 janvier 2019 à 08:56 / Répondre

          Merci pour ce commentaire lucide. DESAP, Vous avez su exprimer l’absolue vérité sur la FM. Contrairement à ce que beaucoup pensent de l’extérieur, si la FM peut encore prétendre à une influence politique, elle a totalement perdu son influence intellectuelle. Elle n’est en aucun cas subversive, et d’ailleurs ne l’a jamais réellement été. Effectivement, il n’y reste que quelques bourgeois pseudo-historiens qui se regardent le nombril. Incapable de fédérer la jeunesse, elle va crever progressivement d’une overdose de conservatisme sur le pavé mosaïque feutré de ses colonnes désincarnées… A oublier. Dommage. C’était pourtant le début d’un chemin. Pas d’un cul de sac.

          • 74
            Désap. 7 janvier 2019 à 13:49 / Répondre

            Non, non, surement pas « à oublier »,
            lui rendre ses lettres de noblesse !
            La sortir de ce minuscule esprit IIIè Empire.
            Certains ici n’hésitent pas à nous sortir des éléments de langage de la Présidence, du Griveaux dans le texte, pardon on n’avait pas bien compris, c’est bien de nous le rappeler.
            C’est ridicule et consternant.

        • 75
          Brumaire 7 janvier 2019 à 15:30 / Répondre

          Cher Désap, je ne suis pas sûre du tout que la FM ait jamais été une force de proposition. Certains de ses membres, sortant du lot, assurément, et dans leur vie profane, naturellement.
          Pour que la FM soit une force de proposition, il serait nécessaire que ses membres commencent par être fidèles à ses principes, aux constitutions de leurs obédiences: je pense pour ma part aux principes de la constitution internationale de mon Ordre, qui sont, à quelques nuances près, les mêmes que les autres.Encore faudrait-il qu’à peine sortis des tenues, les FF et SS ne soient pas frappés d’amnésie, et uniquement préoccupés par leur confort perso petit-bourgeois. C’est plus simple de faire des communiqués généraux, qui n’ont aucune portée, que de mouiller la chemise tous les jours pour enfin, faire changer les choses, fidèles à une éthique et à nos principes.
          Quoi qu’il en soit, et cela s’est remarqué lors de l’acte VIII, les GJ se sont encore une fois fait déborder par les casseurs, et, dans notre département, ils se sont esquivés. C’est peut-être dur, mais pour moi, ceux qui ne font rien pour empêcher les casseurs de se mêler aux manifestants partagent la responsabilité du résultat.

  • 35
    ELECTRON 7 décembre 2018 à 10:39 / Répondre

    « Réunir ce qui est épars »…
    Il semble bien à la lecture de divers posts, qu’en vérité notre immobilisme fossilisant soit la première cause de cette fracture sociale. Comment porter un avis éclairé, quand nous négligeons au quotidien le devenir de nos citoyens ??
    La « classe politique » alimentent depuis plus de 40 ans les germes de la révolte . Les valeurs républicaines « liberté, égalité, fraternité » qui se devraient d’être le ciment constitutionnel de notre devenir, sont régulièrement bafouées et sont devenus avec le polissage des pensées sociales, des mots qui ont perdus leur âme. Nos discours péremptoires sont bien loin des soucis premiers de tous nos citoyens qui portent depuis des années, l’échec de nos politiques à structurer un réel devenir dans la dignité . On nous supprime au nom d’une pensée unique, le droit d’émettre des avis contraires à la bien-bien-pensance, privant le peuple de son droit le plus élémentaire : « débattre », plus simplement le droit à chacun selon ses origines, son statut social, sa sensibilité et ses expériences, de faire valoir ses opinions et de pouvoir construire sur la contradiction, son devenir. Notre immobilisme et notre marginalisation affichée à porter un regard philosophique sur notre monde en souffrance est la principale cause de la rupture annoncée et constatée avec nos concitoyens . Je soutiens sans réserve les « gilets jaunes » , hérauts de ces temps troublés qui en appellent à un monde plus juste, plus équitable et plus digne.
    Il nous va bien de pérorer quand la souffrance, les inégalités, l’injustice, et l’exercice d’un droit de vie et de mort sur le peuple fait rage. Je m’interroge, à savoir combien des gilets jaunes aujourd’hui dans la rue, se retrouveraient dans les posts que je lis ci dessus. …..

    • 37
      lazare-lag 8 décembre 2018 à 09:52 / Répondre

      « Je soutiens sans réserve les « gilets jaunes », hérauts de ces temps troublés qui en appellent à un monde plus juste, plus équitable et plus digne ».
      Electron dixit…
      Bienheureux Electron qui a réussi à définir en quelques mots ce que sont les gilets jaunes alors que ce mouvement n’est pas uniforme, sauf la chasuble évidemment, et n’a surtout rien d’homogène, rien de solidement structuré.
      Et pas toujours démocratique.
      Ici le G.Jaune est calme et pondéré, convivial et bon enfant et laisse circuler, quoiqu’en les ralentissant, les travailleurs se déplaçant pour leur boulot.
      Là il profane l’Arc de Triomphe et le Soldat inconnu et estropie le buste de la Marseillaise de Rude. Rude coup porté aux symboles de la République.
      Pas sain, pas propre, pas exemplaire.
      Et je ne parle pas des exactions constatées ailleurs en France, il paraît qu’il faut dire en province. Aux préfectures notamment.
      Ici, en Avignon, un auto-proclamé porte-parole du mouvement en appelle à renverser Macron et installer un Général (De Villiers, le gégène, celui-là même Chef d’Etat-Major des Armées débarqué l’an passé par Manu le Président, et frère de, ne l’oublions pas). Que veut-il? Un putsch? Une dictature? Un nouveau Général Boulanger? Un Pétain? On s’inquiète.
      Electron, il te faut lire le Canard Enchaîné en sa dernière édition du 05 décembre l’article « Un gilet plus brun que jaune », tu y liras que le quidam Chalençon est un bien triste sire.
      Sur le même plateau télé où charançonnait Chalençon le vauclusien, son voisin un type d’Indre et Loire, également en GJ.
      Pausé, calme, chevelure blanche de sénateur romain,un sage en jaune à défaut d’être en toge; bref l’anti-thèse du précédent.
      On l’écoute avec attention, on se prend de sympathie, enfin un modéré, un raisonnable.
      Et vlan, le lendemain on apprend qu’il est fonctionnaire territorial sans travail depuis bientôt dix ans mais émargeant tout de même à 2.600 € mensuels l’inaction.
      C’est représentatif des gilets jaunes, ça?
      Et Paris-Match qui nous en dégote un bon aussi, l’interviewe un jour, publie le lendemain. Et depuis se confond en excuses, voire reçoit des menaces, le dégoté ayant un casier judiciaire hautement parfumé à l’antisémitisme.
      Sans compter, Electron, tu sais lire dans ce site même, ces gilets jaunes qui veulent « abolir » (sic) la Franc-Maçonnerie (La Réunion) ou qui taguent « Mort aux Francs-Maçons » (Poussan, Hérault).
      « Hérauts de ces temps troublés »?
      Je vois surtout les temps troublés et beaucoup trop d’opportunistes, manipulés ou pas, pas forcément casseurs d’ailleurs, qui consciemment ou pas témoignent d’actes et/ou de paroles qui menacent notre République.
      Car la parole peut casser autant sinon plus que le pavé.
      Ni hérauts, encore moins héros, et surtout, surtout, un maelström, un galimatias où il paraît difficile de séparer le bon grain de l’ivraie.
      D’ailleurs, on voit maintenant poindre des séparatistes, avec des G.Jaunes dits libres.
      Maintenant, libre à chacun de soutenir, comme tu l’annonces « sans réserve ».
      Mais de soutenir qui?
      Des Gilets Jaunes ou des G.I Joe?

      • 54
        marty 5 janvier 2019 à 09:07 / Répondre

        La FM paye aujourd’hui la défense d’un régime oligarchique. La FM a toujours été du côté du pouvoir qu’ils soit Napoléonien, Chiraquien ou Macroniste. Il ne faut pas s’étonner de ses réactions. En revanche il serait de bon ton que les FM prennent une vraie position permettant une émancipation du peuple contre la tutelle du pouvoir dominant. On sait que celui ci controle la pensée. Une polémologie noétique est en cours. La FM doit y participer, mais dans le bon camp… c’est le choix du camp qui semble poser problème.

        • 55
          Luciole 5 janvier 2019 à 13:13 / Répondre

          Si la FM n’était pas du coté du pouvoir,celui çi l’interdirait comme il l’a toujours fait ou la maintiendrait en laisse comme à Cuba.

          • 58
            marty 5 janvier 2019 à 17:05 / Répondre

            donc il faut se prostituer pour exister ?

          • 64
            luciole 5 janvier 2019 à 23:04 / Répondre

            Je me corrige,la FM n’est pas « toujours du coté du pouvoir » mais évite de le contrer trop directement ce qui n’est d’ailleurs pas son rôle.

            • 66
              marty 6 janvier 2019 à 15:21 /

              Si la FM devait avoir un rôle sociétal (à défaut de social) quel serait il, donc ?

        • 60
          lazare-lag 5 janvier 2019 à 19:06 / Répondre

          Curieux raisonnement.
          Déjà, ce qui est rigolo, c’est de dire que: « la FM a toujours été du côté du pouvoir ».
          Et de citer Napoléon, Chirac ou Macron.
          Peut-on donc, par antiphrase, estimer que si l’emploi du mot « toujours » ne s’applique qu’à ces trois là, il ne s’applique pas aux autres, les non cités? (Donc, pas toujours, en plus)
          Le rapprochement FM/toujours/pouvoir sonnerait en effet curieusement en pensant à Pétain, Laval et Vichy, par exemple, et au hasard.
          En plus parler de la Franc-Maçonnerie ainsi laisse sous-entendre une définition de la F.M. où règnerait une homogénéité parfaite et constante de la F.M.
          On sait qu’il n’en est rien.
          Or, cette approche souligne surtout une méconnaissance, voire une approche complètement fantasmée, de la Franc-Maçonnerie.
          Car la F.M. est tout sauf homogène (voir la dispersion en nombre d’obédiences; et de rites, voire la dispute régularité/irrégularité, etc).
          De fait, comment pourrait-il alors être « de bon ton » (sic) que les Francs-Maçons prennent une position commune?
          Un des frères qui nous lisent parlerait sans doute ici de rhétorique opportuniste.
          Vous parlez de la F.M. comme s’il s’agissait d’un mouvement comparable à un parti politique.
          Alors que c’est tout sauf celà, notamment – et pas seulement – pour cause de la liberté absolue de conscience de ses membres.
          Et liberté absolue de conscience n’est pas unité de vision de tous ses membres.
          Sans compter que, je lis, « émancipation du peuple », « tutelle du pouvoir dominant », « contrôle de la pensée », « choix du camp », ça me rappelle un certain bréviaire, une certaine sémantique, un certain catéchisme politique assez reconnaissable….
          Celà étant, j’aurais au moins appris un mot aujourd’hui, celui de « noétique ».
          Ce ne me semble pas être ici un mot utilisé quotidiennement par le peuple, non?
          Et l’expression « polémologie noétique », encore moins, ce me semble.
          C’est fou comme l’utilisation de certains jargons spécifiques peut donner comme éclairage, voire une lumière insoupçonnée.

          • 62
            marty 5 janvier 2019 à 21:15 / Répondre

            non c’est vrai, le peuple ne sait pas parler, le peuple ne comprend pas les concepts, le peuple est con bien sur, j’aurais dû m’en souvenir. Votre remarque montre bien le mépris de classe propre à la bourgeoisie protégée. Le roi est nu. CQFD.

            • 70
              lazare-lag 6 janvier 2019 à 19:22 /

              Ici, qui ne comprend pas les concepts ?
              Ici, qui fait preuve de mépris de classe ?
              Ici, qui est issu d’une bourgeoisie protégée ?
              Et qui ici est con et fait partie « du peuple qui est con, bien sûr » (Marty dixit).
              Parce que ici, ne nous leurrons pas, c’est moi le con de service, pas un autre.
              Car c’est moi qui ne comprend pas, par ignorance du terme, le mot « néotique ».
              Car c’est moi qui ne comprend donc pas davantage, et toujours par même ignorance, le concept de « polémologie néotique », qui ne m’est pas familier: ce n’est pas dans mon vocabulaire quotidien.
              Car c’est moi qui ne pratique pas une certaine dialectique, une certaine sémantique, une certaine rhétorique, ici exposée, dans votre propre prose.
              Car c’est moi qui n’ai pas du suivre les mêmes études que vous, n’utilisant pas les dialectique, sémantique ou rhétorique précitées.
              Car c’est moi qui suis issu d’un milieu modeste qui n’a rien de bourgeois, aucun de mes propres parents n’a le bac, idem pour trois de mes quatre grands-parents, et je vous fais grâce de la génération précédente, je ne tiens pas à choquer… Et rien de ce qu’ils ont pu gagner, (gagner au sens d’obtenir, pas forcément au sens d’argent, pas forcément au sens de biens matériels, je laisse cela à ceux qui se gargarisent de capitalisme soir et matin, et n’ont que cette focale pour prise de vue) ne l’a été sans effort, et sur une vie entière.
              Et ce n’est donc pas moi qui utilise un jargon de classe protégée, universitaire peut-être dans votre cas, un jargon a priori volontairement exempt de simplicité; un jargon méprisant et plein de condescendance pour qui ne le pratique pas; donc excluant de l’autre.
              Un jargon où je ne sais pas voir (mais ça doit être parce que je suis con que je ne sais pas le voir) un effort de sagesse, un effort de vulgarisation de la pensée vers le plus grand nombre, (mais n’est pas Michel Serres qui veut), un effort de pédagogie certaine et bienveillante, ni l’once du début du commencement d’un effort d’humanisme comme d’humanité.
              Rien n’est vraiment populaire dans votre propre expression et j’ai vraiment du mal à comprendre où vous êtes allé chercher que je puisse être issu d’une quelconque bourgeoisie protégée ?
              Sauf à le faire par préjugé facile, sauf à le faire par idée préconçue, sauf, et c’est encore une hypothèse éventuelle, à ce que vous soyez vous-même ici d’une bourgeoisie protégée, puisque vous avez l’air de savoir, vous, de quoi il s’agit lorsque vous utilisez le terme.
              Le con que je suis (selon définition de Marty), et d’extraction réellement populaire lui, vous souhaite de réussir un jour à découvrir, puis comprendre, puis intégrer les concepts d’humanisme et de fraternité, concepts dont j’ai l’entier regret de devoir souligner ici qu’ils me paraissent particulièrement bien absents de l’ensemble de vos interventions.
              Le con que je suis (façon Marty) vous souhaite le bonsoir.

        • 61
          yasfaloth 5 janvier 2019 à 20:04 / Répondre

          Les 25000 excités d’aujourd’hui comme émanation d’une grâce métaphysique ! 🙂 🙂
          .
          On ne nous l’avait pas encore faite celle là…
          .
          A propos de votre pseudo, fait il référence à André Marty :
          .
          « Marty est particulièrement connu pour sa participation à la guerre d’Espagne et pour la brutalité qui lui est reprochée durant ce conflit contre les anarchistes et les propres membres des Brigades internationales. » Wikipédia
          .
          Les « ultras » sont à l’œuvre et sentent leur chance, aucun doute là dessus !

          • 63
            marty 5 janvier 2019 à 21:21 / Répondre

            ça y est, les petits soldats défenseurs du capitalisme rentrent en action.

  • 34
    Chedeville 7 décembre 2018 à 00:27 / Répondre

    Nous sommes en « anarchie financière ». les plus riches, déciles 8,9et 10 se prennent 10% (voire plus) de plus- value par an protégés par nos élus qu’ils soient nationaux ou européens. C’est ça la Véme République. Soyons « gilets jaunes » et demandons une République avec 10 présidents, un par décile. On ne se réfère pas assez à la Iére République. Constituante, Directoire, Consulat et…..Dictature. Ainsi vont les hommes en France.

  • 23
    Jean_de_Mazargues 6 décembre 2018 à 09:00 / Répondre

    S’attaquer à la FM est un marqueur : la FM est toujours persécutée, interdite, combattue par les forces antidémocratiques.
    Un indice de plus de ce qu’est le mouvement des gilets jaunes, qui menace derrière l’expression d’un ras-le-bol bien compréhensible, notre démocratie représentative elle-même.
    Le gouvernement doit comprendre que même s’il n’a personne avec qui négocier (les meneurs veulent détruire la démocratie, pas avancer des revendications) il faut ttout de même qu’il change complètement de méthode et qu’il n’est plus possible de dire « nous irons jusqu’au bout des réformes » sans adhésion populaire.
    Si nous n’étions pas sous ce régime barard de la Vème République, la crise pourrait se dénouer par une dissolution et un retour devant les électeurs, appelés à trancher et former une nouvelle majorité. Mais avec notre système césarien, vraiment je ne vois pas comment le pouvoir va s’en sortir.
    En tout cas, nous sommes menacés en tant de FM : il faut bien le comprendre.

    • 31
      lazare-lag 6 décembre 2018 à 20:42 / Répondre

      Sauf erreur, (de frappe il me semble) je crois qu’il faut lire « sous ce régime bâtard de la Vème République »
      Est-il possible de nous expliquer en quoi la Vème République serait un régime bâtard?
      Il me semble qu’est bâtard quelque chose qui diffère à la règle générale, aux principes de base, aux tables de la loi, au modèle d’airain, à une norme communément admise.
      Mais au cas d’espèce, sur le plan constitutionnel donc, y-a-t-il vraiment une norme figée, évidente,un mètre étalon? Déposé à Sèvres?
      Je n’en suis pas tout à fait certain.

    • 40
      Marie Bernadette Damien 8 décembre 2018 à 15:19 / Répondre

      « S’attaquer à la FM est un marqueur : la FM est toujours persécutée, interdite, combattue par les forces antidémocratiques. » (Jean DE MAZARGUES) A défaut de vivre en liberté (sic), la FM vit libre. Libre de penser, libre d’avoir une approche philosophique, politique, spirituelle, distanciée. Libre de fraternité et d’entre-aide. Libre de sa soif de se cultiver, « se chercher ». Libre de tenter se parfaire individuellement, collectivement. Libre et affirmée intellectuelle. N’est-ce pas là une partie d’explications au phénomène anti FM ? Il me semble. « Sœur » à distances, … une transgenre n’est pas toujours accueillie à bras ouverts, je fais miennes ces préceptes de vie. J’en conclue brièvement ; les tourments de se monde, les -souffrances existentielles- des uns et des autres, les miennes résultent certes de manque de SAGESSE, cette Sagesse dont pour grande part est dépourvu l’humanité, et de la connaissance, mère nourricière de cette dite sagesse à laquelle je fais allusion. Marie Bernadette DAMIEN

  • 21
    saint just 6 décembre 2018 à 00:44 / Répondre

    ne dit on pas que les macons sont des hommes libres et de bonnes moeurs???
    certes la majorite peut sans doute l affirmer , mais il est des hommes qui trahissent ces qualites pourtant si indispensables aux ordres maconniques non???
    certes l extreme droite n aiment pas les francs macons leur chef d autrefois les avait bannis…
    mais si les francs macons etaient moins elististes , moins categoriels dans la composition de leurs assemblees , si des ouvriers ou employes modestes , qui forment d ailleurs , l ossature du mouvement des gilets jaunes , etaient sollicites pour mieux connaitre ces ordres , leur modele de fonctionnement , ce qu elles ont apporte a l histoire des republiques , mais aussi des revolutions , leur but dans l amelioration d une humanite meilleur et plus eclairee , la qualite de certains des membres qui les composent , pas tous helas dans ces microcosmes , en ouvrant les portes a des jeunes egalement car les rangs vieillissent , il n y aurait pas ces demandes douteuses de suppression des ordres maconniques et de reseaux qui existent aussi il faut le dire.
    n oublions pas les francs macons de la commune de 1870 , ceux de 1830 , drapeaux en tete qui ont combattu sur les barricades et qui comme beaucoup de revolutionnaires ont peri sous les fusils de Mr Thiers le versaillais…

    • 29
      Benjamin Rathery 6 décembre 2018 à 17:54 / Répondre

      C’est sympa les mythes, mais ça ne remplace pas l’histoire. Il faudrait arrêter avec celui de la FM sous la commune… La très grande majorité des FM étaient versaillais. Une faible minorité du coté de la commune. Au demeurant, tous les Communards FM sont allés grossir les rangs du suprême conseil écossais, estimant que le GODF avait trahi. Voir les successeurs de Babaut-Laribière faire pélerinage au Mur des Fédérés, c’est affligeant. Usurpation d’héritage.

      • 30
        Jean_de_Mazargues 6 décembre 2018 à 18:39 / Répondre

        Absolument. La divination de la Commune, l’anathème contre Thiers, sont des découvertes de la gauche dans les années 1960, récupérés par la direction du GODF dans les années 1970.

      • 32
        lazare-lag 6 décembre 2018 à 20:58 / Répondre

        Sans compter que, s’agissant de la Commune il faut relativiser un certain nombre de points:
        – la Commune est de Paris. De Paris pas de la France, même s’il y a eu des phénomènes un peu comparables, notamment à Marseille. Mais une fois encore, avec cet exemple parisien,on ramène tout à une sorte de centralisme jacobin.
        – la très grande majorité des FM étaient versaillais. Là aussi nous parlons de Paris surtout. N’étaient-ils pas plutôt conservateurs, majoritairement, plutôt que tous versaillais?

    • 36
      Bernard Leray-Grevêche 7 décembre 2018 à 11:29 / Répondre

      J’ai été FM 25 ans au GODF jusqu’en 2015 et j’ai vu le changement du recrutement dans ma loge (ProSolis). Il y a davantage de jeunes de tout milieu. Certes, il y a encore des médecins, des avocats, des entrepreneurs avec des cheveux blancs ! Mais des jeunes employés et des ouvriers en font partie. Comme moi à l’époque. Bonne journée.

    • 38
      girones jlouis 8 décembre 2018 à 14:01 / Répondre

      merci mon TCF de ces belles paroles qui ne sont pas perdues pour tout le monde!

  • 16
    Blazing Star 5 décembre 2018 à 19:26 / Répondre

    Quand on visite les îles des anciennes colonies anglaises on est surpris par leur pauvreté calme, paisible et même heureuse. La îles restées colonies françaises, sont toujours le siège d’une agitation violente, car elles sont peuplée d’enfants gâtés, assez riches d’aides multiples.

    • 20
      Brumaire 5 décembre 2018 à 23:23 / Répondre

      Il y a d’autres façons de faire flamboyer une épée que d’écrire ce commentaire à la drôle d’odeur…Souhaitons à cette « épée » qu’elle goûte un temps à « la pauvreté calme, paisible et même heureuse » de l’Inde, ancienne colonie anglaise…après, on en reparlera.

      • 27
        blazing star 6 décembre 2018 à 09:50 / Répondre

        20-les indoux ne sont pas aidés, nos iliens si.

        • 33
          Xano 6 décembre 2018 à 23:26 / Répondre

          L’ignorance est la nuit d’où commence l’abîme a dit Victor Hugo. Tu pourrais méditer sur cette phrase du F:. Je pensais naïvement qu’en FM on faisait preuve de plus de discernement … Tout fout le camp !

  • 15
    Désap. 5 décembre 2018 à 18:48 / Répondre

    Le « risque », supposition donc, doit-il remettre en cause la légitimité ?
    La possibilité existe également qu’il se révèle impossible pour quiconque de récupérer ce mouvement.
    En l’occurence, Le Pen éprouve toutes les difficultés, Mélenchon récupère un peu plus, mais rien de significatif.
    C’est d’ailleurs le gros problème du Gouvernement, qui a tout fait, sans y parvenir du tout, pour engager cette jacquerie à se déterminer politiquement de manière à les enfermer dans une discussion autour de choix politiques.
    .
    On prendra soin de ne pas oublier qu’à 1149 €/ mois net on ne vit pas, il manque env. 300€, ils sont financés par un découvert bancaire, avec tout ce que cela signifie des rapports qu’entretiennent les banques avec les petits revenus et le principe qui est inacceptable.

    • 18
      Brumaire 5 décembre 2018 à 20:21 / Répondre

      Merci Désap! le risque n’a pas grand’chose à voir avec la légitimité des revendications, et même, maintenant, du combat. Ils auront du mal à récupérer, ceux qui sautent dans le train en marche, personne n’en veut plus, ils sont vaccinés!
      A force de vivre dans une civilisation qui veut toujours limiter les risques, en fait, qui a peur, on finit par se suicider à petit feu…c’est mieux??

  • 13
    De nodal 5 décembre 2018 à 16:25 / Répondre

    Abolissez la Franc maçonnerie, mais le maçon survivra, le véritable temple étant intérieur, la véritable loge étant la communion d’esprit des frères dans la chaîne d’union.

  • 12
    Christian C 5 décembre 2018 à 16:10 / Répondre

    Je ne reproche rien « aux pauvres » ni à ceux qui manifestent pour dénoncer un vrai ras le bol des injustices sociales, je dénonce seulement, comme Benjamin R le risque très grand de récupération par des mouvements dont les intentions comme les solutions proposées sont loin d’être ce qu’il y a de plus proche de nos idées et idéaux.

    • 24
      Benjamin Rathery 6 décembre 2018 à 09:39 / Répondre

      Je ne pense pas que le mot « pauvres » soit approprié. Les Gilets Jaunes ont des revendications contradictoires car ils rassemblent des catégories socio-professionnelles aux intérêts divergents (artisans, ouvriers, employés, patrons de petites PME) d’où leur incapacité à formuler une plate-forme revendicative. Ils ont une grande défiance vis-à-vis de tout système représentatif donc vis-à-vis de la démocratie. Tellement défiants qu’ils sont incapables de se structurer et de désigner des porte-paroles dont ils se défient aussi. Non, ce ne sont pas « les pauvres ». Ce mouvement montre le triomphe de l’individualisme petit-bourgeois. Ce n’est pas le « lumpen-prolétariat », c’est le « lumpen petit-bourgeois ». Ils se déclarent « apolitiques » car ils n’ont aucune conscience homogène « politique » ni « de classe », ni aucun sens civique de base. L’histoire nous a appris que les « apolitiques » choisissent toujours à la fin un régime autoritaire. Les Gilets Jaunes ouvrent un boulevard à Le Pen (plus 5 % en un mois) Voilà ce que sont les « gilets jaunes », des ignares dangereux qui ne voient pas plus loin qu’au-delà du rond-point qui mène à leur hyper-marché. Ce n’est pas le « peuple », c’est la foule dans sa bêtise crasse

  • 11
    MONNEREAU 5 décembre 2018 à 16:09 / Répondre

    M.B. le 5 Décembre 2918 / répondre

    le jaune c’est un peu citronné donc acide . La République n’est pas l’Anarchie . Même en étant Utopiste la recherche est prépondérante .

    • 14
      Brumaire 5 décembre 2018 à 18:23 / Répondre

      Les jours derniers, on entend souvent parler d’anarchie, à tort et à travers (j’ai mis une minuscule à dessein). L’Anarchie, ce n’est surtout pas le chaos, le bazar ou le grand n’importe quoi. Avant d’utiliser des mots, il faut savoir ce qu’ils recouvrent, et là, il y a quelques heures de lecture avant de pouvoir en parler…
      Pas mal de nos FF et SS et non des moindres,aux siècles passés, étaient anarchistes, forcément utopistes, mais aussi réalistes.
      Sauf que, au XXI° siècle, ça ne colle pas franchement avec le fric-roi qui fait la loi partout et qui rend nos sociétés encore plus malades.

      • 25
        Benjamin Rathery 6 décembre 2018 à 09:44 / Répondre

        L’anarchie n’est pas l’Anarchisme, c’est la chienlit. Si, comme le disait Elysée Reclus, l’anarchisme est la plus haute expression de l’ordre, il faut convenir que celà suppose que chaque individu ait le même niveau de conscience que les autres, pour réguler sans conflit ses relations. Celà suppose donc des êtres « éclairés » On en est très, très, très loin …

    • 22
      Bandit 6 décembre 2018 à 06:04 / Répondre

      Certains confondent Anarchie et Anomie.

      • 26
        Benjamin Rathery 6 décembre 2018 à 09:46 / Répondre

        tout à fait juste, et là nous sommes dans l’anomie …

  • 9
    Brumaire 5 décembre 2018 à 15:08 / Répondre

    Les gilets jaunes ont hélas sous les yeux de tristes exemples, peu nombreux, mais voyants, qui ont fait, qui font encore les choux gras de tous nos opposants. On ne peut pas leur en vouloir pour ça, on ferait mieux d’être nous-mêmes, tous, en accord avec nos principes.
    Justement, nos principes de liberté, d’égalité, de fraternité sont mis à mal depuis au moins 30 ans, et ils ont atteint leur paroxysme les semaines dernières, avec le joli programme de notre exécutif et de ses godillots.
    Quand certains, y compris dans nos rangs, essaieront de vivre avec peu, étant obligés de se déplacer avec une voiture puisque le travail n’est pas à une ou deux stations de métro, que les services publics n’existent plus, que les classes ferment, etc…peut-être raisonneront-ils autrement.
    Nous sommes dans la même situation qu’avant 1789. Sauf que maintenant, qui est capable de faire de vrais cahiers de doléances, pensés et réfléchis, autrement qu’en 140 signes ou qu’en messages idiots sur facebook?

  • 8
    Bernard Leray-Grevêche 5 décembre 2018 à 14:52 / Répondre

    Abolir n’est pas le bon mot ! La peine de mort, l’esclavage,les privilèges… Oui, mais la franc maçonnerie, on peut seulement essayer de l’interdire…

  • 6
    Ad augusta per angusta 5 décembre 2018 à 12:56 / Répondre

    Abolir la Maçonnerie, pourquoi pas ! Pas vraiment sûr cependant que ça suffise à résoudre les problèmes d’emploi, de fin de mois difficiles, voire impossibles par ex pour les femmes seules avec des enfants, qui touchent le smic et dont le mari est parti en oubliant de payer la moindre pension !
    A condition toutefois d’interner dans des asiles psychiatriques « spécial gilles jaunes » celles et ceux qui ont eu cette idée autant brillante qu’originale, qui fleure le bon vieux temps du nazisme dont ces étranges libertaires sont si proches sans le savoir. Ils pourront y refaire le monde en sirotant leurs antipsychotiques comme Marius rêvait en regardant la généreuse poupe de « La Malaisie » accostée devant le Bar de la Marine, en l’associant inconsciemment (merci papa Freud!) au cul des filles des inaccessibles filles des iles.
    Dans la foulée, je proposerais bien d’abolir la connerie mais, au dire de ceux à qui j’en ai palé, c’est tout à fait irréaliste.

  • 5
    une soeur des Hauts-de-France 5 décembre 2018 à 12:27 / Répondre

    Tout cela est bien triste…Le fait que notre frère Victor Schoelcher ait bien oeuvré pour la condition des ancêtres de certains gilets jaunes ultramarins devrait être mieux diffusé…
    Une soeur des Hauts-de-France

  • 4
    Flaccus 5 décembre 2018 à 11:40 / Répondre

    Ils oublient leurs passés ????,

  • 3
    Jean-Claude Villant 5 décembre 2018 à 11:08 / Répondre

    Il faut aussi supprimer l’ ENA Central Polytechnique et la connerie plus difficile.
    jvillant

    • 17
      lazare-lag 5 décembre 2018 à 19:55 / Répondre

      Loin de moi l’idée de porter la contradiction, juste pour le plaisir d’être contradictoire, mais quelle est la réelle utilité et surtout la motivation de vouloir à tout prix supprimer l’E.N.A., Centrale (et non pas Central, ce n’est pas un bistrot) et Polytechnique?
      Pour les remplacer par quoi? Et pour faire quoi?
      D’ailleurs, avant de supprimer et remplacer, ne serait-il pas judicieux, ou opportun, de se poser la question de la justification de leurs créations respectives?
      Dans chacun des cas, je le sais superficiellement pour l’E.N.A. et Polytechnique, superficiellement car je n’ai jamais été dans ces établissements, et Centrale m’est totalement inconnue, il y a une histoire, il y a des raisons, et elles sont chaque fois inscrites et ancrées (du coup on aurait pu dire encrées et ancrées, mais passons…)dans l’Histoire de la République.
      Aussi, et sans vouloir être désobligeant, ni vouloir heurter le ci-devant Jean-Claude Villant, dont on ne sait pas s’il est franc-maçon ou pas, mais au fond peu importe, la ou une « connerie » (sic) n’est-elle pas là: de partir bille en tête en suppression de tout un tas de choses?
      Les réformer, ces trois écoles prestigieuses, vraisemblablement qu’il y a matière.
      De telles écoles doivent aussi refléter, ou faire écho, à une société qui n’est plus celle de leurs dates de création (je crois bien début de la Vème pour l’E.N.A, Michel Debré en est le créateur, époque napoléonienne pour Polytechnique, pour Centrale je ne sais pas).
      En fait l’Histoire témoigne souvent que vouloir faire table rase du passé c’est souvent réinventer la roue voire l’eau tiède.
      Non?

  • 2
    Benjamin Rathery 5 décembre 2018 à 10:26 / Répondre

    Noel Gilets Jaunes , Pâques chemises brunes ….

    • 7
      Christian C 5 décembre 2018 à 14:22 / Répondre

      J’ai peur que tu n’ai raison mon pauvre Benjamin…
      Céder à ou pire rejoindre ces colères populistes fait le jeu des fachos qui se marrent en attendant que le fruit leur tombe tout mûr entre les pattes…

      • 10
        Désap. 5 décembre 2018 à 15:49 / Répondre

        Ah non !
        Vous n’allez pas reprocher aux pauvres de crever la faim !
        Si ?
        Ah ben oui, ils l’ont fait.

  • 1
    Lionel MAINE 5 décembre 2018 à 10:12 / Répondre

    Une proposition à notre très cher Frère Jean-Laurent , toujours en harmonie avec l’actualité : la création d’une « Fraternelle des Tabliers jaunes fluo  » !!!

    • 19
      Luciole 5 décembre 2018 à 23:03 / Répondre

      Avec sous-catégories :Macronistes ou Casseurs
      A différencier d’après la bordure dudit tablier.

      • 28
        Marc Ain 6 décembre 2018 à 11:01 / Répondre

        Pas la peine de vouloir les différencier, les uns aspirent au chaos, les autres nous y conduisent…

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
Donec libero. in efficitur. dictum libero suscipit sit ante.