Cromwell

Oliver Cromwell et la franc-maçonnerie

Par Géplu dans Divers

En octobre 2018, Paul Paoloni a présenté devant l’association Politica Hermetica une conférence sur Oliver Cromwell et la franc-maçonnerie, histoire d’un complot international. C’est cette conférence qu’a filmé et propose aujourd’hui Baglis TV.

« Les francs-maçons sont les continuateurs du despote, protestant calviniste, Oliver Cromwell ! ». Voilà ce qu’on pouvait lire, en France, en 1738. Problème : si Cromwell était décédé 80 ans auparavant et que certaines sociétés secrètes ont bien existé sous son règne : point de francs-maçons dans ses rangs. Pourquoi, donc, cette affirmation ? C’est l’enquête qu’a menée Paul Paolini. Nous sommes alors sous le règne du jeune roi Louis XV. Les guerres entre dynasties britanniques se sont apaisées et, de part et d’autre de la Manche, on assiste à l’émergence de la franc-maçonnerie. De nombreux nobles, savants, comtes, ducs et princes régnants (incluant des Bourbons) se font initier, sans odeur de « soufre » particulière, ni de scandale. Néanmoins cet engouement inattendu pour cette société d’influences officiellement « anglaises » et « hanovriennes » effraya les tenants d’un pouvoir centralisé, catholique et français. Rappelons que ce dernier cherchait justement à préserver un semblant d’unité, et se remettait tout juste de la schismatique querelle du jansénisme qui entraîna la destruction autoritaire de l’Ordre de Port-Royal… « La franc-maçonnerie est là pour détruire l’Etat et l’Eglise » : des allégations partiales, délirantes, que l’on doit à certains ecclésiastiques français… Et qui sont encore entendues, trois siècles plus tard…

Paul Paoloni nous retrace en introduction les grandes lignes du règne éclair, et sanguinaire (notamment pour les catholiques et les irlandais) d’Oliver Cromwell. L’essentiel de son intervention porte néanmoins sur l’après Cromwell. La « Royal Society » et son « Invisible College » en ligne de mire ? Une époque qui vit « la restauration anglaise » (1660) stuartiste, ainsi que la création de la Royal Society de Londres. Une société savante, totalement avant-gardiste pour son temps, et qui réunissait tous les domaines du savoir scientifique. Un souffle de Lumières / Aufklärung soufflait dans ses rangs…

Quelles étaient les origines et motivations de ce premier anti-maçonnisme ?Quelle place occupent, en arrière fond, les enjeux géostratégiques opposant les catholiques aux protestants ? Eléments de réponses de Paul Paoloni dans cet exposé passionnant.

.

Paul Paoloni, durant son intervention
dimanche 27 janvier 2019 4 commentaires
  • 4
    Carloman 29 janvier 2019 à 09:04 / Répondre

    Merci bien…

  • 3
  • 2
    Carloman 28 janvier 2019 à 01:59 / Répondre

    Malheureusement, cette revue n’est pas vraiment disponible dans « tous les points de vente », loin s’en faut…

  • 1
    ARMILOUS 27 janvier 2019 à 09:30 / Répondre

    Excellent travail que l’on peut se procurer en achetant la revue  » Politica Hermetica  » N° 32 dont on ne célèbrera jamais assez la qualité et la place unique dans ce domaine de recherche.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
dolor mattis dolor. quis, mi, sit elementum