Jose Gulino
José Gulino

Le GODF doit-il quitter le Clipsas ?

Par Géplu dans Divers

Lors du prochain convent du Grand Orient de France, qui se déroulera du 29 au 31 août à Rouen, un débat doit avoir lieu sur la politique internationale de l’obédience. Un de ses points les plus importants est la proposition du Conseil de l’Ordre de quitter le Clipsas. J’ai demandé à José Gulino, qui a été Grand Maître du Grand Orient en 2012-2013 et vice-président du Clipsas de 2012 à 2015 son opinion sur cette question.

__________________________

Géplu : José, tu as été vice-président du Clipsas. Que penses-tu des conclusions du livre blanc du Grand Orient de France sur la politique maçonnique internationale, qui propose de le quitter ?

José Gulino : Je pense que le Clipsas est arrivé à un tournant de son histoire et que sa croissance, aujourd’hui plus de 100 obédiences (104), pose des problèmes. Tout d’abord, lors de la création du Clipsas en 1961, cela correspondait à un moment de l’histoire maçonnique où il y avait une forte hégémonie de la maçonnerie d’influence anglo-saxone pilotée par la Grande Loge Unie d’Angleterre.  Aujourd’hui le contexte a beaucoup changé, évolué, et les rapports entre la maçonnerie dite régulière et la maçonnerie adogmatique et libérale se sont pacifiés.

Je pense également que la façon de travailler du Clipsas doit être revue au niveau notamment de sa gouvernance. Le Clipsas est géré par un bureau de quatre ou cinq vice-présidents mais toutes les décisions se prennent en assemblée générale plénière à plus de cent obédiences. Pour moi, il devrait y avoir deux niveaux de gouvernance, un peu comme aux Nations Unies avec son Assemblée générale et son Conseil de sécurité. Le Clipsas devrait avoir un fonctionnement similaire.

Et pourquoi le quitter aujourd’hui ?

C’est une question qui est posée au Convent et c’est celui-ci, souverain, qui en décidera. Je pense que les vice-présidents du Clipsas issus du Grand Orient de France, à savoir Pierre Lambicchi, Daniel Keller et moi-même avons essayé de faire évoluer le Clipsas de l’intérieur, de faire des propositions de modification de son fonctionnement et de sa politique mais nous nous sommes toujours heurtés au positionnement des petites obédiences.

Lorsque j’étais vice-président, le président du Clipsas était de New York, le vice-président secrétaire de Buenos Aire et le trésorier était de Rome, ce qui posait de grosses difficultés de communication et de fonctionnement. Nous sommes là pour réunir ce qui est épars et promouvoir l’universalisme mais il est plus important aujourd’hui d’avoir des visions continentales et régionales en nous rapprochant davantage des obédiences avec lesquels nous travaillons régulièrement. L’Alliance Maçonnique Européenne, initiée lors de ma Grande Maîtrise, correspond à cette nouvelle approche.

_________________________
Sur ce même sujet, nous avons aussi reçu ce texte de Marc Cauchies, qui fut Président du Clipsas de 2008 à 2011 (au titre du Grand Orient du Luxembourg), et qui plaide lui pour le maintien du GODF au Clipsas : GODF & CLIPSAS

samedi 24 août 2019 10 commentaires

Étiquettes : , ,

  • 9
    de Flup 24 août 2019 à 22:28 / Répondre

    Peut-on exclure un élément de petit jeu politique?

    de Flup

  • 8
    Désap. 24 août 2019 à 18:55 / Répondre

    Lorsque l’on est une obédience majeure avec une connaissance et une expérience incontestable telle que celle du GODF,
    quelle différence y a-t-il entre :
    – imposer une ligne minimale de sorte de ne pas tomber dans des discussions et des considérations inutiles de l’ordre de la virgule ou de la défense d’intérêts qui ne sont jamais autres que d’ordre de l’égo
    et
    – ne rien imposer et finir par abandonner, au risque de laisser disparaitre l’occasion de démontrer toute l’inutilité du dogmatisme
    ?
    L’efficacité !
    Ou bien, est-ce à dire qu’il faudrait mettre sur un pied d’égalité le GODF et les micros obédiences-temples(exclusifs!!!)-de-l’égo-surdimensionné-de-leurs-dirigeants ?
    On voit bien que cette dernière supposition est absurde.

  • 6
    Fabrice 24 août 2019 à 14:04 / Répondre

    Encore une proposition inutile. Le GODF a déjà fait le coup en 99 / 2000 avec la création d’un autre machin inutile : le SIMPA qui a été un fiasco puisque même le GOB, pourtant sur la même ligne, avait traîné des pieds. Ce qui gêne le GODF, c’est qu’il n’a pas le contrôle de ce bouzin qui doit coûter cher en frais de fonctionnement et qui abrite parfois des obédiences microscopiques. Apprenons à travailler collectivement dans le respect de nos spécificités obedientielles. Et l’on fera des économies sur tous les plans : argent, salive et temps.

  • 5
    Jean M.abuse 24 août 2019 à 13:51 / Répondre

    Ok on comprend bien le problème. Les sectes membres du Clipsas sont à égalité avec les obédiences historiques et puissantes. Mais l’AME est atone avec une action nulle. Est ce vraiment la panacée ?

  • 4
    Jose Luis TRILLO 24 août 2019 à 11:57 / Répondre

    Despues de la « reunion »du Clipsas- Barcelona, YO CREO QUE ES UN ORGANISMO, CADUCO. NO MODERNO, NI AGLUTINADOR, NI CAPAZ DE -UNIR- Mejor de separar y « LO POLITICO », (de otros), en su casa NO GUSTA.

    Ancienement, outre chose, aujour d´hui, ne pas necesaire. VANITES, DISIDANCES, LUCTE D´OBEDIANCES, POLITIZATION VANALE. Ne pas traiter les PROBLEMES ACTUELLES, –aporter solutions– La « raison maçonnique », a la realite de la vie. Une « CHOSE » les ideals foundationeles, et autre chose, LA RELITE COTIDIANNE. A Barcelona, le « G.O.D.F. » – NON ASISTE PAS,….TRES LOING,…- « Foundateur » du « G.O.E.-retourne du Mexic » 1978 !!!!! Barcelona. «  »Le temps, la guillotine » »,….. Abrazos fraternales y ósculo de pAZ.

  • 3
    Oscar 24 août 2019 à 11:49 / Répondre

    Je ne vois pas pourquoi le GODF devrait quitter le CLIPSAS… il est le prototype même de l’obédience non régulière, et fière de l’être, qui a toute sa place au sein de cet organisme.

    • 7
      5PPM 24 août 2019 à 17:43 / Répondre

      Peut-être justement que son positionnement « non régulier » pose problème à une époque où le GO flirte avec la GLNF (voir les rencontres Lafayette)?

      • 10
        Oscar 26 août 2019 à 12:33 / Répondre

        Vraiment je ne le pense pas, 5PPM!
        Il n’y a aucune ambiguïté dans les relations entre la GLNF et le GODF et particulièrement en ce qui concerne les Rencontres Lafayette.

  • 2
    briand 24 août 2019 à 11:34 / Répondre

    Je crois que deux visions s’opposent. La FM libérale et adogmatique, et une FM plus centrée sur le polissage du granit. Bref, pour ma part je pense qu’il faut quitter cette institution devenue une coquille vide. (Je suis au GO depuis 30 ans et rien n’a vraiment changé.) Plus de 100 obédiences ! C’est ingérables, car c’est le tout à l’égo qui prédomine, la grenouille et le bœuf. Air connu.

  • 1
    lazare-lag 24 août 2019 à 09:34 / Répondre

    Ceci est ma réaction à brûle pourpoint, la réaction immédiate et certainement désordonnée d’un Frère du G.O.D.F.
    Et d’un frère « de base » puisque n’ayant jamais exercé de mandat maçonnique autre que localement en différents niveaux d’atelier et n’ayant pas encore vingt ans de maçonnerie au compteur.
    Et qui aura l’honnêteté de dire qu’il ne connaît que superficiellement ce qui se rapporte au Clipsas, comme à l’Alliance Maçonnique Européenne d’ailleurs.
    Mais après tout quand le citoyen vote, a-t-il une connaissance juste et parfaite de tous les sujets qui vont influencer le dépôt dans l’urne de son bulletin?
    J’observe pour ma part les points suivants:
    1/ Le G.O.D.F. est à compter parmi les fondateurs, s’il n’en est pas le principal instigateur, du Clipsas.
    2/ Et je n’oublie pas ce que Clipsas signifie: puissances maçonniques signataires de l’appel de Strasbourg.
    De Strasbourg, France.
    3/ Il me semble que le G.O.D.F. a déjà quitté le Clipsas pendant une quinzaine d’années pour y revenir, du temps de la mandature du G.M. Pierre Lambicchi, si je ne m’abuse.
    Et je me pose des questions de mon niveau:
    1/ Sauf méconnaissance de ma part, la communication du Clipsas (il en est de même avec l’A.M.E.), est quasiment inexistante jusqu’aux loges, et a fortiori jusqu’aux FF et SS.
    On a l’impression que plus on s’éloigne de la cellule de base maçonnique, de mla loge, et plus il y a comme une sorte de déperdition d’énergie et de convictions pâr rapport aux fondamentaux maçonniques.
    Avant de savoir s’il faut décider de quitter ou de rester, au moins savoir ce qui s’y fait, ce qui s’y décide et quelles inflexions, pour ne pas dire quelles influences , voire quels combats, y mènent le G.O.D.F. en son sein?
    Surtout lorsqu’il y dispose d’un mandat de vice-président.
    2/ J’ai lu et relu les deux interventions, de José Gulino et Marc Cauchies (lequel d’ailleurs fût 3 fois président du Clipsas, si je ne m’abuse) et je m’interroge vraiment sur ce qui pourrait motiver un éventuel départ du G.O.D.F. du Clipsas.
    Avec ces deux seules interventions ce n’est pas très clair, on peut même avoir le sentiment que les réelles motivations de sortie ne sont pas franchement exprimées.
    Car dire qu’on préfère quitter le Clipsas pour privilégier l’action au sein de l’A.M.E. est-ce une raison suffisante? Pourquoi ne pas maintenir les deux?
    Je suis tout à fait d’accord pour un renforcement de nos liens européens, d’un lobbying maçonnique efficace, n’ayons pas peur des mots, mais le renforcement européen souhaité, et grandement nécessaire, nous en sommes d’accord, ne sera-t-il pas affaibli par une reculade internationale simultanée?
    Quel signe allons-nous donner à nous retirer du Clipsas? Et à qui voulons-nous le donner?
    3/ Et puis la politique de la chaise vide, surtout pour un fondateur, est-elle une bonne politique?
    Le G.O.D.F. a déjà quitté le Clipsas une fois pour y revenir ensuite.
    Je ne connais pas les raisons de ce départ comme de ce retour, mais je ne suis pas sûr que dans les deux cas il s’agisse de hautes valeurs maçonniques.
    4/ Enfin et surtout, de mon point de vue, un tel départ n’aurait-il pas l’arrière goût d’un amer Frexit maçonnique?
    Est-ce là l’ambition du G.O.D.F., fondateur émerite du Clipsas?
    J’avance, je recule? Je rentre, je sors? Je fais du yoyo maçonnique international? Je sors aujourd’hui et finalement dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans je demande à revenir? D’ailleurs, voudra-ton de moi? Est-ce bien raisonnable? Est-ce d’une grande obédience, historiquement installée, que de jouer ainsi les divas capricieuses?
    Est-ce là l’ambition d’une grande obédience française et fondatrice d’une structure créée en France?
    En politique, car ici je crains que ce ne soit plus réellement la Franc-Maçonnerie qui nous guide, ne faut-il pas aussi avoir une vision? A long terme, et pas de petits calculs à court terme, comme il me semble le ressentir dans cette affaire.
    Et je souhaiterai ardemment me tromper.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
leo massa eget justo Praesent libero dapibus nec vel, commodo neque.