Chevalier d’Orient et de Krautersgerstheim

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 28 décembre 2020
  • 4
    pierre noel
    28 décembre 2020 à 17:42 / Répondre

    Je me suis empressé d’aller voir sur wikipédia si Krautergersheim existait pour de vrai, n’en ayant jamais entendu parler (faut excuser l’étranger !). J’ai ainsi découvert que c’était une commune alsacienne comme le laisse prévoir la racine « Kraut ».
    J’ai aussi appris que s’y trouve (trouvait ?) un château qui fut acheté au XVIII° siècle par Bernard-Frédéric de Turckheim et son épouse Lili Schoenemann (amour de jeunesse de Goethe !) qui y mourut en 1817.
    Or Bernard de Turckheim (et son frère Jean) furent des acteurs éminents du RER, correspondants strasbourgeois (autrefois amis, puis brouillés pour raisons religieuses, protestants/catholiques) de Willermoz, le chantre de ce rite (pas vraiment aligné sur le RF actuel !)

  • 3
    François Morel
    28 décembre 2020 à 13:27 / Répondre

    Il est vrai que pour le blaireau-normand que je suis, me lancer la dedans était un aventure risquée !
    Mais j’aime l’Alsace et mes FF alsaciens !

  • 2
    Brumaire
    28 décembre 2020 à 12:17 / Répondre

    « Schossef » et « Gretel », c’est plutôt Seppi et Gredala, mais bon, on ne va pas en vouloir à François, l’Alsacien, même du Bas Rhin, c’est pas simple, Godverdammi!

  • 1
    totor
    28 décembre 2020 à 12:05 / Répondre

    NOTE: Les alsaciens du coin prononcent Krueteguescheim au lieu de Krautersgerstheim

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous