Chevalier d’Orient et de Krautersgerstheim

Publié par François Morel

Il s’agit ici d’évoquer brièvement la réception du Frère Güscht Soultzbach au Troisième Ordre des Grades de Sagesse, toutefois le Temple étant fermé pour des raisons sanitaires, cette émouvante cérémonie s’est déroulée partiellement dans l’appartement de Mlle Gretel Schlutz à Helfrantzkirch. …

_______________________________________

…La porte de la voisine de palier s’entrouvre …

– Pourquoi tapez-vous du pied devant la porte de mademoiselle Schlutz comme un âne en rut monsieur Schildkucht, vous ne pouvez pas sonner ?
– Madame Hübes, (prononcez Hüb’) il s’agit d’une cérémonie secrète, je suis le Souverain Maître et nous attendons l’arrivée de Zorobabel !
– Güet ! Je vous laisse monsieur Schildkucht, je vous ai rapporté un kouglof et une part de flàmmeküeche, vous les voulez maintenant ? Prenez juste un stück de tarte pendant qu’elle est chaude !
– Merci madame Hübes !
– Premier Général prêtez attention à l’entrée du Souverain Maître !
– Hopla ! C’est bon !  Le Conseil est ouvert !
– J’ai fait un rêve !
– Ich hatte einen Traum !
– Black live matter ?
– Non !
– Et vous Grand Maitre du Palais j’attends votre feedback !
– Nunnd a pfiffele ! Débarrassez-moi de cette tarte aux oignons !

Pendant ce temps-là sur le palier

– Buschur madame Hübes !
– Que faites-vous dans cette tenue monsieur Soultzbach, devant la porte de Mlle Schlutz, les mains entortillées avec la laisse de Nono et pourquoi vous avez un sac poubelle sur la tête ?
– je suis Zorobabel et nous sommes à  Babylone !
– Vous me l’avait jamais dit !
– Non, c’est momentané !
– Le Garde : Second Général, un homme en deuil discute avec madame Hübes !
– Ça doit être Zorobabel, il est à l’heure, faites le entrer sans madame Hübes !
– Màch’s güet ! Monsieur Soultzbach !
– Aur’voir madame Hübes !
– Ne vous appuyez pas sur la muraille ! Krüttstorzo !
– Jooooo !!!!  Et voilà elle s’est effondré sur la tévé et a embarqué le vaisselier avec la vaisselle !
– Schiss ! C’est un sacré bordel ! Ça fait beaucoup de poussière !
– Il faudrait aérer !
– Mon général le Grand Maître est sous les décombres ! Vous êtes blessé ?
– Non ça va, mais il faudrait renforcer les assemblages du contreplaqué et on n’a pas besoin de plâtre !
– Qu’est-ce que c’est que ce gramboll !?  Et monsieur Soultzbach, il a un sac poubelle sur la tête !
– C’est rien Gretel c’est la muraille qui s’est écroulé !
– Yop’la ! Tout le monde à la cuisine, dans la salle d’Orient !
– Schilbert amène le brasier !
– On s’excuse de tout ce désordre Mlle Schlutz !
– Vous allez mettre vos mains dans le toaster réglé sur 7 et les agiter de gauche à droite !
– Mais …cha prule !
– Taisez-vous ! Vous parlez à Syrus !
– ça sent le cochon grillé.
– Il manque  la choucroute.
– Et la bière !
– Yo ! Ça suffit !
– Maintenant Zorobabel vous allez direct à Jérusalem avec vos potes, vos Freunde ! Et le sergent Garcia aussi !
– J’ai pas compris pour le sergent ?
– Tu sais Schül, j’ai pensé mettre la planche à repasser sur la baignoire pour faire le pont mais Gretel, elle ne veut pas, et dit que l’Euphrate, ne passe pas chez elle !
– C’est pas l’Euphrate, c’est le Gandara !
– Elle verra ça dans Koh-Lanta !
–  Restez dans le rituel Schilbert  !
– J’ai loué deux mini bus, le premier part maintenant avec Baschtien et l’équipe numéro 1 qui défend le pont et l’autre tout de suite après qui veut passer avec Zorobabel et ses potes !
– Le village d’Eichhoffen à la partialité d’avoir un pont qui se rapproche étonnamment de celui représenté sur l’écharpe de chevalier sans toutefois posséder trois arches, quatre piliers et qu’il n’enjambe pas un fleuve mais une ligne de chemin de fer.
– Mais c’est pas un pont Schül, c’est une passerelle !
– On peut aller sur la Chirgoutte du côté de Schimeck ?
– Non je suis connu là-bas, mon gendre est charcutier !
– Bon aller on vous suit !

– Je crois qu’on les a perdus, ils ont dû aller à Krautersgersthein sur le pont du moulin de l’Ehn.
– Je connais, c’est là que j’ai rencontré Schossefin !
– Ça fait 3 heures qu’on roule, je sais pas où ils ont bien pu passer ?
– Y a qu’à demander aux vignerons.
– Buschur ! Vous n’auriez pas vu un van couleur vert d’eau avec des chevaliers irakiens qui cherchent un pont sur la route de Jérusalem ?
– Ja ! Sie sind in den Weinkellern von Ottrott !
– Ils sont dans les caves d’Ottrott !
– Yooo ! Il va falloir suspendre les travaux du Conseil !
– Allo Baschtien ? Vous êtes dans quelle cave à Ottrott ?
– Dis-lui qu’on reprendra la cérémonie demain à Helfrantzkirch !
– Alors ?
– Je crois qu’ils entendent mais ils ne sont pas en état de répondre !

Le lendemain matin à la fraiche chez Gretel Schlutz le téléphone sonne :

– Allo ? C’est Baschtien !
– On s’inquiétait, qu’est ce qui s’est passé hier ?
– On est sorti d’Ottrott assez tard et on s’entrainait à guerroyer sur la passerelle où on devait perdre nos décors, on savait plus si c’était tout le monde ou seulement Zorobabel, de toute façon on savait plus où on les avait mis et dans la mêlée Schilbert a failli tomber sur la voie ferrée.
– Il n’a rien ?
– Si ! Il a son pantalon et sa chemise.
– On est au poste de police de Duttlenheim, il parait qu’on faisait un tel tapage qu’ils l’ont qualifié de nocturne !
– Les flics vous ont embarqué ?
– Quand ils sont intervenus pour nous séparer, on leur a dit qu’on était des irakiens qui barraient la route a des israéliens qui voulaient franchir la voie ferrée pour retourner à Jérusalem. Et c’est là que ça c’est compliqué. Ils ont longtemps hésité pour savoir s’ils nous emmenaient à l’Hôpital de Rouffach ou au commissariat.
– Attendez nous on vient vous chercher !
– Oké, Tu demandes au planton, on est dans la cellule de dégrisement au fond à droite. Le brigadier-chef est de chez nous. 

Retour dans l’après-midi chez Mlle Gretel Schlutz à Helfrantzkirch. Sur le palier :  

Buschur madame Hübes !
– Vous êtes nombreux et vous avez les traits tirés. Qu’allez-vous faire tous avec une truelle chez mademoiselle Schlutz ?
– C’est une épreuve, nous faisons honneur aux Chevaliers mais c’est difficile.
– Ah ! Buschur brigadier ! On se connait ! Vous êtes ici pour une enquête ?
– Non madame Hübes, je suis invité et pour votre chien Nono, vous n’avez toujours pas de sac plastique pour ramasser ?
– Mlle Schlutz, excusez-nous mais on voudrait finir la cérémonie !
– Yeuuu ! Aller entrez, ne rester pas sur le palier ! Mais que fais-tu ici Schossef ?

Nono. Chien de pure race, mais on ne sait pas bien laquelle…

– Vous connaissez le brigadier Muller, Mlle Schlutz ?
– Oui on s’est rencontré sur Meetic !
– Aller Yo ! Tous dans le salon ! On va dire que le pont est franchi !
– On pourrait le refaire mieux !
– Non Baschtien ! Il est franchi ! Basta !
– Merci madame Hübes, mais les Scwarzwurscht et les bredele on verra ça plus tard
– Allez, tous à l’Ordre de chevalier !
– On a plus nos glaives, on nous les a confisqué.
– Prenez les couverts de Gretel !
– Je proclame Güscht Soultzbach, notre nouveau Chevalier qui dirigera nos travaux ! … et tu clôture ce putain de Conseil vite fait !

– C’est moi qui ferme ?
– Oui et tu la fermes aussi !
– T.I.M. Le brigadier s’est enfermé dans la chambre avec Mlle Schlutz !
– Kofertami !!!  Non merci madame Hübes je vous ai dit pas tout de suite le bibbelekaas !
– Police ! Ouvrez !
– C’est l’ IGPN !  On cherche le brigadier Schossef Muller pour délit de faciès envers des irakiens étrangers!
– Euh …Il fait des schmoutz avec Mlle Gretel Schlutz …
– Quoi ? La fille du Grand Maître de la Grande Loge Indépendante d’Alsace et de ses Colonies !
– Bon aller, je sens que tout va s’arranger, madame Hübes vous n’avez pas oublié la bière avec le spätzel ?
– Il va falloir rendre la muraille et la tour à la maintenance du Haut-koenigsbourg.
Baschtien arrête de jouer avec ta truelle tu vas finir par blesser quelqu’un !
– T.I.M. Y’a Nono le chien de madame Hübes il est en train de bouffer le spätzel !
– Allez, tout le monde à l’Ordre ! Non pas vous madame Hübes !
– À la Gloire du G.A.D.L’U. je ferme avec soulagement ce conseil des Chevaliers de Krautersgersthein !

‘S gilt ! À votre santé ! 

Remerciements  :

Au Conseil Régional d’Alsace
La gare d’Eichhoffen
Le commissariat de Duttlenheim
Le syndicat d’initiative d’Ottrott
La maison de la choucroute à Krautersgerstheim
L’office des HLM de Helfrantzkirch
La charcuterie-traiteur de Schimeck
Les services techniques du Haut-Kœnigsbourg
Et madame Hübes pour le Spätzel 

lundi 28 décembre 2020
  • 4
    pierre noel
    28 décembre 2020 à 17:42 / Répondre

    Je me suis empressé d’aller voir sur wikipédia si Krautergersheim existait pour de vrai, n’en ayant jamais entendu parler (faut excuser l’étranger !). J’ai ainsi découvert que c’était une commune alsacienne comme le laisse prévoir la racine « Kraut ».
    J’ai aussi appris que s’y trouve (trouvait ?) un château qui fut acheté au XVIII° siècle par Bernard-Frédéric de Turckheim et son épouse Lili Schoenemann (amour de jeunesse de Goethe !) qui y mourut en 1817.
    Or Bernard de Turckheim (et son frère Jean) furent des acteurs éminents du RER, correspondants strasbourgeois (autrefois amis, puis brouillés pour raisons religieuses, protestants/catholiques) de Willermoz, le chantre de ce rite (pas vraiment aligné sur le RF actuel !)

  • 3
    François Morel
    28 décembre 2020 à 13:27 / Répondre

    Il est vrai que pour le blaireau-normand que je suis, me lancer la dedans était un aventure risquée !
    Mais j’aime l’Alsace et mes FF alsaciens !

  • 2
    Brumaire
    28 décembre 2020 à 12:17 / Répondre

    « Schossef » et « Gretel », c’est plutôt Seppi et Gredala, mais bon, on ne va pas en vouloir à François, l’Alsacien, même du Bas Rhin, c’est pas simple, Godverdammi!

  • 1
    totor
    28 décembre 2020 à 12:05 / Répondre

    NOTE: Les alsaciens du coin prononcent Krueteguescheim au lieu de Krautersgerstheim

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif