Chrétien et franc-maçon, où est le problème ?

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 19 septembre 2014
  • 15
    LUCRECE
    7 janvier 2015 à 15:07 / Répondre

    le respect à la différence serait logiquement le fondement des croyances et considérations.

  • 11
    Rosen
    5 décembre 2014 à 19:41 / Répondre

    Bonjour,
    Jésus a dit, ne retenez de moi qu’une seule chose : « je suis doux et humble de coeur » Jésus n’exclut personne, Lui !
    Mais lisez plutôt ce copié-collé de l’Express:
     » UN PRETRE CHEZ LES FRERES :
    Dans ce dossier, parmi les noms cités, celui de Jean Claude Desbrosse. Ce personnage a été prêtre et franc maçon…Initié à la Grande Loge Nationale Française, le père Desbrosse est decédé voilà bientôt dix ans, le 9 décembre 1999. Outre ses fonctions de responsable des voyages au sein de l’évéché, l’abbé Debrosse était un « illustre frère », appartenant à plusieurs loges, ayant lui même gravi les hauts grades de la Franc Maçonnerie.
    Il avait reçu l’accord de l’évêque du diocése Monseigneur Albert Le bourgeois pour étre admis en Franc maçonnerie, dans une obédience « déiste » d’ailleurs.
    L’abbé Debrosse a rédigé lui même l’avis de décés paru dans les colonnes du quotidien « Le Figaro ».
    Alors…..

    • 13
      Guillaume
      10 décembre 2014 à 10:17 / Répondre

      • Réponse à ROSEN qui écrit le 5.12.2014 à 19h: « Jésus a dit, ne retenez de moi qu’une seule chose : « je suis doux et humble de cœur » Jésus n’exclut personne, Lui ! Mais lisez plutôt ce copié-collé de l’Express »
      Ou bien Le frère pieux, catéchisé, n’a jamais lu les Evangiles du mythique thaumaturge Jésus qui confirme 15 fois l’existence de l’enfer où les mécréants serviront de combustible, ou bien il veut protéger son « gourou » en lui attribuant des qualités qu’il n’a pas. Il dit de lire le copié-collé de l’Express, moi je lui conseille entre autres, de lire: le mythe de Jésus http://www.truthbeknown.com/francais.htm-The Christ conspiracy. Les origines du christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique par Acharya S et le Testament de l’Abbé Meslier, premier philosophe des Lumières (http://www.gauchemip.org/spip.php?article6746, il comprendra peut-être que la foi est aveugle et que pour « sa foi » le croyant est près à mentir.
      Voici ce qui est écrit noir sur blanc dans les Evangiles Rosen:
      • Luc 19: 27-28
      • Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. 28 Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem. Luc 19: 27-28

      • Jésus est venu non pas pour mettre la paix dans le monde mais la division même dans les familles.
      • Luc 12, 49-53
      Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! 50 Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli ! 51 Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. 52 Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; 53 ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère.
      Matthieu 10.34. Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. 35 Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; 36 et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. Matthieu 10.34

      L’Evangile prône l’esclavage et l’autorisation de battre les esclaves. Luc 12:45-48
      Le serviteur (esclave) qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. 48 Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié. Luc 12:45-48
      • Evangile selon saint Matthieu 25: 14-30 – les serviteurs (esclaves) inutiles:
      Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l’abondance. Mais celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur (esclave) bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres, là il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ Matthieu 25:14-30
      Jésus, Juif circoncis selon la légende, dit dans l’Evangile de Jean 8 : 30-45 des paroles cruelles et haineuses contre les juifs dont les Juifs auront à souffrir pendant des siècles : quand il dit aux Juifs
      « Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier depuis le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge. Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas ».
      • Alors frère Rosen Pour les non croyants, la punition éternelle en Enfer (Luc 16:22-23) Heureusement que ce dictateur thaumaturge, rôtisseur, n’est qu’un mythe, mais pour 1,5 milliard de croyants ce ne l’est pas, avec toutes les conséquences de persécutions horribles, dans le passé, pendant 16 siècles de règne du Vatican. Comme frère du GOB on ne se rencontrera donc ni dans votre loge régulière (Votre Dieu l’interdit), ni au ciel puisque comme athée, je vais en enfer.

      • 14
        Rosen
        13 décembre 2014 à 12:44 / Répondre

        Bonjour Guillaume,

        Mon commentaire était relatif au fait qu’un prêtre avez été exclu de son Ordre du fait de son appartenance à la FM ; J’ai cité ces bonnes paroles de Jésus pour mettre en relief la contradiction qu’il peut y avoir entre la Parole et ce qu’on en fait parfois dans les chapelles…
        Je respecte par ailleurs ton opinion sur Jésus et le Christianisme même si je ne la partage pas. En l’occurence une « parabole », qui plus est au Grand Orient , doit être parfaitement orientée ..!! pour en recevoir l’émission, et pour cela il faut une équerre, un compas, une règle, un savant règlage etc.. dans une loge juste et parfaite . A la lumière du Feu Noir mais aussi du Blanc … alors peut-être,à la Lumière de l’épée,de la mort, à force introduire de la division à coup de maillet naîtra en toi, une lumière nouvelle, d’un savoir tu auras pris co-naissance…
        Bon chemin Guillaume et règle bien ta parabole, voilà touut le mal que je te souhaite 🙂

  • 8
    ma contribution
    21 septembre 2014 à 21:32 / Répondre

    Dans le nouveau Code de Droit Canon, publié en janvier 1983, l’article 1374 la Franc-maçonnerie n’est plus citée au nombre des associations qui machine contre l’Église.

    On avait pu donc penser que les efforts déployés de part et d’autres par les ecclésiastiques et les Franc-maçons soucieux de pratiquer leur culte sans avoir à renoncer à leur appartenance à la Franc-maçonnerie avaient été couronnés de succès.

    Mais dans sa déclaration du 26 novembre 1983, la SCDF, présidée par le cardinal Ratzinger, affirme interpréter cet article 1374 et le commente ainsi : « Les fidèles du Christ qui donnent leur nom aux associations maçonniques tombent dans un péché grave et ne peuvent accéder à la Sainte Communion. »

    La situation est donc confuse. Pour certains Maçons catholiques, seule compte l’article 1374 car il est revêtu de l’autorité papale. Pour d’autres, la déclaration de la SCDF, bien que de hiérarchie inférieure à celle du saint Père, doit être prise en très sérieuse considération car elle ne peut avoir publiée sans son accord, compte tenu du sujet traité et de la proximité des dates de publication.

    Les Francs-maçons catholiques se retrouvent ainsi dans une situation étrange où l’excommunication à leur encontre a certes été levée, mais sans que soient reconnues aux membres catholiques la liberté d’adhérer à la Franc-maçonnerie et aux autorités ecclésiastiques locales la faculté d se prononcer publiquement en faveur de l’appartenance de leurs ouailles à l’Ordre. Ceci n’exclut pas que ces autorités puissent, au cas par cas, autoriser tel ou tel fidèle, à s’inscrire dans une loge ou à y demeurer.

    C’est bien cette imprécision qui a fait dire à de nombreux Maçons catholiques que les relations entre l’Eglise et la Franc-maçonnerie n’avaient cessé d’osciller entre espoir et désillusion.

    Pour info un extrait d’un texte de Jean Tourniac sur les relation Eglise-Franc-maçonnerie (« Contre-initiation et règne des confusions »):

    « Reprenons maintenant, si vous voulez bien les thèses en présence en nous référant aux documents
    officiels. Pour l’Église il existe un texte récent, c’est la Déclaration de la “Sacrée Congrégation pour la
    doctrine de la Foi” du 26 novembre 1983, j’en extrais la fin, que vous connaissez peut-être déjà :

    « Le jugement négatif de l’Église sur les associations maçonniques demeure inchangé parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Église. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la Sainte Communion. Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus… »

    Le texte de cette Déclaration, approuvée par le Pape qui en a ordonné la publication, renvoie d’ailleurs à une autre Déclaration, datant du 17 février 1981, mais qui est pratiquement analogue.

    Cependant, dès 1974, et à la suite des contacts établis par l’entremise du Père Michel Riquet S.J., entre le Délégué Consulteur de la “Sacrée Congrégation pour la doctrine de la Foi”, Don Miano, représentant le Cardinal Séper, préfet de la dite Congrégation, et les dirigeants d’une obédience française (la G.L.N.F.), un document signé du Cardinal Séper voyait le jour. Il limitait l’application des sanctions prévues au code de Droit Canon (à l’époque il n’y avait pas encore un nouveau code du Droit Canon), aux seules organisations maçonniques hostiles à l’Église et aux Pouvoirs civils légitimes. »

    On ne saurait faire le tour de la question sans relire les études du Père Riquet, publiées dans la presse, dans le « Figaro » quotidien, notamment sa conférence du 30 mars 1979, reprise in extenso dans le tome XIV de la revue de la loge de recherches Villard de Honnecourt, enfin le dossier de M. Alec Mellor, inséré dans le numéro 8 (Nouvelle série) de la revue précitée, en 1984, et intitulé “L’Église Romaine et la Franc-Maçonnerie”.

    Oui, il est possible d’être à la fois chrétien et franc-maçon, dit le Père Riquet aussi dans Le Figaro littéraire du 22 juin 1969, ainsi que le Père Caprile dans La Civilta Cattolica du 10 novembre 1973, à la suite du Père Beyer, jésuite, doyen de la faculté de droit canonique de l’université grégorienne à Rome, qui distingue les Loges maçonniques selon qu’elles militent ou non contre l’Église.

    Tout se joue sur l’interprétation de l’article 2335 du Code de droit canonique de 1917:  » Ceux qui donnent leur nom à une secte maçonnique ou à d’autres associations du même genre qui complotent contre l’Église ou les pouvoirs civils légitimement établis, contractent par le fait même une excommunication simplement réservée au siège apostolique.» La référence à la Franc-maçonnerie a disparu du nouveau code de Droit canonique de 1983. L’ancien article 2335 a été remplacé par l’article 1374 qui stipule: «Que celui qui donne son adhésion à une association qui agit contre l’Église soit puni d’une juste peine.» Une juste peine est une peine proportionnée au délit. C’est la question qui divise. Le cardinal Seper, préfet de la Congrégation romaine pour la doctrine de la foi, prédécesseur du cardinal Ratzinger, reconnaissait que certaines loges échappent à cette condamnation. Son successeur fut d’un avis opposé…

    • 9
      chicon
      5 décembre 2014 à 11:29 / Répondre

      il n’y a malheureusement plus de Pere Riquet a la GLNF, qui n’attire plus de brillants esprits religieux.

      • 10
        ma contribution
        5 décembre 2014 à 17:50 / Répondre

        Reprenez le flambeau, je pense que vous avez aussi cette question au cœur, vous et d’autres, j’y apporterai mon soutien, essayons de relancer une recherche, un dialogue… il y a encore certainement de brillants esprits religieux à découvrir, interpeller, à inviter, sinon à quoi servons nous?

  • 6
    skeptikus
    21 septembre 2014 à 09:30 / Répondre

    « Les principes de la franc-maçonnerie sont incompatibles avec la doctrine de l’Eglise : les catholiques qui font partie de la maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s’approcher de la Sainte Communion ». Cardinal Ratzinger, futur benoît XVI. Aux francs-maçons qui se disent ou se croient catholiques (et les seuls « chrétiens « , parfois) d’arranger leur conscience avec ça.

    • 7
      joaben
      21 septembre 2014 à 10:38 / Répondre

      Si je suis hostile à Radzinger, pour autant cette position est cohérente avec les principes de l’Eglise. On ne peut evidemment pas declarer foi aux dogmes de l’Eglise et être FM. Par contre, un catholique peut decider de son plein gré de se libérer de toute allégeance aux dits dogmes et vivre une foi, y compris aux sacrement.
      La croyance et pire la soumission aux dogmes sont en effet de graves handicaps à la progression maconnique. La Fm n’a pas à faire des compromissions. le FRANC est necessaire ! On ne peut être déchiré avec une croyance tenace.

    • 12
      Pierrot
      5 décembre 2014 à 21:58 / Répondre

      Apocalypse 2:23
      Je ferai mourir de mort ses enfants; et toutes les Eglises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les coeurs, et je vous rendrai à chacun selon vos oeuvres.
      1 Samuel 16:7
      Et l’Eternel dit à Samuel: Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l’ai rejeté. L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au coeur.

  • 5
    yasfaloth
    20 septembre 2014 à 16:38 / Répondre

    Bonjour
    .
    Ce qui pose, et posera toujours problème aux responsables des religions qui se veulent dominantes et universelles, c’est le « relativisme » maçonnique.
    .
    Pour nous toutes les (grandes) religions se valent, il n’y a pas de vérité unique et absolue, ni de vérité « révélée » pour employer un adjectif à la mode. Et chaque maçon est libre dans la pratique exotérique qui lui convient le mieux. Pire… la reconnaissance de cette liberté est une exigence de notre appartenance, toutes obédiences confondues !
    .
    Dès lors à partir du moment où une religion se considère comme le vecteur d’un message divin, sauf a admettre que son « dieu » s’est exprimé de différentes façons en différents lieux et à des interlocuteurs différents (on y vient !), il lui est forcément difficile d’admettre un message qui mets en cause le fondement, pour elle, de sa légitimité et de son message.
    .
    Ceci est encore plus vrai quand on parle de religions sans dieu comme les religions orientales ou les conceptions métaphysiques de type monistes.
    .
    Je pense que le seul moyen d’en sortir pour un maçon croyant et pratiquant, me semble être « par le haut » en considérant la FM comme un « ésotérisme » capable d’apporter du sens et de l’épaisseur à sa pratique exotérique… ou, bien entendu, de lui de dénier à la maçonnerie toute implication métaphysique et de la cantonner dans un rôle politico-social.
    .
    Cordialement

  • 4
    Amazigh
    20 septembre 2014 à 16:20 / Répondre

    Azul fellawen,

    Salut,

    Face aux persécutions systématiques dont sont victimes les Chrétiens  » ن  » en Irak et en Syrie, J’appelle toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté d’agir très vite pour sauver l’araméen (la langue de Jésus-Christ) et ses locuteurs, les Chrétiens  » ن  » d’orient (Irak,Syrie,…).

    Cordialement.

    Amazigh.

    Marocain,Berbère (Amazigh), pro-laïcité, profane et admirateur du père Georges Couturier le médecin jésuite de la ville de Temara (Maroc).

  • 3
    chicon
    20 septembre 2014 à 10:45 / Répondre

    les francs mac et les cathos se rejoignent dans le respect de l’autre.

    • 16
      luciole
      7 janvier 2015 à 19:38 / Répondre

      Mais les cathos ne respectent pas les FM,au mieux (?) ils les tolèrent.

  • 2
    joaben
    20 septembre 2014 à 10:06 / Répondre

    Pour une fois, il me semble la position du Vatican cohérente.
    Le Saint Siege fonctionne sur la base de dogmes édictés par un pape proclamé « infaillible » (ce qui est un dogme d’ailleurs).
    Est anatheme quiconque en doute.
    Par consequent, la FM et ses valeurs de liberté, égalité, fraternité est incompatible avec l’Eglise Catholique qui professe le contraire : des sacrements, la fidelité, la transmission divine.
    Par contre, il est possible et dans l’esprit maconnique de se fonder sur l’enseignement de la BIble, débarassée des scories religieuses.
    JC ne disait-il pas : « Ma Parole vous rend LIBRE, vraiment libres » ?
    Il disait avec insistance « En vérité, en vérité … la FRANCHISE et la droiture.
    Et bien sur la fraternité « aimez vous … » et la transmision initiatique « comme je vous ai aimé »

    Voila, y compris pour les athées, la Bible est un livre fort enrichissant. à moins de faire un dogme de refuser de la considérer …

  • 1
    SEVIN Pierre
    19 septembre 2014 à 11:27 / Répondre

    Athée et Franc-Maçon du GODF depuis 45 ans , je n’ai aucun problème relationnel avec mes Frères et Soeurs. chrétiens ou
    d’autres religions dans la mesure où nous ne faisons pas de prosélytisme ni n’abordons nos convictions respectives sous une forme conflictuelle. – chacun respectant l’engagement de l’autre – certains sont guidés par la foi, d’autres
    par la raison – je ne mets pas de F ni de R – accordant la même valeur à ces deux déterminations ou dénominations.
    Je suis également depuis de nombreuses années Libre-Penseur , mais pas « bouffeur de curés » (Pierre DAC aurait dit plaisamment: « C’est trop indigeste ! » – Quoi qu’il en soit , dans droite ligne de la Constitution du GODF, je considère les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de …chacun d’entre nous…!

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous