Consécration de la GLTF

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 2 février 2013
  • 21
    Peter Bu
    10 février 2013 à 15:56 / Répondre

    Longue vie à la liberté et à l’esprit français. C’est ça notre tradition!

    J’aime bien cette conclusion
    Ceci dit, la franc-maçonnerie moderne se voulait libre de toute attache idéologique et son objectif était la fraternité universelle. La diversité de démarches maçonnique et d’Obédiences correspond à cet esprit de liberté, la communication entre elles est une nécessité organique.

    Cela n’empêche pas les regroupements entre les Obédiences traditionalistes, pas plus que celles des Obédiences progressives. Je peux imaginer que les Obédiences qui s’intitulent régulières continuent à exister sous un autre nom n’excluant pas les autres (cf ma contribution ci-dessus, n° 17), par exemple Fédération des Grandes Loges traditionalistes déclarées et reconnues.(Mes frères me reconnaissent comme tel…) Évidemment, ce n’est pas à moi d’en décider, ce n’est qu’une suggestion. De même, les Obédiences progressives pourraient se regrouper suivant différentes caractéristiques, par ex. masculines, féminines, mixtes… . Rien n’empêche non plus que certaines Obédiences restent en dehors de tout courant déclaré.

    Après avoir clarifié ainsi la situation, on pourrait songer à des relations entre toutes les Obédiences, fondées sur le respect mutuel. Si toutes les Obédiences acceptent les inter-visites de toutes les autres, leur entente n’aurait pas besoin d’une superstructure administrative.

    Mais les Obédiences pourraient aussi accepter l’idée d’une collaboration active et se regrouper dans la Confédération Mondiale d’Obédiences Maçonniques , telle qu’elle est exposée sur mes pages web. Cela aussi est juste une suggestion qui peut servir de point de départ à un débat et aboutir à un autre mode d’organisation.

  • 20
    Liberté et tradition
    10 février 2013 à 10:00 / Répondre

    Une nouvelle Grande Loge est toujours une bonne nouvelle.
    Tout le monde se fiche de la reconnaissance qui n’est qu’une maniere de fermer la porte aux autres quand on est assez nombreux…
    Nous sommes au pays de la démocratie et on nous impose pas un système qui ne convient pas à notre sensibilité. C’est la liberté du maçon qui s’exprime, c’est aussi l’esprit français qui n’accepte pas le dictat.
    Nous avons 40 GL en france, c’est due à notre histoire des rites qui sont nombreux chez nous car le terreau du 18ème siecle fut fertile et le principe de laicité accentua la tendance.
    Longue vie à la liberté et à l’esprit français. C’est ça notre tradition!

  • 19
    cosmonaute
    7 février 2013 à 17:09 / Répondre

    Changement géopolitique. Il est normal que cela s’agite. la nature ayant assez horreur du vide, même si la notion de régularité est en crise elle attire encore ceux qui sont par ailleurs en mâle de reconnaissance…

  • 18
    gagevapi
    7 février 2013 à 08:33 / Répondre

    La mi-distance est une position qui ne satisfait personne, car elle gomme les réalités.
    La GLNF aurait éclaté toute seule? Non bien sûr, il y a les acteurs!

    L’appel de Bâle appelle deux remarques:
    – il est réalisé de concert entre grandes loges qui ont préalablement (c’est obligatoire) et, de fait, en commun rompu leurs liens avec la GLNF qui n’avait pas encore éclaté.
    – il est réalisé après concertation avec les responsables de la GLdF, ce que plus personne ne conteste aujourd’hui.

    Bref, ces 5 grandes loges, la GLdF et ses amis (si vous n’aimez pas le terme de complice) ont donc effectivement, et depuis fin 2011, ouvert la boite de pandorre.
    Regardez bien les dates: la date groupée de retrait de reconnaissance de la GLNF par les 5 GL est le 14 décembre 2011, la GLAMF apparaît fin avril 2012, l’appel de Bâle est de juin 2012. Croyez-vous vraiment que la GLAMF aurait été créé sans aucun biscuit ?

    On peut d’ailleurs se poser cette question inverse, dont je n’ai pas la réponse?! Y aurait-il eu un appel de Bâle si la GLAMF n’avait pas été créé: bref peut-on imaginer les 5 GL+GLdF, face à une GLNF entière?
    Je crains que poser la question, c’est déjà donner une réponse qui s’approche de la réalité!

    Peut-être n’appréciez-vous pas mon langage rugueux et direct, on peut dire la même chose avec enrobage!

  • 17
    PB
    6 février 2013 à 12:45 / Répondre

    En réponse à l’expression « deux courants forts de la F M, l’un traditionnel l’autre libéral », puis-je me permettre de rappeler l’importance des termes utilisés?

    Dans un mouvement qui évolue depuis trois siècles dans différents pays, avec leurs histoires et cultures, la diversité est inévitable. A mon avis, elle est indispensable et profitable à la fois à la maçonnerie et au monde, mais c’est un autre débat.

    La coupure de la franc-maçonnerie en deux courants qui ne communiquent pas bien, et parfois pas du tout, n’est ni inévitable, ni utile. Bien au contraire, et elle est contraire à ses valeurs fondamentales.

    Pourtant, elle existe et s’exprime, entre autre, par la terminologie utilisée par ces différents courants qui est presque toujours „exclusive“. Les uns s’appellent „réguliers“ et/ou „reconnus“ ce qui sous-entend que les autres ne sont ni l’un, ni l’autre. Pour certains, cela exclut ces „autres“ de la franc-maçonnerie. („Mes frères me reconnaissent comme tel…“). L’expression „la franc-maçonnerie traditionnelle“ ou „ancienne“ insinue que les autres courants ne sont pas enracinés dans la tradition, et sont donc du n’importe quoi. Les Obédiences de ce courant peuvent aussi être désignées comme „conservatrices“, „déistes“, „orthodoxes“, quand ce n’est pas franchement „réactionnaires“. Pour éviter toutes ces agressions verbales, indignes d’un mouvement comme la franc-maçonnerie, je suggère d’appeler ce courant „traditionnaliste“, c’est à dire tenant particulièrement à la tradition.

    Les Obédiences „d’en face“ s’appellent volontiers „libérales“, „a-dogmatiques“, „modernes“, certaines s’attribuent parfois la qualité „d’avant-garde“ ou l’adjectif „républicaine“ (sans parler de ceux qui voudraient répondre à „la maçonnerie déiste“ par „la maçonnerie laïque“). Toutes ces expressions sont, elles aussi, „inamicales“ vis à vis de l’autre courant. Je propose donc d’appeler „progressive“ cette branche de la franc-maçonnerie qui admet la nécessité de son évolution (en parallèle avec celle du monde).

    Faut-il ajouter que pour moi, „traditionnaliste“ n’est pas le synonyme de „figé“, opposé à tout changement, pas plus que „progressif“ n’est pas équivalent de „progressiste“ et ne signifie pas non plus le refus de l’enracinement dans la tradition?

    En visitant les loges de tous les courants on se rend compte que la „mécanique initiatique“ est partout la même et permet aux apprentis éternels que nous sommes à évoluer vers la fraternité universelle. C’est le fondement de la franc-maçonnerie moderne. Tout le monde le comprend: si un „initié“ change d’Obédience, la nouvelle ne l’initie pas une seconde fois, elle l’accepte et lui demande juste de confirmer son accord avec ses valeurs et règles spécifiques…!

    Ce qui diffère est la „superstructure“, les orientations des Obédiences, plus ou moins métaphysiques, méditatives, philosophiques, caritatives, sociales, sociétales, politisées. Plus que dans les loges, ces variations s’expriment dans le discours et parfois les actes des directions des Obédiences.

    Si on admet ce qui précède, on devrait être capable de combler le fossé entre les deux courants de la franc-maçonnerie et d’ouvrir tous les temples à tout „initié“. A de très rares exceptions (tellement rares que je n’en ai jamais vu lors de mes nombreuses et variées „visites“) la présence sur les colonnes des membres d’une ou de plusieurs autres Obédiences n’influe d’aucune manière négative sur les travaux de la loge. Elle ne peut pas mener à l’uniformisation de la franc-maçonnerie. Par contre, les „inter-visites“ permettent de mieux la comprendre.

    Même les églises qui, pourtant, se sont combattues les armes à la main (et certaines seraient encore prêtes à le faire), sont ouvertes à tous, mêmes aux athées! Comment les francs-maçons peuvent-ils craindre la comparaison de leurs pratiques?

    Si vous êtes d’accord avec mes suggestions de termes, merci de faire passer le message.

  • 16
    jacques
    6 février 2013 à 09:47 / Répondre

    Peter Bu,tout comme toi ,je plaide en faveur de deux courants fort de la F M,l’un traditionnel l’autre libéral,les deux se valent et ne doivent pas se combattre ,bien au contraire,ils doivent cohabiter tout en gardent chacun leurs originalité…j’ai dit.

  • 15
    Peter Bu
    5 février 2013 à 22:42 / Répondre

    Les passions continuent à se déchainer au point d’empêcher de lire ce qui est réellement écrit.

    Gagevapi accuse dans sa contribution (n° 4): Les 5 GL étrangères, ainsi que la GLdF et ses complices sont coupables d’avoir engagé un éclatement du paysage maçonnique français

    Pourtant, l’introduction à ce débat affirme: Le communiqué de la GLTF fait référence à ce qu’était la GLNF avant qu’elle ne soit pervertie par les agissements des derniers Grands Maîtres et annonce (…) Aucune allusion aux 5 GL étrangères, ainsi que la GLdF et ses complices Et pour cause: la GNLF a explosé en vol longtemps avant la Déclaration de Bâle qui date du 10 juin 2012. Une autre question est de savoir où mèneront les négociations de la GLDF avec les signataires de la Déclaration de Bâle mais cette question est traitée sur d’autres forums, par ex. https://www.hiram.be/Les-voeux-a-la-presse-de-9-Grands-Maitres_a7106.html

    Jacques („post“ 14) proteste: Bizarre !!!! de constater que des Frères veulent a tout prix faire retarder la création d’ un aussi beau projet d’alliance Maçonnique des grandes loges traditionnelle Française !!!

    J’ai beau lire et relire les contributions précédentes, je ne vois personne vouloir retarder quoique ce soit. Pas plus que celui qui défendrait ici les rejets puants de la feu gnlf A propos, ce vocabulaire est indigne de la franc-maçonnerie, il ressemble plutôt à un écho lointain de l’époque stalinienne…

    Quant à moi, cité par Jacques, je ne sais pas s’il m’accuse de ces maux ou bien m’appelle à témoin contre leurs auteurs. Je récuse les deux rôles car je ne fais que plaider à la fois pour la diversité des démarches maçonniques traditionalistes et progressives et les échanges fraternels entre leurs porteurs. Si ce n’est pas assez clair ci-devant, reportez-vous au forum précité ou bien https://www.hiram.be/Dans-quelles-conditions-visiter-la-GLDF_a7111.html ou encore au projet de la Confédération Mondiales des Obédiences Maçonniques sur mes pages web.

  • 14
    jacques
    5 février 2013 à 19:09 / Répondre

    PETER BU … Bizarre !!!! de constater que des Frères veulent a tout prix faire retarder la création d’ un aussi beau projet d’alliance Maçonnique des grandes loges traditionnelle Française !!!
    attendez de voir ce que sera cette confédération de loges , projetez vous dans le futur n’ayez pas peur de l’avenir!!!
    tournez une bonne fois le dos aux rejets puants de la feu gnlf « ancienne gestion » et pourquoi pas élargir avec la New GLNF !!!!le but est de rassembler et non pas de diviser!!!!
    il y aura deux courant de la FM en France ,l’un traditionnel et l’autre moderne et les deux courants devront travailler cote a cote !!!voila ma vision de l’universalité de la FM « nous ne sommes pas différent,mais ensemble comme des FF » et notre diversité enrichie le FM…j’ai dit.

  • 13
    tummino claude
    5 février 2013 à 16:57 / Répondre

    Très heureux de la naissance de la gltf enfin les frères vont pouvoir visiter et échange

  • 12
    cosmonaute
    5 février 2013 à 13:47 / Répondre

    Les loges de la LNF sont ouvertes aux frères de toutes obédiences et , en de très rares occasions,à des soeurs. Idem pour la GLTSO et la GL

  • 11
    Peter Bu
    5 février 2013 à 12:38 / Répondre

    Oh, là, là! Les pires ennemis de la rance-maçonnerie n’écrivent avec cette virulence.

    J’ai fait une faute de frappe involontaire, mais je la laisse. Elle pourrait faire réfléchir.

    « il va exister deux formes de maçonnerie en France qui vont cohabiter intelligemment cote a cote !!!! ils pourrons également se visiter de la contribution 5 est un joli rêve, mais les anciens membres de la GNLF ne semblent pas en prendre le chemin. A ce que je sache, aucune de ces nouvelles Obédiences traditionalistes GLIF, GLAMF, GLTF, LNF n’ait ouvert ses colonnes aux Obédiences progressives .

  • 10
    cosmonaute
    5 février 2013 à 09:05 / Répondre

    La réalité statistique anglo-saxonne est-elle perfide?
    En quoi la constatation de l’écart entre un certaine démarche et l’évolution de la société est-elle haineuse?

  • 9
    bretondissident
    4 février 2013 à 22:19 / Répondre

    Pourquoi tant de perfidie , de haine ? La GLTF existe non pas pour perenniser les tabliers bleus (devenus blancs) , mais parceque des Frères tout aussi respectables aujourd’hui qu’hier à la GLNF , n’ont pu supporter l’insupportable : appartenir à une GLNF devenue un fardeau, pire une maladie honteuse . Laissons les Frères de cette nouvelle maison travailler leur pierre dans la sérénité et la fraternité retrouvées , ainsi vivra la maçonnerie qui n’aurait jamais dû connaitre tant de turpitudes et de déferlements de haine (souvenez-vous de l’AG de Levallois…).

  • 8
    cosmonaute
    4 février 2013 à 11:48 / Répondre

    La « régularité » éclatée n’est pas le moindre paradoxe de la situation actuelle.
    L’autre étant que la chute terrible de ce modèle sur ses terres d’origine n’est jamais interrogée. Bref le moment a quelque chose de pathétique. Moins la société croit en dieu, plus l’obligation de la croyance se raidit chez ceux qui sont, en quelque sorte d’aimables intégristes.

    Amen.

  • 7
    Iphraim
    3 février 2013 à 20:19 / Répondre

    Vous connaissez l’histoire de cette nouvelle « grande » loge?
    3 anciens grand maitres provinciaux de la GLNF, qui avaient mis du temps à critiquer le système stifanien qui leur convenait parfaitement tant qu’ils étaient sur la photo,ont finalement été virés par leur colérique petit chef.
    Comme localement leur tablier bleu et or leur permettait d’exister (instances professionnelles, presse etc..) ils ont fait leur petite obédience, copie conforme de la maison -mère et ils sont tout contents de leur beaux titres ronflants. Elle est pas belle la vie au pays des vrais maçons?

  • 6
    gagevapi
    3 février 2013 à 15:50 / Répondre

    Je baigne dans le nirvana: me voilà un « aigri de la feu glnf » 🙂
    Intéressant? Non, merveilleux 😀
    C’est comme avec le lait: après la baratte, on a le karnemelk et le boter.

    Bref la GLNF d’aujourd’hui serait le karnemelk du lait d’avant, et les GL-AMITfff, les morceaux de beurre ?
    La GLdF, la boterham sur laquelle s’étale le boter.

    L’image est belle, avec une jolie sonorité glamourienne !

    Mais, mais … qui va goutter de ces merveilles ?

  • 5
    jacques
    3 février 2013 à 08:15 / Répondre

    rien ne va arrêter la création de la confédération de loges régulières française ,pas même les aigris de la feu glnf comme « gagevapi »!!!!
    il va exister deux forme de maçonnerie en France ,qui vont cohabiter intelligemment cote a cote !!!!ils pourrons également se visiter du moment qu’ils répondent aux critères annoncés par le GM de la GLDF.
    il sera loin le temps des guerre entretenues pas des malfaisants comme Stifanni et sa bande de faux maçons qui ont fait t’en de mal a la Maçonnerie Française et universelle… (…).

  • 4
    gagevapi
    2 février 2013 à 20:02 / Répondre

    GLIF, GLAMF, GLTF, GLTSO, GLDF, LNF, …
    Les 5 GL étrangères, ainsi que la GLdF et ses complices sont coupables d’avoir engagé un éclatement du paysage maçonnique français qui n’en finit plus, sur une base non fraternelle. Uniquement des intérêts égoïstes manœuvriers.
    Honte sur eux!

    Malheureusement, la (base) politique, c’est exactement agir ainsi.

  • 3
    Thomas Dalet
    2 février 2013 à 16:28 / Répondre

    Revenir à la maison mère?!!!

  • 2
    Menas
    2 février 2013 à 15:49 / Répondre

    Après la GLIF, la GLAMF, la GLTF….. Lorsque je vois ces troid obédiences un seul mot, si j’ose dire, me vient : bis repetitat placent !

    Combien de temps faudra-t-il à ces Frères pour revenir à la maison-mère, qui seule peut caresser l’espoir de recouvrer la reconnaissance.

  • 1
    Tao
    2 février 2013 à 12:15 / Répondre

    Quelle est la différence entre la GLTF et la GL-AMF ? Pourquoi « croyance en Dieu » alors que la GLUA parle de « Supreme Being » ?

    Amitiés,

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous