Dervy.fr ou Dervy.com ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 28 février 2007
  • 5
    Jiri Pragman
    27 août 2010 à 18h38 / Répondre

    Il faudrait peut-être éviter de réagir à des articles avec 3 ans de retard.
    Aujourd’hui, les adresses http://www.dervy.fr, http://www.dervy.com ou http://www.dervy-medicis.com pointent exactement vers le même site web, celui de la maison d’édition Dervy.

    En 2007, l’adresse http://www.dervy.com était utilisée par Prismes Hebdo dont les propos grossiers ont ici été dénoncés. Le rédacteur de Prismes Hebdo n’étant par ailleurs pas autorisé à représenter Dervy.

    Il faudrait donc éviter d’utiliser des concepts de type « diffamation » en se drapant dans notre idéal (j’ai déjà remarqué que l’idéal ou la fraternité étaient évoqués pour tenter de dissimuler ce qui dérange).

    En ce qui concerne les Editions Dervy, le Blog Maçonnique a l’habitude de couvrir les sorties de ses ouvrages et tente de rédiger des critiques le plus honnêtement possible (même si le fait qu’un livre soit écrit par un Maçon n’est pas en soi un gage de qualité).

  • 4
    René Désaguliers
    27 août 2010 à 16h33 / Répondre

    Je ne comprens pas ce commentaire car dervy.fr et dervy.com représentent le même site; Il semble que ce soit plutôt vous qui faites de la diffamation. Pas très correct tout celà surtout que les éditions dervy font beaucoup pour la diffusion maçonnique en pays francophone. Alors pourquoi s’attaquer aussi lâchement à cette maison d’éditions où la plupart des frères ont publié. E tout cas je ne vous félicite pas pour vos propos qui ne réflètent pas notre idéal.
    RD

  • 3
    Herrmann Debroux
    1 mars 2007 à 8h09 / Répondre

    Les .COM ont une seule règle : « first come, first served », (premier arrivé, premier servi), d’ou certain débordement.
    Par contre les US envisagent de sanctionner certain abus, quand un nom « courant » est utilisé pour « rabattre » des bonnes âmes vers des sites pornographiques ou autre malfaisants. (france2.com, par exemple)

  • 2
    Nicolas
    28 février 2007 à 11h28 / Répondre

    Je suis surpris que l’Editeur Dervy laisse quelqu’un utiliser son nom (en .com) sans s’assurer de la fiabilité du rédacteur en chef de prisme hebdo.
    Les propos de « couilles molles » sont sûrement la réflexion qu’il s’est lui même infligée « connais-toi toi-même ».

  • 1
    jiho
    28 février 2007 à 9h37 / Répondre

    « couilles molles … bref du G.O pur beurre (!). « 
    G.O…. Grossière obédience? sinon je vois pas…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous