Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le mardi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 15 000 articles y sont stockés !

Donner la vie, choisir sa mort

Publié par Philippe Foussier

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 21 janvier 2020
  • 3
    Noët
    26 janvier 2020 à 10:15 / Répondre

    Je pense que l allusion aux heures les plus sombres concerne les Lebensborn d Adolf Hitler. La financiarisation de la médecine et de la pharmacie peut effectivement amener la commercialisation de l eugenisme.

  • 2
    Lazare-lag
    25 janvier 2020 à 11:14 / Répondre

    C’est un point de vue, il en existe bien d’autres, celui-là n’est pas l’unanime.
    Quand je lis: « Tout l’art (…) consistera à conjuguer des valeurs humanistes communes avec des points de vue divers (…) mutuellement respectés » je ne saisis pas bien comment il peut être question de « rappel au « choix des heures les plus sombres ».
    Quant à l’oeuvre d’Aldous Huxley, elle est tellement foisonnante, qu’il serait bon de citer ce à quoi on fait ici allusion.
    J’ai pour ma part une petite idée, mais il ne m’appartient pas de me substituer et d’être explicite à la place d’un autre.
    Pour ma part, d’Aldous Huxley, je recommande particulièrement « L’éminence grise ».
    C’est pour ma part un maître livre, qui nous en apprend beaucoup, à travers un personnage extraordinaire, (au sens premier du terme, au delà de l’ordinaire), le Père Joseph, conseiller spécial du cardinal de Richelieu, sur une période particulièrement troublée, celle des guerres de religion, celle de la guerre de Trente ans, et celle d’une intolérance qui a abreuvé de sang les sillons d’au moins vingt-cinq pays européens sur au moins deux générations.
    Certains sont même allés, Huxley lui-même d’ailleurs, jusqu’à dire que cette période est tellement dramatique dans nos intolérances mutuelles qu’elle participe aux sédiments des oppositions européennes qui se feront jour quasiment trois siècles plus tard, avec les guerres mondiales.
    Parlant du Père Joseph, il dira ainsi: « Il fût l’un de ceux qui forgèrent l’un des maillons les plus importants de notre destinée désastreuse; et, en même temps, il fût l’un de ceux à qui il a été donné de savoir comment l’on peut éviter de forger de tels maillons ».

  • 1
    KASSIAN
    24 janvier 2020 à 22:27 / Répondre

    Derrière le foisonnement de formules empathiques, une conception eugéniste de la vie qui rappelle au choix les heures les plus sombres ou un futur déjà prédit dans l’oeuvre d’Aldous Huxley.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous