France : inscrire l’article 2 de la loi de 1905 dans la Constitution

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 29 novembre 2022
  • 11
    Loïc Eréac
    6 décembre 2022 à 14h06 / Répondre

    #9 – Bravo pour votre sens de la mesure, et merci d’illustrer aussi admirablement le piège que je décrivais et dans lequel vous venez de sauter à pieds joints. Vous savez, quand j’écris, je pense toujours aux conséquences que pourraient avoir mes paroles sur autrui. Dans le cas qui nous concerne, je me suis toujours demandé si je pourrais tenir de tels propos en face de mes frères musulmans. Nous en avons trois dans notre loge, je les aime profondément, et jamais je ne les assimilerai à cette idéologie mortifère qui nous bouffe et dont vous refusez de voir l’ampleur. Serait-ce parce que j’ai osé dire que les frères musulmans ont défilé avec Mélenchon ? Ou parce que j’ai bravé l’interdit en affirmant que le soir des attentats, des hordes de jeunes fêtaient sans vergogne le triste événement, notamment Avenue Parmentier à Paris, à deux pas des massacres ? Dois-je poursuivre en vous disant que de très nombreux professeurs sont terrorisés et qu’ils n’osent plus enseigner certaines matières ou points de notre histoire ? Que leur hiérarchie, préférant le confort au courage, ne les soutient plus ? Que de nombreux imams diffusent des messages de haine sans que nous puissions agir ? Que l’antisémitisme grandissant n’est plus celui des vieux fachos, mais de jeunes radicalisés (ou juste convaincus)? Qu’à chaque fois qu’une petite grand-mère juive a été jetée par la fenêtre ou rouée de coup, ça l’a toujours été par un islamiste, d’ailleurs systématiquement reconnu irresponsable ? Je continue ? Et vous croyez sincèrement que les mesurettes que vous évoquez, mises en scène par le gouvernement pour les besoins de la communication, sont à la hauteur du défi qui nous attend ? Vous avez le droit de le croire, comme j’ai le droit de penser le contraire sans vous en demander l’autorisation. Quant à votre “on“, il m’a bien fait marrer. Décidément, vous n’êtes jamais aussi drôle qu’à vos dépens.

  • 10
    Luciole
    5 décembre 2022 à 20h55 / Répondre

    à Anubis 9
    On se défoule, Anubis RE ? Les terroristes abattus l’ont été les armes à la main, Quels réseaux non armés ont été abattus ? Ce pauvre Abdeslam condamné après un enfer (discutable) va t’il souffrir davantage que les familles que ses complices ont décimées ? Il faut désobéir à la Loi de 1905 ?
    Quel horrible châtiment que de devoir venir dans une école vêtu selon la loi et les usages français.
    Il n’a jamais été question par qui que ce soit de « tabasser les musulmans  » certains sont même FM malgré les interdictions de nombreux pays musulmans, pas tous heureusement. On peut saluer le Maroc.
    Pourquoi ne pas s’en offusquer ? Un pseudo égyptien t’a fait changer d’attaches ?
    Qui sont les « on » et « vous » d’après toi ? Loïc ne fait que raconter le quotidien.

    • 12
      Anubis Rê
      6 décembre 2022 à 18h26 / Répondre

      Je crains, cher Luciole, que tu aies mal compris mon commentaire, me serais-je mal exprimé ?
      Je reprends.
      – La quasi totalité des terroristes pris en flagrant délit on été abattus.
      Les armes à la main, oui, en flagrant délit donc. J’approuve sans réserve le fait qu’ils aient été abattus sans autre forme de procès.
      – Les réseaux dormants ont été éliminés de même.
      Lorsque pratiquement du jour au lendemain il n’y a plus d’attentat et qu’aucune information n’est donnée d’arrestations, généralement c’est que certaines actions ont été menées.
      – J’approuve sans réserve l’abrogation des arrêtés municipaux contraire à 1905 (Grenoble, piscines)
      – Les élèves portant des vêtements religieux à l’école renvoyés chez eux : j’approuve à 200%.
      Je répondais à Loïc EREAC qui estime que, malgré tout cela, l’Etat est mou du genoux face à l’offensive de longue date de l’Islam radical et politique.
      Pour finir : je suis anti Islam politique, anti Islam radical, anti religion tout court, ne nourris d’aucune sorte la moindre culpabilité vis à vis du passé colonial de la France dont la quasi totalité des Français d’aujourd’hui n’ont aucune responsabilité et je n’ai aucune espèce de compassion pour les musulmans qui se sentent mal en France.
      J’espère avoir été compris. Sinon tant pis.

      • 13
        Luciole
        6 décembre 2022 à 21h04 / Répondre

        à Anubis Re 12
        Merci. Dont acte. Je préfère qu’il n’y ait pas de confusion. Je pense que l’écrit, comme je l’ai indiqué ailleurs, se prête souvent mal aux intonations, persiflages, ironies (trop) subtiles.
        Je ne sais pas si l’Etat est « mou du genou » mais il est à la remorque des pays musulmans (j’ai des amis musulmans intelligents et cultivés qui savent lire le Coran sans confondre avec le politique) et visiblement à la quête de voix électorales.

  • 7
    lazare-lag
    3 décembre 2022 à 23h10 / Répondre

    J’ai pris le temps de lire attentivement cette proposition de loi dont le sénateur Ouzoulias est à l’origine et, consécutivement, je me suis replongé dans la Constitution de la Vème République, texte dans lequel j »avoue être assez peu retourné depuis mes années estudiantines, environ une quarantaine d’années.

    L’initiative du Sénateur Ouzoulias est intéressante quant au fond, mais en même temps elle me laisse un peu perplexe sur un plan formel.
    Il s’agit d’une proposition de loi, non d’un projet de loi.
    C’est-à-dire qu’il s’agit d’une intention de modifier la Constitution, intention dont l’origine est parlementaire, à la différence du projet de loi qui lui émane du gouvernement.
    Dès lors, on comprend assez vite que la force n’est donc pas la même entre un texte d’origine gouvernementale et un d’origine parlementaire.
    D’autant qu’au cas d’espèce, il s’agit d’une proposition de loi émanant d’un sénateur communiste, à savoir émanant d’un groupe parlementaire minoritaire, et minoritaire dans les deux chambres.

    Car en plus le texte, ici la proposition de loi, devra être adopté dans les mêmes termes dans les deux assemblées.
    On connaît la composition de chacune des assemblées, on y sait le parti communiste minoritaire aussi, pour le dire crûment, ce n’est pas gagné d’avance.

    J’observe par ailleurs, que dans les motifs énoncés dans sa proposition, le sénateur Ouzoulias rappelle une précédente proposition de loi, de 2016, portant également sur la Laïcité, quoiqu’un peu différente, et qui n’avait pas aboutie.

    Cela étant, ayant rapidement exposé les inconvénients voire les difficultés d’aboutir pour une telle proposition de loi, est-ce une raison pour renoncer?

    Pas forcément et nous supposons que notre sénateur communiste n’est pas tombé de la dernière session parlementaire et qu’il connaît tous les écueils que va rencontrer son texte dans son évolution juridique et parlementaire.

    Pas forcément parce que même si d’originaire partisane minoritaire, cette proposition de loi touche à un thème rassembleur, la Laïcité, la séparation de l’État et de l’Église, ou plutôt des religions.

    Ce qui va donc être intéressant de voir, et de suivre, c’est l’effet d’entraînement d’un tel texte à travers tous les partis et mouvements représentés à l’Assemblée Nationale et au Sénat.
    Qui cela va-t-il intéresser? Qui va souhaiter s’y rallier, le soutenir? Et pourquoi? Et qui va vouloir s’y opposer.? Et pourquoi également.
    Comment rallier au-delà de son camp, comment drainer une majorité qu’on irait chercher ailleurs que dans la seule opposition, et rallier des suffrages jusque dans les actuelles majorités présidentielle et parlementaire? Car pour qu’une telle proposition de loi aboutisse il sera difficile de ne pas puiser parmi ces parlementaires là, en est-on conscient au parti communiste?

    D’autant que, je crois me souvenir, mais c’est à vérifier, que lorsqu’il s’agit de modifier le texte même de la Constitution, il faut une majorité encore plus forte qu’une majorité simple (50% plus une voix), je crois qu’il s’agit d’obtenir les 3/5èmes, ou quelque chose de cet ordre.

    En plus, les choses ne devraient pas être trop facilement manichéennes entre pour et contre.
    On pourrait imaginer beaucoup plus de subtilités, dans le genre où une très grosse majorité de parlementaires devraient se déclarer ardents défenseurs de la Laïcité mais souhaitant toutefois nuancer ou amender une telle proposition pour les motifs les plus divers.
    En plus des inconvénients juridiques ou de rouages parlementaires déjà évoqués, cela va donc être une bataille d’arguties politiques.
    L’inquiétude c’est alors que chacun se fait une idée de la Laïcité et, hélas, même dans les partis extrémistes, dont on sait leur propension à être « laïques, mais » ou à être « laïques si », ou à être « laïques contre ».

    D’ailleurs, on le voit déjà ici parmi les commentaires, on voit des positions très tranchées, voire totalement opposées, chacun campant sur des point de vues parfois difficilement conciliables..

    On voit par là que, avant d’emporter le succès avec cette proposition de loi, M. Ouzoulias et ses amis auront fort à faire pour convaincre et réussir.
    Comme disait, je crois bien Beaumarchais (et non pas Georges Marchais): « Nul n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ».

  • 6
    JMB
    3 décembre 2022 à 14h49 / Répondre

    Alors que le sujet de ces échanges est  » France : inscrire l’article 2 de la loi de 1905 dans la Constitution », le grand mamamouchi d’une micro-obédience est, avec des arguments dignes des Frères Musulmans, une nouvelle fois à côté de la plaque quand il ironise sur le fait que « nous serions plus menacé par l’islam que par le catholicisme ». Il est vrai que, comme le dit le dicton, « Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ! ’
    A moins de vouloir par mimétisme ressembler à Mélenchon, j’avoue avoir du mal à comprendre sa logique… en supposant qu’il y en ait une !

  • 5
    Joab’s
    3 décembre 2022 à 10h20 / Répondre

    Le piège qui est tendu .. par l’extreme droite est de pousser la républiqe laïque vers une differentiationde réaction selon les croyances , ce qui aboutirait à renoncer au fondement laïque.
    Le pretexte es que nous serions plus meancé par l’islam que par le catholicisme… Convenons au moins que le terrorisme a eu dans l’histoire des sources religieuses bien differente. L’Eglise en est par exemple un acteur d’une violence extreme en occident. (comme couvrir les viols de dizaines de milliers d’enfants).
    On pourrait aussi citer es groupes d’influnece au plus haut niveau de l’etat des evangeliques americains : les Born Again, la Famille, le Tea Party … dont les branches comme Qanon inonde la planète pour promouvoir des fake-news au service de l’extreme droite (cf Steve Banon) …
    Ce n’est donc pas en jouant à qui serait le plus nocif que l’on peut gérer …
    La laïcité ne doit surtout pas être « plus laïque » contre l’islam ( ce que demande l’ED) et complaisante avec d’autres …
    Je ne suis pas convaincu qu’il faille surcharger la constitution de notions particulieres. Même si elles nous plaisent.

    • 8
      Loïc Eréac
      5 décembre 2022 à 13h58 / Répondre

      #5 – Oui, Joab’s, je le crois sincèrement, nous sommes aujourd’hui plus menacés par l’islam politique que nous ne l’avons jamais été par une autre religion. Il faudrait être de mauvaise foi (ou atteint d’une cécité particulièrement inquiétante) pour ne pas s’en apercevoir. Il y a bien quelques intégristes catholiques, personne ne le niera, mais qui se sent aujourd’hui menacés (physiquement, culturellement) par ces énergumènes, qui ont eux aussi le droit de défiler dans les rues, pour dénoncer, entre autres, la GPA. les Frères musulmans (dont on connaît la fibre démocratique) ont bien battu le pavé dans les cortèges mélenchonistes sans que personne ne s’en émeuve. D’autre part, et je partage entièrement ton avis : j’aimerais, comme toi, qu’il n’y ait aucune différence de réaction selon les croyances. je souhaiterais que nous combattions l’intégrisme islamique avec la même vigueur que nous l’avons fait pour le catholicisme en un temps révolu. Or nous voyons bien que nous mettons systématiquement des gants, que nos interventions sont toujours précédées de longues précautions oratoires, que, finalement, nous n’osons pas réellement dénoncer l’intolérable dans notre république. Le vrai piège qui nous est tendu n’est pas celui que tu dénonces, et les intégristes, eux, l’ont bien compris : c’est d’accepter l’inacceptable de peur d’être catalogué “extrême droite“. Quelle inversement des valeurs, quelle ironie de l’histoire, quand on sait que ce juste combat a jusqu’alors été porté par la gauche !

      • 9
        Anubis Rê
        5 décembre 2022 à 16h16 / Répondre

        8 – Ah bon, on met des gants ?
        La quasi totalité des terroristes pris en flagrant délit on été abattus.
        Les réseaux dormants ont été éliminés de même.
        Abdeslam a pris perpette incompressible. En préventive il a vécu un enfer.
        Toutes les décisions municipales (et démagogiques) contraire à 1905 ont été abrogées.
        Dernièrement, les élèves qui se sont présentés(e)s dans les collèges et lycées et tenues religieuses ont été renvoyé(e)s dans leur foyer et prié(e)s de revenir habillé(e)s conformément à la loi.
        Vous voudriez quoi ? Qu’on tabasse les musulmans, tous les musulmans ? Qu’on interdise l’Islam ?
        Là vous allez être déçus, on ne vous laissera jamais faire ça.

  • 4
    Loïc Eréac
    30 novembre 2022 à 11h56 / Répondre

    Merci mon TCF. Je ne doute pas un instant qu’on nous tombera dessus à bras raccourcis pour avoir décrit la triste réalité de notre société. C’est une catastrophe dont on ne pourra pas se relever, le fondamentalisme a gangréné absolument tous domaines de la société. Comme l’écrit Brumaire, voilà 50 ans que nos dirigeants ont laissé se dégrader la situation par intérêt ou par couardise, sous prétexte de tolérance. Une tolérance coupable, notamment (mais pas exclusivement) vis-à-vis des musulmans dont la pratique ne remet nullement en question nos lois. Et si les gouvernements n’agissent pas, n’agissent plus, c’est parce qu’ils savent pertinemment qu’une reprise en main est impossible et qu’elle conduirait nécessairement à la guerre civile. Regardons ce que donne une simple intervention policière dans les cités et nous comprendrons que la partie est perdue d’avance. Il y aura, tôt ou tard, une partition du territoire, c’est clair comme de l’eau de roche. D’ailleurs, c’est déjà le cas. Enfin bref, cela ne doit pas nous dissuader d’essayer de trouver des solutions, de construire des ponts, même si nos initiatives ne seront de toute évidence pas couronnées de succès. Le devoir doit continuer de nous guider, ce qui n’exclut nullement d’être lucide.

    PS : je souhaite revenir sur un point concernant ma première contribution : un communiqué a bien été publié par le CFCM suite au drame de Charlie Hebdo. J’ai donc dit une bêtise. Il faut néanmoins préciser que ledit CFCM a parallèlement attaqué en justice le journal pour injures publiques et incitation à la haine raciale. la procédure n’a pas abouti, mais la mosquée de Paris portera à nouveau l’affaire en justice quelques mois plus tard. Double discours? Je précise enfin que je n’ai jamais été Charlie et que ces caricatures m’ont un peu peiné, non en raison du blasphème, mais parce qu’elles n’étaient tout simplement pas drôles. Dans cette affaire, seul le manque d’humour est intolérable.

  • 3
    Brumaire
    30 novembre 2022 à 9h04 / Répondre

    Mettre les 2 premiers articles de la loi de 1905 dans la constitution serait une bonne chose, et on aurait l’occasion de (re)mettre les pratiques laïques dans toute la société.
    Il y a trop de dérives et de laisser- faire depuis 50 ans. Et l’occasion aussi de mettre les élus en face de leurs responsabilités

  • 2
    JMB
    29 novembre 2022 à 17h49 / Répondre

    1- Une bouffée d’air frais dans cet univers pollué par l’islamisme d’un côté et le « pas d’amalgames » de l’autre côté. Merci Eric pour ta lucidité et ton courage.

  • 1
    Loïc Eréac
    29 novembre 2022 à 12h33 / Répondre

    Bonne initiative, sans doute plus justifiée que celle de vouloir inscrire le droit à l’IVG dans la constitution (celui-ci n’étant absolument pas remis en cause en France). Ceci dit, le problème restera le même : la laïcité ne peut tout simplement plus être appliquée -c’est un fait- et cela ne s’arrangera pas avec le temps. C’est cuit à l’école, c’est cuit dans les services publics, c’est cuit dans les hôpitaux… Nous avons collectivement démissionné, nos politiques en premier lieu, terrorisés à l’idée d’être soupçonnés d’islamophobie, quand ce n’est pas par simple calcul électoral. Car soyons clairs : c’est l’islam politique qui attaque aujourd’hui les fondements de notre société, sûrement pas les catholiques. On a quand même décapité un professeur (rendez-vous compte!) et posé des bombes, sous les applaudissements de certains. Car oui, que cela plaise ou non, j’ai personnellement vu de très nombreux “jeunes“ et des moins jeunes exulter dans les rues suite aux attentats du bataclan; j’ai vu des employés du Carrefour Market à côté de mon boulot jubiler dans les rayons à l’annonce de la boucherie de Charlie Hebdo. En revanche, à l’exception de l’imam Chalghoumi, dont la tête est d’ailleurs mise à prix, je n’ai pas entendu beaucoup de condamnations de la part des autorités religieuses, ni vu beaucoup de musulmans dans les manifestations pour dénoncer les fanatiques issus de leurs rangs. Ca aussi, c’est un fait, et j’aimerais pour ma part moins d’ambiguïté de ce côté-là. Je sais bien que certains au GO continuent de bouffer du curé, mais il serait peut-être temps de changer de refrain et de voir les choses en face, sans discrimination, mais sans aveuglement non plus. Et moi, j’assume mes propos sans me réfugier dans l’anonymat.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous