‘Francs-maçons, républicains, électeurs et citoyens, redoublons aujourd’hui de vigilance!’

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 2 mai 2012
Étiquettes : , ,
  • 6
    hermès
    4 mai 2012 à 07:28 / Répondre

    Bonjour

    Encore une fois nous pouvons déplorer une politisation de « courants » qui en principe se veulent purement initiatiques. L’initiation, la spiritualité, n’ont rien à voir avec les agitations politiques et sociales; il va de soit que l’opinion de sages est toujours la bienvenue, ne serait ce que pour éclairer et guider les moins avancés. Mais ces prises de positions et anathèmes n’ont aucun sens. Souvent puériles par ailleurs – nous ne sommes jamais loins de slogan lycéens, et asséner « liberté égalité fraternité » sans relâche parait aussi stérile que ridicule – ces ingérences politiques entretiennent le fantasme des antimaçons, qui derrière chaque facette du pouvoir veulent voir un frère. La GLMF aurait pourtant bien des questions sur lesquelles méditer, essentielles celles là: la mixité est elle compatible avec l’initiation? Celle ci peut elle être identique pour les deux sexes? En se plongeant dans l’histoire, et pas seulement celle de la civilisation occidentale, les frères et soeurs de la GLMF verront que l’initiation n’est que rarement mixte…Mais ce n’est pas le fil. En tout état de cause la franc-maçonnerie, école initiatique de l’occident, n’a pas à embrasser une idéologie quelconque. Parler de République ou de « compatibilité » n’est pas son rôle, à moins que l’on ne parle de l’idéal républicain de cet initié que fut Platon, qui n’a rien à voir avec les mesquineries du monde moderne. En outre, ceux qui souhaitent engager publiquement la maçonnerie à droite ou à gauche, un mal qui atteint également la franc-maçonnerie régulière, devraient également se poser des questions quant à leur cohérence, même en terme de politique: le fait de souscrire au « socialisme » ou à l’économie de marché est il compatible avec l’humanisme, au regard des cortèges de guerres, de misères et de dégradations spirituelles de ces dernières décennies? Les maux des temps modernes ne sont pas destinés à se poursuivre éternellement. Dans l’attente d’une renaissance et d’une véritable « réconciliation » des hommes, gardons nous des dogmes et engagements purement profanes.

  • 5
    Flupke
    2 mai 2012 à 22:16 / Répondre

    à Sylar

    à la FM Universelle ou au GADLU … ad libitum

  • 4
    Sylar
    2 mai 2012 à 21:31 / Répondre

    @Flupke
    Et ceux qui sont à la fois francs-maçons et victimes, à qui doivent-ils en vouloir ?

  • 3
    Flupke
    2 mai 2012 à 20:41 / Répondre

    Ce que je dis essentiellement est que déclamer des valeurs ne sert strictement à rien si dans le réel ces valeurs sont bafouées dans des situations concrètes.
    C’est même irritant pour les victimes (de plus en plus nombreuses) de la situation sociale/économique donc contre productif pour les francs-maçons qui sont au final considérés comme complices.

  • 2
    maat-ieu
    2 mai 2012 à 19:14 / Répondre

    Avoir des valeurs et des convictions ne rends pas systématiquement électeur du PS il me semble. Aujourd’hui même M Raffarin à rejeté le FN est prôner une branche « humaniste » au sein de l’UMP. Donc votre argument ne tiens pas la route.

    Et en ce qui concerne ce que vous dénoncer ensuite à propos de la pauvreté, je suis d’accord il faut les traiter. Mais cela n’empêche nullement de faire aussi attention à ne pas refaire les erreurs qui entachent l’histoire du XXème siècle. La Franc-Maçonnerie n’a pas à rougir de ses valeurs humanistes, et les rappeler dans cette période plutôt troublé politiquement et socialement peut aider à tenir une direction de développement.

  • 1
    Flupke
    2 mai 2012 à 17:46 / Répondre

    C’est vrai il faut surveiller le thermomètre (FN), le plus simple serait même de le casser le thermomètre (FN) … ainsi plus de problème !
    Cela ne solutionne évidemment rien mais çà donne bonne conscience ! et çà sert une boutique politicienne : le PS …
    A quand les propositions venant des bonnes âmes (que nous avons élues à « la tête » de nos obédiences) pour solutionner nos maladies chroniques et potentiellement mortelles : SDF en hausse, chômage en hausse, pourcentage d’emplois précaires en hausse, management des entreprises et des services publics restants par le harcèlement etc.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous