Garibaldi (bis), des avis très contrastés

Publié par Jiri Pragman

Le Monde revient ce 4 juillet 2007 sur les célébrations de ce jour en Italie : L’Italie célèbre le bicentenaire de la naissance de Garibaldi.

Le quotidien français signale que la Ligue du Nord a boycotté la journée, qualifiant – par la voix du député Federico Bricolo – Garibaldi de faux historique et de franc-maçon sans scrupules (note : ce qui, de leur part, est sans doute une tournure plénosmatique). Le Monde livre aussi les points de vue des présidents de la République et du Sénat.

La même information a fait l’objet aussi d’un article sur RTL Info (Belgique).

mercredi 4 juillet 2007
  • 10
    Mornay
    26 octobre 2007 à 16:20 / Répondre

    la position des chrétiens envers Garibaldi est bien plus contrastée que ne le croit André: faut-il rappeler la phrase de Pie IX: « Il n’y a en Italie que deux hommes absoluement honnêtes: Garibaldi et moi. »?
    Quant à la personnalité de Garibaldi, sa grandeur et ses contradictions, le meilleur ouvrage, appuyé sur les écrits exacts de Garibaldi, est celui d’un jeune historien: Raphaël Lahlou. Garibaldi, ou les révolutions d’un siècle. Bernard Giovanangeli éditeur, Paris, 2007.

  • 9
    André
    8 juillet 2007 à 09:30 / Répondre

    Merci Jacques 🙂
    Je voudrais préciser ceci. En tant que contribuable il m’est intolérable de participer financièrement aux voyages papaux. Ou bien le pape voyage comme chef religieux et à ce moment il peut dire ce qu’il veut, mais son voyage est financé uniquement par son égllise ou bien il voyage comme chef d’état mais alors il ferme sa gueule sur les problèmes sociétaux qui concernent tout le pays, croyants et incroyants. Dans les années 80, Monsieur Wojtyla a été reçu très fermement par le premier ministre hollandais, qui lui a fait un discours au cours duquel il lui souhaitait la bienvenue comme chef d’état du Vatican, mais qu’il lui serait reconnaissant de ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures hollandaises. Un bel exemple de courage politique.

  • 8
    Boutade
    7 juillet 2007 à 21:08 / Répondre

    Plénum= réunion
    Osmatique= relatif à l’osmose

    Assemblez le tout dans une jatte… Plénosmatique= qui est relatif à la plénosmose.

    Plénosmose= assemblée de frères en construction… ou en travaux…

    métaphoriquement drôle non?

  • 7
    Jacques Cécius
    6 juillet 2007 à 10:32 / Répondre

    André a raison. Il est pour le moins singulier qu’un chef d’Etat s’occupe de notre sexualité !

  • 6
    Philippe
    6 juillet 2007 à 00:27 / Répondre

    Je n’ai pas révisé, ni vérifié, mais maintenant que tu le dis ….de vagues souvenirs reviennent.
    La situation actuelle que j’ai décrite a complètement occulté dans mon pauvre cerveau les rebondissements de l’histoire et l’intervention de Mussolini qui a détricoté partiellement l’oeuvre de Garibaldi

  • 5
    André
    5 juillet 2007 à 21:47 / Répondre

    Fox a raison, c’est le concordat de Latran entre Pie XII et Mussolini qui a rendu au pape un micro-état. Cependant, comme Philippe je suis choqué par des papes qui voyagent en tant que chefs d’état mais qui dérogent constamment à la déontologie la plus élémentaire du chef d’état en visite à l’étranger en s’immiscant de façon permanente dans les affaires intérieures du pays visité. Je ne supporterais pas que le président de la république française vienne dire lors d’une visite officielle en Belgique comment je dois me comporter dans ma chambre à coucher, alors pourquoi dois-je le supporter de la part du chef d’état vaticanais?
    TAF

  • 4
    Fox
    5 juillet 2007 à 19:13 / Répondre

    Petit détail pour Philippe

    Ce n’est pas pour lancer une polémique mais après le passage de Garibaldi, il n’existait plus d’Etat de l’Eglise. Pendant un certain temps le Pape s’est auto-considéré comme prisonnier du royaume d’Italie. D’ou un conflit permanent entre l’Etat et l’Eglise en Italie.

    C’est Mussolini qui met fin à cette situation en signant les accords du Latran qui concède à l’Eglise un état de 0,44 km2 au coeur de Rome.

    TAF

    Fox

  • 3
    Philippe
    5 juillet 2007 à 13:35 / Répondre

    « sans la perte des états pontificaux »

    Euh !Ben ! il reste le Vatican Etat Souverain qui permet qu’un chef religieux, le Pape, fasse des visites d’Etat.
    Cette situation ambiguë a l’avantage de permettre au Pape des voyages, religieux sur le fond, mais d’Etat pour le financement. Ce sont les citoyens du pays hôte qui financent avec leurs impôts et non les fidèles de cette religion sur le denier du culte.
    Garibaldi n’a, hélas, pas pu finir son travail et çà coûte cher, il me semble que les Français de toute religion ou sans religion ont tous financé un fête mettant en valeur le Pape ( à Reims je crois ) concernant la mémoire de Clovis ( roi-politicien ) il y a quelques années.
    Une situation enviable au plan confort financier pour les Papes grands voyageurs sous le soleil et on comprend pourquoi ils n’hésitent pas à voyager !!!!!!!

  • 2
    Jacques Cécius
    5 juillet 2007 à 11:09 / Répondre

    Bien dit André !
    Eviva Garibaldi !

  • 1
    André
    5 juillet 2007 à 08:30 / Répondre

    Garibaldi est détesté par tous ceux qui ont perdu quelque chose à l’unification de l’Italie, et en particulier par les intégristes chrétiens. Les condamnations de la franc-maçonnerie par Pie IX n’auraient certainement pas été aussi virulentes sans la perte des états pontificaux dont Garibaldi était l’artisan.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif