Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le mardi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 15 000 articles y sont stockés !

Guenon2

Guénon de nom !

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 20 octobre 2015
  • 10
    FRED
    22 octobre 2015 à 07:20 / Répondre

    Peut etre que Guenon est comme ces auteurs hermetistes de la renaissance qui ont batit des theories puissantes et signifiantes en partant de postulats erronés. Ce qui me frappe chez lui, plus encore que la clarté de ses démonstrations, c’est le mystère et l’abscondité de ses sources. Il y a d’autres auteurs contemporains qui comme lui font des demonstrations magnifiques en partant d’un postulat de base invérifiable, je pense notament a Pierre Gordon.

    • 11
      yasfaloth
      22 octobre 2015 à 12:12 / Répondre

      Pourquoi erroné ?
      .
      On est dans le domaine du spirituel et du métaphysique, certainement pas dans la science exacte (encore que Guenon dit et répète que la Tradition EST une science exacte et même la seule, mais bon on est pas obligé de le suivre).
      .
      Guenon, c’est une lecture du monde, on y adhère, ou pas… ou partiellement… et la déclarer juste ou erronée relève à mon sens du subjectif.
      .
      Question études reconnues sur cet auteur, il y a aussi un numéro des « Cahiers de l’Herne ».
      .
      Cordialement

      • 12
        FRED
        22 octobre 2015 à 12:29 / Répondre

        tu as sans doute remarqué que j’avais commencé mon propos par « peut être ». je pense qu’il faut toujours mettre ce « peut être » plutôt que d’affirmer des opinions définitives dans le domaine de la métaphysique.
        effectivement les cahiers de l’Herne constituent une bonne approche de l’auteur.

  • 8
    Jean de Mazargues
    21 octobre 2015 à 11:27 / Répondre

    Chez Guénon, il y a les travaux d’analyse, type « Symboles de la science sacrée », qui sont érudits et utiles, et puis il y a sa philosophie, fondée sur la spiritualité et la tradition, son opposition orient / occident, sa condamnation des Lumières, de l’universalisme et de l’individualisme et en définitive de la Liberté. Et là, je dis stop ! pour une raison simplissime : je ne comprends rien, mais rien, à ce que Guénon entend par spiritualité ni par tradition. Je ne trouve chez lui aucune définition claire…

    • 9
      yasfaloth
      21 octobre 2015 à 14:28 / Répondre

      Ça j’aurai tendance à dire que c’est normal !
      .
      Quand on se plonge dans Guenon pour la première fois, il arrive forcément un moment où l’on se pose la question : « mais d’où est ce qu’il sort tout ça ? », et « où veut il en venir ? ». Surtout que dans ses livres les références, hors à lui même, sont une rare exception.
      .
      Bon on a bien compris qu’il a étudié les religions de l’Inde dans le texte, qu’il a fricoté dans son jeune âge avec tout ce que son époque comptait d’allumés de la chose occulte ou spirituelle, mais quand même…
      .
      Et puis au bout d’un moment, d’un assez long moment pour moi, on lâche prise, car il m’est apparu comme assez évident après avoir (très superficiellement sans doute) fait le tour de son œuvre, c’est que ça se tient !
      .
      Effectivement : Guenon, c’est Guenon… ou pas… si on le considère comme une espèce de « messager ».
      .
      Pour ma part je pense que c’est juste un exemple de génie particulier; peut être dirait on aujourd’hui qu’il présente un Syndrome Asperger, tellement on le sent encyclopédique et imbibé par son « message » et sa « mission ». Tellement il a l’air d’être insensible à « l’autre ». Que ce soit sa femme, ses admirateurs ou même ses adversaires qu’il tacle souvent avec le plus profond mépris.
      .
      Mais aussi, plus péniblement, à « l’homme du commun », celui qui n’est pas « qualifié » comme il l’écrit, celui qui souffre et que soigne la science « moderne » qu’il honnit; et plus anecdotiquement à ses lecteurs avec un style volontiers pompeux et vindicatif et ce « nous » de majesté que certains ne parviendrons jamais à dépasser.
      .
      Ce qui bien entendu, à mon sens, et pour toute les raisons citées précédemment, n’enlève rien à l’intérêt de la plus grande partie de son œuvre pour un maçon doté de sens critique, et justifie que l’on s’accroche un peu au début.
      .
      Cordialement

  • 6
    EMILIUS
    21 octobre 2015 à 00:04 / Répondre

    Bonjour,

    des fois que l’auteur se récuse un jour et puisse faire disparaitre toutes les preuves, nous gardons celles-ci pour la postérité, sachez-le:

    « l’explication de ce que furent ses idées obtuses à propos des femmes. De même ses études pas très bien réussies pourraient-elles expliquer son anti-intellectualisme et l’antisémitisme de son père, antidreyfusard avéré, son islamisme anti-juif »

    Cordialement.

  • 5
    EMILIUS
    20 octobre 2015 à 23:25 / Répondre

    Bonjour,

    L’auteur a décidément tous les capacités intellectuelles , le baguage et les savoirs pour s’enrôler dans la dissidence Soralienne afin d’aimer L’Alain sorte de lumière multicolore qui éclaire tout, voir rejoindre l’allumé Laibi, car vous avez plus en commun que vous ne le pensez certainement. Comment peut-on écrire de telles inepties qu’on ne trouvent que sur des sites « complotistes ».

    Cordialement.

  • 4
    EMILIUS
    20 octobre 2015 à 23:10 / Répondre

    Bonjour,

    ce n’est pas la première fois que de telles analyses pamphlétaires sont produite sur Guénon, vieille technique d’essayer de s’attaquer à l’homme pour en déprécier l’oeuvre, décidément ferez au moins l’effort de vous chaussez léger, la c’est une compagnie militaire claquant des bottes , bon ils ne comprennent pas, ils ne comprennent pas, rien n’y fera, mais bon je me demande ce que l’auteur consomme, cela doit-être quelque chose de très fort et certainement extrêmement volatile, on dirait quelque chose d’une double nature, pour se lancer dans ce genre d’analyse pseudo-psychologique qui ferait certainement rire un étudiant de première année, car l’auteur lui-même est cas d’école concernant quelques pathologies, je crois que l’on nomme ceci le vice des humeurs, c’est d’un ridicule et c’est faible comme attaque, il n’y a aucune source, on invente tout et n’importe quoi, cela n’a aucune logique , Guénon eut des « ennemis » un peu meilleur. Et dire qu’il n’y ait jamais de travail biographique au milieu de toutes « ces inepties savantes », de qui vous moquez vous?

    Cordialement.

    • 7
      chicon
      21 octobre 2015 à 10:16 / Répondre

      @ emilius – il est des auteurs qu’il faut lire plusieurs fois, avec des cachets pour maux de tete, sans se decourager, avant de comprendre quoi que ce soit. Guenon est de ceux ci.

  • 3
    yasfaloth
    20 octobre 2015 à 13:36 / Répondre

    Concernant la biographie, ce n’est pas un site « américain » mais néerlandais, et c’est le même que celui qui est cité par Mabuse sur l’autre fil :

    http://kg.vkk.nl/

    Le souci reste que l’auteur ne cite aucune de ses sources…

  • 2
    yasfaloth
    20 octobre 2015 à 12:24 / Répondre

    J’ai cité dans l’autre fil la thèse de Xavier Accart : « Guenon ou le renversement des clartés » qui se présente comme une biographie :
    .
    http://www.amazon.fr/gp/product/2912770033?psc=1&redirect=true&ref_=ox_sc_act_title_1&smid=A1RXCISRZ5AKVB
    .
    Pour le reste, que veux tu que je te dises, tu parles de notions : « politique », « science » que Guenon récusaient à longueurs de pages…
    .
    Peux tu analyser scientifiquement ou politiquement le Bardô Todol ? Toute proportions gardées, je pense qu’il en est de même pour Guenon, il est, devrait être, avant tout un support de méditation, une fenêtre vers une autre façon de voir le monde et de le comprendre, qui sa finalité en soi en tant qu’extension du champ d’investigation de nos intelligences.
    .
    Guenon refusait systématiquement tout requête à tenir un quelconque rôle de guru autant que toute assimilation politique, ce n’est pas par hasard !
    .
    Ce qui est fascinant chez cet auteur c’est son altérité sans compromis ni compromissions malgré tout celles qu’on a essayé de lui attribuer, car il est clair qu’un tel « Opni » est manifestement intolérable à beaucoup de ceux qui en font profession… de penser…
    .
    Amusant de le voir ainsi honni par tant de monde : les penseurs rationalistes pour ses textes « sociétaux », les religieux exotériques pour ses textes métaphysiques, les occultistes pour le procès qu’il leur a fait, etc… et à parallèlement être de plus en plus lu, référencé et apprécié, y compris dans nos rangs, sinon nous ne serions pas là pour en parler…
    .
    Cordialement

  • 1
    AJ Lacot
    20 octobre 2015 à 11:19 / Répondre

    MTCF Jean-Pierre, je partage ton analyse sur Guénon. Néanmoins, l’ouvrage « René Guénon, une politique de l’esprit » de l’universitaire Pierre Brisson (editions Pierre-Guillaume de Roux 2013) est aussi une biographie, c’est même une somme. Il semble avoir échappé à tes radars.
    Sur le fond, effectivement, une pensée qui se réfère à une « tradition » d’origine non-humaine ne peut que couper court à toute étude basée sur les sciences humaines, qu’elle récuse, de fait, par avance. C’est bien là le fond du problème Guénon.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous