Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances

Rendez-vous le lundi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,
et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 14 160 articles y sont stockés !

Marianne Henri Jean
Une œuvre d'Henrijean : Marianne 1905. Feutre, craies grasses, encres et mine de plomb sur papier. 2014

Henrijean Fumel nous a quitté

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 16 janvier 2019
Étiquettes : ,
  • 12
    Mathilde-Albertine Vinaize
    4 mars 2019 à 20:07 / Répondre

    Un jour où H-J avait oublié les clefs de la galerie on a dû escalader la façade pour rentrer par une fenêtre cassée d’un vieil immeuble à l’abandon.
    Merci pour cette belle aventure et tous ces souvenirs au sein de la team Henri Jean.

    L’assistante d’H-J,
    Mathilde.

  • 11
    TREINS Miche
    17 janvier 2019 à 18:40 / Répondre

    Quel privilège d’avoir connu Henri Jean de l’avoir suivi même d’un peu loin dans ses trajets d’artistes mais aussi de maçon et de posséder de tout petits morceaux de son talent. Comme ils me sont chers aujourd’hui.

    Bel hommage Paul merci

  • 10
    JEAN-FRANCOIS BIZET
    17 janvier 2019 à 10:36 / Répondre

    Notre proximité, intellectuelle et artistique, a développé notre Fraternité jusqu’à la rendre presque idéale. Et pourtant… Te voilà passé à l’Orient Eternel. Après Christian C, avec lequel nous formions un Triangle indestructible. Je me sens un survivant pour lequel l’ordre des choses n’a pas été respecté. Et, tu le sais, « ma » Marianne qui décore l’introduction de ce blog sera toujours présente dans mon bureau, comme les autres toiles de toi qui ornent mes murs.

    Merci à notre F.°. Paul de ces beaux propos d’une grande frat.°. et qui illustrent bien notre F.°. HJ

  • 9
    JPF
    17 janvier 2019 à 09:31 / Répondre

    Quel bel et formidable hommage au Frère et à l’artiste dont une « MARIANNE » superbe me fait face, en entrant dans mon appartement.
    JPF

  • 8
    Jacques Coudray
    17 janvier 2019 à 00:45 / Répondre

    Merci Paul, pour cette très belle évocation. Henrijean était un frère que j’ai connu tant au sein des Frères de Georges Couthon qu’au sein des ateliers de perfection du rite français. Je crois même que nous avons, avec 2 autres frères qui me sont chers, progressé ensemble dans cette juridiction. Le frère m’était proche, l’artiste m’était plus compliqué à comprendre. Je me souviens, comme cela est dit, des extincteurs rouges enrubannés. C’était, il y a longtemps, mais déjà il y avait les 3 couleurs, le blanc, le noir et l’exaltation du rouge et surtout le trait ! Choc émotionnel, car j’essayais de comprendre alors, ainsi que le dit Aragon, dans son poème : « Est-ce ainsi que les hommes vivent » :
    « On prenait les loups pour des chiens
    Tout changeait de pôle et d’épaule
    La pièce était-elle ou non drôle
    Moi si j’y tenais mal mon rôle
    C’était de n’y comprendre rien
    Est-ce ainsi que les hommes vivent
    Et leurs baisers au loin les suivent ».
    Cela me va bien de parler des lycanthropes en pensant à Henrijean. Il aimait en parler, bien sûr, pour dire et ne pas dire, s’exposer et se protéger, être proche et pourtant éloigné.
    Avec lui, dans son travail, j’ai appris le sens du délitement. C’est extraordinaire de penser à la déconstruction de l’être et de la nature, avec ces traits et ses points qui quittent leurs assises, alors que nous nous efforçons de bâtir et de construire. Cette contradiction fondamentale était profondément inscrite en lui et c’est un grand bonheur, pourquoi ne pas dire un grand honneur, d’avoir cheminé avec Henrijean. Rien de plus, mais c’est déjà beaucoup.

  • 7
    Florence
    16 janvier 2019 à 21:22 / Répondre

    L’abîme est grande et le chagrin profond mais l’oeuvre demeure et elle doit nous porter à la consolation d’avoir perdu un ami, un frère.. souvenons-nous d’Henri-Jean comme un guerrier a la recherche d’un esthétisme parfait..

  • 6
    Yo
    16 janvier 2019 à 21:17 / Répondre

    Noir, Au Revoir…
    &
    Blanc, HenriJean, A Jamais présent !!-!

  • 5
    lazare-lag
    16 janvier 2019 à 19:56 / Répondre

    Ne connaissant ni l’homme, ni son oeuvre, il me serait pour le moins indélicat d’apporter un commentaire à ces niveaux là.
    J’observe seulement que né en 1965, notre Frère nous quitte à à peine un peu plus de 50 ans.
    C’est vraiment moche.
    Il y a des jours comme cela où l’on est autorisé à se demander où diable (!?!) peut regarder le G.A.D.L.U…

  • 4
    Didier Comte
    16 janvier 2019 à 19:07 / Répondre

    Un bel hommage pour une belle personne … qui nous manque déjà terriblement tant il était présent dans l’espace et le temps, avec respect, pudeur, humilité et empathie …

  • 3
    Bernard Machabert
    16 janvier 2019 à 16:45 / Répondre

    Heureux d’avoir fait un bout de chemin avec toi mon frère. Ce fut pour moi un véritable enrichissement.

  • 2
    Granite
    16 janvier 2019 à 15:17 / Répondre

    Bel hommage pour un artiste que je ne connaissais pas.

  • 1
    Pierre Mollier
    16 janvier 2019 à 07:30 / Répondre

    Une bien triste nouvelle. HenriJean était un artiste inspiré auteur d’une œuvre poétique (ses animaux mi-réels mi fantastiques nous ouvrent des ailleurs) et un Frère très impliqué…. et adepte du « Régulateur » !
    Nous sommes particulièrement heureux de lui avoir consacré une exposition au Musée de la franc-maçonnerie. Merci Paul pour ce bel hommage.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous