Il emmerde les Francs-Maçons…

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 30 mai 2013
  • 6
    Sylvestre Deugerbert
    31 mai 2013 à 11:16 / Répondre

    Bravo pour la réaction des journalistes. Ils ne sont pas tous aussi prompts à s’exprimer ainsi devant la camera. Pour le reste, bof. Il nous emmerde? Et alors? Ce ne sont que des mots, qui, de surcroit n’ont aucun sens.

  • 5
    fluo
    31 mai 2013 à 09:41 / Répondre

    Il conservera sur Youtube ce petit instant de gloriole anonyme, fier d’avoir parlé au micro de iTélé, qu’importe que le micro ait été ce jour-là son seul interlocuteur : grâce à cette répartie, il deviendra la célébrité de sa cage d’escalier. Puis très vite, il retombera dans l’anonymat, détrôné par un voisin d’une autre cage d’escalier qui, voulant entrer à son tour dans le Guiness des petites choses, dans un incommensurable élan de courage, aura dit : « j’enc…le les Francs-Maçons…. »
    N’est pas minable qui veut…

  • 4
    bandit
    30 mai 2013 à 17:41 / Répondre

    Ma mère disait: » on ne peut être emmerdé que par de la merde »

  • 3
    H.
    30 mai 2013 à 16:39 / Répondre

    En un seul mot non? Pathétique…

  • 2
    Dominique
    30 mai 2013 à 12:52 / Répondre

    C’est de la haute culture. On sent une idée mûrement réfléchie, polie avec les outils de la raison…

    Quelle misère…

  • 1
    Yasfaloth
    30 mai 2013 à 12:51 / Répondre

    Sans dec !

    La façon dont le moindre caca nerveux est mis en exergue du moment que ça se passe devant une camera !

    …mais allo quoi ! 🙂

    Il emmerde les FM… et bien qu’il sache bien que ceux ci le lui rendent bien !

    Et tout ce cirque à l’eau de rose et au sirop d’orgeat pour ces deux gars… franchement…

    (Yasfaloth de mauvaise humeur)

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous