Initiations Magazine et Pasquale Paoli

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 28 juin 2007
  • 5
    Jérôme
    17 août 2007 à 17h46 / Répondre

    Pour ma part, je suis abonné à Initiations Magazine. Si ce mensuel satisfait une part de mon intérêt, je reste en revanche un peu sur ma faim. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a aucune démarche journalistique dans cette revue. Il s’agit d’un ensemble de texte dits « froids » qui abordent des thèmes philosophiques, proposent des interviews plus ou moins intéressants de Grand Maîtres, mais point d’échanges, de rencontres, de réels reportages. Quant une lectrice s’interroge sur la « vie » d’un Passé Grand Maître, au lieu de lui répondre en quelques lignes, pourquoi ne pas réaliser un dossier de quatre pages avec des rencontres, des portraits de Grands Maîtres descendus de charge… Initiations Magazine se dit « Magazine de la Franc-Maçonnerie », pourtant il n’a rien de magazine. Bref ! ça manque de vie, de portraits, de reportages à l’intérieur des ateliers. Je pense que la rédaction s’est laissée aller à une certaine facilité à traiter uniquement les thèmes habituels de la Maçonnerie, à rassembler des textes froids d’auteurs par-ci par-là, longs, sans angle, sans cadres explicatifs… Du littéraire du littéraire du littéraire mais rien de journalisme. Dommage, c’est un peu raté.

  • 4
    Jiri Pragman
    16 août 2007 à 11h32 / Répondre

    Cette critique est… critiquée dans le courrier des lecteurs d’Initiations Magazine n°17. Une lectrice indique : « la critique ressemblait plus à de la moquerie sans grand intérêt, comme il est courant d’en lire ici ou là ».

    Comme déjà évoqué, cette critique – sur le mode de la dérision – par un journaliste et Franc-Maçon qui se veut libre, met en cause l’utilisation de « clichés » pour caractériser une Franc-Maçonnerie autre que française.

  • 3
    Jacques Cécius
    29 juin 2007 à 18h51 / Répondre

    Il est grand temps que les frans-maçons remettent en quesrion, comme le dit Jiri, l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes… Et qui n’est pas toujours flatteuse.

  • 2
    Jiri Pragman
    29 juin 2007 à 8h31 / Répondre

    ‘Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur.’

    S’agit-il seulement d’une critique de forme ? Ou plutôt d’une remise en question de l’image – dans tous les sens du terme – que des Francs-Maçons donnent d’autres Francs-Maçons étrangers ?

    Beaumarchais

  • 1
    Nicolas
    29 juin 2007 à 8h23 / Répondre

    Pour ne pas tomber dans la critique facile, comme le font les journalistes sans talents (ce qui n’est pas ton cas, bien entendu !), il est domage que tu te laisses aller dans des critiques de forme et non de fond. Il est vrai qu’il est plus ‘profane’ de casser que de construire. C’est plus ‘accrocheur’ comme on dit.

    Nicolas

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous