Jacques Massagé

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 20 février 2013
Étiquettes : , , , ,
  • 3
    pierre noel
    23 février 2013 à 19:28 / Répondre

    Jacques était un homme plaisant et aimable. Je me trouvais dans l’officine de Jacques Robert, à Lodelinsart, lorsque Jacques arriva (c’était un samedi avant une tenue). Jacques (Robert) lui dit simplement ; ‘ J’ai un candidat. Signe la demande. » Il le fit sans autre question, car telle était la confiance entre ces gens d’un autre âge.
    Lorsqu’il étai vénérable de l’Espérance, j’ai été souvent chez lui, avenue de Tervueren. Il était rigoureux, toujours aimable et chaleureux.
    Son père avait été VM de la Charité, bien avant la (2°) guerre et son portrait trônait (à l’époque) au 5 de la rue Ferrer, au premier étage.
    Y est-il encore ? Je ne sais, n’y ayant plus été depuis longtemps.

  • 2
    quén affère à Lidje
    22 février 2013 à 15:41 / Répondre

    Outre son parcours en loge symbolique et ce jusqu’au 1er maillet de l’Obédience, Jacques fût aussi un Frère très investi au sein de la Juridiction, puisqu’il a atteint 33ème degré, en tant que membre actif, du Suprême Conseil de Belgique.
    Un maçon de grande valeur à tous points de vue et dont nos plus jeunes Frères feraient bien de suivre la voie.
    Toujours tout rappporter à l’utlité de ses Frères… Jacques en était une incarnation.

  • 1
    pierre noël
    22 février 2013 à 10:15 / Répondre

    Jacques Massagé était un homme dans la force de l’âge quand je l’ai connu. Il fut vénérable maître de la loge l’Espérance à Charleroi, de 1970 à 1973 (si je ne me trompes pas d’un an).
    J’ai travaillé avec lui pendant ces trois années à ce moment et j’ai pu apprécier son dévouement, son enthousiasme et son engagement. Il n’avait pas son pareil pour apaiser les conflits qui surgissent régulièrement dans toutes les loges.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous