Jazzmen, Noirs et Francs-maçons

Publié par Pierre
Dans Edition

«Le jazz est bien davantage qu’une musique : c’est un style de vie, un outil de dialogue et même de changement social. L’histoire du Jazz raconte le pouvoir de la musique à rassembler des artistes de cultures et d’horizons différents, comme levier d’intégration et de respect mutuel. C’est le jazz qui a rythmé le mouvement des luttes pour les droits civiques aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. C’est à travers le jazz que des millions de gens ont chanté et chantent encore aujourd’hui leur envie de liberté, de tolérance et de dignité humaine ».  Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO (Message pour la Journée internationale du jazz 2014).

Nombre de Francs-maçons se reconnaîtront au travers de ces valeurs.

Parmi les musiciens francs-maçons, nous connaissons Mozart et Sibelius, mais il y a aussi Duke Ellington et Count Basie. Un auteur s’est penché sur ce monde bien particulier qui mérite d’être mieux connu. Après une dizaine d’années de travail, Raphaël Imbert écrit un superbe ouvrage qui a pour titre « Jazz suprême, Initiés, mystiques et prophètes » aux Editions de l’Eclat.

Dans la deuxième partie de ce livre, intitulée « Jazzmen, Noirs et Franc-maçons », il examine comment la Franc-maçonnerie, société fraternelle et ésotérique, héritière des constructeurs de cathédrales, a pu s’implanter durablement au sein de la société afro-américaine. Cette apparente contradiction nécessite quelques réflexions qu’il réussit à entamer et à animer de façon extrêmement documentée et passionnante. Il l’explique, les relations n’ont pas toujours été confraternelles entre les Francs-maçons américains et les Noirs. Les premiers « frères » noirs avaient d’ailleurs créé leur propre Obédience. Cette Obédience, devenue la Prince Hall Masonry, a fini par compter un nombre impressionnant de membres. Toujours selon l’auteur, elle a contribué à éduquer les jeunes Noirs et à lutter contre la ségrégation.

Il faut bien noter que tout au long de cet ouvrage, Raphaël Imbert argumente à merveille pour mieux agrémenter la lecture de ce livre incontournable pour tous les francs-maçons amateurs de Jazz.

Raphaël Imbert est un saxophoniste de jazz, chef d’orchestre, compositeur, et professeur de musique. Il est fondateur et directeur artistique de la Compagnie « Nine Spirit ». Raphaël Imbert mène parallèlement à ses activités artistiques des recherches sur la musique, plus particulièrement sur le spirituel dans le jazz. Il étudie l’anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il est notamment l’auteur de « De l’exemplarité du fait spirituel et maçonnique chez les musiciens de jazz », L’Homme. Revue française d’anthropologie, n°200, octobre 2011 et de « Jazz et Franc-maçonnerie, une affaire d’initiés », Jazz Magazine n°589, février 2008.

Jazz Suprême de Raphaël Imbert. Edition L’Eclat Poche, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 978-2-84162-438-6

mardi 2 septembre 2014
Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif