Un autre regard

Jean-Claude Bourret et Jacques Carletto

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 13 avril 2019
  • 7
    David
    23 octobre 2019 à 21h52 / Répondre

    mon dieu son histoire de pilule extraterrestre qui guérirait tout et d’écouteurs qui nous apprendrait tous les secrets de l’univers …c’est de la mauvaise science-fiction, ça vole pas haut; heureusement qu’il a été viré de la télé il y a longtemps; il écrit des livres à sa retraite, ça l’occupe mais ça n’intéresse que ceux qui l’écoutent; mais pas les scientifiques.

  • 6
    Désap.
    14 avril 2019 à 9h38 / Répondre

    Avec sa conception d’univers négatif, JC Bourret fait écho à la théorie etablit en 1935 par Einstien et Rozen des trous de ver (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Trou_de_ver), rien de nouveau donc, à ceci près qu’il faut remettre en cause le modèle standard.
    E. Klein dit qu’il y a un problème dans ce modèle qui nous maintient confinés dans notre système solair : pour le démontrer, Einstein a sciemment supprimé deux forces qui existent derrière le mur de Plank, électromagnétique et nucléaires faible et forte. Tout est donc ouvert, c’est l’état de la science aujourd’hui, bref Bourret fait du vent.
    Au sujet des ovnis, il faut reconnaitre que la science et les Autorités sont très peu loquaces sur le sujet ; ceci permet donc toutes les spéculations et les livres à révélations sensationnelles (j’en connais un autre, de Livre !), bref Bourret est opportuniste.
    Un détail tout de même, Jean Pierre Petit n’est pas du tout un mythomane …

  • 5
    Miguel Vasone
    13 avril 2019 à 22h24 / Répondre

    Je suis rationaliste et je vois pas très bien ce que fait ce genre de chose ici, site réputé sérieux Quelle est la légitimité de Jean-Claude Bourret ? Mais ne soyons pas sectaire. Après tout, s’il y a des gens qui s’intéressent aux UFO, laissons-les, après tout ils ne font pas de mal !

  • 4
    lazare-lag
    13 avril 2019 à 15h02 / Répondre

    Sauf erreur de ma part « referee » se traduit par « arbitre ».
    Du coup, avec le mot arbitre la phrase devient alors curieuse, voire bancale.
    Il me semble que quand on veut signifier référence, et là la phrase tient la route, pourquoi ne pas s’en tenir simplement au mot français de référence?
    Mot de notre langue, et laquelle langue, si nous ne la défendons pas nous même, va s’appauvrir et s’étioler.
    Car personne ne la défendra à notre place.
    Sans compter qu’avec, d’une part, ce minable Brexit et ses épisodes funestes où Thérésa May, (et beaucoup d’autres grands-bretons avec elle), se prend les pieds dans le tapis, ainsi que, d’autre part, avec cette Amérique de Trump Donald, grand esprit littéraire devant l’éternel s’il en fût, nous voyons bien que se référer (ici en français dans le texte) à la langue anglo/américaine n’est pas forcément et toujours se référer (bis) à une civilisation au mieux de sa forme intellectuelle, voire spirituelle.
    Bien évidemment, Brexit or not brexit, cela ne nous empêchera pas de maintenir le tournoi des VI Nations, après tout, le Tournoi des V Nations existait bien avant que le peuple des angles rejoigne l’Union Européenne en 1973. Il peut donc demeurer malgré les inepties politiques de nos voisins et néanmoins amis d’outre-Manche.
    J’ai dit (en français dans le texte).

  • 3
    DURRUTI
    13 avril 2019 à 13h00 / Répondre

    Pourquoi une telle promotion pour ce livre?

  • 1
    Liberte
    13 avril 2019 à 8h21 / Répondre

    Ce pauvre monsieur vit dans le complot permanent… Les ovnis, les médias, Mitterand…
    Au fait, où est passé l’argent de la souscription pour relancer la 5 ?

    • 2
      briand
      13 avril 2019 à 11h50 / Répondre

      Très bonne remarque concernant le pognon. En revanche, il suffit d’un petit calcul arithmétique pour arrêter de faire de l’anthropomorphisme planétaire terrestre. Un peu de modestie. Nous en sommes à 32 milliards de galaxies répertoriées (répertoriées seulement). Avec comme hypothèse la plus basse, c-à-d comme exemple notre galaxie, donc une chance sur quelques milliards que comprend celle-ci,d’avoir de la vie (notre planète) on est déjà à 32 milliards de chances d’une émergence de vie dans l’univers connu. So what…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous