La belle histoire des cathédrales

Publié par jissey
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 23 octobre 2021
  • 4
    Désap .
    23 octobre 2021 à 22:04 / Répondre

    Ça va toujours mieux en le disant.
    Aprés la République et l’Empire romains, civilisation de constructeurs, et quels constructeurs ! le Colisée réalisé en moins de dix ans.
    Trois cents ans après le sac de Rome par les barbares germano-chrétiens, on ne sait plus construire, on dépasse à peine le ras des pâquerettes, on ne sait même plus faire des fenêtres, bref, une civilisation d’incultes.
    Merci à l’architecte Alain Billard de le rappeler.
    ND de Paris -le Colisée divisé par 8- plus de deux siècles de chantier et jamais terminée, comme 90% des cathédrales… pardon, 100% !
    Quel extraordinaire avantage avons-nous eu d’adopter cette religion, le christianisme, qui condamne l’intelligence et le fait de s’instruire.

  • 3
    Pierre Noël
    23 octobre 2021 à 19:29 / Répondre

    Enfin un commentaire raisonnable sur ces cathédrales !
    Sans référence aux maçons inspirés du moyen-âge, ni aux Egyptiens omniprésents dans les délires de certains omniscients ! Merci.

  • 2
    Désap .
    23 octobre 2021 à 09:58 / Répondre

    Si les cathédrales sont des bâtiments exceptionnels, elles restent néanmoins parfaitement reproductibles aujourd’hui, l’impossibilité réside seulement dans le colossale budget qu’il conviendrait de réunir.
    En revanche, même avec un budget infini la reproduction d’une pyramide égyptienne reste toujours irréalisable d’un point de vue technique.
    Une équipe japonaise, il y a quelques années a tenté de reproduire Kheops au 5è. Le bâtiment s’est écroulé avant sont achèvement.
    Voilà qui devrait nous interroger, nous franc-maçons.
    Notamment s’agissant du paradoxe et de ce qu’il nous apprendrait d’un point de vue fondamental, l’extrême complexité produisant une image simple en opposition de la complexité esthétique résultant de techniques somme toute élémentaires.

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    23 octobre 2021 à 07:41 / Répondre

    Afin d’éviter toute confusion le mieux, du moins me semble-t-il, est d’expliquer chaque acronyme… avant de l’utiliser !
    – ENSAP : Espace Numérique Sécurisé des Agents Publics
    Est-ce bien cela ?
    – ENSA : École Nationale Supérieure d’Architecture.
    En l’occurrence, concernant l’auteur Alain Billard, ENSA-PB, il s’agit de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous