La Franc-Maçonnerie d’outre-Manche

Publié par Pierre Noël

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

dimanche 14 février 2021
  • 21
    pierre noel
    16 février 2021 à 19:35 / Répondre

    Qui connaît le contenu des discussions confidentielles qui eurent lieu entre les dignitaires des 5 GL et ceux de la GLUA ? Pas moi !

  • 20
    joab's
    16 février 2021 à 18:05 / Répondre

    « Que signifie être franc-maçon dans une loge britannique ?  » dis-tu, Pierre. Si, pour un français ou belge cette situation, pour être rare n’est pas exceptionnelle. Que ce soit des français attachés à la GB, mais aussi des britanniques résidents en France.
    De mon expérience, qui n’est pas elle d’un érudit comme Pierre, rien de spécial lié à la FM. On procède des mêmes rituels donc la pratique est identique.
    C’est par conséquent sur un autre domaine qui est plus la mentalité anglaise (et non ecossaise) majoritaire plutôt orientée vers le pragmatisme, le sourire, la bienveillance que vers un élan mystique.
    Un autre élément sur lequel les français butent est le principe du « l’usage fait la règle » illustrépar le « Emulation Working » vu comme un guide, là où en France on veut y voir un reglement rigoureux et pointilleux.
    Ainsi cette question de régularité qui crispe tant en France est une banalité, une consequence en GB.
    Telle est d’ailleurs l’erreur récurente de ceux qui brandissent les « Basic Principles » de la GLUA alors qu’ils n’ont strictement aucun sens au niveau individuel du FM ..
    A la question de la « croyance en Dieu », là aussi c’est purement formel. Il faut juste « cocher la case », chacun, questionneur et questionné etant conscient de la futilité.
    L’Angleterre a été un magnifique épisode de ma vie maçonnique. Il est vrai que Brexit et Covid rendent difficiles le travail commun. Pourtant des puits de richesse maçonnique sont là, comme faire découvrir aux anglais d’après 1813 le rite des Moderns qui a survécu en France, ainsi que les ordres de Sagesse RDMontaleau.
    Sans apporter quelque préférence, cette FM anglaise montre une image apaisée, y compris face à l’erosion de ses effectifs (GLUA).
    Dans tous les cas, elle me parait plus interessante par ses racines Royal Society (toujours presentes même si difffuses) que la maçonnerie des clans écossais, bigotte. (un peu schématique, OK !)

    • 22
      Pierre Noël
      20 février 2021 à 11:39 / Répondre

      Ne tombons pas dans les caricatures et un certain snobisme anglais. Les Ecossais ne sont pas plus bigots que leurs voisins (John Knox est mort depuis belle lurette), les clans ne sont depuis longtemps que sociétés folkloriques, avec leur tartan, bag-pipes, fêtes annuelles et chants traditionnels (nombreux sont les Français fiers comme Artaban d’appartenir au clan Ramsay et d’en arborer la cravate).
      Les Loges écossaises ont leur rituel propre. On y reconnaît bien sûr la racine commune avec ce vous appelez, un peu bêtement, « Emulation » mais les différences sautent aus yeux (suffit de voir la tête d’un visiteur Anglais !). Un autre des grands moments est l’explication du tableau du 2° degré. Là où Emulation ne voit que l’anecdote sanguinaire tirée des Juges, le rituel écossais, modern ou standard, donne une leçon symbolique sur l’escalier à vis
      demands toil and difficulty, symbolised by the winding of the stair.
      You will note that the winding stair is made up of three flights consisting of three, five and seven steps, fifteen in all

      – Three Flights
      a. The bottom flight represents mind, at the base of creation in nature as in art.
      b. The second flight is matter, emblematic of the medium through which mind communicates with mind
      c. The third typifies form as the manifestation of mind on matter.
      [The desire for knowledge, which Aristotle thought to be part of every man’s nature and which was the dominant aspect of his own personality, informs and unifies the tripartite structure of Aristotelian philosophy. Thus this part of the tracing-board is more or less an attempt to make way for Aristotelian metaphysics into Masonry!]

      – Three, five and seven steps
      The winding stair has also a dual interpretation, divine and human
      a. The three steps represent (three) DIVINE and (three) HUMAN (attributes):
      – wisdom, power and goodness
      – reason, will and emotion
      b. The five steps of the second flight are the five elements of matter (described by the Greek and Indian philosophers of old), Fire, Water, Air, Earth and Ether, as well as the five external senses by which we perceive them, namely feeling, hearing, seeing, smelling and tasting.
      c. The last flight of seven steps are the manifestations of the divine mind in the seven forms of life, lichen, vegetable, fish, reptile, bird, beast and man as well as the seven liberal arts or sciences, Grammar, Logic, Rhetoric, Arithmetic, Geometry, Music and Astronomy by which we improve our knowledge.
      d. The great lesson is to use all reason, will and emotion, all senses and elements of matter, all arts and sciences, as steps to ascend to the sanctuary of truth.

  • 17
    ERGIEF
    16 février 2021 à 02:06 / Répondre

    Ne vous y trompez pas, je suis profondément britannophile, pour des raisons familiales et culturelles, mais ce qui se produit en maçonnerie n’est que la reproduction de ce que l’Angleterre a toujours fait avec tout ce qui est extérieur aux îles britanniques. Le brexit est la manifestation la plus récente de la mentalité insulaire de nos « meilleurs ennemis ». A titre d’illustration dans le domaine sportif ils ont mis des décennies avant de reconnaitre les records mondiaux réalisés par des non britanniques sous le prétexte de règles totalement fallacieuse, et encore aujourd’hui allez donc modifier celles du rugby ou du football sans leur assentiment ! Ils se sont débrouillés pour établir des lois de fonctionnement des boards selon lesquelles les 4 pays du RU pèsent aussi lourd que le reste des nations du monde. J’appartiens à un club service, créé par les anglais, présent dans le monde entier. La France est devenue une place forte de ce club à tel point que nos « amis » anglais ont imaginé (comme en maçonnerie) une règle obscure qui fait de nous des « irréguliers », nous prive de nos droits de vote au council mondial et nous en exclut de facto.
    A part ça je me répète, j’adore leurs paysages, leurs vieilles villes, leurs traditions, leur humour, leur littérature, leur théâtre, leur cinéma et leurs groupes de rock. J’ai des amis anglais mais collectivement la mauvaise foi et l’égoïsme de ce peuple sont insupportables.
    En revanche il me tarde que les Écossais les laissent tomber car ils sont beaucoup plus sympa, d’ailleurs tout le monde sait que tous les grands hommes ou femmes anglais sont Écossais ou d’origine écossaise…!!!

  • 16
    Désap.
    15 février 2021 à 22:29 / Répondre

    Ce serait bien que l’on cesse de prendre les franc-maçons français pour des demeurés.
    Les Anglais ne considèrent aucun franc-maçon comme tel qu’ils ne reconnaissent pas formellement et officiellement.
    La GLUA, non seulement lie indéfectiblement reconnaissance et régularité, mais elle fait de sa reconnaissance la condition sine qua none de la qualité de franc-maçon.
    Ceci fût notamment mis en exergue de 2012 à décembre 2014 lorsqu’elle menaçait les cinq GGLL de l’Appel de Bâle de leur retirer sa reconnaissance si elles s’aventuraient à reconnaître la CMF, répondant ainsi à la déclaration de Berlin dont le texte est tout à fait significatif, se positionnant contre l’intransigeance anglaise.
    Le cas échéant, la GLNF re-reconnue depuis juin 2014, se chargeait d’ouvrir une GL dans chacun des cinq pays concernés, également aux Pays Bas et en Espagne dont les GGLLRR avaient fait savoir leur intention de rejoindre le groupe de Bâle.

  • 15
    pierre noel
    15 février 2021 à 20:22 / Répondre

    Entre 1914 et 1919, la GLUA accepta qu’une loge de fm du GOB se réunisse à Londres (j’en possède une copie des pv, héritage de Michel Brodsky). Les sujets traités parlent des problèmes du jour et du lendemain, certes, mais il y eut aussi des sujets maçonniques. Des FF anglais assistèrent à quelques tenues, y compris quelques dignitaires. En 1919, le Grand Secrétaire Anglais annonça la fin de cette tolérance. En réponse, Charles Magnette, GM du GOB vint à Londres consacrer la loge (A de B) et l’inscrivit sur le matricule du GOB. Ce fut la fin des relations de tolérance réciproques.

  • 10
    joab's
    15 février 2021 à 12:29 / Répondre

    Article particulièrement fouillé et qui montre l’absurdité de ces batailles de parts de marché que se livrent les Grosses (on pourrait dire Lourdes) obédiences françaises.
    Les FM britanniques contemplent ce spectacle avec effarement … et bien sûr dédain.
    Oui … se parer d’adjectifs « commerciaux » comme « réguliers », « libéraux », « adogmatiques » et s’en servir pour diviser, éparpiller les FM est de la contre-maçonnerie.
    Mais, et c’est très triste venant de FRANC-maçons, ancré chez ceux pour qui l’allégeance à une obedience prend le pas sur leur qualité de FM.
    IL est d’ailleurs remarquable de constater que en GB il n’y a pas conflit entre les obediences GLUA (omnipotente) et les DH, GLFMW, GLMMM, GLEFU.

    • 12
      WIlliam
      15 février 2021 à 16:57 / Répondre

      C’est en effet très simple et clair (contrairement au charabia aveuglé de Desap) :

      « Freemasonry over the centuries has had plenty of imitators and splinter groups which have established their own self-styled forms of Freemasonry. Some of them allow or even encourage their members to become involved in politics or ethically dubious practices which are unacceptable to the United Grand Lodge of England.

      Some people might argue that there is no real harm in quietly visiting a lodge under an irregular or unrecognised body. But just as in football, where it only takes one player to bring the game into disrepute, so someone visiting an unrecognised body could be misinterpreted as the United Grand Lodge of England tacitly approving the irregular body and, by extension, the rest of its members condoning it too. The United Grand Lodge of England is rightly scrupulous about not allowing this to happen.

      It is with these bodies in mind that recognition becomes particularly important and why we spend a very great deal of time and effort looking into an individual Grand Lodge’s wish to be recognised. »

    • 13
      Alphonse
      15 février 2021 à 18:24 / Répondre

      Evidemment qu’il n’y a pas de conflit entre obédiences en Angleterre. La GLUA qui doit peser au moins 95% ignore superbement les autres.
      Mais j’ai bien ri en voyant la GLEFU cité comme obédience anglaise ! Déjà en France ça pèse trois cacahuètes, alors là-bas…

      • 14
        Alphonse
        15 février 2021 à 18:28 / Répondre

        A côté de sa magnifique GLEFU, Joab’s aurait pu aussi citer comme obédiences françaises présentes sur le sol anglais le GODF et la GLDF qui ont deux et une loge à Londres. Des vraies loges avec des vrais membres.

        • 19
          joab's
          16 février 2021 à 15:26 / Répondre

          Typique ! S’arroger une pretention de « vérité » … c’est dire où amène cette FM sectaire…
          Un brin d’histoire pour sortir de l’ignorance vous aurait appris le rôle majeur d’Annie Bezant dans la fondation de la FM non sexiste en GB.

      • 18
        joab's
        16 février 2021 à 15:24 / Répondre

        Au delà du mépris hautain et ricaneur sur Glefu, le vide habituel et l’approche « parts de marché » habituelle.
        Du baratin frenchouillard classique pour parler de la GB.
        La GLUA, à la difference de la sectaire et sexiste GLNF, n’ « ignore pas » les autres ! D’ailleurs comme elle le declare, elle reconnait la liberté de visiter les autres organismes maçonniques, y compris mixtes.

  • 9
    Michel HERMAND
    15 février 2021 à 07:48 / Répondre

    Comme toujours, un excellent texte qui donne aux maçons continentaux une bonne vue de l’approche anglo-saxonne de la Maçonnerie. J’aimerais ajouter une précision: les Anglais n’ont jamais imaginé jouer un quelconque rôle de « régulateur mondial » de la Maçonnerie en dehors de leurs (anciennes) colonies, jusqu’à ce que le GODF leur serve l’idée sur un plateau en refusant de reconnaître en 1913 la loge de Savoire et de Ribeaucourt. Pour ce qui concerne la Belgique, comme Pierre l’a fait remarquer en d’autres temps, peut-être Charles Magnette aurait-il pu s’abstenir après l’Armistice d’aller à Londres reconnaître officiellement au nom du GOB la Loge Albert de Belgique.

  • 7
    pierre noel
    14 février 2021 à 17:36 / Répondre

    Lire ce qui est écrit et le comprendre est difficile quand on est aveuglé par le ressentiment ! Surtout quand on construit des châteaux en Espagne avec Anderson et Jamblique comme manuels de maçonnerie

  • 6
    de Flup
    14 février 2021 à 16:46 / Répondre

    Comme toujours PN nous offre une contribution enrichissante et pondérée (ou on sent une certaine admiration pour l’approche laxiste anglaise, malgré ce qu’écrit JB…) mais il est étonnant qu’il mette tous les Franc maçons français et belges dans un sac unique « régulièro-dogmatique ».

    • 8
      pierre noel
      14 février 2021 à 19:24 / Répondre

      Il y a bien plus de « libéraux-adogmatique » que d’autres en F et B, mais la frontière n’est pas celle des obédiences

  • 5
    Désap.
    14 février 2021 à 15:03 / Répondre

    La GLUA écrit noir sur blanc qu’elle ne considère pas franc-maçon qui ne respecte pas les Basic Principles de 1929, cependant « régulier » et « irrégulier » ne signifient pas ce qu’ils signifient …
    Bon …
    C’est une spécialité maçonnique : ce qui est écrit ne signifie pas ce qui est écrit.
    Trop d’ésotérisme tue l’ésotérisme 🙂🙂 … si, si !
    A tel point que ce texte qui couche l’adage bien connu « les Anglais sont géniaux, le reste du monde est débile » ne plait pas au frère anglais, il y voit une critique violente contre les Anglais 🙂🙂🙂
    Faut y aller quand même.
    C’est franchement à mourir de rire, à croire qu’à la mort de l’équipe de 1721 on n’a plus rien compris du tout du traité de Maçonnerie appliquée de 1723.
    Bon, il est vrai qu’il parait que ce qu’il y est écrit ne signifie pas ce qu’il y est écrit.
    Tout s’explique.

    • 11
      joab's
      15 février 2021 à 12:35 / Répondre

      @5 : Affirmer avec détermination une affirmation fausse ne la rendra pas plus juste(désolé d’être ferme sur cette allégation récurente).
      Pour savoir ce qu’ecrit noir sur blanc la GLUA il faut déjà lre le titre « Basic Principles for GRAND LODGE RECOGNITION » ce qui ne concerne donc, noir sur blanc , pas le FM individiuel.
      Ensuite, ce qu’ecrit noir sur blanc la GLUA est qu’elle ne reconnait pas des « MASONIC BODIES » …donc des organisations maçonniques, nullement des hulains FM.
      Rappellons pour s’en convaincre que lorsque la GLUA a cessé de reconnaître la GLNF en 2010-2011 elle a bien rappellé que les FF de la GLNF étaient toujours « réguliers » à ses yeux.

  • 4
    Aazam-Zanganeh
    14 février 2021 à 12:20 / Répondre

    Être régulier ou irrégulier est une invitation d’eMate 1723/34 entre Grand loge d’anglais et grand orient de France même le constitution d’Andersen ne correspond pas à l’évolution de société actuellement 2021 (ne pas être noir – no esclave -être noble ?)
    Le seul chose qui est valable être initié dans une loge qui pratique le rituel écossais-français etc le reste de divergence ne pas valable pour reconnaître un maçon
    Salutations Fraternel et j’ai 40 ans de maçonnerie

  • 3
    pierre noel
    14 février 2021 à 11:56 / Répondre

    Dear’ John
    Don’t misunderstand me, pleasea.
    I am not at all on the anti-Brit side of the Brexit, (I am rather definitely anti-Brexit; I always loved how Brits talk lightly of serious matters, and seriously of light matters.

  • 1
    John Belton
    14 février 2021 à 10:00 / Répondre

    I am so sad to see that my dear Brother P{ierre got out of bed on the anti-Brit side of the bed before writing his diatribe.. If we were able to meet then I would take his hand and call hime M:.T:.C:.F:. Pierre.
    La Manche is what you make it. But thank you for the lively writing on this cold grey day. I reply (deliberately) in Anglais :-)

    • 2
      GépluAdministrateur
      14 février 2021 à 11:44 / Répondre

      Mon Très Cher Frère John,
      Je ne comprend pas ton appréciation de cette analyse de Pierre, qui n’est absolument pas anti-britannique à mes yeux.
      Bien au contraire, pour montrer les différences entre les deux approches et pratiques, Pierre explique, sans les critiquer, les particularités la maçonnerie britannique aux francophones qui souvent les ignorent : l’ancrage historique du Craft, le respect des Devoirs, et la place de la religion qui est dans la franc-maçonnerie britannique – comme dans sa société – bien différente de ce qu’elle est sur le continent, où la prééminence de l’église catholique et ses volontés hégémoniques ont dès la fin du XVIIIe siècle provoqué des conflits avec la franc-maçonnerie. Ce qui fait que sur le continent il n’y a pas du tout eu la même tranquillité de pratique et le même développement de la franc-maçonnerie que dans les îles britanniques.
      Et il conclut en donnant le sens exact du mot « régulier », trop souvent dévoyé et mal interprété.
      Je ne vois là aucune appréciation négative.
      Bien Fraternellement,
      Gérard

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous