La GLMF et l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 7 mai 2012
  • 3
    Flupke
    9 mai 2012 à 10:54 / Répondre

    Beaucoup de textes peuvent être précisés et donc améliorés.
    Le point suspect est celui qui consiste à rendre cette décision immédiate.
    C’est très probablement pour servir les intérêts de mis en cause (peut être un seul) pour qui la condamnation allait être définitive.
    Il existerait des lois (en France) qui n’ont concerné qu’un seul cas d’espèce (lors de mes lointaines études de médecine au moins une m’a été citée, celle concernant la poliomyélite professionnelle). Pourquoi pas de abrogations ne concernant qu’une seule personne !

  • 2
    baptiste
    8 mai 2012 à 20:03 / Répondre

    Luciole : Il me semble bien que le PS a réagit dès le lendemain de l’élection de Hollande, en déclarant que la votation d’une nouvelle loi sera dans les toutes premières priorités.

  • 1
    luciole
    8 mai 2012 à 11:19 / Répondre

    Certaines abrogations sont bien rapidement décidées,pourquoi ne peut-on pas agir plus rapidement pour obtenir des lois
    justes et efficaces? quand va t’on reprendre ce sujet ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous