sceau GLMF

La GLMF réagit à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Publié par Géplu
Dans Divers

Communiqué de la Grande Loge Mixte de France

 

Paris, le 17 octobre 2020

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Au nom d’une idéologie politique, criminelle et mortifère, et au terme d’une campagne de harcèlement épouvantable, Samuel Paty, enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, a été atrocement assassiné, pour s’être évertué à faire son métier et transmettre les valeurs de la République. La Grande Loge Mixte de France exprime son soutien à sa famille, ses proches et les personnels du collège.

Samuel incarnait l’Ecole de la République, lieu d’émancipation par l’instruction et l’enseignement des sciences, devenue aujourd’hui l’une des cibles du terrorisme islamiste. Les enseignants sont ainsi en première ligne du combat pour la diffusion et l’apprentissage de la raison, de l’esprit critique et de la maîtrise de soi. L’Ecole doit demeurer un havre préservant les enseignants et les élèves du fanatisme et de l’intolérance. Plus que jamais, il est impérieux, à travers la défense des valeurs de la République, de restaurer la primauté de l’intérêt général et du bien commun, quelles que soient nos origines, nos opinions et nos croyances ou non-croyances.

Cette défense ne peut pas être seulement juridique, pénale et policière. Elle implique également que l’Ecole et la Culture soient remises au coeur de l’action publique et au centre de nos pensées de citoyennes et de citoyens.

Elle exige enfin que, dans tout le pays, vive l’esprit de fraternité, envers et contre tout, refusant l’indicible et la haine qui ensanglante notre démocratie, et remplaçant l’ignorance par la connaissance.

samedi 17 octobre 2020
  • 7
    Lazare-lag
    18 octobre 2020 à 14:11 / Répondre

    Le communiqué nous dit: « Cette défense ne peut pas être seulement juridique, pénale et policière ».
    Certes, certes…
    Tout en prenant la précaution de ne pas vouloir être submergé par un fait d’actualité, l’émotion qu’elle draine, qu’elle dégage et qui la caractérise, je crains, ou plutôt je crois malgré tout que, ici et maintenant, c’est d’abord de ce type d’action et de ce type de services d’actions dont nous avons immédiatement besoin.
    On peut effectivement clamer à l’impériosité de « la défense des valeurs de la République, de restaurer la primauté de l’intérêt général et du bien commun, quelles que soient nos origines, nos opinions et nos croyances ou non-croyances. »
    Mais vouloir le faire à travers les institutions scolaires ou de la Culture ne s’inscrit pas dans un même temps, j’allais dire dans un même temps politique.
    Dans un cas, nous sommes dans du court terme, voire très court (la réaction immédiate d’abattre le terroriste, ce qui a été fait et dont nous devons remercier ceux qui l’ont fait), dans l’autre cas nous sommes dans une durée différente, celle de la formation des esprits et de notre jeunesse.
    Un acte de violence a été commis, la réaction à cet acte doit être claire, immédiate, rapide, efficace, avec sa part d’affichage autant pour l’opinion publique que pour les ennemis de la République qui nous testent, et avec sa part de discrétion pour d’autres aspects de la réponse, l’essentiel étant que « en face » on nous comprenne bien sur les intentions républicaines à ne pas passer sous les fourches caudines de la radicalisation islamiste..
    Cela étant, je crois bien qu’Asterix a, demeurons fraternels à son égard, été plutôt hors sujet.
    Bruxelles n’a rien à voir là dedans, ni les milliardaires, fussent-ils propriétaires de journaux, je sais que c’est une de tes marottes, tu nous la ressers de temps à autre, mais qui y croit vraiment?
    Ne serait-ce que pour une seule raison: partant d’un postulat (qui mériterait d’ailleurs vérification, rien n’est prouvé en cette matière) que 90% de la presse appartiendrait à quelques familles (je te l’ai déjà dit: attention au syndrome des 200 familles), tu sembles sous-entendre que les « consommateurs » de la dite presse seraient totalement influençables par elle, à part Astérix lui-même bien évidemment.
    Si l’on se contente de son quotidien régional et de fort peu de choses à côté, uniquement le « journal TV » par exemple, c’est possible.
    Si on procède par recoupements avec d’autres organes de presse, et qu’on tourne entre différents medias (au sens de moyens), presse écrite, radio, TV, voire certains sites bien triés d’internet, c’est beaucoup mieux, non?
    De ce point de vue là, je suis assez d’accord avec Marcos Testos (2) et Jean de Mazargues (3), immédiatement la cible de notre courroux est toute autre.
    Avec une réserve cependant, s’agissant de J. de M. évoquant le « socialisme recuit » d’Astérix.
    Tous les socialismes ne sont pas cet ordre. Tous les socialismes ne sont anti-européens (cf. Jacques Delors ou, puisque l’actualité nous a mené à Conflans-Sainte Honorine, Michel Rocard). Tous les socialismes ne sont pas drapés de rigidité souverainiste et anti monnaie unique, anti €uro.
    Je pense qu’il existe également des sensibilités à la fois républicaines et européennes et à la fois démocratiques.
    La force de l’Europe est d’avoir su créer une solidarité entre 27 états dont la plupart se sont fait la guerre entre eux, jusque et y compris des guerres de religions, de Trente Ans.
    Et face au danger représenté pâr un islamisme radical, nous ne serons pas de trop pour le combattre.
    Ce n’est pas seuls, repliés hexagonalement que nous y parviendrons.
    Du coup, MTCF Astérix, pemets-moi enfin de relever ce que je pense (à mon avis qu’on peut ne pas partager) être une contradiction dans ton comportement.
    Tu ne votes plus depuis 2005, et tu nous dis être très attaché à la défense des valeurs de la République et tu tiens à transmettre le meilleur de ces valeurs à tes enfants et petits-enfants.
    Comment peux-tu défendre ces valeurs en évitant isoloir et urne?
    Si le pire parvient au pouvoir en France, que diras-tu à tes petits-enfants? Que ton abstention y aura fait obstacle?
    C’est ça la valeur que tu souhaites leur transmettre?

    • 8
      Astérix
      18 octobre 2020 à 16:14 / Répondre

      Mon Cher Lazare Lag,
      J’ai toujours plaisir à échanger avec toi car tu m’apportes toujours un éclairage différent à mes propres interrogations.
      Ta question mérite une réponse je te cite. « Comment peux tu défendre ces valeurs en évitant isoloir et urne?  »
      C’est une véritable question qui m’a fait longuement réfléchir…Mais quand un vote n’est plus respecté par ceux qui sont censés nous représenter comment appelles tu cela? Est-il encore utile de voter ou est ce que les dés sont pipés dès le départ par d’autres intérêts se pensant supérieurs au résultat d’un vote? Dans ces conditions le vote ne serait il qu’un formalisme de bonne conscience dont quoiqu’il arrive on ne tiendra pas compte du résultat?
      Les valeurs que je transmet à mes petits enfants sont celles que mes parents et mes grand-parents m’ont transmis, travail et courage, résistance à l’oppression, solidarité et fraternité aux autres, bénévolat dans de nombreux domaines, intérêt général avant mes intérêts particuliers, respect de soi-même et des autres. C’est déjà par mal, même si ce n’est pas toujours facile à mettre en œuvre, dans l’ensemble j’y arrive.
      Frat

  • 6
    Kam Boub
    18 octobre 2020 à 10:03 / Répondre

    Ce que j’aime dans ce blog, c’est que dès que quelqu’un dit quelque chose on lui saute dessus quitte à s’éloigner du sujet-même de la discussion. Nous sommes sensés être le dernier rempart avant
    l’abîme qui guette notre société en rassemblant ce qui est épars… et en même temps, sachant que « l’ordre naît de la liberté qui est laissée à chacun de vivre selon ses choix », Florent Guénard. Je vous recommande une interview très instructive sur le sujet: https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-actu/saison-24-08-2020-27-06-2021

  • 3
    Jean_de_Mazargues
    18 octobre 2020 à 07:53 / Répondre

    « Astérix », un professeur a été décapité par un fanatique islamiste et toi, tu ne sers ton socialisme recuit.

  • 2
    MarcosTestos
    17 octobre 2020 à 20:10 / Répondre

    1-Astérix
    Dans ta colère ne te trompe pas de cible. Ce n’est pas au nom des Valeurs de la République qu’a eu lieu cet assassinat !!!

    • 4
      Astérix
      18 octobre 2020 à 09:52 / Répondre

      A MARCOSTESTOS
      Je ne suis pas en colère, je suis triste pour les générations à venir, je constate un fait de démission généralisé dans de nombreux domaines dont celui de l’enseignement, c’est tout ce que j’ai voulu exprimer. Ce malheureux prof est mort pour avoir défendu les valeurs de la république et d’après ce que j’en sais il n’aurait pas été soutenu par sa hiérarchie (selon la presse?) que dire de plus…
      A JEAN De MAZARGUES, je ne sers la soupe de personne, je ne vote plus depuis 2005 car j’ai compris que cela ne servait plus à rien…mais je suis d’accord avec toi sur un point les islamistes sont des gens dangereux, si nous en sommes arrivés à constater la mort atroce d’un professeur qui n’a fait que son devoir il doit bien y avoir une raison. Se voiler la face (sans jeu de mot) ou mettre les problèmes sous le tapis, ne résoudra rien, c’est parce que la république est aujourd’hui défaillante dans bien des domaines que nous en sommes arrivés là. C’est tout ce que j’ai voulu exprimer…Dans les hôpitaux au plus fort du confinement certains médecins face à l’urgence ont du choisir entre ceux qui allaient survivre et ceux que l’on allait laisser partir, faute de lits, faute soignants, cela m’a rappelé de tristes souvenirs ou d’autres faisaient le tri à l’arrivée de trains…Comprenne qui voudra concernant l’état de notre société.

  • 1
    Astérix
    17 octobre 2020 à 18:11 / Répondre

    « …Plus que jamais, il est impérieux, à travers la défense des valeurs de la République, de restaurer la primauté de l’intérêt général et du bien commun, quelles que soient nos origines, nos opinions et nos croyances ou non-croyances… »
    Oui, sauf que notre république défend des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. Plus de pauvres depuis deux ans et les milliardaires ont doublé leur fortune pendant la même période. C’est bien parce qu’elle a perdu la notion de l’intérêt général en bradant par exemple nos services publics comme les hôpitaux, nos autoroutes, nos aéroports, notre recherche publique, que nous ne sommes plus en république. La République c’est la souveraineté du peuple pour le peuple par le peuple, aujourd’hui plus de souveraineté monétaire, plus de souveraineté législative si ce n’est à la marge des décisions de Bruxelles, plus de souveraineté judiciaire pour les mêmes raisons avec le french law bashing de Bruxelles.
    Quant à la démocratie elle n’est plus que formelle, il faut se souvenir comment a été respecté les résultats du référendum de 2005. Par ailleurs 90% de la presse est entre les mains de quelques familles qui font la pluie et le beau temps de l’opinion pour les élections.
    Pensée émue pour cet enseignant et sa famille, il est temps de défendre mordicus les valeurs de la République tout au moins pour ce qu’il en reste.

    • 5
      Nestor Makhno
      18 octobre 2020 à 09:59 / Répondre

      C’est vrai que gilet jaune ou tablier du maçon, il faudra bien choisir !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif