La photo maçonnique du dimanche 12 janvier 2020

Publié par Géplu
Dans Photos

C’est Alain qui nous a envoyé cette photo prise à l’angle de 2 rues de la vieille ville de Céret dans les Pyrénées Orientales.

Bien qu’ayant vécu plusieurs mois dans cette ville, je n’ai jamais pu savoir l’origine de ce chapiteau, précise-t-il. Si quelqu’un sait…

Si vous aussi près de chez vous ou en voyage vous remarquez un bâtiment un objet ou une décoration maçonnique ou évoquant la franc-maçonnerie, n’hésitez pas à nous en envoyer des photos avec quelques explications.
Ces « témoignages » plaisent beaucoup aux lecteurs du Blog.

dimanche 12 janvier 2020
  • 18
    Jiri Pragman
    14 janvier 2020 à 17:08 / Répondre

    En son temps, JJ de Saint Étienne avait été blacklisté. On comprend pourquoi.

  • 17
    Désap.
    13 janvier 2020 à 09:50 / Répondre

    Coup dur pour la GLUA, Sussex se barre !
    🙂 🙂

  • 16
    Désap.
    12 janvier 2020 à 20:55 / Répondre

    J.J. de Saint Etienne, comte de Saint-Germain
    !

  • 10
    J.J. de Saint Etienne
    12 janvier 2020 à 11:41 / Répondre

    Juste pour confirmer une nouvelle fois, le gnomon d’orée de l’église Saint Sulpice se trouve au nord. Il ne représente pas le soleil comme le prétendent les historiens diplômés ou pas, clergé compris. Il représente la pleine lune puisque situé au nord de cette église.

  • 8
    J.J. de Saint Etienne
    12 janvier 2020 à 11:30 / Répondre

    Cher Jean Michel, tu aimes te moquer. Mais, tu prouves rien. Bien sûr, ce que tu écris est vrai. Cela n’empêche pas de se poser la bonne question: celui qui a pris du temps à faire cette sculpture, s’est-il servi de l’histoire locale pour transmettre son savoir? Pour confirmer une nouvelle fois ce nombre 22=28=28=? , il suffit de se souvenir de ce que le clergé a lui aussi oublié en priant les mains jointes : 2 pouces et 8 doigts = 28? Il suffit de se demander pourquoi l’église Saint Sulpice de Paris est dite celle des alchimistes? Il manque la lettre p et le L du mot supplice ( travaux-épreuves) est déplacé, la lettre P est la 16 ème lettre de l’alphabet, la lettre l est la 12 ème, 16+12= 28, p et l pour pleine lune. etc.. .

    • 12
      Adrien
      12 janvier 2020 à 11:55 / Répondre

      Ce raisonnement, non, le mot est inapproprié. Ces élucubrations sont du pur délire, frisant un obscurantisme que nous condamnons à longueur de travaux dans nos loges.
      Ce zozo ne peut-être un vrai franc-maçon, ou alors la loge qui l’a reçu devrait être inspectée…

      • 15
        Jean-Michel Mathonière
        12 janvier 2020 à 13:48 / Répondre

        Pas de panique Adrien ! Je reçois à l’instant un mail de la RTBF m’informant qu’il s’agit d’une caméra cachée pour la nouvelle saison de « Crazy Brothers »… Ouf ! J’ai bien cru moi aussi que les loges maçonniques francophones étaient victimes d’une attaque gnomonique, d’une cabale cléricale, ou, pire encore, d’une conjuration pythagoricienne !

  • 7
    Notuma
    12 janvier 2020 à 11:28 / Répondre

    Ne s’agit-il pas d’un hommage au fameux compagnon Jean-Michel l’Arqué ?

  • 6
    Jean-Michel Mathonière
    12 janvier 2020 à 10:51 / Répondre

    Pour compléter la réponse intelligente de Yonnel, j’ajouterai que j’ai publié un avis de recherche sur cette inscription il y a déjà 10 ans sur le site http://www.compagnons.info, question restée hélas sans réponse documentée (mais il ne fait aucun doute que la publication d’aujourd’hui permettra d’avancer) : http://compagnonnage.info/blog/blogs/blog1.php/2009/12/27/marque-compas-equerre-1846-ceret

    Je remercie vivement J.J. de Saint-Étienne d’avoir illuminé de rire mon dimanche matin ! Peut-être est-il néanmoins utile de rappeler que Arquè et Oriol sont tout simplement deux patronymes communs à Céret et qu’avant de vaticiner, fusse à la manière pythagoricienne, il conviendrait probablement d’interroger les généalogistes locaux quant aux alliances entre ces deux familles ayant pu aboutir en 1846 à la construction d’une demeure… G dis ça, G dis rien…

  • 5
    J.J. Saint Etienne
    12 janvier 2020 à 10:50 / Répondre

    Effectivement, Ceret dit la nuit. La boule du compas symbolise la nuit de la nouvelle lune puisque à couvert figurée par cette sculpture. C’est le temps des travaux maçonniques à l’intérieur du Temple. Mais, si il fait nouvelle lune d’un côté, il fait pleine lune l’autre côté, d’où vient la formule maçonnique  » le Temple est à couvert intérieurement et extérieurement. La fête de la cerise a son origine dans la représentation de la pleine lune. Pour compléter mon commentaire précédent, l’origine de l’obédience  » Grand Orient », créée par des initiés du secret du nombre 22, vient justement des lettres G O, septième et quinzième lettre de l’alphabet, 7+15=22.

    • 9
      yonnel ghernaouti, YG
      12 janvier 2020 à 11:34 / Répondre

      Voici ce qui s’appelle une pure spéculation obsessionnelle de « zozotériste ».
      MDR, mort d rire et non militaire du rang…

    • 11
      Désap.
      12 janvier 2020 à 11:47 / Répondre

      Anwen sort de ce corps 😅😅😅

      • 13
        yonnel ghernaouti, YG
        12 janvier 2020 à 11:56 / Répondre

        Excellentissime !!!

  • 4
    Désap.
    12 janvier 2020 à 10:19 / Répondre

    Je serai toujours fasciné par ces combinaisons de chiffres sans logique mathématique.
    Le secret de Pythagore réside dans la cohérence.
    Il n’était pas mathématicien, c’est un initié qui met en application les principes de l’initiation dans l’objectif de démontrer leur véracité.
    Pour ce faire il fait le choix d’utiliser ce qui caractérise le monde, la quantité qu’il symbolise par des chiffres.
    La synthèse est la Tetraktys (laquelle, et sa signification, sera plagiée pour donner l’Arbre des Sephiroth et par conséquence une bonne part, voire le principal de la réflexion kabbalistique), la preuve le théorème, l’ensemble donne la mathématique, comme la méthaphisique appliquée, puisque cette science traite de l’application de lois d’essence inconnue, qui s’impose à nous de telle manière qu’on ne peut les nier et n’avons d’autre choix que de les comprendre.

  • 3
    J.J. de Saint Etienne
    12 janvier 2020 à 08:58 / Répondre

    Je dois corriger mon commentaire: 22 multiplié par 4= 88 = 28= 22

  • 2
    J.J. de Saint Etienne
    12 janvier 2020 à 08:50 / Répondre

    Tout se perd. Je dois expliquer ce morceau d’histoire d’un Frère initié. D’abord 1846, cette date n’est pas le fruit du hasard; Son total donne 19, comme la septième heure de la soirée, comme la lettre G septième lettre de l’alphabet. Pourquoi à un angle? regardez l’équerre, elle forme la lettre V, 22ème lettre de l’alphabet. Un carré ou un rectangle ont 4 angles, 22 multiplié par 4 = 28. La lettre G, septième lettre de l’alphabet peut se décliner selon Pythagore par 1+2+3+4+5+6+7 = 28. Mais, 22 ou 28 disent la même chose 20 = 8. L’ équerre ne représente pas uniquement le 22, elle dit aussi le chiffre romain 5, 4 angles multiplié par 5 = 20. Les mots arqué et oriol sont composés chacun de cinq lettres représentant les cinq points parfaits de la franc-maçonnerie. Le mot  » arqué  » symbolise l’arc ou croissant lunaire. Regardez l’équerre et le compas, ils sont à couvert de l’astre lunaire. Le mot  » oriol ‘ est un vieux mot venu du latin  » aureolus  » pour couleur d’or et pour auréole d’or. Vous avez là le temporel et le spirituel du secret maçonnique. Un temps pour la laïcité, un temps pour l’Esprit, c’est ce que dit le signe d’apprenti, quatre doigts et un pouce séparant le corps et l’Esprit, 14 est la 2ème heure de l’après-midi. Je sais que cela ne plaira pas à tous, et pourtant c’est bien là la vérité perdue G dit.. .

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    12 janvier 2020 à 03:18 / Répondre

    Nous trouvons cette photo sue le site « Céret la nuit … – Site de ceretphoto ! », le photo club Céret http://bit.ly/2TgGJOe
    qui nous donne l’explication suivante : « Marque des compagnons bâtisseurs ».
    Quant à Wikipédia, il nous précise : « Coin de rue à Céret (1846) avec symbole de compagnonnage, l’équerre et le compas. » http://bit.ly/2Njc9zv
    Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Céret, célèbre pour sa fête de la cerise, rappelons qu’il s’agit d’une des sous-préfectures du département des Pyrénées-Orientales.

    • 14
      Lazare-lag
      12 janvier 2020 à 12:01 / Répondre

      Sans oublier de préciser, toujours pour celles et ceux qui ne connaissent pas Céret, qu’il y a à Céret un des plus remarquables musées d’Art Moderne qui n’a pas à rougir de la comparaison avec certains autres, notamment parisiens.
      C’est, si je puis le dire après avoir lu Yonnel, non seulement la cerise sur le gâteau, mais vraisemblablement le gâteau lui-même, voire la fête elle-même.
      D’ailleurs en la matière, les P.O. et la Catalogne ont pas mal donné: Juan Gris, Maillol, pour oublier Dali ou Picasso, également présents sur les cimaises du dit musée.
      D’ailleurs en redescendant dans la plaine, et sur le littoral, on peut pousser jusqu’à Collioure, lieu inspirateur des artistes susdits, ou de bien d’autres.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif