carte du monde

La théorie du mort kilométrique

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 26 novembre 2015
  • 6
    kroumir
    6 décembre 2015 à 12h44 / Répondre

    le kilometre c’est chez nous! le Miles c’est plus loin…alors faisons la route ensemble sans la mesurer.çà evtera encore des anlyses en longueur.?
    Je me relis et je crains de me tromper en derniere analyse.Les distances sont comme les plaisenteries, « les plus courtes sont les moins longues » sic.

  • 5
    michel
    29 novembre 2015 à 15h36 / Répondre

    « Bref, c’est en analysant ces phénomènes souterrains qu’on a une petite chance de ne pas tomber dans la variante très courue du « tous pourris, on nous manipule », etc. »
    certes mais pour une partie de la population cela revient à confirmer que certain attentats sont « normal » et »sans beaucoup d’importance »

  • 4
    jean Pierre Bacot
    27 novembre 2015 à 13h37 / Répondre

    Dorinne Bregman a théorisé il y a quelques années la notion d’effet d’agenda qui implique en gros que les médias des pays démocratiques ne nous disent pas ce qu’il faut penser, mais à quoi il faut penser.

    Ceci posé, il ya des victimes dont nous sommes supposés être plus proches. Cela peut nous sembler naturel.
    Mais pour ce qui est des critères d’éloignement, ils sont aussi marqués par une sorte d’effet d’habitude.
    Un attentat en Israël ou au Liban ou un fou qui fusille une école américaine, c’est devenu presque de la routine.
    Bref, c’est en analysant ces phénomènes souterrains qu’on a une petite chance de ne pas tomber dans la variante très courue du « tous pourris, on nous manipule », etc.

  • 3
    Chicon
    27 novembre 2015 à 10h51 / Répondre

    JP Bacot pose une question intéressante : pourquoi les médias d’information s’intéressent à des sujets d’actualité et pas à d’autres largement aussi intéressants. Je vais entre deux sur Euronews ou la télé belge pour avoir un horizon plus large que celui de ( Paris intra-muros + Agence. France Presse )

  • 2
    BRUNOTORHEAD
    26 novembre 2015 à 21h03 / Répondre

    Et le Groland ? perso je préfère !

  • 1
    Blazing Star
    26 novembre 2015 à 17h44 / Répondre

    Bon j’ai compris : bénéficiant du réchauffement climatique et voulant revenir entier je vais aller au Groenland ( qui veut d’ailleurs dire pays-vert ) en vacances.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous