Vivekananda

La tolérance, selon Swami Vivekananda

Publié par Francis Frankeski

Francis Frankeski m’a envoyé ce mail : « Pour débuter l’année et suivre un peu l’actualité je te propose un extrait de mon livre Le Voyage Intérieur et la parole de Swami Vivekananda, un ascète hindou qui pensait que toutes les voies de sagesse étaient intéressantes et donc a vécu l’initiation maçonnique dans la loge Anchor & Hope de Calcutta en 1884. »
Un choix judicieux. Un texte de plus de 130 ans que l’on croirait écrit aujourd’hui, et qui montre qu’à la fin du XIXe siècle comme au début de notre XXIe les problèmes des hommes restent les mêmes, les solutions aussi…
Géplu

Chicago, 10 septembre 1893

Lors de mes conférences, j’ai le plaisir d’entendre quelques-uns des orateurs reconnaître que des hommes venus de contrées lointaines pouvaient revendiquer l’honneur de répandre dans les différents pays d’Occident l’idée de tolérance. Je suis fier d’appartenir à une religion qui a appris au monde à la fois la tolérance et l’acceptation mutuelle. Nous ne croyons pas seulement en la tolérance universelle, mais nous prenons toutes les religions pour vraies.

Je suis fier d’appartenir à une religion qui a abrité les persécutés et les réfugiés de chaque religion et de chaque nation de la Terre. Je suis fier de vous dire que nous avons recueilli dans notre sein les derniers juifs au cœur pur, venus chercher asile au sud de l’Inde et trouver refuge auprès de nous quand la tyrannie romaine mettait en pièces leur temple sacré. Je suis fier d’appartenir à une religion qui a abrité et protège encore les derniers membres de la grande nation zoroastrienne.

Je voudrais vous dire quelques lignes d’un hymne que j’ai répété depuis ma plus tendre enfance, et qui est prononcé chaque jour par des millions d’êtres humains :

« Comme les différents fleuves, prenant leur source en des points différents, mêlent leurs eaux dans la mer, de la même manière, quelque différent sentier que les hommes prennent, à travers quelque doctrine que ce soit, ils courent vers le même but. » Le sectarisme, la bigoterie et leur horrible enfant le fanatisme ont longtemps régné en maîtres sur cette belle Terre. Ils ont rempli la Terre de violence, l’ont arrosée si souvent de sang humain, détruit des civilisations et voué nombre de nations au désespoir. Sans ces démons horribles, la société serait bien plus développée qu’aujourd’hui. Mais ils ont fait leur temps ; et j’espère fermement que la cloche qui a retenti ce matin sonnait en fait le glas de tous les fanatismes, de toutes les persécutions, par la plume ou par l’épée, de tous les ressentiments entre personnes marchant vers le même horizon.

Nous entendons souvent qu’il faut faire cesser la violence ; laissez-moi vous raconter une petite histoire :

Une grenouille vivait dans un puits. Elle vivait là depuis longtemps. Elle était née là, avait grandi et était devenue une charmante petite grenouille. Comme les évolutionnistes n’étaient pas là pour nous dire si sa vue s’était développée, pour la véracité de notre histoire, nous devons considérer comme acquis qu’elle avait de bons yeux car chaque jour elle nettoyait l’eau de tous les insectes, petits vers et bactéries qui vivaient là eux aussi ; elle aurait fait le bonheur de nos biologistes actuels.

Les jours passant, sa peau se tendit sous l’embonpoint.

Un beau jour, une autre grenouille qui vivait dans la mer tomba dans le puits.
– D’où viens-tu ?
– De la mer.
– La mer, c’est grand comment ? Aussi grand que mon puits ? dit-elle en faisant un bond d’un bord à l’autre.
– Mon amie, dit la grenouille de la mer, comment peux-tu comparer la mer avec ton puits minuscule ?

La grenouille fit un autre bond et demanda :
– Ta mer est donc si grande ?
– Quel non-sens de comparer la mer à ton puits !
– Bon, bon, dit la grenouille du puits, rien ne peut être plus grand que mon puits ; il ne peut y avoir rien de plus grand ; cette compagne est une menteuse, nous devons nous en débarrasser.

C’est toujours la même histoire.

Je suis Hindou, je suis assis dans mon puits et je pense que le monde entier se trouve là. Le chrétien est assis dans son puits et pense que son puits contient le monde entier, le musulman est assis dans son puits et pense de même.

On prêche l’amour du prochain et on se combat ! Nous, maçons, prêchons aussi la tolérance dans nos loges, ici à Calcutta ou bien ailleurs, et pourtant combien de francs-maçons ne se reconnaissent même pas entre eux, ne se visitent pas, s’excluent et s’excommunient ?

Swami Vivekananda
Loge « Anchor and Hope » n° 1
Orient de Calcutta

mercredi 13 janvier 2016
  • 7
    KOUMARANE
    6 juillet 2018 à 13:25 / Répondre

    Les écrits du Swami Vivekananda ont beaucoup influencé, je le pense, les idées du Mahatma Gandhi. Dans leur jeunesse furent-ils initiés à la Franc-Maçonnerie?
    Il est temps d’enseigner dans les écoles, dans les collèges, dans les universités, les idées universelles de ces deux immenses Figures de l’Humanité..
    Espérons que le 150ème anniversaire de la naissance de Gandhi sera célébré en 2019 sous le ciel du Pays des Droits de l’Homme.
    Dêva KOUMARANE

  • 6
    lascaux
    19 janvier 2016 à 17:59 / Répondre

    C’est beau, les maçons du monde devraient s’en inspirer. Soit de son puits et se retrouver tous dans la mer.

  • 5
    Speculum
    17 janvier 2016 à 12:16 / Répondre

    Et si un chrétien tombe dans le puits d’un musulman, que se passe-t-il ?

  • 4
    Roland
    17 janvier 2016 à 09:28 / Répondre

    Merci, c’est très beau et très vrai !

  • 3
    Myosotis64
    14 janvier 2016 à 15:44 / Répondre

    Que c’est doux à lire….

  • 2
    Lionel MAINE
    14 janvier 2016 à 11:43 / Répondre

    Du puits au bénitier … tout un parcours de batracien !

  • 1
    Patrice
    14 janvier 2016 à 09:39 / Répondre

    Bonjour
    Que c’est bien agréable de lire cet article plein de douceur Si tous les macons pouvaient s’en inspirer et sortir de leurs puits !
    Quant à moi je vais tenter de le faire.
    Bien fraternellement
    Pat21

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif