Université Maçonnique

La laïcité à l’Université Maçonnique

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 16 octobre 2017
  • 1
    Diderot
    16 octobre 2017 à 09:49 / Répondre

    Messieurs les Académiciens êtes-vous sérieux quand vous choisissez la passé GM Dubart pour traiter de « la laîcité maçonnique » alors que justement tout son paasé montre qu’il n’a en rien une conception laïque pour son obédience?
    La justification fondamentale de la Loi de 1905 est contenue dans son article 1
    « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre pu
    La GLDF qui s’affirme adogmatique et qui dispose d’une Commission sur la Laïcité et se doit de respecter le principé de LIBERTÉ DE CONSCIENCE. C’est ce que rappelait le passé GM Alain Graesel lorsqu’il écrivait en janvier 2015 sur le blog de JLT
    « À la fois principe et symbole, il permet aux Frères de toutes origines, qu’ils soient croyants ou non croyants, de travailler en référence aux principes fondateurs de la maçonnerie de tradition. Il respecte toutes les sensibilités et croyances sans imposer une croyance particulière. Je crois qu’il n’y a pas la moindre ambiguïté.
    Une telle conception ne peut que médiocrement intéresser ceux qui veulent travailler « A la Gloire du Très Haut » et ce n’est pas possible dans les loges de la Grande Loge de France. » fin de citation
    Or les dignitaires de la GLDF pratiquent toujours le double langage, laïcité dans les discours vers le public et religieux en interne. C’est ce qu’on disait des députés « rad-soc » d’antan : rouge comme un radis dans le Sud-Ouest et blanc comme l’intérieur du radis, à Paris.
    Le passé GM Dubart a, de 2010 à 2014, conduit toutes les manoeuvres pour faire basculer la GLDF dans le théisme, cette « CHIMÈRE » définie par le GM Charuel. Et que disait-il aux Députés en descendant de charge en 2012 (Journal de la GLDF N°106 page 3) : « Le GADLU, principe qui n’est pas Dieu mais qui n’est pas non plus un non Dieu permettant ainsi au croyant et au déiste agnostique de travailler ensemble dans une même Loge ».
    Messieurs les Académiciens n’avez vous pas fait une erreur de casting en donnant la parole sur « la laîcté maçonnique » à un dignitaire qui exclue les athées dans les loges de son obédience et n’ y admet que les croyants et les « déiistes agnositiques (????) au lieu d’Alain Graesel qui indique AU CONTRAIE « que l’on ne vient pas dans ces mêmes loges de la GLDF pour travailler à la Gloire du Très-Haut?.

    • 2
      yasfaloth
      16 octobre 2017 à 14:07 / Répondre

      C’est ce genre de commentaires qui me font sérieusement douter de la qualité « maçonnique » du sieur Diderot…
      .
      En effet celui-ci ne semble pas pouvoir envisager un seul instant qu’il puisse y avoir un mode contradictoire dans un débat (puisque qu’il y aura ensuite la place pour des questions). Et qu’un intervenant connu pour être plutôt « déiste » puisse y exposer sa vision de la laïcité, qui plus est « maçonnique »…

      • 3
        Lionel MAINE
        16 octobre 2017 à 16:44 / Répondre

        D’autant plus que, connaissant un peu le Frère Alain-Noël DUBART, je puis témoigner qu’il est tout … sauf théiste !!!
        Enfin, l’athée que je suis est intimement convaincu qu’un théiste et moi pouvons avoir la même conception des vertus de la Laïcité.

        • 4
          Diderot
          17 octobre 2017 à 09:39 / Répondre

          Cher Lionel,
          Tu biaises le débat en faussant mon propos sur la personne de Dubart. J’ai expliqué qu’en REPRÉSENTATION de la GLDF ses dignitaires trompent leurs auditeurs profanes en vendant une carte postale sur leur obédience alors qu’à l’intérieur devant les Députés par exemple ils disent le contraire. Cela n’a rien à voir avec leurs convictions personnelles dont je me moque totalement. La GLDF s’est planté en 2014 à cause de cette ambiguïté que ses dirigeants cultivent. Seul Graesel parle franc en public quand il évoque l’adogmatisme de la GLDF.

      • 5
        Luciole
        17 octobre 2017 à 13:27 / Répondre

        Si Si Yasfa, »le sieur Diderot » est membre d’une Obédience « régulière » mais le problème est qu’il ne peut citer sur un blog, quand même public, les déclarations « internes » des Congrès,Convent et autres réunions pour lesquelles nous promettons discrétion.

        Tu sais fort bien qu’un intervenant « spontané »ne peut que très rarement infléchir l’orientation d’un débat sérieux.

        Je reconnais la difficulté de donner des exemples à l’appui de ces déclarations.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous