Le citoyen prend-t-il la direction du pays ?

Publié par Géplu
Dans Divers

Dans le cadre de son « 18h30 pile ! », Franc-Maçonnerie &Société recevra ce lundi 3 février Michel Maffesoli qui traitera du thème Le citoyen prend-t-il la direction du pays ?

Michel Maffesoli est membre de l’Institut universitaire de France, Professeur émérite à la Sorbonne, administrateur du CNRS, Membre de l’Académie Européenne des Sciences et des Arts. Auteur de nombreux ouvrages dont « La faillite des élites » (Ed.du Cerf,septembre 2019).
Il
occupe une place centrale dans le mouvement des idées en France. Concepteur du paradigme de la postmodernité, il a été le créateur de la notion de tribu ainsi que, plus tôt, de celle de « formisme » sociologique. Ainsi Michel participe-t-il pleinement à l’observation, à l’analyse et à la discussion de la société française actuelle. Son discours est essentiel à nos travaux pour mieux comprendre ce qui compose le citoyen de la France d’aujourd’hui dans sa tradition, sa modernité et ses humeurs. Mais aussi dans sa relation aux élites, au pouvoir et…au rêve ! Un 18H30 PILE ! à ne pas manquer !

Inscription sur : contactfms@yahoo.fr avant le 31 janvier midi. Adresse dans Paris 17e donnée à l’inscription.
13€ / personne membre de FM&S, 15 € pour les non membres. Paiement à l’accueil (espèces ou chèque).
Prévenir si vous souhaitez dîner en compagnie de Michel Maffesoli. Produits naturels, frais et de qualité. « Cuisine maison ».
Menu 27 €. Paiement au restaurant.

mercredi 22 janvier 2020
  • 1
    Lazare-lag
    29 janvier 2020 à 01:35 / Répondre

    Le citoyen prend-il la direction du pays?
    Personnellement, à ce titre j’y vois deux lectures possibles:
    1/ Prendre au sens de saisir, au sens de s’emparer de la direction du pays.
    Peut-être voit-on même dans cette saisie, dans cette prise (de guerre?) comme un acte dynamique autre que celui de passer par l’isoloir et l’urne. Comme une sorte d’acte violent débordant l’institutionnel, débordant le légal et le légitime.
    2/ Peut-être même que prendre la direction du pays peut aussi s’entendre comme une prise d’un axe spécifique, et pourquoi pas d’un acte tout aussi spécifique (coup d’état?) et que le pays peut s’entendre alors comme la nation, voire comme le nationalisme.
    Ce citoyen là serait-il alors encore démocrate? .
    – – –
    Enfin, et il ne s’en cache pas vraiment, pour l’avoir mentionné jusqu’ici sur ce site, de manière tout à fait explicite et claire, Michel Maffesoli est un citoyen qui se refuse à se déplacer dans un isoloir et avec un bulletin à déposer dans une urne.
    Ce faisant, à mon sens, il est donc manifestement un citoyen qui se refuse de prendre la direction du pays, puisqu’il n’y prend absolument pas part.
    D’où la question suivante: un citoyen qui ne prend pas part à la direction du pays est-il qualifié, a-t-il une légitimité à venir parler du sujet: « le citoyen prend-il la direction du pays? »
    Aussi doué puisse-t-il être en éloquence, cela me fait l’effet d’un piéton sans permis de conduire qui commenterait une course automobile.
    Mais ce n’est qu’un avis personnel.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif