Le GODF a commandé un sondage sur le Concordat à l’IFOP

Accès libre
Publié par Géplu
Dans Divers

Pour le GODF, « Les résultats [du sondage] indiquent qu’une très large majorité (78 %) est hostile au Concordat et se déclare favorable à son abrogation.Cette volonté révèle le profond attachement des Français à leur organisation républicaine et laïque, leur compréhension que la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 est la clé de voûte de notre société et qu’elle constitue un élément central de son équilibre tout entier. En installant comme axe structurant de la société la liberté de conscience, en garantissant à chacun la liberté d’exercice de son culte, cette loi fondamentale est une loi de concorde et de paix civile.
Dans une démocratie, le peuple souverain doit être écouté et même entendu. En fonction de ces résultats sans ambigüité, le Grand Orient de France, dans un esprit de justice, de rassemblement citoyen et d’égalité devant la loi, demande au Parlement que le Concordat soit abrogé et que les territoires de la République qui y sont soumis rejoignent enfin la loi commune. » 

Et les résultats de cette Étude Ifop pour le Grand Orient de France réalisée par questionnaire auto administré en ligne auprès d’un échantillon de 1 009 Français, représentatif de l’ensemble de la population vivant en France métropolitaine âgée de 18 ans et plus, et d’un échantillon de 801 Alsaciens Mosellans, représentatif de la population d’Alsace Moselle âgée de 18 ans et plus, confirment bien que 78% des français et 52% des Alsaciens-Mosellans sont favorables à l’abrogation du Concordat en Alsace-Moselle (mais peut-être pas à l’abrogation du « droit local », ce que n’aborde pas le sondage). De même, 83% des français se disent opposés à ce que le financement du Concordat (environ 60 millions d’€uros), qui ne concerne qu’une petite partie du pays, soit pris en charge par tous les français.

Une enquête qui, comme le dit Georges Sérignac le Grand Maître du GODF, « infirme complètement la théorie du soutien de la population au régime dérogatoire et conforte la réalité de l’attachement des Français à l’unicité de la laïcité républicaine française ». 

Mais outre ces premiers chiffres choc, l’étude comporte une foule d’autres renseignements qui expliquent et complètent l’ensemble. Il faut lire tout cela attentivement.
Ci-dessous :
–  le communiqué du GODF annonçant l’étude : CP du Grand Orient de France- Sondage IFOP- 6 avril 2021
–  l’analyse de l’étude par François Kraus et Paul Cebille du pole Politique de l’IFOP : Analyse_Concordat_2021.04.06
–  le rapport complet de l’étude de l’IFOP pour le GODF : « Etude sur le maintien du régime du concordat et le financement des lieux de culte en Alsace-Moselle » : Rapport_complet_Ifop_GOF_2021.04.02
–  et les chiffres clés de l’étude : Chiffres_clef_Ifop_Concordat_02.04.2021

mercredi 7 avril 2021
  • 15
    Abel de Fervren
    12 avril 2021 à 15:18 / Répondre

    Assez curieusement il n’est pas signalé que si les sondés d’Alsace Moselle sont favorables à 52% à la fin du statut concordataire, cela masque le fait que les sondés alsaciens, donc sans les mosellans, sont majoritairement opposés à la disparition du statut (à 52% aussi).
    C’est donc que la question n’est pas encore mûre.
    D’abord parce qu’une majorité d’alsaciens y sont opposés, ce qui semble suffisant pour éviter de leur imposer une mesure dont ils ne veulent pas.
    Ensuite parce que revenir sur 150 ou 200 ans de traditions spécifiques ne se fait pas avec une majorité de quelques points, sauf à vouloir créer des problèmes lourds.
    On peut donc raisonnablement penser que l’abrogation du statut doit encore faire son chemin dans les départements concernés, mais que le temps travaille tranquillement pour son avènement. Un peu de patience, probablement encore une génération, et on y sera.

    • 16
      François Crubellier
      13 avril 2021 à 12:13 / Répondre

      Mais le maintien d’une anomalie contraire aux valeurs républicaines pour quelques points de différence n’est pas mieux. Pour moi, c’est une attitude réactionnaire, qui ne va sûrement pas dans le sens des valeurs de progrès prônées par le GODF.

  • 12
    Brumaire
    8 avril 2021 à 12:47 / Répondre

    Avant de faire des effets de manches, et des sondages qui ne prennent pas grand-chose en compte, le GODF aurait été bien inspiré de regarder attentivement ce que recouvrent, dans les faits, les dispositions spécifiques en Alsace-Moselle et qui ne comprennent pas que les histoires religieuses.
    Un certain nombre de ces dispositions sont plus favorables aux citoyens d’Alsace-Moselle qu’aux autres, dans le droit dit local. Pourquoi ne pas aligner plutôt ce qui est plus avantageux pour l’ensemble des citoyens français, de métropole et d’outre-mer, et de faire respecter partout, sur tout le territoire, les lois telles que celle de 1905, et qui rendraient la France véritablement laïque, une et indivisible.
    Stigmatiser le concordat en Alsace-Moselle est une tartufferie supplémentaire: pourquoi n’a-ton rien dit lors des constructions de la cathédrale d’Evry, des mosquées qui poussent comme des champignons partout et dont le financement n’est pas assuré que par des organismes étrangers ou privés?
    A côté de cela, les déclarations, dispositions des municipalités dites EELV, dans les villes comme Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Poitiers, sont d’une idiotie redoutable, et lourdes de conséquences. Espérons qu’aux régionales, présidentielles et législatives, les électeurs sauront s’en souvenir.

  • 11
    Luciole
    8 avril 2021 à 01:07 / Répondre

    La question est moins le Concordat mais, à qui cette subvention est destinée? et quelles sont les raisons d’avoir choisi cette &ssociation?
    Que la Maire de Strasbourg puisse déclarer « qu »elle n’était pas au courant »( si c’est vrai) en dit long sur le sérieux de cette décision.G3

  • 9
    Désap .
    7 avril 2021 à 16:22 / Répondre

    En vérité, en vérité je vous le dis (!), une majorité de Français en ont plus qu’assez des problèmes posés par la résurgence du religieux dans le débat public, religieux foutu à la porte de l’Etat un certain 9 décembre 1905, plus qu’assez également de cette chasse au privilèges régionaux, de ce sentiment régional anti-chambre de l’extrémisme de droite que ce dernier sait si bien attiser.
    .
    En vérité, en vérité je vous le dis (!!), moi, maçon, j’en ai plus qu’assez d’entendre parler de religion et de ses principes en loge, ici et dans le moindre cercle maçonnique.
    .
    En d’autre termes, vous nous fatiguez avec votre et vos religions et tous les privilèges que vous voudriez vous voir accorder à ce titre et au titre de vos origines régionales et nationales.
    Bientôt et si ça continu, il va y en avoir qui vont se sentir Austro-Hongrois, voire Romain-Germaniques !
    .
    Le GODF, au lieu de faire des communiqués à porté de pet de lapin, ferait bien de mobiliser de manière à organiser une gigantesque manifestation en faveur de la défense des Principes Républicains avant que l’électorat républicain soit suffisamment écoeuré et démobilisé et que les bourricots de la mère LePen prennent le pouvoir et gouvernent à coups de lattes, de trahisons, de saccage de libertés fondamentales et de sensibilités exacerbées pour Mosellano-Alsaco-Musulmano-Chrétino-Juifs et j’en oublie en mal de plumes dans le c… !
    .
    J’ai dit, je redis et redirai autant de fois qu’il faudra.

  • 8
    Mortimer
    7 avril 2021 à 15:41 / Répondre

    Étonnant de lire Charlie Hebdo aujourd’hui, qui titre sur le même sondage.
    Dans le texte, on y trouve la référence au GODF.
    Charlie Hebdo n’aurait pas les moyens de se payer un sondage ?
    Étrange mélange des genres…
    Les membres du GODF qui ont payé le sondage apprécieront !

    • 10
      Michel SEELIG
      7 avril 2021 à 21:08 / Répondre

      Tous les journaux qui ont évoqué ce sondage (positivement ou non) ont souligné qu’il avait été commandé par le GODF…

      • 13
        Benjamin Rathery
        8 avril 2021 à 12:48 / Répondre

        Une enquête d’opinion commandée par un organisme (le GODF), donc payé par lui, et rendue publique par l’organisme qui l’a effectué (l’Ifop), cela s’appelle ne pas savoir comment ça marche et être absolument nul en termes de négociations commerciales.
        Le Conseil de l’Ordre a-t-il validé cette commande?
        Si c’est le cas, ils sont dignes de diriger l’Amicale des Boulistes de leur village.

        • 14
          Michel SEELIG
          8 avril 2021 à 17:03 / Répondre

          J’ignore les modalités de la commande, ne siège pas au Conseil de l’Ordre.
          Sinon, à l’évidence, le GODF avait intérêt à la plus large diffusion possible, par le maximum de médias !

  • 5
    Alain BREANT
    7 avril 2021 à 14:28 / Répondre

    Je rejoins notre frère Yonnel sur la difficulté légale d’abroger le Concordat ; nous sommes là en face d’un traité international entre l’Etat français et le Vatican ! Bien sûr rien n’est impossible mais croire que cela peut se faire aisément par la simple volonté du Parlement c’est faux !

    Il y a aussi une autre situation encore plus particulière : celle de Wallis et Futuna qui, au terme d’un vote des députés de l’Assemblée Nationale de 1961, bénéficient d’un grand nombre de dérogations au droit républicain, suite à l’accord entre la France du Général de Gaulle et les royaumes de Wallis et Futuna : Sont reconnus en particulier outre l’existence des 3 royaumes au sein de la république française, l’exclusivité de l’enseignement religieux dans l’éducation primaire et la non imposition fiscale,.

    Tout cela pour dire que lorsque la République a un intérêt stratégique, elle est capable de s’asseoir sur ses principes et peut-être a-t-elle raison si c’est son intérêt !

    Nous touchons aux principes de réalité et de responsabilité : devons nous être des rêveurs et réclamer une généralisation de certains principes du fonctionnement républicain ou doit-on accepter les engagements de nos prédécesseurs qui nous engagent aussi au risque de déclencher le déroulé de la théorie des dominos avec des conséquences incalculables !

    Mais bon le conseil de l’ordre du godf est riche et il a pu s’offrir un sondage qui a fait le buzz : tout le monde est content !

  • 4
    Hop la !
    7 avril 2021 à 13:41 / Répondre

    Le Grand Orient de France a vraiment de l’argent à dépenser n’importe comment !
    J’espère que son Convent appréciera la plaisanterie.
    Chez nous, en Alsace, ON SAIT FAIRE LA DIFFERENCE ENTRE CONCORDAT ET DROIT LOCAL !
    Alors plutôt que de poser des questions de parisiens qui ne connaissent rien de la province, renseignez-vous avant de sonder !
    Il eut été plus intéressant de demander aux populations des trois départements leur attachement au droit local et/ou au Concordat. Le résultat aurait été très clair: nous sommes très majoritairement attachés au droit local, par contre on se fiche totalement du Concordat.
    Faire un tel amalgame ne fait plaisir qu’à une intelligentsia parisienne qui va faire des digressions philosophiques sur un sondage sans intérêt.
    Hop la !

  • 3
    Yonnel Ghernaouti
    7 avril 2021 à 12:55 / Répondre

    RTL 5 minutes met en ligne un article de Maxime Gonzales daté d’hier
    « Une majorité d’Alsaciens-Mosellans pour l’abrogation du concordat », avec une vidéo de 3:22
    https://5minutes.rtl.lu/actu/frontieres/a/1700982.html

  • 2
    Benjamin Rathery
    7 avril 2021 à 10:34 / Répondre

    Que le GODF soit contre le Concordat, soit ! Je partage d’ailleurs cette opinion. Mais en l’occurrence, puisque c’est la subvention à la construction d’une mosquée à Strasbourg qui est en cause, il est important de noter que cette subvention n’est pas la conséquence du Concordat (l’islam ne fait pas partie des religions concordataires) mais du Droit local d’alsace. Or ses sources remontent à Louis XIV qui disait: « on ne touche pas aux choses d’Alsace » . Après la guerre de 14-18, plusieurs lois ont spécifié les dispositions du Droit Local d’Alsace-Moselle. La plus importante date de 1924 et a été signée par Millerand. Cette loi dérogatoire prend un certain nombre de mesures dérogatoires par rapport aux lois de la République et couvre les champs suivants :
    – L’assurance-maladie (plus avantageuse)
    – Le droit du travail (plus avantageux pour les salariés)
    – L’artisanat
    – La clause de non-concurrence
    – La justice
    – Le livre foncier
    – Les associations
    – L’aide sociale des communes dès 16 ans
    – Le régime local de la chasse
    – Le régime spécial des bouilleurs de crus
    – Les chemins de fer (les trains roulent à droite comme en Allemagne)
    – Le droit communal
    – Les lois concernant les religions et les établissements scolaires (C’est dans le cadre de ces dispositions qu’une subvention peut être accordée à la construction des lieux de culte )
    – etc, etc, etc…
    Avant d’attaquer le seul « Concordat » qui relève d’un traité international (je souhaite bien du plaisir au GODF pour le faire abroger), je conseille au GM de se procurer le « Code du droit local alsacien-mosellan » édité par l’Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan. Il y découvrira l’étendue des mesures dérogatoires par rapport aux lois républicaines. Autant de combats à mener ! Depuis 1924 la constitutionnalité des ces lois dérogatoires a été plusieurs fois remise en cause… sans aboutir.
    Quitte à mener des combats, autant le faire sur des bases sérieuses et en ne se trompant pas de cible. Question de crédibilité. Cela montrerait le sérieux des actions « politiques » du GODF. Ces combats contre le Droit Local d’Alsace-Moselle mérite mieux que des communiqués de principe sur des bases erronées

  • 1
    DURRUTI
    7 avril 2021 à 09:30 / Répondre

    Il en va aussi de la Guyane et de quelques autres confetti de l’empire. Je vous transmets ce lien du blog « RESPUBLICA » qui évoque cette question quelque peu méconnue.
    Il y a encore beaucoup de travail sur la planche :

    http://www.gaucherepublicaine.org/laicite/le-regime-laique-ne-sapplique-pas-en-guyane/7422095

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous