Le Maillon n°123

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 17 octobre 2013
Étiquettes : , ,
  • 5
    Bédébé
    21 octobre 2013 à 19:14 / Répondre

    é perhouan

    Votre savoir m »éblouit tellezment que je ne puis que regretter d’avoir du mal à dialoguer avec qui se cache derrière le paravent d’un pseudo. Je confesse mon infirmité : contraint et plus ou moins forcé, je n’ai pas éé initié concrètement au divan psychanalytique … ce qui ne m’a pas empêché – que du contraire – de vivre une vie heureuse et épanouie. La présentation de Jiri a pu induire mes deux interlocuteurs en erreur : dans mon article j’ai surtout voulu rendre hommage à Brigitte Castella avec qui j’ai eu de passionnants échanges sur la mixité … psychosociologique en nos Franc-maçonneries. J’insiste : pschosociologique et non ésot »érico-symbolique.. Nulle intention pour moi de retrourner au XIXe siècle, mais au contraire de poser, à la suite de Brigitta, avec intensité ceux du XXIe siècle en nos Loges.

  • 4
    BéDéBé
    17 octobre 2013 à 21:53 / Répondre

    Mon cher Perhouan,

    Bien que je sois « bête à mourir »; j’espère toutefois ne pas t’envoyer par mes interprétations dans l’Orient Eternel. Ce serait dommage : tu as ‘air si intelligent et compétent …
    Sache toutefois que, contrairement à ce que tu penses, je ne confonds pas le penis et le phalus, ni le vagin et l’utérus. As-tu seulement lu mon artivle ???
    Parti pour quelques jours vers d’autres contrées plus ou moins initiatiques, je ne puis te répondre ce soir. Ce sera pour le début de la semaine provhaine. J’espère sincèrement que tu ne seras pas mort d’ici là …

  • 3
    B2D2B2
    17 octobre 2013 à 19:02 / Répondre

    Je suis sensible aux pertinentes remarques de Jirt et JB (!!!) Bienvenue : je compte bien en tenir compte à l’avenir Elles m’enrishissent. Mâle oe femelle ne demeurons-nous pas toujours des apprentis ? (…)

  • 2
    perhouan
    17 octobre 2013 à 15:39 / Répondre

    C’est bête à mourir et on est au XXI siècle :
    Pour l’un confondre le sens de Pénis et Phallus c’est de pas s’être intéressé à cette initiation profane ( pas tant que ça ) qu’est la psychanalyse;
    pour l’autre confondre l’utérus et le vagin c’est être particulièrement ignare, car il n’y a pas de rencontre fonctionnel ente le pénis et l’utérus
    vagin et pénis naturellement congruant sont des outils de transfert dont l’usage est imposé par le plaisir; c’est à dire par une forme bien particulière d’activation cérébrale comme expérience psycho-physique créatrice de l’harmonie. (Cf l’iconographie nordique pétroglyphe représentant d’une réintégration par un voyage dans un serpent tressé bicéphale commençant par l’ingestion dans la tête céphalique et l’exonération par la tête caudale )
    Quand au B de Boaz c’est d »abord la lettre Beith (2) , dont l’idéogramme primitif signifie Maison ( ou de façon générique tout contenant) comme dans Bethleem;
    C’est ainsi que le Beith, première lettre de la Bible, est caligraphiquement ouverte vers la droite ( écriture de droite à gauche ) comme déversant son contenant embryologique de la totalité du Texte de la Genèse, dans l’écoulement du texte de laquelle le Yod (10) de Jakin , lettre clef, flammèche de lumière, émanation spermatique de l’Aleph (1), féconde le Beith, dans lequel par sa Force il s’active et ainsi se pétrifie au fur et à mesure de la mise en œuvre de l’émanation de la Création… la dernière lettre du livre étant le Tav de la Mort.
    Beith est bien une Fondation réceptacle de la Force du Yod (Cf le symbolisme de la pierre de fondation et de son dépôt secret) )
    Ainsi dan un certain rite, une certaine inversion rituélique, de B et J, quoique historiquement marquée et signifiante, peut rester incompréhensible.

  • 1
    JB Bienvenue
    17 octobre 2013 à 12:46 / Répondre

    En 1844, Clavel assimile la colonne B au « membrum virile » et la colonne J aux « genitalia mulieris » ; Ragon, dans son Orthodoxie maçonnique, figure la chambre du Milieu par l’utérus; un autre encore compare l’Apprenti à un « Dieu-mâle et incomplet pour la génération des êtres » et le compagnon à un « Dieu-femelle qui le complète » ; le Maître sera alors « le Dieu hermaphrodite complet ».

    Dans un autre passage Clavel, encore lui, nous décrit une Chambre du Milieu où le Maître de la Loge a seul le maillet, mais où les deux surveillants ont chacun un rouleau de carton de 9 pouces de circonférence sur 18 pouces de longueur (soit un cylindre d’un diamètre de 7 cm et d’une hauteur de 45 cm), rouleau qui représente le membrum virile (excusez du peu !).

    L’ami Marcel aurait-il entamé sa régression vers le XIXe (siècle) ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous