Le tarot de Marseille

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 27 mars 2014
  • 5
    Éric
    30 mars 2014 à 12h20 / Répondre

    Utilisant la Cabale phonétique et les anagrammes. On yeux y trouver la torah qui signifie la Loi
    Trop porte d entrée en hébreu. , orat qui est l oracle, la rota. La roue du svp destin

    ator et Taor déesses égyptiennes du jour et de la nuit … Éric

  • 4
    Saint-Etienne Jean-Jacques
    27 mars 2014 à 20h46 / Répondre

    Pour en finir avec Le tarot de marseille, le mot « tarot » est lui aussi de moitié anglaise et de moitié française; Il se lit à l’envers « TORAT » « to rat », to est une préposition anglaise employée ici de façon phonétique bien française : » to » se prononçant « tou »; rat est celui qui vit en silence dans le noir de la nuit.Pourtant, il entend tout et voit tout.La traduction des mots  » Tarot de marseille » = « Le troisième oeil du rat qui dit tout (to). Jean-Jacques Saint-Etienne

  • 3
    Jiri Pragman
    27 mars 2014 à 18h58 / Répondre

    Tiens le retour du délirant JJSS…

  • 2
    Saint-Etienne Jean-Jacques
    27 mars 2014 à 17h59 / Répondre

    Je vous remercie d’avoir publié mon message concernant la dualité;Mais, il semble que vous n’avez pas reçu celui expliquant l’origine du mot « marseille ». Ce mot doit être décomposé en deux parties: « mars et eille », mars est le troisième mois de l’année, mois bien connu des Frères. Il est aussi le premier mois de l’année romaine,du calendrier Julien. « Eille » est la phonétique du mot anglais « eye ». « Trois et eye » désignent le TROISIEME OEIL; Quoi de mieux pour un jeu de Tarot destiné à prédire l’avenir.. . Jean-Jacques Saint-Etienne

  • 1
    Saint-Etienne Jean-Jacques
    27 mars 2014 à 14h04 / Répondre

    Vous avez sûrement remarqué la dualité de mes styles d’écritures au travers de mes messages.C’est exactement la même chose pour le mot « marseille », moitié français,moitié phonétiquement anglais. Autre exemple de la dualité du noir et blanc du pavé mosaïque du mot « nice » devenu la ville des bons et mauvais plaisirs : « nice » pour agréable en anglais, et lu phonétiquement à l’envers en français « ecin » pour « essaim ».
    Faut-il y voir un essaimage maçonnique à la française? La Franc-Maçonnerie aurait donc plusieurs sources? Elle ne serait donc pas de la seule origine anglaise?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous