Le Temple de la rue Saint Front à Périgueux

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 10 juillet 2007
Étiquettes : , ,
  • 6
    bruno desplat
    28 février 2009 à 21h58 / Répondre

    LA VIE EST BELLE !

  • 5
    Fontanelli
    30 septembre 2008 à 13h53 / Répondre

    On vous égratigne un peu sur ce site. Mais très gentiment. A lire -entre autres-
    Sénat : les frais de couches remplacent les frais de bouche…
    Et aussi le petit article sur le sénateur Mortemousque…
    Que voilà une bien turbulente franc-maçonne et qui n’a pas l’air de s’en cacher…

  • 4
    pouillart
    6 juin 2008 à 16h13 / Répondre

    je recherche renseignements sur alfred magne, fils de pierre magne, ministre de napoléon III;
    Pierre magne épousa Angélique Werlé, fille d’Edouard Werlé, maire de reims et successeur de la Veuve Clicquot. Un fils, Napoléon Magne, bienfaiteur de Périgueux. Ces personnages faisaient partie de la franc maçonnerie.
    Avec mes remerciements
    Alain Pouillart
    03 26 82 21 14

  • 3
    Brejon
    24 octobre 2007 à 23h56 / Répondre

    ce temple représente pour moi ,en dehors du mystère qu’il dégage,un réel désir de partage ; de nourriture, d’entraide –

  • 2
    guelff pierre
    16 juillet 2007 à 18h28 / Répondre

    En « repérage » pour un prochain ouvrage (« La lignée fantastique », éventuellement voir mon blog), il y a quelques jours, ce Temple de Périgueux m’a inspiré quelques considérations que je me propose de vous partager :
    « La frilosité qui caractérise la plupart des francs-maçons belges contraste avec nos voisins où, notre légendaire discrétion (Peur du qu’en dira-t-on ?) apparaît souvent obsolète paraît-il.
    A Luxembourg-Ville, il existe une Rue de la Loge menant, on le devine, à un temple maçonnique. Devant celui-ci, l’équerre et le compas sont stylisés (en grand) dans le sol. Quiconque, donc, se place dans un bistrot environnant voit entrer et sortir membres et visiteurs.
    A Périgueux, il s’agit bien de la Rue des Francs-Maçons, parallèle à la Rue Saint-Front qui donne sur la basilique du même nom ! Sur la façade, un écrit annonce la couleur : « Loge maçonnique du Grand Orient de France inaugurée en 1869. Les sculptures de cette façade détruites par ordre du gouvernement de Vichy ont été restituées en 1987. »
    De la rue, fort fréquentée puisqu’elle mène à l’édifice religieux aux célèbres coupoles, on découvre donc maillet, équerre, jauge, delta lumineux, truelle, levier…, et, bien entendu, on y voit, également, les allées et venues de membres du GO et les visiteurs de cette Loge… encore renseignée dans le Guide Michelin ! »

  • 1
    omegate
    10 juillet 2007 à 11h18 / Répondre

    Ce temple est en fait un ancien théâtre, donné en partie par la ville de Périgueux en 1861. En échange, il avait été convenu de l’érection « d’une façade convenable dans le délai de 3 années ». Façade qui ne fut terminée qu’en 1869, et inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1974.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous