Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué

Publié par jissey
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 16 avril 2021
Étiquettes : ,
  • 7
    Peter Bu
    18 avril 2021 à 09:27 / Répondre

    Encore merci pour vos avis.
    Brumaire est lucide. Sagement, il/elle se tient au bord de l’assiette, juste avant de mettre les pieds dans le plat.
    Quant à l’achat de mon livre, rien de plus simple : au moins 70 libraires et chaines de libraires le proposent. En ce moment, le gouvernement leur rembourse les frais d’envoi par la poste.
    J’apprécie les réflexions de Désap mais il n’y a pas d’ « opposition » mots/symboles. Ces deux langages plus celui de l’art sont complémentaires et ne sont pas de trop pour exprimer la complexité des êtres et du monde.
    Quant aux moutons, je me suis amusé à écrire, justement, une brève réflexion « Des moutons et de la métaphysique ».
    Pour approfondir nos échanges, il serait tout de même utile de lire ce livre.

  • 6
    Désap .
    17 avril 2021 à 14:21 / Répondre

    Je partage nombre de constats et de ce que j’ai compris étant des regrets de Peter Bu.
    Je voudrais revenir sur un point, celui de « l’opposition » mots/symboles.
    Si en effet un mot recouvre une signification plus arrêtée qu’un symbol, cependant la signification d’un mot au sein d’une phrase ne se réduira pas à sa seul définition singulière, tout comme le symbol s’interprètera différemment selon qu’il sera associé à d’autres.
    C’est bien par des mots que nous exprimons la réalité des symbols et de leurs combinaisons.
    Dans le même genre d’idées, il faut se méfier des intuitions trop spéculatives, celles dont on dit qu’elles ne peuvent s’exprimer par des mots toutefois faisant part de leurs conclusions par des mots, parce que cette considération, pour être valable, ne devra concerner que ce qui est inexprimable, donc sans mot ni conclusion, c’est à dire le Principe, et rien de ce qui le précède. Qui parmi les maçons, les ministres de Dieu ou quelque autre initié est capable d’envisager la réalité du Principe ? Le prétendre c’est déjà se mentir à soi-même.
    C’est précisément à ce moment qu’il s’agit d’être prudent, la parole des gurus et des prophètes n’étant que parole d’homme, elle est par définition purement subjective.
    C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la Bible en loge peut symboliser l’omniprésence du Principe (bien qu’il y ait déjà le Delta lumineux, c’est largement suffisant) mais en aucun cas celle-ci ne représentera une quelconque parole divine et moins encore l’expression d’une ou de la vérité universelle comme elle le prétend, se mentant ainsi à elle-même.
    Pour revenir au rapport mot/symbol, c’est précisément le rôle que tient la Philosophie grecque vis à vis de l’Initiation égyptienne.
    Certes -les scientifiques en conviennent- les Egyptiens avaient la capacité de ne s’exprimer que par nomination et combinaison de symbols (malgré tout encore des mots) lorsqu’il s’agissait d’expressions initiatiques, mais cette capacité est absolument perdue ; c’est le propre des hiéroglyphes de la plus ancienne génération, les textes des pyramides.
    C’est à cette difficulté que les Grecs ont été confrontés, ainsi ils ont entrepris de traduire l’initiation en textes, c’est la Philosophie.
    L’initiation, universelle en ses principes et particulière en ses formes, conserve ses principes quelque soit sa forme. Notamment celui, fondamental, de ne comporter aucune révélation comme postulat.
    Lire la Philosophie c’est se donner le moyen de comprendre l’initiation.
    Cette intelligibilité de l’abstrait passe par des mots disciplinés, ceux-ci rendent compte de la réalité symbolique sans la déformer.

  • 4
    Brumaire
    16 avril 2021 à 16:38 / Répondre

    Notre Frère Peter a observé « les FM au milieu du gué »: ils sont donc, soit embourbés, soit arrêtés par des courants qui sont plus fort qu’eux, soit paralysés par ???
    Les bonnes feuilles lues sur son blog donnent envie d’en découvrir davantage, ce qui bientôt sera fait, dès qu’on pourra aller à plus de 10 km de chez soi!
    Peter n’a-t-l pas vu des FM paralysés sur la berge avant de traverser, ou/et d’autres qui se sont noyés? Etre arrêté au milieu du gué peut faire espérer que la traversée de la deuxième partie peut être aussi moins difficile que celle de la première…

    • 5
      Désap .
      16 avril 2021 à 19:35 / Répondre

      4 – Ma sœur j’ai bien ri !! 😂😂
      Excellent de clairvoyance.
      Il y avait les nouveaux damnés de la terre, voilà bien les nouveaux moutons de l’univers

  • 3
    Yonnel Ghernaouti
    16 avril 2021 à 09:30 / Répondre

    Sans compter le site de Peter Bu qui nous offre, en exergue, cette phrase « L’Art Royal nous invite à construire un pont »
    http://www.franc-maconnerie-moderne.com/

  • 2
    Peter Bu
    16 avril 2021 à 09:01 / Répondre

    Merci, Carletto, Yonnel, merci à tous les autres lecteurs de mon livre. Puisse-t-il contribuer, malgré ses faiblesses et ses provocations, rendre l’action des francs-maçons plus efficace.

    Des «  bonnes feuilles  » du livre Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué » sont à :
                https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/311020/la-franc-maconnerie-gouverne-elle-le-monde

    Extraits de la préface et de la postface du livre
                http://francmaconxxi.canalblog.com/archives/2020/11/03/38627073.html

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    16 avril 2021 à 05:40 / Répondre

    Sans oublier « Le blog de Peter Bu » https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog
    Si l’expression « rester au milieu du gué » signifie, au sens figuré, « ne pas terminer ce qui est commencé », rappelons que notre Frère Peter esquisse des propositions de solutions telles que « Toutes les obédiences devraient donc apprendre à agir avec les autres » ou encore « la reconnaissance mutuelle de toutes les obédiences » et « Le projet de Confédération mondiale des obédiences maçonniques »…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous