Mozart, fini ?

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 16 novembre 2006
Étiquettes : ,
  • 5
    MAILLET
    10 novembre 2008 à 8h34 / Répondre

    Comment, étant maçon, peut-on devenir intolérant à l’égard e Mozart ? Étonnants, les commentaires comme « j »en ai ras les tatanes de Mozart! ».
    Enfin ! Il faut de tout pour faire un monde.

  • 4
    Jacques Cécius
    17 novembre 2006 à 10h08 / Répondre

    Tu vois, Stéphane, nous pouvons être d’accord !
    Alioune a raison nous aurions pu évoquer aussi les grands hommes qu’il cite, maçons ou non d’ailleurs.

  • 3
    Alioune
    16 novembre 2006 à 20h56 / Répondre

    J’aurai aimé …
    2006 est l’occasion de célébrer deux grands hommes ; Mozart bien sûr qui honore la Franc-Maçonnerie et Léopold Sedar Senghor qui honore l’Afrique humaniste et la pensée universelle ; j’aurai aimé qu’un même hommage réunisse ces deux grandes figures de l’intelligence humaine et de la création artistique : la Musique et la Poésie réunies dans un même hommage ! La Franc-Maçonnerie aurait pu être l’organisatrice de cet hommage ! Est-il trop tard ?

  • 2
    Stéphane
    16 novembre 2006 à 17h58 / Répondre

    Absolument d’accord avec Jacques. Même si j’aime sa musique et que cette année « spéciale » m’a permis d’acheter la fameuse intégrale, Mozart à toutes les sauces commence à me casser les petons.

  • 1
    Jacques Cécius
    16 novembre 2006 à 9h04 / Répondre

    Je suis musicien de formation (Conservatoire de Liège). Mais j’en ai effectivement ma dose de Mozart cette année. Vive Satie – Debussy – Bach (Jean Sébastien et non Offen !) – Dutilleux – De Sainte Colombe – et autres qu’on ne passe que rarement en loge. Mozart, toujours Mozart… J’en ai ras les tatanes de Mozart!

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous