Une des lettres "caviardée" de Marie-Antoinette à Fersen.

Non, Alex de Fersen n’a pas été « Grand Maître » franc-maçon

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 18 janvier 2022
  • 2
    Pierre Noël
    18 janvier 2022 à 21:18 / Répondre

    Le commentaire de P. Mollier est très intéressant. Cette fonction de « Grand Maître » à la cour de France et celle de Suède rappelle celle de Grand Steward à la Grande Loge d’Angleterre, instaurée dans les années 1720. Les GS étaient nommés initialement pour veiller à l’intendance de la Grande Fête annuelle (jusqu’à y aller de leur poche). Avec le temps, leurs privilèges ont augmenté ! Les GS devaient provenir d’un nombre limité de loges (19 actuellement), ils avaient le rang de Grand Officier pendant leur année de mandat et devenaient Past Grand Stewards par la suite, ils portaient (et portent encore) des décors particuliers de couleur rouge (on parle d’ailleurs de « red apron lodges »). Enfin ils reçurent le privilège de constituer une loge des Grand Stewards qui est toujours la première (sans n° de surcroît) de la liste des loges de la GLUE. Ses tenues, toujours d’une exceptionnelle qualité, sont particulièrement courues par les maçons de Londres et d’ailleurs, bien qu’on n’y fasse pas de réceptions à proprement parler. D’après de nombreux commentateurs, c’est elle qui dicta le rituel définitif après l’union des 2 Grandes Loges rivales en 1813.

  • 1
    Pierre MOLLIER
    18 janvier 2022 à 14:11 / Répondre

    On peut par exemple consulter
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_ma%C3%AEtre_de_France
    Et la cour de Suède, comme beaucoup d’autres, était alors en parti organisée sur le modèle français

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous