Peut-on être chrétien et franc-maçon ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

La question est récurrente, notamment sur le web mais elle a pu recevoir une réponse claire de Dominique Rey. Ou plutôt de Mgr Dominique Rey car il s’agit de l’évêque du diocèse de Fréjus-Toulon (cfr biographie).

Peut-on être chrétien et franc-maçon ? est donc un petit ouvrage publié par les éditions Salvator. On a du mal à le classer dans la rubrique « anti-maçonnerie » car l’évêque Rey ne tient certainement pas un discours haineux à l’égard de la Franc-Maçonnerie et, bien entendu, des Francs-Maçons, eux-mêmes.

En fait, la lecture de cet ouvrage est fermement conseillée aux catholiques qui s’interrogent sur une éventuelle appartenance et aux Francs-Maçons qui souhaiteraient dépasser le simple anticléricalisme pour tenter de comprendre la position de « l’autre ».

Mgr Rey trace sans hostilité un portrait de la Franc-Maçonnerie, rappelant sa philosophie, ses origines, ses principes (et l’abence de référence à Dieu, à Jésus-Christ, la Sainte-Trinité,… dans les constitutions d’Anderson de 1723). L’auteur analyse les positions de l’Eglise catholique depuis la 1re condamnation (par Clément XII) en 1738 (ces textes figurent en annexe). Il rappelle cette inconciliabilité entre les principes de la Franc-Maçonnerie et la foi catholique, quelle que soit d’ailleurs la diversité qui peut subsister entre obédiences maçonniques, en particulier quant à leur attitude déclarée à l’égard de l’Eglise. Et il indique clairement : On ne peut être en même temps catholique et franc-maçon.

Cette position peut paraître « dure » mais elle est expliquée par l’auteur, à l’aide d’arguments notamment théologiques, dans plusieurs chapitres. Il est ainsi question de la nature de ces associations, de l’ésotérisme (la transmission d’une doctrine à un cercle restreint d’initiés) et le caractère gnostique (et donc hérétique) de la Franc-Maçonnerie, l’interdiction d’attester sa foi en Loge, le climat « occulte », l’opposition entre les dogmes (qui sont autant de « fenêtres » ouvertes par la lumière de la foi sur le Mystère de Dieu) et le primat et l’autonomie de la raison par rapport à toute vérité révélée, le relativisme et le naturalisme de la Franc-Maçonnerie qui refuse tout phénomène surnaturel (apparitions, miracles, théophanie…) considéré comme une intervention divine.

Un paragraphe est consacré à l’Influence de la franc-maçonnerie dans la société française. Il y est bien sûr question de la IIIe République, du réseau d’influence et de pouvoir dans plusieurs secteurs de la société, d’intrigues et de tractations affairistes de certaines « Fraternelles » mais Mgr Rey se veut nuancé en indiquant : Mais il ne faut ni exagérer l’influence de la franc-maçonnerie, ni sous-estimer son emprise, ni diaboliser ses membres. Parmi eux, il se trouve beaucoup de personnes intègres, généreuses, qualifiées, attachées au service du bien commun et à humanisme authentique. Les chrétiens partagent avec eux des valeurs de progrès, d’humanisme et de liberté.

Ce chapitre, dans un paragraphe consacré à la IIIe République, contient une coquille quelque peu amusant. Il est ainsi écrit : Par l’entremise de cercles de pensée et de réseaux d’influence, certains projets de loi votés par le Parlement, ont été préparés dans le silence des couvents maçonniques (…). Il faut bien sûr lire « convent » et non « couvent » !

dimanche 30 décembre 2007
  • 23
    damiette
    15 janvier 2008 à 15:34 / Répondre

    Quel étonnement pour moi de constater que mon pseudo se trouve niché sur des sites maçonniques !! Pas vraiment étonnant. En fait…

    Lors de mes études universitaires scientifiques, la discipline que je préférais, était la partie de la physique générale traitant de la mécanique dite rationnelle. Il s’agissait d’une certaine forme de l’Art, celui de mettre l’organisation du monde en équations. Et puis les circonstances de ma petite enfance m’ont conféré le goût des rites, des couleurs liées aux changements de saison, du symbolisme en quelque sorte.

    Pour de multiples raisons, je suis peut-être, moi aussi , beaucoup chrétien, et un peu maître-maçon !!!

  • 22
    Philippe
    5 janvier 2008 à 14:38 / Répondre

    Je n’avais pas lu les échanges sur ce sujet jusqu’alors
    J’ai noté l’avis suivant posté par René : « Et personne ne s’en soucie, parce que s’enfermer dans un confessionnal avec un prêtre pour lui déblatérer les détails de nos péchés n’est plus dans les mœurs. Évidemment, ce n’était pas le cas il y a 40 ans. « 
    Personnellement J’ai été éduqué dans un pensionnat catholique de 1950 à 1958.
    Déjà à l’époque si la confession était « obligatoire » on y racontait le strict minimum ne portant pas à conséquence et n’amenant au curé aucune information précise sur celui qui se confessait et ses copains.
    Je revois la scène du chapelain furieux, vocifèrant du haut de sa chaire au-dessu de la tête de 400 ados et disant que l’on s’était tous concerté pour raconter une fable identique pour tous, il en avait plus que marre d’entendre la même fable !!!
    En fait nous les bambins on avait compris spontanément chacun tout seul dans son coin qu’il fallait quasiment ne rien dire en confession.
    J’ai des gros mots, J’ai eu une pensée impure et basta c’est emballé ………..
    A mon avis pour la grande majorité des cathos çà faisait plusieurs centaines d’années que cette plaisanterie durait !!!!!!
    Il me semble que confondre les cathos avec le Vatican c’est comme confondre les maçons avec leurs obédiences, la plupart ils se tamponnent du sommet de leurs pyramides respectives, celles-ci intéressent essentiellement lesbigos maçons ou cathos et surtout les hommes ou femmes de système qui veulent y grimper en haut des pyramides !!!!!

  • 21
    Franck
    3 janvier 2008 à 20:24 / Répondre

    Pour compléter le débat entre Jacques et René :

    Etant catholique très peu pratiquant mais connaissant bien ce qu’il en est, du moins en France en 2008, je peux dire que de plus en plus de catholiques, même ceux impliqués dans les paroisses, se moquent de l’avis du pape sur des questions comme la contraception, le divorce…, sont pour l’ordonnation des femmes et des personnes mariées…

    Beaucoup de prêtres critiquent en privé les positions du Vatican.

    La FM reste cependant mal connue et assez critiquée par beaucoup de cathos.

    Pour être dans une obédience dite régulière, je peux témoigner directement que les frères se foutent totalement de l’approbation de l’église catholique et n’y sont pas entrés pour ça (pour répondre à Stéphane).

  • 20
    René
    3 janvier 2008 à 18:30 / Répondre

    Malgré ce que tu en penses Jacques… les choses sont différentes.

    La cérémonie du pardon avait l’approbation des évêques et des cardinaux de l’époque dont le Cardinal Turcotte. Depuis ,un cardinal plus dogmatique et surtout
    plus conservateur à été nommé par Rome: le Cardinal Ouellet.

    Le Cardinal Ouellet depuis 2005 a demandé qu’on l’abolisse la cérémonie du Pardon et il a transmit un communiqué (http://diocesequebec.qc.ca/documents/pdf/lettre_sacrement_penitence.pdf) en ce sens.. cependant il semble que dans la pratique la confession individuelle est toujours marginale.

    Et Mgr Ouellet fait l’objet de critiques ouvertes (mêmes des prêtres et des évêques)…

    http://www.cyberpresse.ca/article/20071122/CPACTUALITES/71121238/6730/CPACTUALITES

    Mgr Turcotte et Mgr Ouellet n’ont évidemment pas les mêmes points de vues…

    Mais si ils sont tous les deux favorables a ce que les divorcés, les femmes qui prennent des contraceptifs et les homosexuels reviennent a l’église..

  • 19
    Jacques Cécius
    3 janvier 2008 à 15:05 / Répondre

    Cher René,
    Ton commentaire ne fait queconfirmer ce que j’ai écris. En effet, c’est en raison du manque de prêtres dans les paroisses, ou lorsque les ecclésiastiques trop peu nombreux sont obligés de courir d’une église à l’autre le dimanche et en semaine, que la confession auriculaire est « abandonnée » par la force des choses. Mais elle reste OBLIGATOIRE pour « être en état de grâce » avant de communier, et à fortiori avant de mourir. Et comme l’appartenance à la maçonnerie, fut-elle régulière, est un péché grave, le catholique est tenu de le confesser à un prêtre et de promettre de quitter l’Ordre. Je n’y puis rien, c’est la réalité. Je répète ce que j’ai déjà écris : la confession auriculaire reste un SACREMENT. Que certains prêtres s’en fichent comme d’une guigne est un autre problème. Dans ce cas ils se mettent eux-mêmes en porte-à-faux vis-à-vis de Rome, et ont le devoir de le dire aux fidèles. Les prêtres du Québec qui ont décidé de ne plus confesser leurs fidèles l’ont-ils fait savoir à leur évêque ? Et la confession auriculaire a-t-elle été supprimée dans toutes les paroisses de « la belle Province »? Si un prêtre catholique, non intégriste, lit le présent, qu’il donne son avis, il serait précieux en l’occurence.

  • 18
    René
    2 janvier 2008 à 21:06 / Répondre

    A Jacques,

    Eh bien, ma mère, catholique pratiquante, m’a confirmé hier, que la confession au Québec, consistait aujourd’hui soit a participer à une cérémonie liturgique du pardon ou encore de dire à un prêtre une formule du genre « Mon père j’ai péché ».
    Ce n’est peut-être pas dans les « règles de l’art », selon les directives de Rome mais c’est ainsi. Et il manque tellement de prêtre au Québec, que certains sacrements, comme l’eucharistie, sont souvent donnés par des laïcs.

    La petite église de notre paroisse, n’a même pas de confessionnal…

    Et personne ne s’en soucie, parce que s’enfermer dans un confessionnal avec un prêtre pour lui déblatérer les détails de nos péchés n’est plus dans les mœurs. Évidemment, ce n’était pas le cas il y a 40 ans. Aujourd’hui, avec le manque de prêtres et la grande quantité de péchés que l’on commet… 😉 je doute qu’ils aient les ressources pour en faire plus.

    J’ajouterais que les prêtres que je connais, ne s’offusquent plus (bien au contraire) de donner les sacrements aux divorcés, aux homosexuels, aux femmes qui prennent des contraceptifs et à tous les exclus de naguère.

    Enfin et pour conclure, ce n’est pas le Pape qui donne les sacrements mais le prêtre. Et l’on connais tous un prêtre qui est ouvert aux besoins des gens et conscient de l’ambigüité du message que Rome transmet.

    Mes salutations fraternelles.

    René

  • 17
    Jacques Cécius
    2 janvier 2008 à 18:18 / Répondre

    A René.
    La confession reste obligatoire, même si de moins en moins de catholiques y ont recours.
    Le « liturgie du pardon » ne remplace pas la confession auriculaire, Rome l’a rappelé à maintes reprises. La confession reste un sacrement pour l’Eglise. Un sacrement qui n’a jamais été supprimé que je sache. Même au Québec.

  • 16
    xul
    1 janvier 2008 à 21:07 / Répondre

    Cette fois-ci (et souvent, pas toujours, mais d’une autre perspective et donc pour de raisons différentes) je suis d’accord avec Jacques Césius! La bonne réponse et bien non des deux côtés. C’est donc avec quelque incrédulité que l’on observe les soins de quelques obédiences à « réchristianiser » la FM, qui, comme n’importe quel Ordre initiatique, a dû et a su s’adapter aux divers exotérismes passagers. C’est avant tout la symbolique du métier qui constitue l’universalité de la FM. Le fil à plomb, est-il chrétien, hindou, musulman, zoroastrien? Puis que les exotérismes ne sont, hélas, plus que des écorces des vraies traditions, les soucis des FF du GODF et ailleurs concernant la laïcité de l’État sont bien justifiés. Presque tous les états qui ont une religion ou autre idéologie officielle interdisent la FM.

  • 15
    Stéphane
    1 janvier 2008 à 08:53 / Répondre

    Lors des agapes qui ont suivi la dernière tenue de cette année, un Frère m’a raconté une blague assez sympa.

    Benoît XVI décède et, bien évidemment (?), il monte directement au Paradis. Arrivé là-haut, personne pour l’accueillir, lui, le VIP de Dieu. Il s’approche de la grande porte qui ferme l’entrée du séjour des Saints et des Bienheureux. Il y frappe et entend une voix qui dit « Vénérable Maître, on frappe en Profane à la porte de la Loge » 🙂

    Bonne et heureuse année à tous !

  • 14
    René
    31 décembre 2007 à 20:33 / Répondre

    Au Québec les choses semblent différents.
    Les gens ne se confessent plus a un prêtre, mais via une cérémonie appelée « liturgie du pardon ».

    Aussi, nombre FM sont des Catholiques pratiquants. Ainsi le Vénérable de ma loge est le marguiller de sa paroisse, le curé n’en tient aucunement rigueur.. à ce qu’il parait il s’en fou complètement.

    Encore mieux, si vous allez visiter le temple maçonnique de Montréal, vous pourrez utiliser le stationnement du Grand séminaire de Montréal, qui est de l’autre coté de la rue. Et si vous dites que vous êtes Franc-maçon vous aurez droit a une réduction du tarif (5$ au lieu de 7$).

  • 13
    Jacques Cécius
    31 décembre 2007 à 15:59 / Répondre

    Oui, il eut été plus judicieux de poser la question « Puet-on être catholique et franc-maçon? ». La réponse de Rom est Non! La mienne (sans me comparer à Rome, est Non! ». Non parce qu’un catholique (et beaucoup de mes copains le sont, y comprtis des ecclésiastiques) qui adhère à la maçonnerie se met en marge de son Eglise. Il ne peut recevoir la communion, se confesser, recevoir l’extrême onction (aujourd’hui appelée « sacrement des malades). Où alors il trompe son confesseur à l’article de la mort!!!! Ce qui est pour le moins singulier. Autrement dit, selon Rome il va tout droit en enfer, rejoindre Frédéric Desmons, Voltaire, le « peiti père » Combes, Ferdinand Buisson et autres, dont des « réguliers ».

  • 12
    Gunga Din
    31 décembre 2007 à 10:32 / Répondre

    Oui Jean-Laurent, il est important de rappeler que le jugement officiel de l’église catholique ne concerne QUE ses fils et filles. Un droit d’exclusivité spirituelle en quelque sorte. Contredit par un état de fait…

    Un point non évoqué réside dans la position de quelques catholiques accusant de satanisme ou luciférisme la Franc-Maçonnerie : Ils vont en cela plus loin que leur hiérarchie qui, a aucun moment, n’a émis de bulle ou d’avis officiel sur de telles pratiques en Loge, se contentant d’interdire une double appartenance sous prétexte d’antinomie. Que leur critère de pensée soit donc l’obéissance jusqu’au bout, et cessent de fantasmer sur les rêveries antéchristiques des autres.

    Mais nous pourrions parler longuement aussi de gnose chrétienne et gnose hétérodoxe… Le travail d’un esprit qui veut bien s’en donner la peine !

    Allez zou, dernier message de l’an, donc
    BONNE ANNEE 2008 à tous, qui que vous soyez !

    Gunga Din

  • 11
    Jiri Pragman
    30 décembre 2007 à 23:00 / Répondre

    Comme évoqué précédemment par le Blog Maçonnique, il existe bien une Masonic Pride (cfr https://www.hiram.be/Masonic-Pride_a306.html) mais (pour l’instant), il ne s’agit « que » d’un forum maçonnique.

  • 10
    Jean-Laurent
    30 décembre 2007 à 22:55 / Répondre

    Pour répondre à Philippe Benhamou : Chiche pour une Masonic Pride !!??

    Pour répondre à Stéphane : pas forcément sur de la musique techno : Mais sur celle de Mozart, de Beethoven, de Haydn, de Sibelius, de Duke Ellington, de Louis Armstrong, de Screamin’ Jay Hawkins, Count Basie, Irving Berlin…

    Simplement pour dire : nous sommes maçons et nous en sommes fiers… Ce serait plutôt une bonne idée !

  • 9
    Jean-Laurent
    30 décembre 2007 à 22:48 / Répondre

    Bonjour,
    j’avais au mois d’octobre dernier fait une chronique sur mon bloc-notes à propos de ce livre (http://www.jlturbet.net/article-13198862.html) je n’y reviendrais donc pas ici de façon détaillée.
    Quelques remarques seulement : La question posée par le livre est « peut-on être chrétien en Franc-Maçon ». Il aurait été plus judicieux de dire : « Peut-on être catholique et Franc-Maçon? ». Les protestants – et pour cause – ne se sont jamais sentis tenus par les oukkazes vaticanes.
    Seconde remarque : la question ne se pose que du côté de l’Eglise catholique : du point de vue maçonnique elle ne se pose pas : il suffit d’être un homme libre et de bonnes moeurs pour être accepté. Que l’on soit catholique, réformé, bouddhiste, juif, musulman, agnostique ou non croyants.
    Les FF catholiques sont donc évidemment les bienvenus.
    Troisième remarque : l’évêque sus-nommé reflète bien la position du Vatican et plus particulièrement celle de Benoit XVI qui, depuis 1983 lorsqu’il était le cardinal Ratzinger rappellait avec force l’impossibilité pour un catholique d’être franc-maçon.

  • 8
    Gerard
    30 décembre 2007 à 19:41 / Répondre

    Je pense pas que tous les Frères Réguliers sont persuadés d’être en ordre avec la hiérarchie catholiques. Je pense même que la majorité s’en tape.Je suis un régulier et je ne suis pas Catholique (donc m’en tape d’être en accord avec lahiérarchie!).Ma conception de Dieu est à l’opposé de la conception catholique. Avec moi en Loge, j’ai un Frère musulman, unFrère proche de Spinoza e un autre pour qui Dieu est l’Amour (pas possible de vous expliquer icisa conception de Dieu mais c’est passionnant!), un autre qui…
    Ne pensez pas qu’il n’y a chez les Réguliers que des Catholiques pratiquants. Stéphane toi qui a été initié dans une loge régulière tu peux, je pense,en témoigner.
    Perso, j’ai fait un mariage dans une maison de la laîcité et j’en suis un de ses plus grand défenseur. Jamais je n’ai été dans une école du libre et jamais je ne mettrai mes enfants dans une école du libre. Je me suis battu pour que des signes religieux soient enlevés de bâtiment public.
    Non les amis il n’y a pas chez les Réguliers que des Catholiques! Que du contraire!!!
    Amitiés à toutes et tous et très heureuse année 2008

  • 7
    A Valle Sancta
    30 décembre 2007 à 15:14 / Répondre

    A Stéphane
    Merci tu as certainement raison
    Ce sont donc certains maçons qui perdent en crédibilité et pas l’éditeur 🙂

  • 6
    Stéphane
    30 décembre 2007 à 15:07 / Répondre

    En dehors de la remarque sur le titre, je pense que cet ouvrage aura au moins un intérêt : il mettra les chose au clair pour les Frères persuadés être en ordre avec la hiérarchie catholiques parce qu’ils sont dans une obédience régulière.

    A Georgius

    Cette position « inversée » de l’Equerre et du Compas se retrouve sur certains tapis de Loge. Je pense que l’éditeur ne s’est nullement trompé et ce qui est sur la 1ère de couverture est sans doute le sommet d’une hampe de drapeau.

  • 5
    A Valle Sancta
    30 décembre 2007 à 14:48 / Répondre

    Au fait, j’ai d’ores et déjà une remarque sur le livre (que je lirais peut être) : l’éditeur s’est un peu trompé dans le sens de l’équerre et el compas, c’est dommage, ça réduit sa crédibilité.
    Georgius

  • 4
    A Valle Sancta
    30 décembre 2007 à 14:12 / Répondre

    Perso je suis chrétien et dans une obédience maçonnique chrétienne qui ne nie aucun des dogmes qui constituent le christianisme (Sainte Trinité, double nature du Christ). De plus nous n’avons rien de gnostiques dans le sens hérétiques du terme (dualisme, manichésime, etc.). Tout au plus peut on nous reprocher de nous réunir entre nous et encore, nos rituels rectifiés (du premier au dernier grade) se trouvent à la FNAC et chacun constatera qu’il n’y a rien qui contre dit les dogmes de notre religion.
    A partir de là, Mgr Rey n’a plus qu’à discuter avec nous pour s’en rendre compte par lui-même.
    Georgius

  • 3
    Eric
    30 décembre 2007 à 11:01 / Répondre

    Peut-on être Evêque et… ficher la paix aux Francs-Maçons ?
    C’est impressionnant cette manie d’écrire des livres pour dissuader les « bons chrétiens » d’entrer en Loge ou d’y rester !
    Il me semble qu’aujourd’hui le plus important est de voir des hommes et des femmes engagés dans les affaires de la cité et se préoccupant d’améliorer les choses.

    Alors… derrière une croix chrétienne ou avec un tablier ou encore par un autre engagement … qu’elle importance ?

    Eric

    @ Philippe: Pour la Masonic Pride… je vois bien des chars immenses, décorés de symboles avec « La Flute Enchantée » à fond sur les hauts-parleurs (ce sera toujours mieux que la Techno !!) 😉

  • 2
    Stéphane
    30 décembre 2007 à 10:16 / Répondre

    Le titre de cet ouvrage est tout à fait ambigü… ou tout à fait limpide. Peut-on être chrétien et Franc-Maçon ? Assurément oui et ce n’est pas notre ami Cécius qui me contredira. Le titre du livre de Mgr Rey aurait dû être « Peut-on être catholique et Franc-Maçon ? »… à moins bien entendu de considérer, comme c’est à la mode dans certaines sphères romaines depuis que Mgr Ratzinger a coiffé la tiare pontificale, que « chrétien » et « catholique » sont synoymes.

    A Philippe Benhamou :
    Une Masonic Pride ? Franchement, je m’imagine mal me baladant sur un char, dansant sur de la musique techno, affublé de mes décors 🙂

  • 1
    Philippe Benhamou
    30 décembre 2007 à 09:13 / Répondre

    « N’ayez pas peur », et « Osez », voila ce que j’aurai envie de dire aux chrétiens francs-maçons.

    Quant aux accusations des catholiques concerant le relativisme, l’esotérisme, le naturalisme, le caractère sélectif et secret des loges, le rejet des dogmes, j’aurai envie de leur répondre : « oui, vous avez raison, raison sur tous les points, et alors ?… »

    A quand une Masonic Pride ?

    Philippe Benhamou

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif