Dreyfus

La photo maçonnique du dimanche 17 avril

Publié par Géplu
Dans Photos

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 17 avril 2016
  • 11
    Lionel MAINE
    18 avril 2016 à 06:33 / Répondre

    Pas d’ordo ab chao, ni de deus meumque jus, 12 ans après Lausanne ?

  • 10
    Jean-marie
    17 avril 2016 à 23:14 / Répondre

    Merci à DLD; je me doutais que cet appel était le meilleur moyen d’avoir une enquête résolue rapidement.

  • 8
    Lionel MAINE
    17 avril 2016 à 17:49 / Répondre

    Intéressant, le titre de la planche au point n°11 de l’ordre du jour !

    • 9
      lazare-lag
      17 avril 2016 à 23:05 / Répondre

      à rapprocher du point n°8, peut-être.

  • 6
    ALTEC
    17 avril 2016 à 15:30 / Répondre

    Bonjour,
    Bravo et merci à DLD pour la résolution et à Jean Marie pour nous avoir intrigués
    Bon dimanche

  • 5
    Luciole
    17 avril 2016 à 14:31 / Répondre

    Si le capitaine Dreyfus avait été FM cet élément (à charge) aurait été abondamment évoqué.

    • 7
      lazare-lag
      17 avril 2016 à 17:09 / Répondre

      Effectivement la curiosité de Jean-Marie avec sa photo et sa question, et celle de DLD avec sa réponse et sa promptitude à résoudre l’énigme sont à souligner.
      Quant à la remarque de Luciole, elle est frappée du bon sens, surtout pour l’époque.
      Pour ma part je viens de retrouver et refeuilleter le bouquin de Jean-Denis Bredin sur « L’Affaire » et je confirme que l’environnement immédiat d’Alfred Dreyfus, le capitaine, n’est pas maçonnique. Républicain, alsacien, alsacien déplacé suite à la guerre de 1870, donc revanchard et avec un goût et un attrait pour l’armée tenant compte de cela.
      Ce qui n’est d’ailleurs pas propre aux seuls alsaciens mais à l’ensemble des Français en cette IIIème République d’avant 1914.
      Un petit tour sur internet, « Google est ton ami » nous dit DLD, permet de savoir que la ville natale de Dreyfus, Mulhouse, a institué l’année 2016 année Dreyfus. Avec un certain nombre de manifestations commémoratives.
      Toujours bon à savoir en cette 110ème année anniversaire de la réhabilitation de Dreyfus…

  • 3
    lazare-lag
    17 avril 2016 à 10:09 / Répondre

    J’ai effectivement tendance moi aussi à penser qu’il pourrait s’agir d’une homonymie.
    Dreyfus n’est pas un nom rare, Alfred, pour l’époque est un prénom répandu. Né en 1859, le capitaine a effectivement 28 ans en 1887.
    Par ailleurs, l’Alfred Dreyfus de ce document en étant 2nd surveillant doit logiquement, de mon point de vue, avoir un minimum de dix à douze années de maçonnerie à son actif, peut-être davantage.
    En règle générale, il faut (actuellement, je ne sais pas si cela était tout à fait identique à l’époque) d’une part avoir atteint le grade de Maître pour prétendre occuper un des postes d’officiers de la loge, d’autre part les postes de surveillants sont généralement confiés à des frères ayant occupés déjà d’autres responsabilités dans la loge, bref avec quelque expérience certaine dans l’atelier.
    1887 moins un minimum de 10 années nous mènent en 1877. Notre futur capitaine a tout juste 18 ans et son souci principal a cette époque c’est sa scolarité à l’Ecole Polytechnique.
    Et même à supposer que le futur capitaine ait eu des envies d’accéder à la Franc-Maçonnerie, y accéder si jeune me paraît relativement exceptionnel et en général ceux qui y accèdent jeunes proviennent d’un milieu familial déjà bien imprégné par la Franc-Maçonnerie.
    Et que je sache, la famille du capitaine Dreyfus n’est pas vraiment connue comme étant composée de nombreux maçons dans son entourage proche.
    Par ailleurs, il me semble que les Francs-Maçons ne se sont pas immédiatement précipités dans la défense du capitaine. Au début, je crois qu’ils considéraient cette affaire comme une affaire intérieure à l’armée, ils ont mis du temps à s’y intéresser.
    Par ailleurs, ce qui m’intrigue personnellement tient au fait que les autres officiers de la loge sur cette affichette voient leurs noms suivis de leur niveau (3°, 18°, 33°) et pas le 2nd surveillant Alf.Dreyfus.
    A mon sens c’est déjà curieux en soi.
    La question en fait à se poser est celle de l’existence de la loge elle-même « La Rose Ecossaise ».
    Si elle existe toujours peut-être que les frères actuels pourraient en dire davantage.

    • 12
      Bran Ruz
      18 avril 2016 à 08:50 / Répondre

      Il n’en demeure pas moins que, si l’on en croit L’ESt Républicain du lien de DLD, l’Al. Dreyfus de la Rose Rep. était encore plus jeune que le héros involontaire de l' »Affaire » (né en 61 pour le premier et en 59 pour le second). Et il ne serait rentré en maçonnerie qu’en 83 soit 4 années à peine avant son occupation de l’office de 2d surveillant. Jeune assurément, même ou a fortiori pour l’époque. Et n’allons pas jusqu’à supposer que l’absence de degré derrière son nom laisse imaginer qu’il n’était même pas 3e. Ce serait un peu énorme.

  • 2
    DLD
    17 avril 2016 à 09:26 / Répondre
    • 4
      GépluAdministrateur
      17 avril 2016 à 10:17 / Répondre

      Merci DLD, cette page de L’Est Républicain du 11 septembre 1899 donne effectivement l’explication.

  • 1
    yonnel ghernaouti
    17 avril 2016 à 09:09 / Répondre

    Concernant le F Alf:. Dreyfus, le mieux est de demander son dossier au Frère François Rognon, Responsable du MAB de la GLDF et par ailleurs Président de l’Association des Musées, Bibliothèques et Archives maçonniques (AMMLA).

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous