Pourquoi aller au-delà de la maîtrise ?

Publié par jissey

Une interview vidéo de Laurence Kravetz par Jacques Carletto.

L’ouvrage s’adresse aux maîtres maçons comme aux lecteurs du grand public qui s’interrogent sur les hauts grades maçonniques. Il vise à démystifier les préjugés négatifs sur les serments du secret qui entretiennent fantasmes et contre-vérité. C’est également une dénonciation des critiques qui ne voient dans les hauts grades que rajouts rituels artificiels destinés à se pavaner de médailles et de titres ronflants.

L’auteure, Laurence Kravetz a été initiée à la Grande Loge Féminine de France il y a 40 ans. Elle travaille dans les Hauts Grade Ecosssais depuis 20 ans. Elle y a exercé la charge d’Experte. Dans le domaine universitaire elle est titulaire d’un master de psychologie clinique Paris VI et Paris VIII. Elle est psychothérapeute libérale depuis 1980.

________________________________________
Hauts grades maçonniques : Pourquoi aller au-delà de la maîtrise ? par Laurence Kravetz, Editions Dervy, les outils maçonniques du XXIe siècle, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 979-1024205786

lundi 23 novembre 2020
  • 22
    Anonyme
    10 décembre 2020 à 09:04 / Répondre

    Bon interview, sinon que viennent faire ces images, parfois inappropriées qui sentent un peu le rafistolage….

  • 21
    Peter Bu
    8 décembre 2020 à 16:59 / Répondre

    Les expressions « Hauts grades », « Grades de la sagesse » m’ont toujours paru inutilement prétentieux. « Sides degrees », « Grades d’à-côté » me semble plus sympathique et peut-être même plus proches de la réalité.

    Car je perçois ces grades comme un chemin qui monte, en serpentant autour des trois premiers grades et les permet d’observer toujours sous un nouvel angle.

    Toute la franc-maçonnerie est dans ses trois premiers grades mais les « grades d’à-côté » aident à approfondir sa compréhension.

  • 11
    Luciole
    24 novembre 2020 à 14:31 / Répondre

    Comme l’indique notre sœur Brumaire l’intérêt des dits »Hauts Grades »est simplement de sortir du petit univers de la loge, tout en y demeurant assidu, en complétant, par de nouvelles rencontres, approfondissement des sujets, autres sujets, traditions et points de vue. Cette diversité permet de progresser en évitant la routine.

  • 10
    Carletto
    24 novembre 2020 à 13:27 / Répondre

    En ce qui concerne la pertinente interrogation de YONNEL
    A/ envie remplace désir car … parait il …les Francs-Maçons lisent de moins en moins ( complainte des éditeurs)
    B/ Désir de penser libre => est peut-être un voeu pieu à une époque où ne pas penser comme le politiquement correct est considéré comme appartenir au « coté obscur de la FORCE » … c’est à dire être soupçonné de COMPLOT.

    • 12
      Joab’s
      25 novembre 2020 à 16:11 / Répondre

      On peut aussi constater que clamer être antipolitiquementcorrect deviendrait un passeport de pertinence… De même les groupes soit disant antipol… ont leur “politiquement correct” a eux qui serait incontestable… c’est ridicule!
      On peut être pour ou contre les gouvernements, les obédiences maçonniques mais il faut argumenter! Le statut d’opposant ou militant n’est oas argument.

      • 13
        Anonyme
        26 novembre 2020 à 19:05 / Répondre

        Et en Français, ça donne quoi ?

        • 15
          Lazare-lag
          26 novembre 2020 à 19:46 / Répondre

          @ Anonyme (13 et 14):
          Désolé d’avoir à le dire ainsi, mais je trouve le pseudonyme un peu terne, un peu fade, sans imagination, peu travaillé.
          Avec un rien d’astuce vous pouviez le conserver et en faire tout autre chose, qui justement sorte de l’anonymat.
          Par exemple: Anneau – Nîmes?
          Mais peut-être n’êtes-vous pas gardois.
          Il me semble avoir une fois aperçu, ici même, sur ce site, une Anne Hautnimes.
          Mais peut-être n’êtes-vous pas une femme, ni une soeur.
          Par contre je vous déconseille fortement un Ane-haut- Nîmes; dans les quartiers Nord de cette ville ça pourrait faire jaser, et ne pas plaire.
          Tenter l’exotisme, peut-être?
          Avec un Hahn 0’Neam, on imaginera aisément un croisement issu de parents allemand et irlandais. Et la quantité de bière qui va avec.
          Mais peut-être que des considérations humoristiques vous touchent assez peu.

          • 17
            Anonyme
            27 novembre 2020 à 11:55 / Répondre

            Ah, no name ? Oui j’aurais pu bosser un peu plus le pseudo. Ceci dit les considérations humoristiques me touchent plus que vous semblez l’imaginer même si je ne suis pas garde d’oie pour employer la langue des oiseaux.

          • 18
            Anonyme
            27 novembre 2020 à 12:37 / Répondre

            Et il me vient l’envie de dire (pour confirmer mon gout de l’humour) que vos réflexions, désolé d’avoir à le dire ainsi, valent à peu près cent dirhams.

            • 19
              Lazare-lag
              27 novembre 2020 à 14:54 /

              En matière de devise, pour un franc-maçon, quel est le cours du dirham?
              A partir du grade de Maître, comment compte-t-il, étant sans d’Hiram?
              Et pour rester dans le sujet de cet article (que je rappelle, parce qu’on semble s’en éloigner sérieusement: « Pourquoi aller au-delà de la Maîtrise »), est-ce pour que le maître sache compter, ou plutôt pour qu’il sache conter?
              ( je me demande ce que Joab’s va penser de cet échange improbable…)

    • 16
      Lazare-lag
      26 novembre 2020 à 19:58 / Répondre

      @ Carletto (10):
      « les Francs-Maçons lisent de moins en moins (complainte des éditeurs) ».
      J’ai déjà entendu ce type d’argument, mais jamais étayé.
      Comment peut s’évaluer une baisse de lecture parmi les Francs-maçons ?
      Une sorte de ratio entre le fait que les ventes baissent mais que le nombre de frères et soeurs augmentent ?
      Moi je veux bien.
      Mais il se dit aussi que le nombre de parutions de livres augmente.
      Mais si le nombre de livres augmente, si l’offre est en hausse et que le budget du lecteur n’augmente pas, la demande stagne, elle n’augmente pas.
      Du coup comment résoudre la quadrature du cercle ?

      • 20
        Anonyme
        28 novembre 2020 à 12:20 / Répondre

        Je trouve qu’i rame beaucoup LAZARE-LAG

  • 9
    Carletto
    24 novembre 2020 à 13:19 / Répondre

    Bonjour
    Les craquements du son sont probablement dus à l’un des ordinateurs que je ne peux malheureusement pas régler à distance. ZOOM n’est pas encore capable
    A/ d’améliore la qualité du son sur un ordinateur situé à distance ici nous sommes entre Paris et Montpellier … alors que la semaine dernière nous étions entre Paris et Hanoï sans pb de son mais avec des bandes horizontales intermittentes sur l’écran….
    B/ d’améliorer la qualité du réseau internet avec ou sans cable, ou fibre… mais si Joabaen a la solution je suis fraternellement preneur de son savoir.
    Jacques Carletto

  • 8
    joab's
    24 novembre 2020 à 12:48 / Répondre

    Je n’ai pas encore consulté la video, mais une remarque de passage.
    A la question de savoir si les « hauts grades » seraient indispensables, il n’y aura evidemment aucune réponse sérieuse. On peut aussi se rapporter à « est-ce que la FMacnnerie est indispensable ? ».
    Alors il y aura les defenseurs d’un rite ou un atre qui vont fabriquer une « necessité ». Pour differentes raisons, plus ou moins repectables. Ainsi le REAA se reclame d’une cohérence en 33 degrés, sauf qu’il ne s’agit, comme les autres d’un assemblage de rites divers de lepoque de sa création.
    Pour s’en convaincre, on constatera qu’une partie du 18e REAA se trouve déjà dès le 1er degré des rites anglaisles plus anciens. idem une parti du 4e.
    Donc, un peu de modestie ne nuirait pas. La qualité initiatique de ces « hauts » grades ne peut que gagner à ne pas s’embarasser de fanfaronnades, suffisances hélas classiques.

    • 14
      Anonyme
      26 novembre 2020 à 19:10 / Répondre

      Autant consulter la vidéo, pour donner un avis éclairer, la modestie n’en souffrirait pas.

  • 7
    pierre noel
    24 novembre 2020 à 12:32 / Répondre

    Une toute petite remarque, en passant !
    Je n’ai jamais (sauf en France) entendu qualifier de « side degrees » les grades « beyond the Craft » entrant dans un système organisé en degrés successifs placés sous une autorité centrale, grand chapitre, grand conseil, grand consistoire, grand camp, grand prieuré, suprême conseil … (cela vaut pour l’AR, la Marque, les Cryptiques, les KT, les rites « Scottish » ou « York » ….). Un Side degree (aux USA surtout) désigne un degré conféré hors toute loge ou chapitre dans une réunion privée de maçons, de RAM ou de KT. Cela peut se faire partout, sans cérémonies mais avec discrétion, dans un coin de porte, une embrasure de fenêtre … Le degré en question consiste en général en une obligation, une petite histoire et quelques « secrets ».
    Certains de ces « side degrees », très anciens, furent organisé plus tard en hiérarchie classique (c’est le cas du Secret Monitor), d’autres sont restés ce qu’ils sont (Ye Ancient Order of Noble Corks, par exemple).
    Si vous doutez, consultez l’entrée Side Degrees dans l’encyclopédie de Mackey.

    • 23
      pierre noel
      10 décembre 2020 à 11:19 / Répondre

      Les « hauts-grades » ? Ca fait très ancien régime ! On en sourit sans accorder d’importance à une expression consacrée.
      « Side-Degree ? Ca fait modeste et englishe … mais c’est une faute de traduction grosse comme une maison.
      « Ordres de Sagesse » ? ca tombe d’où ? C »est pour faire opposition à « Perfection » ?
      Je préfère « beyond the Craft », mais le côté prétentieux m’ennuie un peu (qui comprend « beyond »?).
      M’enfin, viennent quand même tous après la maîtrise ? in-dé-ni-able !
      On n’aime, on n’aime pas ! En fait non, il y en a qu’on aime, d’autre pas.
      Pourquoi on y va ? Pour se faire plaisir.
      On n’y trouve aucun plaisir ? On n’y va plus.

  • 6
    joaben
    24 novembre 2020 à 09:53 / Répondre

    Dommage les craquements du son. C’est vite agaçant, je n’irai pas au bout.
    Mes FF et SS vérifiez votre materiel avant tout. C’est valable pour les réunions en zoom. Il y a toujours quelqu’un qui ne peut pas se connecter car mal préparé.

  • 4
    Horvath Pierre
    23 novembre 2020 à 13:41 / Répondre

    Les hauts grades ou encore les side degres ou les grades de perfectionnement. Car c’est ce que je suis venu y chercher, du travail!
    Continuer à travailler en commun, évoluer grâce à mes FF. Et qui sait? serais je encore Franc-Maçon si ceux ci n’existaient pas?

  • 3
    briand
    23 novembre 2020 à 12:10 / Répondre

    Il y en a que pour les écossais (réflexion personnelle). Au RF on appelle ça les grades de sagesse, appellation qui me semble plus modeste et plus juste. Le besoin de chapeaux à plumes est toujours la limite de l’humain de base. Bref, moi j’en suis parti car moyennement intéressant, mais je ne parle que pour moi-même.

  • 2
    yonnel ghernaouti, YG
    23 novembre 2020 à 06:24 / Répondre

    Sur les hauts grades maçonniques, on peut toujours lire l’article de Sophie Coignard « FRANCS-MAÇONS – Sacrés hauts grades ! » publié dans « Le Point », le 5 février 2011…
    https://bit.ly/2HuKyfc

    • 5
      Brumaire
      23 novembre 2020 à 18:43 / Répondre

      Il faut quand même savoir que Madame Sophie Coignard n’est pas une grande amie des FM. Ceci dit, il y a dans son article, un nombre d’inexactitudes que je n’oserais même pas comptabiliser.
      3- Etre dans les hauts grades écossais est-il le marqueur des désirs inassouvis de chapeaux à plumes? ou de jouer aux « Grands de Castille » ( cf Hernani de Victor Hugo)?
      Je suis dans ces dits « hauts grades écossais depuis 40 ans, avec bonheur, parce que j’y ai vu le sens de ma démarche, ensuite parce qu’on y côtoie d’autres FF et SS que dans sa petite loge, même si on y est fort bien. La diversité enrichit!

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    23 novembre 2020 à 06:17 / Répondre

    Notre BAF Jacques pourrait-il nous expliquer pourquoi le titre de son émission vidéo est passé de « désir de LIRE – envie de livre » à « envie de LIRE – désir de penser libre » … si tel est son désir !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif