Quand Jeune Afrique s’intéresse aux chefs d’Etat africains francs-maçons (ou supposés tels)

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 10 avril 2013
  • 2
    gagevapi
    13 avril 2013 à 08:36 / Répondre

    La franc-maçonnerie africaine est mal connue de ce côté-ci. Les termes de « régularité » n’ont pas tout-à-fait les mêmes significations.
    On y est parfaitement reçu, dans une ambiance … africaine :-)

    Lorsqu’on lit le courrier de François Stifani à Zarkozi (24 janvier 2008), où il déclare que la GLNF est la mère-loge de toutes les Grandes Loges d’Afrique, on comprend qu’il y a là, comme un enjeu politique!
    http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/wp-content/blogs.dir/693/files/2013/01/FS-a-NS-janv-2008.jpg

    Il y a en effet des nuages sur cette maçonnerie. De mon expérience, là où le chef de l’État utilise la FM comme réseau:
    – si au Gabon cela semble passer,
    – au Congo-Brazza, si Sassou tombe, la chasse aux « sorcières » sera ouverte tant cette corporation est détestée par une partie de la population, qui, à tord ou à raison, lui fait supporter une partie des maux dont elle souffre.

    Par contre, là où le pouvoir est beaucoup moins impliqué, les choses se passent plutôt bien.

    Ceci dit, je ne vis pas cette maçonnerie, je n’ai fait qu’un peu la visiter.
    Et les Rehfram (tous les 2 ans je crois) réunissent, à chaque fois, quasi toutes les obédiences africaines francophones, qu’elles soient dites « régulières », libérales/adogmatiques, femmes et hommes. Je regrette vraiment de ne pas avoir pu y participer tant mes hôtes, enthousiastes, à chaque fois, m’en ont dit du bien. C’est à souligner.

  • 1
    ibo
    10 avril 2013 à 12:15 / Répondre

    tes bon dossier que j’aimerais lire

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous