Quel est le plus haut Degré maçonnique?

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 14 mars 2012
Étiquettes : ,
  • 23
    MAX
    19 mars 2012 à 14:48 / Répondre

    @ alias Max; auteur du commentaire 18 .
    J’utilise ce pseudo depuis des années, il semble que tu aies décidé de l’ignorer, est-ce accidentel ou délibéré?
    Je précise que Maxime est un de mes prénoms.

  • 22
    Lumiere Ottomane
    19 mars 2012 à 09:24 / Répondre

    Sinon si c’est le nombre qui fait la hauteur, alors il faut frapper au rite MM et au nonenteneuvième degré:
    99e Sérénissime Grand Maître Mondial, Grand Hiérophante, Président du Souverain Sanctuaire International.
    MAis si l’on en fait ne serait-ce qu’un par an, je pense que l’on rejoindra l’inaccessible étoile avant même d’être arrivé au 99. Donc Quad Erat Demonstratum warf!

  • 21
    Lumiere Ottomane
    19 mars 2012 à 09:15 / Répondre

    Est-ce que toute les questions doivent forcément avoir une réponse? Notre travail ne consiste-t-il pas de relancer des Questions? Et si le plus haut grade était l’inaccessible étoile ? C’est à dire le second degré au REAA?

  • 20
    Flupke
    15 mars 2012 à 18:28 / Répondre

    L’ordre des Beggar’s Benison (The Most Ancient and Most Puissant Order of the Beggar’s Benison and Merryland, Anstruther ) était pas mal non plus comme Side Degree !

    En ce qui concerne la suite du feuilleton … :
    Mais qui va venger Hiram ?
    Peut être que ce patron appelé Hiram avait mérité son sort ? Peut être voulait-il limiter le nombre de CC en cherchant à les pousser à la démission ? Peut être était-il un manager fanatique du burn-out … pour ses subordonné …
    Dans cette optique à quoi bon les grades au-dessus de 3 voire 2 ?
    J’espère ne pas trop choquer les « religieux ».

  • 19
    Max
    15 mars 2012 à 17:18 / Répondre

    Il n’y en a pas ??? A vous de trouver la réponse !!!

  • 18
    Fly Tox
    15 mars 2012 à 16:07 / Répondre

    La franc-maçonnerie ( combien réductrice et fausse est cette façon d’exprimer un bouillon de culture universel fait de tendances contradictoires et antagonistes dont chacune prétend être la seule vraie) n’est pas en trois degrés ou grades. Ni même en deux, ni même en un. Elle a été codifiée en « système » par des gentlemen masons qui ont inventé et élaboré une échelle qui, rapîdement, n’eut plus rien d' »artisanal ». Cette institution n’est pas ceci ou cela : on l’a affublée de quantité de qualifications, alors qu’elle est avant tout mythique. Elle repose sur le mythe de la construction du Temple de l’Eternel, sur le travail dirigé par le mythique architecte Hiram Abif, qui n’a rien à voir avec le métallo qui est décrit aux livres des Rois et des Chroniques, livres eux-même mythiques, et de pareilles thématiques n’ont rien à voir non plus avec de prétendus événements politiques, encore moins avec des préoccupations telles « la moralisation des outils ». Le grade de Maître laisse traîner des fils derrière lui. Il en appelle aux développements, et ce dès le début, et en terre britannique. Dès 1733, il existe une Loge de Scotch Masons à Londres ( Rawlinson’s Manuscript 1733), sans oublier les Scots Master Masons at the Bear, Bath, 1735. Etc., car il en existe de nombreux autres exemples. On consultera avec fruit l’étude de Alain Bernheim in : « Did Ecossais Degrees originate in France ? ». On ne peut être aussi péremptoire que l’est Jean Moutet. L’essentiel n’est pas d’adhérer, mais de comprendre.

  • 17
    quén affère à Lidje
    15 mars 2012 à 14:42 / Répondre

    @ Jean Moutet

    Ton analyse n’est pas fausse. Elle est cependant très « british » et s’appuyant sur des paradigmes datant d’une époque lointaine où le débat faisait rage entre Antients et Moderns. J’ajouterai que je ne considère pas LA maçonnerie comme étant monolithique (ce que laisse à penser ton usage de « LA » franc-maçonnerie).
    Pour ce qui est du côté artisanal, j’ajouterai qu’elle est même parfois plutôt folklorique, voire marché de village…
    Je me répète, je sais : il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père 😉

    @ Fly Tox

    Tu l’auras sans doute compris, je partage totalement ta vision sur ce point (oserai-je dire sur les 3 points que tu développes), même si je ne travaille pas au même rite que le tien pour ce qui est des degrés au-delà du 3ème.

  • 16
    jean moutet
    15 mars 2012 à 13:57 / Répondre

    Fly Tox :
     » Avec le grade de Maître Maçon, rien n’est dit. Qui va diriger la construction du Temple ? Qui va punir les assassins du Maître ? Qu’est devenu « le mot », même substitué ? Ce grade est un début, non une fin. Il ne termine rien du tout car il finit en queue de poisson. Il inaugure une recherche de la Sagesse, et c’est le nom que ces grades complémentaires portent … »

    … en quoi le fait de savoir qui va diriger la construction du temple , punir les assassins d’Hiram ou connaître le « Mot » … va t il contribuer à mon avancement spirituel ? … le « feuilleton » d’Hiram n’est qu’un développement lié à des considérations historiques d’ordre « profane » !

    la FM est « artisanale » et en 3 degrés (anciennement 2 ) , éventuellement avec des Side Degrees pour ceux qui veulent approfondir le travail commun entre frères vraiment motivés …

  • 15
    Flupke
    15 mars 2012 à 13:18 / Répondre

    Qui veut faire l’ange fait la bête …
    Bien dans son slip, bien dans sa tête …
    etc.
    Quelle joie de découvrir la sagesse populaire !
    (réflexion à prendre à tous les degrés)
    ce qui se passe actuellement chez les gérontes de la GLNF, comme ce qui s’est passé hier ailleurs (que d’amnésiques en FM) devrait amener à ce type de réflexion … certes rude

  • 14
    lex
    15 mars 2012 à 13:02 / Répondre

    C’est le 40ème degrés, la preuve :

    http://www.whiskyshack.com/scripts/prodView.asp?idproduct=23

  • 13
    Fly Tox
    15 mars 2012 à 12:41 / Répondre

    Intervention 10 : trois phrases, trois commentaires.
    (1) Les Constitutions d’Anderson sont un document tout à fait obsolète, bourré de discriminations ( athées, libertins, femmes, mahométans etc.) qui reflètent la société anglaise, bourgeoise et déiste d’une époque et ne nous concerne pas davantage aujourd’hui que le Code d’Hammourabi ne concerne notre magistrature assise de 2012. Chaque obédience possède aujourd’hui ses propres constitutions, et c’est sur celles-là que les Maçons prêtent leurs obligations. Il faut cesser de déifier le pasteur Anderson et ses fantasmes, amha, et les ranger au musée.

    (2) les Hauts grades ne se croient pas supérieurs, car c’est une profonde erreur de les dire Hauts. Avec le grade de Maître Maçon, rien n’est dit. Qui va diriger la construction du Temple ? Qui va punir les assassins du Maître ? Qu’est devenu « le mot », même substitué ? Ce grade est un début, non une fin. Il ne termine rien du tout car il finit en queue de poisson. Il inaugure une recherche de la Sagesse, et c’est le nom que ces grades complémentaires portent, au Rite Moderne Français, en France comme en Belgique, et dans le reste du monde.

    (3) oui, bien entendu, mais peu le savent. Trop de floches dorées et de titres ronflants. Au pinacle de nos pyramides initiatiques ou administratives, nous ne sommes jamais que des « frères servants ». C’est le nom que devraient porter les sérénissimes, sublimes, suprêmes, et autres princes du royal secret…

  • 12
    quén affère à Lidje
    15 mars 2012 à 11:38 / Répondre

    Le plus haut degré du REAA est le 34ème et sa couleur est le blanc : apprenti.
    Mais peu l’obtiennent.

  • 11
    Rethy
    15 mars 2012 à 10:57 / Répondre

    Les Constitutions disent bien qu’il n’y a pas de degré supérieur à celui de Maître. Raison pour laquelle je plains les Hauts Grades qui se croient supérieurs à leurs Frères. Mais il est aussi évident que l’on reste en apprentissage de la connaissance toute sa vie.

  • 10
    Flupke
    15 mars 2012 à 10:24 / Répondre

    On peut aussi considérer que en haut c’est comme en bas et inversement.
    C’est peut être ce qui fait que l’ancienneté aidant on a pu constater que la médiocrité peut exister en bas comme en haut et inversement.
    et que finalement le niveau zéro (commentaire N°7) symbolisé par Bertrand Tavernier par son plan quasi pictural et sa phrase célèbre peut être atteint par de nombreuses voies … pas forcément maçonniques.

  • 9
    JB31
    15 mars 2012 à 08:37 / Répondre

    Le plus haut degré maçonnique n’a aucun intérêt.
    Ce qui est intéressant c’est le coté initiatique et « progressif » de la démarche individuelle que permet la maçonnerie.
    C’est pourquoi, dire que c’est l’apprenti est une absurdité car c’est nier toute volonté de progrès, de culture, d’acquisition de connaissances, d’amélioration de la réflexion, d’amélioration personnelle.
    Une remarque cependant s’il s’agit de modestie, de doute, de quête intellectuelle si la référence à l’apprenti est une représentation, faisons attention aux différents sens que ce mot peut représenter et aux confusions qu’il peut entrainer notamment cette sorte d’humilité aux relents de soumission et d’hypocrisie, voire de démagogie en désignant comme un déterminisme la vocation au médiocre.
    Tout le contraire des valeurs maçonniques.

  • 8
    Flupke
    15 mars 2012 à 08:30 / Répondre

    Chercher le plus haut degré à l’Orient Éternel est peut être une erreur de fond, ne serait-il pas un peu tard ???.
    Peut être que le plus haut degré est le zéro :
    Que l’on pourrait éventuellement symboliser par la scène champêtre :
    http://www.youtube.com/watch?v=4n1EQkZCIBo
    et le dialogue :
    « On est pas bien? Paisible, à la fraiche, décontracté du gland. Et on bandera quand on aura envie de bander. »

  • 7
    Philippe Benhamou
    15 mars 2012 à 08:10 / Répondre

    Unepetit paragraphe caché dans « la Franc-maçonnerie pour les nuls » nous offre la réponse :

    « Maintenant que la vérité sur le 33e degré est faite, je dois vous faire une confidence : il existe un 34e degré, bien plus secret et bien plus mystérieux que le 33e, et c’est au sein des réunions du 34e degré que se décide la politique mondiale… »

    Philippe Benhamou

  • 6
    Bidegain
    14 mars 2012 à 23:37 / Répondre

    A question stupide, réponses idiotes.

  • 5
    Thot
    14 mars 2012 à 22:42 / Répondre

    J’aurais tendance à dire que le plus haut degré s’acquière en passant à l’Orient éternel, qui comme chacun sait constitue l’initiation ultime. Le retour dans l’Empire Originel marquant le retour dans la Lumière et la fin de la Quête.

    Bon j’ai plombé un peu l’ambiance, désolé…

  • 4
    Onanisme
    14 mars 2012 à 22:07 / Répondre

    Avec tout mon respect que l’on doit envers ses Frères/Soeurs en leurs Gr. et Qu., j’ai parfois le sentiment que « Grand Masturbateur Intellectuel » est parfois le plus Haut-grade chez certains, qu’ils soient écrivains/chercheurs ou non.
    Mais chacun trouve son plaisir là où il peut/veut.

  • 3
    Christophe
    14 mars 2012 à 20:00 / Répondre

    100ème degré: « Sublime Prince de la Modestie » aka « le Plus Humble de Tous ».

  • 2
    Menas
    14 mars 2012 à 18:46 / Répondre

    Le plus haut degré maçonnique… c’est celui sur lequel mon c… repose !

    P.S.
    C’est de l’humour !

  • 1
    STOLKIN
    14 mars 2012 à 18:36 / Répondre

    Selon moi il n’ y en a qu’un : apprenti.
    on le reste toute sa vie.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous