Qui défend la République laïque et sociale ?

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 22 novembre 2021
  • 28
    JMB
    24 novembre 2021 à 15:02 / Répondre

    23- Jean Mabuse
    A vouloir à tout prix défendre, voir excuser, l’indéfendable avec tes arguments ridicules, tu finis par complètement te décrédibiliser. Et ce ne sont pas tes insultes vis à vis des Frères de la FM régulière qui me feront adhérer à ton idéologie. A ta place j’aurais fait mon mea-culpa en criant haut et fort : « je sais, j’en abuse ».
    Que Roussel, contrairement à Mélenchon, avance à pas feutrés pour ne pas effrayer son électorat potentiel, est une évidence. Mais l’idéologie « islamo-gauchiste » qui les caractérise tous les 2 est bien prégnante chez chacun.Alors arrête ton cinéma et, tout comme Julio Iglésias, je suis en droit d’affirmer que :
    « non, le PCF n’a pas changé ». 😉

  • 23
    Jean Mabuse
    23 novembre 2021 à 19:01 / Répondre

    Il est vrai que certains commentateurs de la publication de Thomas Collet des « Amis de l’Egalité » semblent tout en verve pour ânonner les enseignements du « Livre Noir du communisme ». Cet ouvrage est portant critiqué puisqu’il fait une addition de morts qui ne sont pas forcément dus à des décisions politiques. Exemple : il y aurait eu entre 2,5 et 5 millions de morts lors des grandes famines d’Ukraine dont la collectivisation forcée de l’agriculture ne fut qu’un des éléments responsable….Le décompte macabre a ses limites, d’autant qu’il existe aussi un livre noir du capitalisme qui dénombre bien plus de morts. Il est donc sage d’éviter de rentrer dans la comptabilité.
    Le PCF d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier qui avait effectivement fermé les yeux sur la brutalité stalinienne. Son programme actuel est loin d’être dogmatique et est en accord avec la tradition républicaine française.
    Fabien Roussel précise d’ailleurs dans son livre (pages 18 et 19) :
    « on nous parle toujours du stalinisme, comme si nous étions responsables ou comptables de cette histoire -là. Le bilan de cette période, qui a couté si cher en vies humaines mais aussi au mouvement communiste international, a été dressé avec lucidité et courage par ds historiens communistes…Le communisme est bel et bien un projet de société qui porte la démocratie en son coeur. Et s’il n’y a pas de modèle exportable, duplicable, il y a bien un idéal dont l’ambition est universelle en plaçant l’être humain, l’émancipation humaine, l’appropriation collective des pouvoirs, des savoirs, des richesses au centre de tous les choix. Le Parti communiste français a toujours défendu un tel projet de société, ancré dans la culture française et inspiré par la Révolution de 1789. Il s’est émancipé des partis communistes d’Union soviétique ou d’Asie et sa lecture, aujourd’hui, n’a rien à voir avec la leur. Je ne partage pas, par exemple, l’idée du parti unique, qui suppose l’interdiction de contester, comme en Chine….Le communisme, c’est une réflexion permanente, un mouvement d’idées au service de l’être humain. Ce n’est surtout pas un dogme »
    Voici un aveu que pourraient méditer et s’approprier les adeptes de la maçonnerie régulière ou spiritualiste qui à force de rechercher la tradition primordiale du côté de chez Guenon ou les supérieurs inconnus du côté de chez Vivenza ressemblent à s’y méprendre à des curetons de la réaction fasciste.
    les FFMM adogmatiques et toujours soucieux d’améliorer l’homme et la société approuvent quant à eux e Roussel qui écrit page 56 qu’il préfère être le représentant de la gauche républicaine, laïque, sociale, portant le projet d’une société libérée de la finance et prête à sortir du capitalisme,

    Aujourd’hui la république est en danger et a besoin d’un mouvement qui veuille la république poussée jusqu’au bout de Jaurès. Lutter contre les inégalités par la constitution d’une société fraternelle qui permettra toutes les libertés (cf Pierre Leroux) est le chemin sur lequel doivent pouvoir se retrouver le communisme français et la franc-maçonnerie libérale.
    C’est aux FFMM par initiation tolérants et par philosophie reconnaissant la rédemption, d’indiquer que les communistes d’aujourd’hui sont nos frères car nous savons que les erreurs du passé sont révolues.

    • 25
      Phil DEBAY
      24 novembre 2021 à 01:03 / Répondre

      L’aggiornamento par les mots de l’église communiste, qui n’en serait plus une d’église, est de bon augure, j’espère simplement que si elle devenait majoritaire par les urnes les actes qui suivront correspondront aux mots.

      Par ailleurs peut être qu’un jour sur un site d’inspiration maçonnique il sera possible d’argumenter sans utiliser la méthode effaçant autrui en le renvoyant aux années 30 du 20ème siècle.
      La phrase  « Voici un aveu ……………. ressemblent à s’y méprendre à des curetons de la réaction fasciste » pourrait illustrer l’article Il faut combattre le wokisme.

    • 26
      Pierre Noël
      24 novembre 2021 à 10:12 / Répondre

      # 23 : « les adeptes de la maçonnerie régulière ou spiritualiste qui à force de rechercher la tradition primordiale du côté de chez Guenon ou les supérieurs inconnus du côté de chez Vivenza ressemblent à s’y méprendre à des curetons de la réaction fasciste. »

      Pourquoi faire des amalgames réducteurs en parlant (avec un certain dédain) d’une maçonnerie que vous semblez peu connaitre, vous limitant aux deux repoussoirs classiques ?
      En lisant ces multiples commentaires, je comprends mieux ce que peuvent être les débats d’une loge « adogmatique et tolérante », progressiste et soucieuse d’améliorer la société ! J’apprécie et j’applaudis, mais je ne regrette pas de ne pas y participer. Je ne goûte vraiment l’esprit de sérieux que dans des lieux prédestinés à cet exercice.

  • 21
    Désap .
    23 novembre 2021 à 14:21 / Répondre

    Bon, allez, les curetons tiennent quelque chose, on va leur laisser, ça à l’air de leur faire plaisir.
    Les gens de gauche savent tous ce que l’on doit aux communistes français, les historiens également.

    • 27
      JMB
      24 novembre 2021 à 12:18 / Répondre

      21
      Tes insultes et ton ironie à 2 balles sont tellement nulles qu’elles finissent par me faire sourire. Mais si tu as besoin de ce genre de propos pour avoir le sentiment d’exister et assouvir ton plaisir, alors n’hésite pas un seul instant … mais fais attention car il paraît que ça rend sourd.

  • 17
    Phil DEBAY
    23 novembre 2021 à 09:24 / Répondre

    Mon père ancien poilu avait été horrifié par le pacte Hitler/Staline c’est sans doute pour cela que la petite bibliothèque familiale a possédé dès sa parution la livre « J’ai choisi la liberté » de Victor Kravchenko.
    Les compagnons de route du PCF de l’époque se sont, beaucoup de « beaux » esprits à la française, déchaînés contre son bouquin témoignage et contre sa personne.
    A lire jusqu’au dernières lignes …
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Viktor_Kravchenko_(transfuge)
    Ceci dit contrairement au socialisme qui lui a des lettres de noblesse il me semble que l’application « sur le terrain » du marxisme dans la gouvernance des peuples et ceci au niveau mondial et encore actuellement n’a donné naissance qu’à des régimes oppressifs et souvent mortifères et sanglants.

    • 18
      Phil DEBAY
      23 novembre 2021 à 10:15 / Répondre

      Je suis très tiède voire pas convaincu par la possibilité d’auditionner en loge des politiciens et ceci même pour les politiciens naviguant en eau tiède.
      En général ils viennent réciter le crédo de leur parti pour recruter.
      Si on invite un marxiste PCF en loge, compte tenu de ce que je viens de dire ci-dessus, je ne vois toujours pas pourquoi ne pas inviter l’autre extrême à moins que l’on veuille l’aider à recruter.

  • 15
    nicette
    22 novembre 2021 à 20:53 / Répondre

    Un grand merci à GEPLU pour cet article qui nous montre le PCF de Fabien Roussel sous un jour très éclairé et largement ouvert à la philosophie des Lumières et à la défense de la laïcité non adjectivée ainsi qu’à l’émancipation républicaine.
    Fabien Roussel désapprouve t-il  » la célèbre 22e condition, officieusement imposée par Trotsky durant le congrès de Tours, en 1920, date de la scission de la SFIO et de la création du PCF en « autorisant » de fait, un communiste à être franc-maçon ?
    Le PC d’aujourd’hui ne virerait-il pas du rouge de TROSKY au rose d’un Léon Blum…On assisterait alors à une véritable métamorphose…
    Adieu le Congrès de Tours, bonjour le Congrès d’Epinay ! Pourquoi pas ?

    • 20
      Jean Mabuse
      23 novembre 2021 à 14:01 / Répondre

      La réalité c’est que cela fait belle lurette que la 22 ieme condition a été enterrée par les communistes français.
      N’est ce pas Maurice Thorez lui-même qui écrivait le 10 décembre 1938 : « Je pense que l’heure n’est pas aux disputes entre démocrates, et dans le cas qui nous préoccupe, aux disputes entre communistes et franc-maçons. cf http://pallas.cegesoma.be/docmac/124551_2.pdf
      Aussi, il est juste de se demander si nous n’assistons pas avec le retour d’un PCF clair et offensif à celui du mouvement socialiste unitaire d’avant le congrés de Tours. La III internationale ayant disparue, le PS étant moribond, les socialistes républicains liés au mouvement du travail pourraient se retrouver dans la candidature de Fabien Roussel. La franc-maçonnerie progressive aurait alors son rôle d’éveilleur de conscience et de création de concorde à retrouver !

      • 22
        Pierre Noël
        23 novembre 2021 à 16:46 / Répondre

        Cet article ne provient-il pas de « Documents Maçonniques » (revue anti-maçonnique du régime de Vichy) ?

  • 14
    JMB
    22 novembre 2021 à 20:41 / Répondre

    12- l’abbé bête qui monte
    Qui a dit ça ? Pas moi en tout cas. Il faudrait peut-être que tu apprennes à lire avant d’avoir la prétention de vouloir te moquer d’un commentaire. Malheureusement pour toi, avoir de la gueule mais pas de cerveau ne rend pas intelligent ! En tout cas tu as trouvé un pseudo qui te va très bien, à la limite du pervers sexuel !
    T’es vraiment trop … l’abbé bête ( je sais c’est un pléonasme mais que veux-tu on ne rencontre pas tous les jours des … comme toi ).

  • 11
    JMB
    22 novembre 2021 à 19:28 / Répondre

    10
    Ma chère Brumaire je comprend ce que tu veux dire. Mais il me semble néanmoins difficile de faire abstraction des 80 millions de morts au nom d’une idéologie défendue par un parti politique.
    Que ne dirait-on pas (et avec juste raison) toi, moi, l’ensemble des Franc-Maçons /nes et tous les gens ”biens pensants » si un parti politique se revendiquait du nazisme !

    • 12
      L'abbé bête, qui monte, qui monte
      22 novembre 2021 à 19:42 / Répondre

      C’est moins grave quand les millions de morts le sont par une religion ?…
      Là on peut « faire abstraction » ?
      Ben oui, tuer l’impie au nom de Dieu, ça ça a de la gueule et ça se justifie bien sûr !
      T’es vraiment trop … JMB.

    • 13
      Pierre Noël
      22 novembre 2021 à 20:14 / Répondre

      J’ai grandi entouré d’adultes (tous maçons) qui se déchiraient (pacifiquement heureusement) sur le communisme, l’Union Soviétique, Staline et les méchants Américains, les méfaits des uns et les ignominies des autres. Ils étaient tous convaincus et assurés d’être dans le sens de l’histoire …, les uns « compagnons de route » ne jurant que par JP Sartre et Louis Aragon, les autres lisant Raymond Aron et « L’Opium des Intellectuels ». Je les ai vu évoluer avec les événements, la guerre de Corée (qui se souvient de la manifestation contre Ridgway-la-peste ?), le rapport Kroutchev en 1956, la répression de la même année en Hongrie, la crise des fusées en 1962, la répression de Prague en 1968, la révolution culturelle en Chine … Tout cela a amené bien des questions, des remises en question, quelques dépressions profondes, des revirements muets parfois. Pendant ces années, j’ai eu aussi l’occasion de voir Berlin-Est, son Mur et ses Vopos, de respirer l’atmosphère de Budapest, son odeur de lignite et la tristesse de ses rues. Il y eut de même les émeutes raciales aux USA, l’assassinat de Lumumba, celui de Pinochet et tant d’autres horreurs mais tout cela fait aisément place aux passions du moment (pourquoi pas l’élection de 2022 !).
      Tout cela est bien oublié et n’empêchera pas des tribuns honnêtes ou retors de réveiller les vieux démons, parfois avec les mêmes mots éculés.

  • 9
    Thomas
    22 novembre 2021 à 16:24 / Répondre

    A propos du livre noir du communisme, abondamment cité par l’un de nos frères, je vous renvoie vers ce propos très intéressant de Daniel Bensaïd : http://www.contretemps.eu/bensaid-communisme-stalinisme/

    « Le stalinisme n’est pas une variante du communisme, mais le nom propre de la contre-révolution bureaucratique. Que des militants sincères, tout à l’urgence de la lutte contre le nazisme, ou se débattant dans les conséquences de la crise mondiale de l’entre-deux-guerres, n’en aient pas pris immédiatement conscience, qu’ils aient continué à offrir généreusement leurs « existences déchirées », ne change rien à l’affaire. Il s’agit bien, pour répondre à la question de Mikhaïl Guefter, de « deux mondes politiques et moraux » distincts et irréconciliables. Cette réponse est aux antipodes des conclusions de Stéphane Courtois dans le Livre noir.

    (…) Dans le cas de l’Union soviétique, elle aboutit à un total de 20 millions de victimes sans que l’on sache ce que le chiffre recouvre exactement. Dans sa contribution au Livre noir, Nicolas Werth rectifie plutôt à la baisse les estimations approximatives courantes. Il affirme que les historiens, sur la base d’archives précises, évaluent aujourd’hui à 690 000 les victimes des grandes purges de 1936-1938. C’est déjà énorme, au-delà de l’horreur.

    Les crimes du stalinisme sont assez épouvantables, assez massifs, assez horribles, pour qu’il ne soit pas besoin d’en rajouter. À moins de vouloir délibérément brouiller les pistes de l’histoire, ainsi qu’on l’a vu faire à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, où certains historiens rendaient volontiers la révolution responsable non seulement de la Terreur ou de la Vendée, mais aussi des morts de la terreur blanche, des morts dans la guerre contre l’intervention coalisée, ou même des victimes des guerres napoléoniennes !

    Qu’il soit légitime et utile de comparer nazisme et stalinisme n’est pas nouveau – Trotski ne parlait-il pas d’Hitler et de Staline comme « d’étoiles jumelles » ? Mais comparaison n’est pas raison, et les différences importent autant que les similitudes. Le régime nazi a rempli son programme et tenu ses sinistres promesses. Le régime stalinien s’est édifié à l’encontre du projet d’émancipation communiste. Il a dû pour s’instaurer broyer ses militants. Combien de dissidences, d’oppositions illustrent, dans l’entre-deux-guerres, ce retournement tragique ? Suicidés Maïakovsky, Joffé, Tucholsky, Benjamin et tant d’autres6 ? Peut-on citer, chez les nazis, ces crises de conscience devant les ruines d’un idéal trahi et défiguré ? L’Allemagne d’Hitler n’avait pas besoin comme la Russie de Staline de se transformer en « pays du grand mensonge » : les nazis étaient fiers de leur œuvre, les bureaucrates ne pouvaient se regarder en face dans le miroir du communisme originel.

    À diluer l’histoire concrète dans le temps et dans l’espace, à la dépolitiser délibérément, par choix de méthode (Nicolas Werth revendique franchement « la mise au second plan de l’histoire politique » pour mieux suivre le fil linéaire d’une histoire décontextualisée de la répression), il ne reste qu’un théâtre d’ombres. Il ne s’agit plus alors d’instruire le procès d’un régime, d’une époque, de bourreaux identifiés, mais d’une idée : l’idée qui tue. Dans le genre, certains journalistes s’en sont donnés à cœur joie. Jacques Amalric enregistre avec satisfaction « la réalité engendrée par une utopie mortifère »7. Philippe Cusin invente une hérédité conceptuelle : « C’est inscrit dans les gènes du communisme : il est naturel de tuer »8. À quand l’euthanasie conceptuelle contre le gène du crime ? »

  • 6
    JMB
    22 novembre 2021 à 15:38 / Répondre

    Géplu, je sais bien que les adhérents aux thèses communistes sont en baisse vertigineuse depuis quelques années mais est-ce à un blog maçonnique de faire de la retape et de la publicité pour cet idéologie qui a fait quand même plus de 80 millions de morts.
    Tu nous dis, comme justification, que tu estimes pouvoir publier cet « encart publicitaire » pour le PCF sur ton blog « car tu l’estimes ouvert à toutes idées et opinions des Frères et Sœurs pourvues qu’elles soient ouvertes et respectueuses de celles des autres. J’entends bien ce que tu dis et je suis entièrement d’accord avec toi. Mais alors dans ta grande mansuétude iras-tu jusqu’à faire la même chose pour quelqu’un voulant vanter les mérites d’un Cioti, d’un Zemmour voir d’un Le Pen ?

    • 7
      GépluAdministrateur
      22 novembre 2021 à 15:43 / Répondre

      Parce que tu as l’impression qu’un Zemmour, plusieurs fois condamné pour injures raciales, respecte les autres ?…

      • 8
        JMB
        22 novembre 2021 à 16:00 / Répondre

        Je savais que ça allait te faire réagir. Mais puisque tu avais dit toi-même « ce n’est pas le passé qu’il faut regarder mais l’avenir’ je m’étais permis cette blagounette. Mais pas de problème, enlève Zemmour de la liste si il te donne des boutons. Mais dans ce cas il faudra aussi mettre au placard Mélenchon !

  • 5
    JMB
    22 novembre 2021 à 15:14 / Répondre

    3-Géplu
    Attention mon cher Geplu, la mauvaise foi est nuisible pour la santé :
    1- le communisme et ses millions de morts datent de combien de temps ? Les guerres de religion et ĺeurs millions (?) de morts datent de combien de temps ?
    2- aucune religion à ma connaissance (sauf peut-être certains courants islamistes) ne se prétend parti politique contrairement au communisme
    3- si ce n’est pas le passé qu’il faut regarder mais l’avenir, pourquoi les alter ego à droite du parti communiste sont-ils traités de partis fascistes ou de partis néo-pétainistes voir même de partis nazis ?

  • 4
    Pierre
    22 novembre 2021 à 14:52 / Répondre

    Fabien Roussel est sans doute un homme sincère et j’ai apprécié ses prises de parole sur la laïcité , la vaccination.
    Néanmoins, le communisme reste un système dogmatique fermé et la Franc-Maçonnerie est une démarche initiatique fondée sur le doute . Par ailleurs il y a encore des pays officiellement communistes au XXI -ème siècle : sont-ils les meilleurs exemples d’une République sociale et humaniste ?
    Peut-être la TBF sera t-elle l’occasion de préciser son argumentation

  • 2
    MANON
    22 novembre 2021 à 10:50 / Répondre

    LE communisme: 80 millions de morts !!! Tout est dit ! ! et Fabien ROUSSEL ose donner des leçons de démocratie ? Sans oublier le Pacte Germano Soviétique.. En cette époque où tout est repentance, peut-être serait il logique d’attendre de ce « Parti  » moribond quelques excuses !

    • 3
      GépluAdministrateur
      22 novembre 2021 à 13:49 / Répondre

      Et les guerres de religion(s), combien de morts ?
      Pourtant les religions continuent à exister et être prosélytes sans qu’on leur rappelle tous les jours ces errements dont, si elles en portent aussi le poids, n’en sont pas responsables aujourd’hui !
      Ce n’est pas le passé qu’il faut regarder, mais l’avenir.

      • 16
        ERGIEF
        23 novembre 2021 à 01:28 / Répondre

        Cher Geplu je veux bien entendre tes arguments sauf que les guerres de religions entre chrétiens c’était il y a longtemps alors que les massacres du communisme ont tous moins d’un siècle et qu’ils se poursuivent encore en Chine notamment. Cette idéologie « para religieuse » aura été finalement plus dévastatrice que le nazisme, le fascisme et l’impérialisme japonais réunis. Le plus grave c’est qu’elle ait encore des adeptes et Fabien Roussel est rose à l’extérieur par calcul politique mais bien rouge à l’intérieur, ne t’y trompe surtout pas. Alors l’avenir certes mais sans lui et ses camarades.

        • 19
          JMB
          23 novembre 2021 à 11:41 / Répondre

          16- ERGIEF
          Je suis entièrement d’accord avec toi. J’avais même osé parler, dans ma réponse 5, de mauvaise foi par rapport au parallèle fait entre les morts liés aux guerres de religion et ceux liés au communisme

          • 24
            François Crubellier
            23 novembre 2021 à 19:09 / Répondre

            Et si, au lieu de parler de « nos » guerres de religion, on parlait de toutes les guerres de religion, telles qu’elles existent encore aux 20e et 21e siècles, de par le monde (Birmanie, Iran, Irak, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Somaile…
            Et je suis loin d’être exhaustif), On arriverait, depuis la nuit des temps, à des centaines de millions de morts, peut-être plus d’un milliard…

    • 10
      Brumaire
      22 novembre 2021 à 17:54 / Répondre

      Ma chère Manon, sans les communistes qui se sont battus aux côtés de ceux dont ils ne partageaient pas les idées, tu ne serais pas tranquillement devant ton ordinateur à demander à Fabien Roussel, né en 1969, de s’excuser pour les 80 millions de morts dûs au dévoiement d’une idée pas si moche que ça.
      Les excuses ne feront jamais revenir les morts du stalinisme, du catholicisme, de l’islamisme
      Les repentances, excuses ne servent à rien: on assume, c’est tout, et on construit l’avenir en tirant les leçons des erreurs, fautes et crimes passés.

  • 1
    DURRUTI
    22 novembre 2021 à 09:01 / Répondre

    Dont acte mais Fabien ROUSSEL devra être plus précis lors de la tenue blanche fermée.
    A cette déclaration de Trosky, il faut également dire que la Maçonnerie fut interdite dans tous les pays dits « communistes » à l’exclusion de la Cuba castriste qui autorisa l’existence des Loges. Sans doute parce que la Maçonnerie joua un rôle déterminant dans les guerres d’indépendance en Amérique latine au 19ème siècle et aussi parce que dans cette île des Caraïbes, José MARTI (1853-1895), franc-maçon lui-même, occupe une place particulière parmi ceux qu’il est convenu d’appeler « los Libertadores » ou « Próceres », ces hommes illustres, bienfaiteurs de la Patrie.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous