Guenon5

René Guénon, au-delà des querelles de chapelle

Publié par David Bisson

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 6 décembre 2015
Étiquettes : ,
  • 14
    Chicon
    9 décembre 2015 à 20h17 / Répondre

    J’ai lu Guenon à mes débuts maçonniques. Une intelligence moyenne m’ayant été donnée, j’ai dû le relire plusieurs fois. Les phrases me semblaient incomplètes, mais j’ai cru comprendre qu’au delà de l’intelligible il y avait la Tradition avec un grand T. la Tradition serait notre inconscient collectif peuplé d’ archétypes. Une connaissance ancienne, cachée, innée et c’est là , ce dernier point qui m’a épaté. Mais je n’ai peut être rien compris et fantasmé sur cet auteur

    • 15
      Colonne
      9 décembre 2015 à 22h51 / Répondre

      Bonjour Chicon,
      Tu me sembles être sur la bonne voie, sauf que cette notion « d’inconscient collectif », propre à CG Jung ne plairait pas du tout à Guénon.
      Ce serait trop long que de te t’expliquer pourquoi ici. Mais dans les grandes lignes, tu as raison.

      • 16
        Jean de Mazargues
        11 décembre 2015 à 8h54 / Répondre

        C’est sûr : Guénon préférerait le wahabisme et le salafisme aux théories de Jung : on est bien d’accord là dessus.

        • 17
          yasfaloth
          11 décembre 2015 à 15h13 / Répondre

          Lol, j’avais laissé passer cette perle !
          .
          Guenon était fondamentalement Soufi…

          • 19
            Colonne
            11 décembre 2015 à 21h21 / Répondre

            J’ai, pour ma part, préféré ne pas répondre à cette ineptie qui discrédite son auteur.
            Bises à toi Yasfaloth

  • 4
    joab'n
    7 décembre 2015 à 15h35 / Répondre

    Les ecrits de Guénon furent mes lectures intensives de mes débuts en FM du fait de la passion qu’un de mes mentors lui vouait. Ces lectures, voire leur mise en pratique dans la recherche maçonnique permettent de nous débarasser d’une gangue convenue. Que ce soit l’esoterisme de Dante ou Roi du monde on progresse si on s’assure de ne pas se laisser envahir par des affirmations peremptoires et tendancieuses mélangées à des deductions bien argumentées.
    Là où j’ai cassé c’est dans « la critique du monde moderne » ou apparaît clairement des velleités les plus reactionnaires et pas le moins du moins du monde argumentées.
    Donc oui à Guenon car il nous secoue, nous pousse à approfondir mais en sachant garder un esprit critique.

  • 1
    Jean de Mazargues
    7 décembre 2015 à 12h12 / Répondre

    Voilà que ça recommence… Dire que René Guénon est un « humaniste », même entre guillemets, serait risible si ce n’était pas tragique.
    Le problème avec Guénon, c’est que, comme il ne définit pas les concepts qu’il utilise, on n’y comprend rien.
    Accessoirement, c’est un salmigondis d’écrits qui nourrissent la pensée des communautariens, des anti-lumières, qui, au nom de la « Tradition », veulent avant tout nier la liberté fondamentale de l’Homme.

    • 2
      yasfaloth
      7 décembre 2015 à 14h14 / Répondre

      Ce qui est drôle c’est que vous reconnaissez vous-même que vous n’y « comprenez rien »…
      .
      Si ses écrits nourrissent parfois la pensée de nos adversaires qui les interprètent à leur sauce, ils nourrissent aussi celle de beaucoup de nos sages et de nos penseurs… qui ont justement pour projet cette liberté fondamentale de l’homme.
      .
      Humilité quand tu nous tient !

      • 5
        Jean de Mazargues
        7 décembre 2015 à 17h19 / Répondre

        On écrit habituellement « quand tu nous tiens ».
        J’ai écrit « on n’y comprend rien » : c’est une périphrase pour signifier que les écrits de Guénon sont obscurs. Seul le génie peut à la rigueur être obscur, et encore.
        D’ailleurs, Guénon est à mon avis obscur à dessein dans ses écrits théoriques, car il sait ne pas l’être dans ses écrits historiques ou d’analyse symbolique. Bref il nous enfume.

        • 7
          Colonne
          7 décembre 2015 à 18h14 / Répondre

          Bonjour,
          Pourquoi ne pas simplement accepter qu’il puisse exister plusieurs pratiques maçonniques, autour de 2 positionnements principaux, l’un humaniste et l’autre spiritualiste.
          Sachant que personne ne peut prétendre détenir la vérité. Ainsi personne n’enfumera qui que ce soit et chacun pratiquera la maçonnerie comme bon lui semble en évitant de donner des leçons.
          La plupart des spiritualistes se reconnaissant dans les écrits de Guénon et les autres non.
          J’allais dire, et alors ?

          • 9
            joab'n
            7 décembre 2015 à 20h18 / Répondre

            « Pourquoi ne pas simplement accepter qu’il puisse exister plusieurs pratiques maçonniques, autour de 2 positionnements principaux, l’un humaniste et l’autre spiritualiste. » dis-tu colonne !
            Parce que la FM te rappelle qu’ « il n’ y a qu’un SEUL PEUPLE DE FM répandu sur la surface de la terre ».
            Les obediences ont divisé, dispersé les FM. A eux de retrouver leurs outils pour se rassembler … et identifier ce qui les a divisé !
            Guenon n’est pas un probleme ! Ce n’est même pas un personnage de nos recits FM ! Aucune raison de se structurer autour de çà … et encore moins autour des fantaisies de pouvoir des obediences.
            Rituel  » Combien y a t-il de sortes de fM ? 2, les francmacons et les ouvriers du bâtiment »
            La force des FM est d’être UN avec des analyses differentes !

            • 10
              Colonne
              7 décembre 2015 à 21h00 / Répondre

              « La force des FM est d’être UN avec des analyses differentes ! »
              Et bien nous sommes d’accord.

            • 11
              joab'n
              8 décembre 2015 à 10h02 / Répondre

              Donc, Colonne, es-tu d’accord pour que nous mettions toute consigne obedentielle en matiere d’intervisites, sachant que la question est parfaitement et totalement traitée dans tous les rituels et qu’il n’y a strictement aucun critère d’obedience ?
              Si nous sommes « UN » toute division doit être bannie ! OK ?

          • 20
            Luciole
            11 décembre 2015 à 23h31 / Répondre

            @Colonne.
            Enfin des paroles de bon sens. La FM dite moderne a tout de même près de trois siècles et il serait dommage qu’elle seule ne puisse évoluer. « le seul peuple de FM répandu sur la surface de la Terre » est une vision tellement étriquée que je suis surpris qu’on puisse encore l’employer. (Même nos décors sont diversifiés!) C’est vrai que ce n’est pas « La FM » mais Johaben qui écrit…et il a le droit de le penser.
            Fuyons l’uniformité

          • 21
            Youk
            16 décembre 2015 à 18h48 / Répondre

            Intéressant

        • 8
          yasfaloth
          7 décembre 2015 à 18h34 / Répondre

          Oui pardon pour la ou les fautes, je m’en rends en généralement compte après avoir validé mon post… mais ici c’est trop tard…
          .
          Quand à René Guenon, il me semble qu’il y a beaucoup de gens qui ont très bien compris et situé son œuvre, je me permettrai de rappeler ici, parmi de multiples exemples, le Cahier de l’Herne qui lui a été consacré…
          .
          Mais il est vrai que quand on abhorre un auteur, principalement apparemment pour l’instrumentalisation qui en a été faite, il est infiniment plus difficile de le comprendre vraiment.

      • 6
        Colonne
        7 décembre 2015 à 17h49 / Répondre

        Entièrement d’accord avec vous mon Cher Yasfaloth.
        L’on peut ne pas être un « adepte » de Guénon, et être ainsi opposé à ses thèses. Mais encore faut-il l’avoir lu et ensuite compris.

        • 12
          EMILIUS
          8 décembre 2015 à 23h01 / Répondre

          Bonjour,

          Guénon a toujours clamé son indépendance et il n’en aurait pu être autrement ; cela lui correspondait, de plus, insistant sur le « public » auquel il s’adressait ; Guénon ne s’est jamais adressé aux « masses » ni au commun.

          Comme si il fallait séparer « humaniste et spiritualiste » ; ce ne sont que deux aspects. rôles de la Franc-Maçonnerie dans sa constitution ; organisation initiatique étant connue et ayant une ouverture sur « le commun », la société ; c’est bien là un particularisme inhérent ; effacer ou ignorer un aspect ou l’autre, c’est bien ne rien comprendre.

          Guénon s’est d’ailleurs exprimé à plusieurs reprises ; sur un besoin d’une présence « sociétal » pour certains ; il n’ignorait jamais « Théories et Pratiques », il a insisté sur ce point ; cette « harmonie » des deux appliquées à leurs domaines respectifs ; transcender n’est pas synonyme d’abandon ou d’inutilité ; mais bien de dépassement et de perfection dans l’application, « se libérer des formes » n’est certainement point « l’évitement » de celles-ci, mais bien la compréhension pleine et entière de leur « pourquoi ».

          Cordialement.

          • 13
            EMILIUS
            8 décembre 2015 à 23h50 / Répondre

            par ailleurs, peut-être qu’il faudrait replacer les choses dans leurs contextes ; qui ? des détracteurs imbéciles de Guénon peuvent prétendre à une telle maturité, intelligence, précision à l’age de 17 ans? car souvent ; c’est ce qu’il a écrit et fait entre 17 et 23 ans qui lui est reproché ? cela relève effectivement du comique de situation.

            Cordialement.

            • 18
              HRMS
              11 décembre 2015 à 18h47 / Répondre

              Permettez de rappeler un article ancien, sur la trajectoire de Guénon, et dont certains paragraphes donne à réfléchir, y compris pour comprendre au delà de certaines assertions telles que « Le problème avec Guénon, c’est que, comme il ne définit pas les concepts qu’il utilise, on n’y comprend rien. »
              Ou encore, pour réaliser que R Guénon n’est en rien responsable d’une lecture tunnelaire de son oeuvre, de la part de beaucoup d’aficionados comme d’opposants radicaux qui qui n’y voient alors ;  » Accessoirement, c’est un salmigondis d’écrits qui nourrissent la pensée des communautariens, des anti- lumières, qui, au nom de la « Tradition », veulent avant tout nier la liberté fondamentale de l’Homme. »
              Ainsi, On peut aussi s’interroger pour essayer de réaliser que l’absence de définition ou leur négation, est le préalable nécessaire à toute recherche intérieure ou extérieure d’ailleurs (équivalent aux mét…)
              Articles :
              – Les carnets du yoga, n°19-20, juillet et août 1980, pp. 2-47.
              – par Michel Malle le 19 septembre 2003: « Un auteur et son oeuvre: René Guénon (1886-1951)
              « Extrêmement exigeant dans sa quête initiatique, René Guénon s’applique à pénétrer les sociétés ésotériques européennes de son temps, mais il semblerait que ce soit pour mieux les remettre en question : il détruit ainsi spiritisme, théosophisme et occultisme, en réfutant leurs théories fondatrices. »

    • 3
      Lionel MAINE
      7 décembre 2015 à 14h56 / Répondre

      Tout à fait d’accord, mon Très Cher Frère Jean; décidément, le réchauffement rationnel des Lumières s’est très affaibli et, les calottes ne risquent pas de fondre !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous