Sciences: entre ombres et lumières

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Le dossier central a pour thème Sciences: entre ombres et lumières. (…) Si la sicence fut au coeur de la vision moderne et de l’idéologie du progrès, aujourd’hui le danger est de la placer sous les exigences autoritaires des technostructures et de la gouvernance mondiale, au point de mettre l’avenir des valeurs humaines, et des libertés de tous, sur l’autel de la machine à calculer et du jugement sur la rentabilité des êtres, écrit le rédacteur en chef Alexandre Dorna.

Ce dossier s’ouvre sur un entretien avec le physicien Jean Bricmont et consacré aux pseudo-sicences. Quant à Jérémy Mercier, il pose la question: Faut-il se méfier du principe de précaution? Le temps étant celui des questions, Benjamin Matalon enchaîne avec l’interrogation: i[La science est-elle dogmatique?] (avec un distinguo entre les sciences « dures » et les sciences de l’homme). Biohacking, tyrannie technologie de la science moderne, science entre savoir et pouvoir, Faust et Auguste Comte,…: les sujets de réflexion ne manquent pas dans ce dossier qui comprend 1 page de suggestins de références bibliographiques.

Ce numéro est introduit par le discours d’installation du Grand Maître Guy Arcizet. Publié sous le titre Un Grand Orient dynamique et persévérant, ce discours est centré sur les valeurs philosophiques et morales de la Franc-Maçonnerie (qualifiée de fille de la raison, soeur de la République, mère de la laïcité) et sur la primauté de la solidarité. On méditera sur l’extrait de son discours relatif à la réappropriation du temps maçonnique : Depuis plusieurs années que nous avons fait le choix de nous extérioriser, nous sommes souvent tombés dans le piège du temps profane, dans la médiatisation, dans la communication et, je le dis fortement, le temps maçonnique n’est pas le temps profane. D’où son souhait, plus loin, que les communiqués du GODF soient, dans la mesure du possible, l’expression du plus grand nombre mais, à défaut, recueillent l’assentiment au moins d’une majorité de conseillers de l’Ordre avant d’être publiés. Et il insiste sur la communication entre nous.

Les amateurs d’histoire seront invités à traverser l’Atlantique pour découvrir La Maçonnerie au Mexique: entre désillusions et progrès avec la naissance du Rite national mexicain et la réforme du Frère Benito Juarez, la dictature du Frère Porfirio Diaz, le rôle des Loges franco-mexicaines et le combat laïque de la Maçonnerie de la Gran Logia Valle de México.

Quant au portrait, c’est celui de Jean Verdun, un descendant d’Aristote, l’auteur de La Réalité maçonnique qui est tracé. L’ancien Grand Maître de la Grande Loge de France tient aussi quelques propos peu amènes à propos des corbeaux mortifères (qui) planent sur tous les états-majors du monde, inévitables concentrés de rapaces en lutte contre le Beau, le Bon, l’Utile à la Cité.

Humanisme n°290 peut être commandé en ligne chez Conform Edition ou à La Cale Sèche.

mercredi 19 janvier 2011

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif