‘Si j’étais franc-maçon, je le dirais…’

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 17 septembre 2008
Étiquettes : , , ,
  • 6
    durdur
    21 septembre 2008 à 1h19 / Répondre

    mes excuses : mon dernier message est hors débat

  • 5
    durdur
    21 septembre 2008 à 1h00 / Répondre

    Bonjour
    Précisons que tout ceci n’engage que moi : 1. Etre en faveur ou non de toute indépendance de confession religieuse est un autre débat.
    2. Mieux vaut poser un acte moral plutôt que galvauder dans un faux monde.

    Le type en salopette qui venait de réparer ma chaudière à mazout était maculé de cambouis de la tête au pieds, comme un mineur de fond, avec de la sueur noire sur le front. Il refusait le pourliche en rigolant. C’était le patron !

  • 4
    Rethy
    19 septembre 2008 à 18h57 / Répondre

    Etre pour une laïcité positive quand on prône le changement cela veut dire que celle qui est en place est négative.

  • 3
    durdur
    19 septembre 2008 à 14h55 / Répondre

    A Elyos. Merci pour ta réponse.
    En effet, Dommage que des frères ne les amènent pas au portail.
    Dommage que le niveau intellectuel l’emporte sur le niveau social. (de toute façon, un maçon est une sorte d’ouvrier puisqu’il est censé tailler sa propre pierre…?..)
    On dirait que ces hommes ouvriers se sont résigné alors que beaucoup d’entre eux ont de réelles qualités intellectuelles… Ces gars mériteraient d’être recadrés pardes frères. Peut-être que ces messages vont déclencher un truc positif ?

  • 2
    elyos
    18 septembre 2008 à 17h52 / Répondre

    Sur le silence radio pas d’avis mais sur le fait que les ouvriers n’osent s’adresser à la FM, ce qui me semble être le soucis c’est que l’on ne trouve pas tant de frères que çà pour leur en parler et les y amener, et ce probablement moins par snobisme ou affairisme ou que sais je … mais plutôt parce qu’on est dans une société où l’on connait de moins en moins de personnes d’un niveau social différent ( alors que par exemple, dans mon village les paysans n’hésitaient pas à venir voir le général à la retraite du coin et inversement ). Perso je ne vois pas de solutions simples à ce problème lié au déracinement et à l’isolement urbain.

  • 1
    durdur
    18 septembre 2008 à 13h25 / Répondre

    Un type me disait un jour : « Moi, j’habite un appartement au 13 e étage pour des raisons de sécurité. C’est pratique. Y a un interphone, alors je réponds à qui je veux »
    C un peu comme sur les forums d’Internet :
    Une question embarrassante ?
    Silence radio.
    Même quand on parle de fraternité ?

    Beaucoup d’ouvriers n’osent s’adresser à la Franc-Maçonnerie parce qu’ils sont persuadés qu’on les refusera d’office.
    ( Oui, ils savent qu’il n’y a pas de murs à réparer- quoique)
    Il y a des avis sur la chose ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous